Guingamp – Bordeaux (2-4), la Paysan Breton Académie livre ses notes

J’aimerais que Cthulhu Musquin*, flaque de pus arbitrale, devienne mon domestique. Son champ de coton à lui ça sera mes poils d’anus qu’il devra récolter avec ses dents sous une pluie de coups de ceinture.

Bienvenue à tous dans la Paysan Breton Académie, lieu d’amour et de séquestrations en tout genre. Académicien hors pair, footballeur sensationnel, vice-champion régional 2007 de blind test.
Service de baby sitting : contact au [email protected]

Cette semaine l’En Avant de Guingamp ne s’est pas fait humilier par une sombre équipe de district en Coupe de France. Tout le monde ne peut pas en dire autant, comme par exemple notre adversaire du jour :les Girondines de Bordeaux. Humilié comme il se doit par le FC Nantes Atlantique de Marcel Saupin.
Bordeaux, entre les branlées récoltées depuis le début du mois chaque week-end et la bagarre d’intellectuelles entre Prior et Sané de ce milieu de semaine, ressemble de plus en plus à une mauvaise série diffusée sur Teva. Pléonasme.
Pour se mettre au niveau de la grosse déconnade annoncée, Jocelyn Gourvennec a convoqué Maxime Baca, certainement pour un show de lancers de nains animé par Benjamin Angoua à la mi-temps. En tout cas, pour quelque chose d’assez loin du football original que l’on connaît j’imagine.
Admirez un peu notre onze qui ferait chier en spray Pep Guardiola :

Lössl – Dos Santos, Sorbon, Kerbrat, Jacobsen – Coco, Giresse, Diallo, Salibur – Briand, Erding

Dorian Lévêque est ce week-end encore absent, pour sa première échographie de grossesse selon mes sources. Encore absent du groupe, Mana Dembélé est préféré par un jeune tiré au sort parmi le public malgré des skills incroyables déployés cette semaine à l’entraînement.

Mana Dembélé travaillant face au but.

La joute :

Malgré de nombreux absents, Guingamp affiche de bonnes intentions dans le début de rencontre. Les occasions sont presque là mais ça manque cruellement de rythme. De plus, les Costamoricains cèdent trop de terrain, notamment à cause du manque de repères de la paire Giresse – Diallo à ce poste. Sur les percées adverses, ils reculent beaucoup trop et laissent Ounas prendre sa chance au quart d’heure de jeu. Sa frappe vient mourir dans le creux des bras musclés et saillants de Jonas Lössl. No Homo.
Cette mise en bouche d’Ounas était avant-coureuse puisque quelques minutes plus tard, il est à la conclusion d’un mouvement de myopathes. Guingamp se fait déborder sur son côté gauche et ne parvient pas à empêcher le centre de Rolan à destination de Diabaté. Lössl tente sa chance dans les airs avec la grâce d’un rayon charcuterie, et c’est finalement le jeune Ounas qui récupère et qui marque. EAG 0-1 FCGB.
La réponse guingampaise ne se fait pas attendre avec ce coup franc de Yannis Salibur qui heurte un groupe de U11 présent en latéral EST.
Bordeaux continue de prendre le jeu à son compte dans cette première mi-temps et concrétise à nouveau sur corner. Dos Santos contre la reprise de Yambéré vers Diego « sourire d’enfer » Rolan qui peut reprendre en toute quiétude. EAG 0-2 FCGB. C’est une catastrophe.
Mais juste avant la pause, Dieu lui-même se penche sur le Roudourou pour désigner son digne héritier sur cette terre en la personne de Thibault Giresse, qui réduit la marque sur coup franc. La classe armoricaine. EAG 1-2 FCGB.
Cet effort manque d’être vain quelques minutes plus loin, lorsqu’un bon mouvement bordelais dans notre surface est stoppé de justesse par Lössl devant Ounas. Le portier préserve les espoirs au moment où les deux équipes rejoignent les vestiaires. L’occasion pour les vingt-et-un acteurs de se désaltérer et de prendre une bonne douche/café/branlette pour Mevlüt Erding après quarante-cinq minutes de sieste.

À l’heure de jeu, sur une longue touche de Jacobsen, Diallo remet de la poitrine vers Coco qui colle un caillou dans les filets Bordelais. EAG 2-2 FCGB. Premier cageot de Marcus en Ligue 1, qui vient récompenser une honnête première saison pro. Côté guingampais on pense pouvoir profiter de la fragilité mentale actuelle des Bordelais pour aller chercher une victoire.
Sauf que Malcolm, rentré quelques minutes plus tôt in the middle pour pallier la blessure d’Ounas, adresse un magnifique ballon dans la surface repris de la tête par Diego Rolan puis par Clément Chantôme et son physique d’enfant de chorale, suceur de curé, qui trompe une nouvelle fois Jonas Lössl et la vigilance vincentlambertienne de Laurent Dos Santos. EAG 2-3 FCGB.
Mené, Gourvennec balance les dernières cartouches dans la bataille pour tenter de recoller. Entrée de Privat et Blas qui se montrent entreprenants, le second servant le premier devant le but mais Sloan manque sa reprise de la tête. Les Bretons poussent pour tenter d’égaliser à nouveau mais souffrent sur les contres Bordelais. Diabaté et Rolan se trouvent dans la surface mais la passe de l’Uruguayen à destination de Malcolm est trop courte et Lössl s’impose.
L’espoir reste de rigueur pendant de courtes minutes jusqu’à ce que Bordeaux enfonce le clou. Chantôme remporte un duel aérien ce qui profite à Poko qui peut déborder avec le ballon sur le côté droit. Et…

