La PL Academy vous présente le Boxing day et la dix-huitième journée

en retard, en retard…

la PL Academy a eu fort à faire pour se remettre des fêtes. La digestion enfin terminée, ses rédacteurs sémillants se remettent en ordre de bataille pour rattraper leur retard et… se mettent en grève illico vu le boulot qu’ils ont.


Dix-septième journée- boxing day (le vrai) :

Brentford 2 – 2 Spurs

Ce n’est pas seulement que les Spurs jouent “mal”, c’est surtout que Brentford joue plutôt bien. On le voit sur l’ouverture du score des Bees : les attaquants sont recherchés à la récupération du ballon, ces derniers jouent en relais puis exploitent la largeur du terrain et finissent par provoquer la réussite pour faire marquer Vitaly Janelt du genou.

Autre aspect du jeu qui laisse les pantins de Conte impuissants en début de seconde période : un corner sur lequel Ivan Toney fausse compagnie à Clément Lenglet et marque pépouze. Facile, le football. Les Spurs réagissent enfin dix minutes plus tard grâce à une tête de Harry Kane qui ne fait même pas hurler son coach, plutôt grinch que Père Noël. À peine quelques instants plus tard, c’est le beau Pierre-Emile Hojbjerg qui égalise. D’aucuns diront qu’il n’y a qu’un Ø en Premier League…

Tottenham essaye bien d’emporter la victoire en fin de match face à des Bees un poil dépassés mais les justice est cette fois implacable : ils ne méritaient pas mieux que le nul.


Southampton 1 – 3 Brighton

Recruter Roberto De Zerbi pour prendre la suite de Graham Potter était manifestement une bonne idée. Une tête de l’ancien Saint Adam Lallana pour ouvrir le score, l’hospitalité de Romain Perraud pour offrir le deuxième but aux Mouettes et une sacoche en lucarne de Solly March règlent le sort des locaux. Le pénalty inscrit en deux temps par l’excellent James Ward-Prowse ne change rien, Soton continue son chemin de croix vers la relégation.


Crystal Palace 0 – 3 Fulham

Le Palais de cristal s’écroule du fait de la résurrection de Fulham. Il faut dire que si Aleksandar Mitrovic se met à déposer des centres sur la tête de ses coéquipiers (Bobby Reid en l’occurrence), la PL n’est pas prête. Il faut dire aussi que le tacle aussi dangereux que stupide trois minutes plus tard de Tyrick Mitchell, qui vaut à son auteur de rentrer à la douche une heure plus tôt que prévu, n’est pas de nature à aider les locaux à rebondir. Et quand James Tomkins l’imite à l’heure de jeu, Patrick Vieira lève les bras en signe d’impuissance. A onze contre neuf, Fulham déroule et ajoute deux pions par Tim Ream sur corner, puis par Mitrovic. Palace semble bien parti pour une saison supplémentaire de ventre mou.


Aston Villa 1 – 3 Liverpool

A quinze points du leader et huit points de la LDC, les Scousers n’ont plus que leurs couilles à perdre. En déplacement à Villa, gagner pour ne pas occuper une place encore plus indigne doit être la moindre des choses. Klopp et ses hommes répondent présents d’entrée : à la suite d’un corner, Alexander-Arnold lance Robertson dans la profondeur d’un extérieur pied droit, Andy remet en une touche d’un extérieur pied gauche pour Momo Salah qui la pousse au fond. Preuve que Liverpool sait toujours jouer au football, mais seulement une fois tous les mois en ce moment.
Van Dijk double la mise du pied gauche (!) après un corner mal renvoyé et avant la pause. Une jolie tête de Watkins redonne espoir à l’équipe d’Unai Emery avant que Stefan Bajcetic tue le suspense pour les Reds (retenez ce nom du jeune espoir espagnol, future star du ballon rond – en tout cas, c’est ce qu’on nous dit pour justifier le non-achat d’un milieu de terrain alors qu’il en faudrait trois tout neufs).


