La PL Academy vous présente la septième journée

Oh la trêve nous, vous savez, c’est juste l’occasion pour parler des choix de carrière désastreux d’Aymeric Laporte, de se moquer de Kévin De Bruyne après une défaite et de rappeler que non, Paul Pogba n’est pas bon qu’en équipe de France…


Manchester United 1 – 1 Everton

Frustration renouvelée à Old Trafford où Cristiano ne marque pas (hérésie !) et où les Raides et Vils abandonnent encore des points face à des Toffees pourtant largement diminués par les absences de Calvert-Lewin et Richarlison.

L’ouverture du score de Martial, revenant d’on ne sait trop où, laissait pourtant augurer une victoire tranquille, mais face à un certain manque de réussite pour se mettre à l’abri, la troupe de Benitez réagit avec succès et trouve l’égalisation sur un contre grâce à Townsend, qui ne se prive pas de chambrer CR7.

La tête de Solskjaer est mise à prix, celle de Benitez semble bien accrochée à son corps : les Toffees réalisent un excellent début de saison en comptant 14 points en sept matchs, autant que leur adversaire du jour.


Chelsea 3 – 1 Southampton

Est-ce qu’on y a cru ? Chelsea accroché, voire battu par les Saints après avoir ouvert le score (sur une tête de Trevoh Chalobah) ? On imagine aisément la majorité des suiveurs de la PL exulter quand M. Atkinson a désigné le point de pénalty, pour sanctionner une intervention profondément débile de Ben Chilwell sur Tino Livramento. James Ward-Prowse ne tremble pas et son rugissement laisse entendre une fin de match très engagée de la part de Soton.

Un peu trop engagée, d’ailleurs : le même Ward-Prowse est expulsé quinze minutes plus tard pour un tacle beaucoup trop appuyé sur Jorginho. Évidemment, Chelsea va profiter de l’aubaine pour tuer le match par Timo Werner (enfin), puis Chilwell. Un ascenseur émotionnel cruel pour les hommes de Ralph Noisette et qui permet aux Blues de prendre le commandement.


Wolves 2 – 1 Newcastle

L’histoire retiendra qu’avant son rachat par un fonds saoudien, Newcastle n’arrivait pas à battre une équipe de Wolverhampton en plein doute. Au bout de vingt minutes, le revenant Raul Jimenez vole dans les plumes des Magpies avant de lancer Hwang Hee-Chan, dont le tir croisé trompe Karl Darlow.

Les Steve Bruce boys pensent alors retourner le match, en égalisant par James Hendrick après une action confuse, dans la foulée d’une balle de 2-0 croquée par Francisco Trincao. Mais en deuxième mi-temps, le même enchaînement se produit, en sens inverse : Allan Saint-Maximin manque un face-à-face avec José Sa, et peu après Hwang Hee-Chan s’offre un doublé, pour ancrer le Nouveau-Château dans la zone rouge.


Burnley 0 – 0 Norwich

Deux équipes qui n’avaient pas encore gagné avant de se rencontrer. Deux équipes qui n’ont toujours pas gagné après s’être rencontrées (deux équipes que même Arsenal a battues). Deux équipes qui, peut-être, ne gagneront jamais, à moins d’affronter Louhans-Cuiseaux ou Andrézieux-Bouthéon (quoique, pour ce dernier, d’aucuns penseraient autrement…).

Clarets et Canaries ont fait le spectacle sur le terrain : cinq cartons jaunes en première période. Malgré différentes tentatives de Wood ou McNeil, Burnley n’a pas su faire la différence. Les Clarets ont légitimement gueulé sur l’arbitre lorsque, sur un coup-franc, Tim Krul est venu prendre le ballon et la tête de Matej Vydra dans le même mouvement sans que le ref ne bronche. Les coéquipiers de Pierre Less-Meelou ont tenté, eux aussi, mais ont failli, eux aussi, malgré deux grosses occasions de Mathias Normann.

Pour Norwich, si le compteur des buts marqués reste bloqué (2 en sept matchs), le compteur des points démarre enfin ! 1 point ! Au lieu de 0. C’est beaucoup mieux.


Leeds 1 – 0 Watford

Enfin une victoire pour Leeds ! Il a fallu faire de Watford un véritable punchingball et, signe que tout n’est pas encore réglé offensivement pour les troupes d’El Loco (le Patrice, en espagnol), c’est Diego Llorente, un défenseur, qui a marqué sur un corner cafouillé.

Si ces trois points vont faire du bien aux Peacocks, on ne peut pas en dire autant des Hornets, qui en profitent pour virer leur coach illico et embauchent Ranieri dans la foulée. Ce ne sera jamais que la 20e club entraîné par l’Italien, le 4e en Angleterre. Tout ça alors que Watford n’est même pas réellement dans la mouise avec deux victoires et quatre points d’avance sur la zone de relégation. Baste, les desseins de la direction de ce club semblent impénétrables et leur frénésie de coachs insatiable.


Brighton 0 – 0 Arsenal

Face à une équipe de Brighton en pleine bourre et sous le déluge, Arsenal a fait le dos rond (trente tirs concédés), mais l’a bien fait (quatre tentatives cadrées seulement). Leandro Trossard et Jakub Moder, notamment, ont copieusement arrosé la cage d’Aaron Ramsdale. Le gardien anglais s’est d’ailleurs imposé avec autorité en fin de match face à Neal Maupay, sur l’une des rares actions où Gabriel a lâché la laisse du Français. L’absence d’Yves Bissouma au milieu a probablement pesé lourd dans la balance, d’autant qu’on n’est peut-être pas près de le revoir en PL…

Au rang des bonnes nouvelles pour les Gunners, la rentrée d’Alexandre Lacazette a étrangement coïncidé avec un meilleur allant offensif de l’équipe. Le match nul arrange les hommes de Mikel Arteta, qui restent sur dix points lors des quatre dernières rencontres (et sur toute la saison, oui, on sait).