ATTENTION, INTERRO SURPRISE LES ENFANTS :

Il va y avoir un centre, et potentiellement un but. Qui fait quoi ? Je vous écoute.

On connaît tous la suite. EAG 2-4 FCGB.

Est-ce que vous réfléchissez parfois ?

Non.

Vraiment ce quatrième but… Vous me fatiguez. Vous défendez comme des femmes.

Les Paysans notés :

Lössl (2/5) : Quatre pions dans la musette. Si on ajoute à ça une palanquée de relances manquées ça donne un match globalement nul. Mais il reste bel homme.

Dos Santos (2/5) : Il s’est un peu plus projeté dans le camp adverse que souvent. Défensivement ça reste trop gentil. Et en prime il a délivré une passe décisive pour Diego Rolan. En léger.

Sorbon (3/5) : Même s’il maternait sa défense et si son absence s’annonce préjudiciable, il a lui aussi été dépassé par les attaques adverses pendant son temps de jeu.

Kerbrat (2/5) : C’est n’importe quoi ce placement sur ce dernier but.

Jacobsen (2/5) : Le poids des âges s’est terriblement fait ressentir devant Ounas. Son couloir a été trépané par un jeune gigolo de Magrébie pendant de longues minutes.

Giresse (3/5) : Un coup d’éclat sur coup franc, un bon état d’esprit tout le long de la rencontre il n’a jamais rien lâché. Mais défensivement il n’a pas beaucoup existé.

Diallo (2/5) : En demi-teinte le Mous’ n’a pas fait couler le sang sur les chaussettes de ses adversaires alors que la chaussette c’est sa valentine préférée. Qu’est-ce qui ne va pas Mous’ ? Il a tout de même délivré une magnifique passe décisive et a remporté quelques duels dans les airs.

Coco (4/5) : Beaucoup de déchet dans son jeu, mais il se défonce et a fini par être récompensé.

Salibur (2/5) : C’est bien beau d’avoir un mème de l’internet sur les protège-tibias mais ça ne protège pas des mauvaises notes de la Paysan Breton Académie. Il a peut être fait un ou deux bons débordements mais ensuite il a disparu de la circulation. Je ne sais pas s’il est revenu des vestiaires à la pause.

Briand (2/5) : Il a joué entre les lignes pour gratter les ballons et tenter d’amener le danger devant le but. Ce ne fut pas très flamboyant.

Erding (1/5) : Lui et Briand ne marchent pas du même pas. Aucune complémentarité, il ne se trouvent jamais. Mevlüt n’a pas fait grand chose de la rencontre. En gardant ce rythme ça va être problématique. Mais on va rester poli pour aujourd’hui.

Les pécores :

Angoua : Après plusieurs mois à se perfectionner dans les flammes de l’Enfer, Benjamin revient semer la terreur sur les attaquants de la Ligue 1.

Privat : Il faut qu’il arrête les lasagnes. Au moins au petit-dej.

Blas : Une bonne entrée.

Gwen Tagrenmer

*Le nom a été modifié pour des raisons de secret défense. Et de toute façon nous avons eu l’auteur au téléphone, ses propos ont été falsifiés [ndsr].

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

10 commentaires

  1. J’ai ri putain, qu’est ce que j’ai ri !
    La Paysan Breton Académie s’embougeoise pour le plus grand plaisir de ses lecteurs. Rendez vous compte la palette, on a la palette et pas de porc, non la noble palette. A ce propos, il manque une légende pour la chose en vert dans les buts… « Quelqu’un m’appelle dans les tribunes ? »
    Bravo Gwen, belle Acad’

  2. Bien tenté, cher M. Tagrenmer. Mais on va en rester à la suggestion, si vous le voulez bien. Le service juridique est déjà en arrêt-maladie pour cause d’hémorroïdes fulgurantes, n’aggravons pas son mal.

  3. [Censuré] [Censuré] Ta femme est la devant nous et elle nous suce le bout!
    ET [Censuré] et [Censuré] et [Censuré] est un laez Dour et [Censuré] est un Laez Dour et [Censuré] est un Laez Dour!

  4. Je veux bien. Mais c’est tout de même une salope. Et Gianluigi un salaud.
    Merci pour ces doux mots MeloVC.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.