Arsenal 3 – 1 West Ham

Fesser West Ham à domicile est toujours une activité intéressante. Pourtant, en première période, Arsenal domine outrageusement sans marquer, quand les Jambons de l’Ouest profitent de leur seul incursion pour ouvrir la marque, sur un pénalty de Saïd Benhrama. Mais la deuxième mi-temps vire au festival pour les Gunners : d’abord en égalisant par Bukayo Saka, en suivant une frappe ratée de Martin Ødegaard, puis en prenant l’avantage dans la foulée, d’une frappe sèche au premier poteau signée Gabriel Martinelli. Enfin Eddie Nketiah se prend pour une toupie et envoie valser Tilo Kehrer avant de tromper Fabianski pour la troisième fois. Un match maîtrisé qui permet à Arsenal de conserver vous-savez-quelle place.


Manchester United 3 – 0 Nottingham Forest

Sans pitié pour le promu, United fait le job de manière autoritaire à la maison. Se permettant même d’ouvrir le score par Rashford sur un corner, cette phase de jeu préhistorique, les Raides et Vils tapent vite et bien, Martial doublant la mise deux minutes plus tard.

Les Élagueurs ne sont pas dangereux mais parviennent tout de même à réduire la marque avec un peu de chance en fin de première période. But refusé par la VAR pour une main ou un hors-jeu…, on sait pas trop.

Le match va pour se terminer quand soudain les Brésiliens semblent finir de digérer la dinde. Casemiro jaillit pour intercepter un ballon au milieu de terrain et sert Fred à travers la défense qui conclut en une touche. Joyeuses fêtes.


Leeds 1 – 3 Manchester City

Pas de miracle de noël pour les Peacocks face à City. En dépit d’une prestation de haut niveau d’Ilan Meslier qui a longtemps repoussé l’échéance, les Skyblues trouvent la faille en fin de première période grâce à Rodri. La suite est connue : Haaland marque. C’est tout. Ah non : il marque deux fois.

Les Whites réduisent la marque par Struijk sur corner. City reste dans le sillage d’Arsenal tandis que Leeds manque sa reprise. Attention à la seconde partie de saison.


Matchs pas intéressants :

Leicester 0 – 3 Newcastle

Everton 1 – 2 Wolves

Chelsea 2 – 0 Bournemouth


Dix-huitième journée :

West Ham 0 – 2 Brentford

Vous qui nous lisez ou nous subissez depuis des années maintenant, vous savez tout le bien que nous pensons de Thomas Frank. Donc voir sa sympathique équipe venir gagner au Stade olympique contre les Moyes Boys nous fait chaud au cœur. Un premier but signé du roi des parieurs Ivan Toney, à la reprise d’un ballon mal repoussé par Lukasz Fabanski, un deuxième signé Josh Da Silva en contre juste avant la pause, et l’affaire est réglée. Brentford s’installe sans bruit dans la première partie de tableau, pendant que les Marteaux se rapprochent de plus en plus de la Championship.


Liverpool 2 – 1 Leicester

Incroyable mais vrai : les Reds enchaînent une quatrième victoire consécutive et ses supporters se mettent à nouveau à croire que le podium est possible. Mais derrière cette victoire se cache un match rocambolesque et une piètre performance des Klopp’s men. Trois buts il y eut dans le match, trois buts de Leicester : le premier dès la quatrième minute par Dewsbury-Hall qui a transpercé notre milieu et notre défense sans aucune opposition et conclu face à Alisson ; le second à la trente-huitième, de Wout Faes, défenseur belge des Foxes dont le tacle maladroit pour sortir un centre de Trent a occasionné un contre-son-camp ma foi assez commun ; le troisième, et là on touche au sublime, du même Wout Faes, quelques instants plus tard, qui, courant vers son but pour défendre, reprend du tibia le ballon qui a rebondi sur le poteau après une frappe de Nunez. Mille ralentis valent mieux que mille mots. La blague belge vit aussi bien en France qu’outre-Manche.


Wolverhampton 0 – 1 Manchester United

Comme prévu ce fut compliqué, pas toujours beau à regarder ni extrêmement fluide, mais comme espéré les Raides et Vils ont triomphé de Loups pas franchement mordants. Après une période vierge de buts, Marcus Rashford est entré et a fait le boulot comme le patron qu’il est en train de devenir. Pourquoi n’était-il pas titulaire ? Eh bien il a été puni par son coach en raison d’un manque de ponctualité, figurez-vous. Comme quoi on peut être le chef sur le terrain et devoir se plier aux sanctions du vrai boss.

