LOSC-OM (3-0) : la routine pour l’Unlimited Académie

On ne nous y reprendra pas.

On était partis à Bordeaux gonflés à bloc, persuadés qu’on allait leur rouler dessus. Mais perdre contre les Girondins cette année, c’est quand même une sacrée leçon d’humilité. À part ça, ce match a été celui de la confirmation pour Rui Fonte : il n’a rien à faire sur un terrain de foot.

Mais place au match de Marseille. Cinq ans sans les pourrir, ça commence à faire long. Pour vous donner une idée, la dernière fois que c’est arrivé, René Girard était entraîneur et le buteur s’appelait Nolan Roux. Tout va très vite dans le football. Mais ce Marseille semble vraiment prenable : trois défenseurs centraux et Amavi absents, Payet sur le banc, six buts pris sur les deux derniers matchs, 42 km/h d’écart entre la pointe de vitesse de Pépé et celle de Luiz Gustavo. Ça fait déjà beaucoup, encore plus si on considère que l’on jouera ce match à onze, R.Fonte laissant enfin sa place à Rémy. Assez rare pour être souligné, les supporters marseillais ont été autorisés à se déplacer et, encore plus exceptionnel, le stade est plein, la présence de Thauvin sur le terrain n’y étant pas forcément étrangère.

Du côté de la compo, c’est très classique : à part Rémy, le seul changement par rapport aux matchs précédents est Dabila, qui remplace Soumaoro et son carton rouge.

Première mi-temps

La première mi-temps, d’une très faible qualité, nous voit quand même dominer assez nettement. Ikoné, en confiance, tente un café-crème à chaque fois qu’il a le ballon, et les réussit suffisamment souvent pour que je ne présume pas du métier de sa mère. Mais il est un peu seul, puisque Bamba rate tout ce qu’il touche, que Pépé est serré de très près, et que Rémy a trop de respect pour son ancienne équipe pour essayer de la mettre en danger. En face, Marseille ne propose presque rien, tentant quelques contres, et beaucoup de passes très ambitieuses. Peut-être un peu trop (63% de réussite).

Mi-temps, deux tirs cadrés. Un de chaque côté. L’ombre d’une note sous la moyenne par le CFC plane sur Pierre Mauroy.

 

Deuxième mi-temps

La deuxième mi-temps commence bien plus fort que la première, Ocampos oubliant totalement Thauvin pour permettre à Maignan de briller, avant que Pépé ne rate le cadre de façon incompréhensible. Dans la foulée, Rémy colle une tête juste à côté du poteau, histoire de dire qu’il a essayé.

Et puis Pépé, évidemment. Accélération, crochet, faute, contestation, var, penalty, but. On se fait chier pendant une heure avant un dénouement qui ne surprend personne : la ligue 1, c’est un épisode des experts.

Dans la foulée, Payet rentre et Marseille commence à réussir des passes, à dominer, mais surtout à jouer plus haut. Et ça, il y en a un qui aime pas, c’est Luiz Gustavo. Parce que ça veut dire qu’il doit courir, et c’est pas pour ça qu’il a décidé de jouer au foot. Il est énervé, et il le montre en fauchant Pépé. Deuxième penalty, que Pépé laisse à Bamba. Et pour ne pas s’arrêter en si bon chemin, Leao, qui joue son premier match, lance FBT en profondeur d’une talonnade qui mystifie le bon Bouna. Bon Bouna qui va pouvoir se rendre compte du changement de dimension du même FBT en se retrouvant au sol après le duel. Centre en retrait, doublé de Bamba, 3-0, fin du match. On reprend la deuxième place et la confiance. À sainté d’en profiter le week-end prochain.

 

L’Unlimited Académie livre ses notes :

Maignan (3/5) :
Une nouvelle fois peu de travail, une nouvelle fois bien fait.

FBT (4/5) :
Allez c’est bon, je suis définitivement convaincu. Et Bouna Sarr aussi.

Dabila (2/5) :
Un match parfait à quelques mauvaises relances et erreurs de placement près.

José Fonte (4/5) :
Qu’ils viennent le chercher.

Celik (3/5) :
Pas trop mis en danger défensivement, ses centres sont aussi précis que les miens. Il était pourtant assez prometteur en début de saison en faisant marquer Mothiba deux fois.

Xeka (3/5) :
S’il ne faisait pas au moins un peu chier les marseillais, pourquoi Ocampos a-t-il absolument voulu lui briser le nez ?

Thiago Mendès (4-/5) :
Patron comme un Thiago Mendès, à quelques centimètres de mettre un but de fou en première mi-temps. Le prix Puskas attendra.

Bamba (3/5) :
Il rate tout pendant 80 minutes. Puis il colle un doublé.

Ikoné (3/5) :
Youtube.com/Jonathan-Ikone-Magician-of-Pierre-Mauroy-Best-Skills-compilation. Remplacé par (75ème), qui lance Pépé sur le deuxième péno. Il mérite sûrement plus de temps de jeu.

Pépé (Pépé/5) :
Remplacé par Gabriel (92ème)

Rémy (2/5) :
Clairement pas au même niveau que ses partenaires, mais on va quand même lui laisser un peu de temps. Il laisse sa place à Leao (78ème). Impliqué sur le troisième but, il devrait humilier beaucoup d’adversaires dans sa carrière. On demande à revoir.

Michel Saistout

One Comment

  1. Bordeaux va tellement donner de leçons d’humilité cette saison que l’on pourra rebaptiser le championnat « Ligue Humble ». En tout cas nous sommes ravis que vous ayez vous aussi appris ce que c’est aux gens d’en bas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.