Clermont-Nancy (2-2) : La Chardon à Cran académie se répète.

Les matchs se suivent et se ressemblent, la Chardon à Cran Académie détourne ses deux têtes mal faites de victoires trop faciles car elle n’apprécie que les victoires à la Pyrrhus au prix de blessures, cartons rouges, suspensions de tribune et bagarres générales. Mission accomplie face à Chambly, mais alors vos matchs nuls à la petite semaine, des ouvertures du score rapidos et des égalisations qui suivent presque illico, votre suspens à trois sous à peine digne d’une série télévisée produite par NT1, encore un but encaissé suite à une déviation toute pourrave du défenseur, Makthar Gueye qui marque son 3e but en autant de matchs…c’est bien résumé ? Oui madame, c’est ce qu’on pourrait appeler la fin du monde.

View post on imgur.com


Les Notes

Valette 2/5
Placé sur le premier but de Clermont comme un Yéménite au salon français de l’armement, il a ensuite raté l’occasion de se réconcilier avec un public de plus en plus sceptique quant à son niveau réel, avec un beau plongeon qui aurait dû suffire à repousser une frappe clermontoise toute nulle. C’était sans compter sur la déviation de Seka mais ça ne le dédouane pas, loin de là.

Karamoko 2/5
Moins en verve sur son côté sous la contrainte d’un exigeant 3-5-2, il a yoyoté entre défense hasardeuse et pulsations offensives fibrillantes, pas franchement à l’aise en haut, en bas ou n’importe où sur le terrain.

Lybohy 3/5
Jeune et bel éphèbe imposant son style avec décontraction malgré la hargne d’adversaires parfois crispés, il a dû toutefois employer quelques techniques de contorsion sous l’influence du mondial japonais, l’évitement étant certainement la plus significative d’entre elles.

Seka 3/5
Ah le gros étourdi. Il nous a offert sa chevauchée fantasque en fin de match, dire qu’on la réclamait est un euphémisme. Mais comme un plaisir ne vient jamais sans contrepartie, il nous a de plus gratifiés d’une absence plus que coupable sur le premier but clermontois, et je crois bien que c’est lui qui dévie le ballon sous Valette pour le 2-1. Heureusement pour lui, il est un serviteur impeccable pour notre égalisation. Une contradiction dans les termes, cet Ernest.

El KAoutari 3/5
Elégant et efficace sans ironie aucune. On peine à lui en vouloir pour ses absences régulières étant donné les carences physiques dont il fait parfois preuve. Pas grillé pour le haut niveau pour autant, loin de là, il fait figure d’intouchable pour nous qui apprécions avant tout ceux qui soignent leur placement sans pour autant rechigner à faire du petit bois de l’adversaire.

Ciss 5/5
Oh le cochon. Ce n’est pas seulement pour son but, mais aussi bien pour son placement, son pressing, ses retours défensifs, et un tacle en fin de partie qui pourrait bien avoir donné un haut-le-cœur à Vincent Muratori. Ou au moins une vague inquiétude concernant ses prochaines titularisations.

Rocha 2/5
Hyper actif et parfois efficace : on croirait voir un joueur convainquant. Reste à comprendre pourquoi une fois ce ballon récupéré, il a appuyé sa passe en retrait comme un minime sous Tramadol, précipitant la bascule du 2-1 ? Peut-être parce qu’il est réellement sous Tramadol à l’idée de rester dans cette galère tandis que ses deux copains vont tranquillement retourner à Sainté en fin de saison ? Enfin…peut-être qu’il a arrêté le traitement, là.

Lefebvre 4/5
Encore un match de petit blanc hargneux au milieu des grands blacks. Il s’est une nouvelle fois pris pour un Xavi époque Yaya Touré en nous régalant de gestechniques impropres à la Ligue d’Eux et en souillant quelques slips clermontois sans trembler. Akichi était annoncé de retour rapidement, on dirait qu’il peut encore attendre tranquille.

Bassi 2/5
Pas de but, pas de passe décisive. Tu peux t’échiner petit crevard, tu n’auras pas mon indulgence. Mort au Messois.

Vagner 2/5
Espérons que la trêve lui soit salutaire, il ne met plus un pied devant l’autre sans s’essouffler, le pauvre.

Gueye 4/5
Furieux golgoth, peut-être, analphabète du ballon venu au football grâce à l’opération d’un heureux hasard sûrement, jeune qui n’en veut, assurément. On a beau moquer sa grande taille et son niveau technique d’engin de terrassement, le Makthar vient de nous planter son 3e but en 3 matchs et s’est installé sans trembler en pointe de notre attaque en supplantant Dona Ndoh, vieux briscard rompu aux joutes de Ligue 2 et Malaly Dembélé, l’enfant du pays (hahahahaha).

Note artistique de l’équipe : 3/5

Zallez pas le croire : on est allé regarder un leader droit dans les yeux, on lui a tenu tête et on en est repartis convaincus qu’on pouvait rivaliser…le tout au terme d’un nouveau match nul. Sauf que cette fois on n’était pas ridicules du tout et qu’on a même montré des qualités plutôt réjouissantes, comme n’a pas manqué de le remarquer notre Garcia qu’on était pas loin de détester dernièrement et qu’on aime désormais d’amour fou, au moins jusqu’à la semaine prochaine. Fou comme les rencontres se suivent et ne se ressemblent pas, hein ?

Quoi, c’est le contraire de ce que j’ai dit plus haut ? Mais vous croyez quoi, que le foot et la vie c’est blanc, noir, match nul, défaite… ? Vous croyez qu’on est Football Actuel ? Seriez-vous disposé à vous écarteler les glandes avec un outil de jardinage ? Ici on parle football à travers le prisme de la vie, sa complexité et son absurdité fondamentale, mes connauds. Alors zallez arrêter de croire que c’est parce qu’on mentionne des émotions bas du front, des réjouissances basiques comme un but toulousain à Saint Symphorien à la 96e et des matchs nuls à Gabriel Montpied qu’on est pas capable d’un peu de joie pure.

Ici on alterne épisodes maniaques et graves dépressions comme nulle part ailleurs, avec pour seul principe d’éviter de vous le faire trop payer. Alors si vous êtes seulement là pour les notes, la frime du fan qui se tape tous les matchs insalubres des tréfonds de Ligue 2 et les moqueries à l’encontre des joueurs de couleurs, ayez au moins la décence de lâcher un peu de brouzoufs pour la caisse de grève des académiciens de Liverpool, de Barcelone et de Chelsea. Les autres savent sur quel bouton cliquer, en dépit de leurs tares.

Marcel Picon

Marcel Picon

Ras le cul de toutes ces conneries.

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.