Montpellier-Bordeaux (2-0) : La Paillade Académie s’habitue aux hauteurs

Dis, Loulou, t’es fier ?
C’était pas si compliqué que ça d’y croire, et pourtant on a eu du mal. On pensait renouveler les sommets d’ennui de l’exercice passé. Et pourtant voici que, petit à petit, le jeu fait son nid. On soulignait tant et tant de fois la solidité défensive primée à l’excès au détriment d’une animation efficace de l’offensive, et voici que ça plante sans tergiverser.
Que de certitudes tenaces ébranlées d’un coup d’un seul ! Mais, n’en doutez point, quel bonheur s’en voit retiré ! Quelle douce surprise d’à nouveau se planter devant son écran avec délice et impatience de savourer ces instants de retrouvailles avec la belle Paillade !
Et ce n’est pas les valeureux mais inconstants Girondins qui pourront dire qu’ils ont contrecarré les plans savoureux du Clapas, non, même eux n’ont pas résisté à la fougue, à l’envie loin d’être pusillanimoise, ça, on en a fait notre affaire, c’est emballé, c’est pesé. Et rien qu’à voir ces sourires ravis qui ornent désormais les figures sauvages de nos braves joueurs, on ne désire rien de moins que tout ce joyeux sabbat ne continue encore et encore, pour le bonheur tout entier de nos mirettes toutes transportées !

Les joyeux lulus :

Lecomte (3/5) : Mais que peut-il lui arriver, lui qui semble doué d’ubiquité tant les endroits n’arrivent même pas à suivre sa présence.
Aguilar (3/5) : Retrouve sa bonne et due forme en courant comme un bienheureux un jour de fiançailles, jouant juste, juste et juste juste.
Mendes (4/5) : Capo dei tutti capi.
Hilton (3/5) : Rassuré de ne plus avoir à tenir tout seul la barre, il harangue toujours aussi fort, suivi de plus belle par tout son bloc.
Congré (3/5) : Tout vient à point à qui sait défendre.
Lasne (3/5) : Pas trop mal en guise de piston.
Le Tallec (3/5) : On aime bien sa morgue, au village, ça nous rappelle la détermination du vieux Marcel dans la descente Pernod-Ricard.
Skhiri (3/5) : Cerbère pas berbère mais peut-être Léonard, on ne sait pas, toujours est-il qu’il fera toujours la loi du milieu pour le plaisir.
Sambia (3/5) : Dans un style plus chaloupé que Mollet, il a quand même fait danser la croisière.
Delort (4/5) : Leader de la tête et des épaules, disponible, dynamiteur, oh, djiiii moi oui, Andjiiii.
Laborde (5/5) : le Giroud blanc.

Entrés en jeu pour sortir laitue

Piriz a fait un tabac
Skuletic a allumé des pétards (sic).
Ammour a fait la guerre.

Le bisou vigneron,
Marcelin Albert.

marcelin

Qui ne saute pas est un Nîmois.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.