Tottenham 2 – 1 Aston Villa

Après leur lynchage en règle face à Arsenal, les Spurs ont eu le mérite de relever la tête et de montrer qu’ils étaient toujours là, motivés, prêts à jouer la septième place du championnat. Comme souvent, ils s’en sont remis à Heung-Min Son. D’abord, le Sud-coréen a servi sur un plateau Højbjerg, complètement abandonné par les Villans, qui n’avait plus qu’à ajuster.

(Et dites-vous qu’Hojbjerg est aussi seul depuis au moins 5 secondes)

A l’heure de jeu, Matt Targett a bien visé et son centre a trouvé Ollie Watkins au premier poteau pour l’égalisation. Mais Heung-Min Son a permis aux Spurs de reprendre l’avantage après avoir déposé côté gauche le pauvre Kortney Hause, centré et forcé le susnommé Targett à marquer contre-son-camp sous la pression de Lucas Moura.


West Ham 1 – 2 Brentford

Pour les Hammers, tout se passe toujours en fin de match. Pourfendus par United dans les arrêts de jeu, libérés à la 90e par Antonio face à Leeds…et cette fois cela à nouveau tourné au vinaigre pour les Moyes boys.

Ne ménageant pas leurs efforts pour égaliser au cours d’une seconde mi-temps à sens unique (Mbeumo avait ouvert le score à la 20e pour les visiteurs sur un contre), les Hammers ont poussé jusqu’à la toute fin en espérant obtenir la victoire pendant les 10 minutes qui restaient après le but de Bowen. Hélas, un dernier corner pour les visiteurs leur a été fatal, tout comme le fait de ne placer personne au point de pénalty, choix étrange. D’une frappe en force, Yoane Wissa donne la victoire au Statistics FC qui semble tout de même savoir jouer au foot au moins aussi bien que du tableur en ce début de saison.

Les Londoniens en fer restent neuvièmes un point derrière leurs adversaires du jour et on sent que ces deux équipes n’ont pas fini de nous surprendre cette saison.


Crystal Palace 2 – 2 Leicester

Le début de saison tout pourri de Leicester continue avec ce résultat qui ne va pas arranger le mental des troupes. Les Foxes menaient 2-0 à l’heure de jeu et se sont laissés revenir dessus par des Eagles enragés.

Car cet avantage n’était pas franchement mérité au vu de la physionomie du match. Comme on l’a dit précédemment, les hommes de Patrick Vieira jouent étonnamment bien en ce début de saison et ne nous paraissent pas payés. Deux erreurs de défense plutôt dommageables laissent Iheanacho ouvrir son compteur puis Vardy ajouter, mais ceux qui sont réellement récompensés s’appellent Michael Olise (premier but pour le franco-Anglais de 19 ans) et Jeffrey Schlupp.

Double impasse donc pour d’un côté un Rodgers en grande difficulté pour tirer des résultats d’un groupe de grande qualité, tandis que Vieira semble lui avoir réussi à transmettre des principes viables à des joueurs pas encore tout à fait au niveau pour gagner.


Liverpool 2 – 2 Manchester City

C’est bien quand un choc n’accouche pas d’une souris.

En première période, les Reds ont mangé cher. Un milieu dépassé et incapable de donner des ballons aux trois de devant, lesquels rataient tous leurs contrôles sur les rares opportunités de contre ; derrière, le brouillon-isme n’avait d’égal que le calvaire vécu par James Milner, latéral droit en l’absence de Trent Alexander-Arnold. Les hommes de Guardiola s’en sont donné à cœur joie sur le côté de l’ex-citizen, chacun venant prendre sa part du foie de Milner tels des aigles du Caucase. Mais, grâce à Alisson Becker, ça a fait 0-0 à la pause.

Certainement secoués par Klopp, les Reds sont revenus avec de meilleures intentions. Côté droit, Momo Salah s’est défait de Cancelo et a lancé Sadio Mané en profondeur : le Sénégalais n’a pas tremblé, contrairement aux filets. Mais les Citizens ont vite réagi : l’insupportable Gabriel Jesus s’est baladé au milieu de Reds trop peu agressifs et servi le non moins repoussant Phil Foden pour l’égalisation. Match lancé, match intense, match ébloui par le génie du one-and-only Mohamed Salah : un solo côté droit, quatre citizens éliminés, une frappe limpide. Liverpool, soyez mignons, blindez son contrat, il le mérite. L’égalisation sur une frappe déviée de De Bruyne laisse un goût amer de même que le raté incroyable de Fabinho à la dernière minute.

2 partout, la balle au centre. Liverpool est 2e et toujours invaincu ; City est 3e.


The table :  le bas du top 6 est surprenant, tout cela reste bien serré. On y verra peut-être plus clair après la trêve. En bas, la catastrophe se rapproche à grand pas pour Norwich tandis que les nouveaux riches de Newcastle manifestent déjà leur joie de voir Brucie prendre la porte d’ici une semaine. C’est pas notre cas et ça déjoue tous nos plans ; tout va toujours trop vite dans le football…

Edgar Allan Poeteau

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.