Bon appétit Pelé : rock the kabsa

(Episode 7/32) Après avoir excité nos papilles tout au long de la Coupe du Monde 2014, Parie-Maule revient munie d’un défi de taille : vous proposer une recette par jour, une pour chaque pays qualifié. Aujourd’hui, honneur à un partenaire commercial de premier plan : l’Arabie saoudite.

 

Hé salamalékoum à tous, vous êtes en forme ? Boudu, faut que je soigne ma recette aujourd’hui, hé, c’est de l’Arabie saoudite dont il s’agit, et j’ai pas envie de les fâcher, des fois qu’ils m’achètent plein de trucs. Ne me prenez pas pour une truffe, hé, je sais bien qu’il n’y a pas de perspective de développement pour la cochonnaille, là-bas, mais j’ai bien vérifié, hébé dans le Coran y rien qui interdit l’exportation de canard gras. Alors le plan, normalement c’est du buizenesplan et je devrais rien vous dire, hé, mais je peux pas m’empêcher tellement je suis fière d’avoir bien potassé le truc, donc le plan : d’abord je publie une recette saoudienne aux petits oignons – enfin, façon de parler, hé, ils mettent pas de petits oignons dans la kabsa. Là, ils sont flattés, ils s’intéressent à ce que je fais et là, paf, je peux leur vendre plein de canards gras ; j’ai déjà transformé ma ferme en ferme hallal, pour faire la fayote j’ai même déposé la déclaration de travaux en mairie pour orienter l’abattoir vers la Mecque. Pas conne, pour éviter d’être fichée S j’ai pas mis la Mecque, hé, j’ai mis Castres. Depuis Lalbenque c’est dans la même direction et au moins je peux dire que c’est pour rendre hommage aux rugbymen. A la mairie de Lalbenque ils y ont vu que du feu. Hé, c’est qu’il faut ruser dans les négociations internationales, hein.

Bon, après il y a encore des pisse-froid qui vont dire qu’on exporte des armes de guerre, que le canard gras c’est fait pour tuer des gens… beh oui, qu’est-ce que vous voulez que je vous dise, c’est la réalpolitique. On veut la réussite économique du pays ou pas ? Hébé on assume. Mais attention, hé, j’ai une éthique : j’ai signé une pré-convention avec le gouvernement saoudien, ils achètent mes canards gras, mais ils s’engagent à ne pas s’en servir.

#Désintox #FakeNews Cette photo a été honteusement détournée de son contexte : ce canard gras n’est pas du tout lancé sur le Yémen, il s’agit d’un exercice. Promis, juré, craché.

 

Reste à la préparer, cette kabsa. Hébé là, pour le principe on va ête franc : c’est du couscous, mais avec du riz à la place de la semoule. Mais bon, vous comprenez bien qu’en réalité, on va détailler un peu la chose, hé.

La kabsa

800g à 1kg agneau (collier ou épaule) ; parce que là, faut-il que je vous précise, j’ai choisi une kabsa à l’agneau, hein.

1 gros oignon émincé

3 gousses d’ail pilées

Riz long

2 tomates coupées en dés

Huile d’olive, beurre

1 bâton de cannelle, 3 feuilles de laurier, 5 clous de girofle

2 cc curcuma

1 pincée safran

Sel, poivre noir

10 graines de cardamome

Citron noir séché « loomi » ; j’espère bien en recevoir prochainement dans le cadre de mon opération « citron séché contre canard gras ». En attendant, hébé je fais avec des zestes de lime.

Eau

Pour la décoration : amandes, pignons, persil, coriandre, etc.

 

Vous commencez par rincer soigneusement le riz, sinon après, avec cette recette ça fait plein d’amidon et vous pouvez replâtrer votre cuisine avec. Après, vous le cuisez à moitié et vous réservez.

Vous chauffez doucement l’huile et le beurre. Quand le beurre est entièrement fondu, vous ajoutez laurier, cannelle, clous de girofle et cardamome. Vous remuez quelques secondes, puis vous ajoutez l’ail pilé.

Ensuite, vous ajoutez la viande et vous la faites revenir 5 minutes, toujours en remuant. Hébé oui, si j’ai choisi horsjeu.net pour livrer mes recettes, c’est parce que vous êtes réputés agiles du poignet, hé, alors me décevez pas, hein. Vous ajoutez curcuma, poivre, safran, sel, et le citron noir séché. Vous remuez encore, et vous mettez les tomates.

A ce moment-là, vous couvrez (à peine) d’eau, et vous faites cuire la viande doucement à couvert, 30 à 60 minutes en fonction de la quantité et du morceau. Quoi, je vous aide pas ? Ben ouais, les bouchers ça sert à ça, c’est sûr, c’est pas à une barquette de chez Intermarché que vous allez demander conseil, hé. Quand la viande est cuite, vous la retirez, vous la réservez.

Ajoutez alors le riz dans le bouillon restant, et laissez cuire jusqu’à absorption.

Ca y est, c’est prêt, il vous reste à servir dans un grand plat : le riz au-dessous, la viande par-dessus, et enfin la décoration .

Zou, normalement avec cette recette, les contrats sont dans la poche ; je vous laisse, j’ai un royaume à fournir en canards gras. Et n’oubliez pas, bon appétit bien dur.

Parie-Maule.

Parie-Maule Pelé

Experte cunilaire à tendance footballistique, secrétaire perpétuelle de la confrérie de la truffe et du canard gras de Lalbenque (Lot).

2 Comments

  1. Je ne soupçonnais pas ce sens des affaires chez vous Parie-Maule. Quelle femme décidément !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.