Lyon-Montpellier (1-2) : la Paillade Académie is not gone anymore

Les cours seraient désertes et les rois presque seuls, si l’on était guéri de la vanité et de l’intérêt.



Te souviens-tu ? Dis, te souviens-tu des instants que l’on suspendait dans un coin de notre crâne, pour oublier que rien ne va vraiment ? J’ai peine à distinguer ces images délicieuses qu’on embrumait à coups de bières, ces morceaux de vie qu’on effaçait à renfort de pâteuses, presque honteux d’avoir traversé le bonheur comme un simple fétu spectral. Te souviens-tu ? La musique jouée devant nous qui perforait nos oreilles en manque de colère, de bagarre salvatrice, la foule qui se compacte pour exploser en dizaines d’atomes joyeux pour revenir à l’état d’origine, mer unie en passe de s’agiter. Éternel recommencement aqueux.
Te souviens-tu des excès qui se suffisaient à eux-mêmes tant qu’ils étaient fabriqués en collectif ? Dis, si tu te souviens, peut-être pourras-tu nous aider pour tout recommencer ? On ne sait plus trop comment faire. Bah, on trouvera bien.



Titulaires

Omlin (3/5) : solidité, solidité, qui es-tu solidité ?

Ristic (2/5) : mal à l’aise dans la civilisation.

Congré (2/5) : la position dans la peau d’un autre.

Hilton (5/5) : la Jeanne Calment blanche.

Sambia (5/5) : mitraillette à fleurs réelles.

Mollet (3/5) : danse avec les roux.

Savanier (5/5) : ce qu’on dit de lui, il s’en fout.

Mavididi (3/5) : coupé-décalé à boîte automatique.

Laborde (3/5) : pas de quartier à moitié plein.

Delort (3/5) : extérieur sport.

Entrés en jeu

Mendes fonce, Le Tallec sed lex, Wahi est le nouveau Souley, Cozza est fait, Skuletic n’est qu’une seule personne.

Le bisou vigneron,


marcelin

Qui ne saute pas est un Nîmois.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.