Si le travail de Ten Hag n’est pas encore parfait, il permet néanmoins à Manchester de retrouver le top 4 pour débuter la nouvelle année. Ce n’est pas une mince affaire vu la concurrence en face. Du côté des Wolves, ça sent toujours autant le sapin, mais les douces effluves de pain d’épices et la bonne flambée en attendant le papa noël, non. Plutôt la pisse de chat et la charogne.


Manchester City 1 – 1 Everton

Le plan de Manchauvester se déroulait jusque-là sans accroc. Une balade, un énième but du Cyborg et les hommes de Guardiola remettaient tranquillement la pression sur Arsenal. Quand soudain, à l’heure de jeu, Demarai Gray, absolument pas attaqué à l’entrée de la surface des Citizens, décoche une lourde en lucarne qui laisse Ederson absolument pantois. City est KO debout et même les onze minutes de temps additionnel n’y changeront rien, Franck Lampard arrache un point à l’Etihad.


Brighton 2 – 4 Arsenal

La tradition gooner des passes décroche-machoire de joueurs comportant dans leur nom un O bizarre se porte bien, merci pour elle. La dernière en date a permis à Martin Ødegaard d’offrir à Gabriel Martinelli un face-à-face cadeau, conclu par le Brésilien. Auparavant, la défense des Mouettes avait déjà offert un premier but à Bukayo Saka, et Ødegaard avait doublé lui-même la mise d’une reprise topée sur corner. Ajoutez à cela un petit but de raccroc signé Eddie Nketiah et en début de deuxième mi-temps, Arsenal dispose d’un matelas confortable de trois buts d’avance.

Mais Arsenal ne serait pas Arsenal si ses joueurs n’offraient pas à ses fans quelques frissons bien inutiles. Ainsi le toujours excellent Kaoru Mitoma réduit le score en profitant d’un relâchement coupable de la défense londonienne. C’est alors que survient LA passe de ce début de saison, pour permettre à Martinelli de tuer le match à vingt minutes du terme (heureusement car les Gunners ont la mauvaise idée de concéder un deuxième pion signé Evan Ferguson dans la foulée). Et à son équipe de débuter 2023 en tête du championnat.


Tottenham 0 – 2 Aston Villa

Oh c’est plaisant de voir les Spurs encaisser une défaite à domicile après une nouvelle performance que l’on qualifiera poliment de nulle à bouffer ses lacets. Les scenarios à réaction qu’affectionne Conte ne semblent pas suffire à remporter des matchs pour son équipe en manque de jus et ce sont des Villans au contraire bien vitaminés par l’arrivée d’Emery qui en profitent.

La première période n’y suffit pas alors c’est la seconde qui est la bonne pour les Birminghamiens. C’est d’abord Buendia qui profite d’un bourde de Lloris qui laisse échapper un ballon relativement facile pour ouvrir le score. C’est ensuite Douglas Luiz qui exécute parfaitement son enchaînement contrôle frappe sur un service aérien de toute beauté. Ce n’était pas seulement appréciable parce que c’étaient les Spurs. C’est bien ce qui nous fait peur.


Nottingham Forest 1 – 1 Chelsea

C’est presque facile d’obtenir des points contre Chelsea en ce moment tant cette équipe semble déjouer depuis l’arrivée de Potter à sa tête. Incapable d’inculquer à ses joueurs les principes qui faisaient son succès à Brighton, le bon Graham nous fait pitié à se faire marcher dessus même par des promus dont on sait de source sûre qu’ils ne sont pas très habiles pour prendre le jeu à leur compte.

L’ouverture du score un poil chanceuse de Raheem Sterling n’y suffit pas car les Blues laissent complètement échapper la rencontre en seconde période. Serge Aurier se charge d’égaliser de manière acrobatique et offre de l’espoir aux bûcherons de Nottingham.


Matchs nuls et moins nuls :

Newcastle 0 – 0 Leeds

Bournemouth 0 – 2 Crystal Palace

Fulham 2 – 1 Southampton


On revient très vite pour les 19e et 20e journées.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.