Montpellier – Lyon (1-2) : La Paillade Académie ivre ses notes

Un échange Grenier-Mounier, sivouplééé.

«  Monsieur Grenier est un salaud »

Marcelin Albert.

 

Oui je m’auto-cite, ça m’excite. Mais celle-ci m’attriste car elle atteste d’une cruelle défaite. Une sorte de cohorte de cloportes qui comporte et colporte la mauvaise nouvelle, belle et pucelle, jouvencelle d’une histoire qui finit en queue d’hirondelle.

Se faire coiffer au poteau, voilà le fin mot de ce vendredi soir, voilà la cruelle conclusion qui s’invite à la table marceline ce samedi midi, réclamant plus de lard que de cochon. Ah ! Frustration, frustration, quand tu nous guettes, c’est la disette de frisettes. J’avais voulu jouer le Nostradamus du pauvre sur les ondes en prédisant la douzaine fringante dans la mouille des petits, je fus bien content de ne point posséder le troisième œil ( à défaut je me réjouis de détenir le troisième bras, comme un symbole de Bernard Lacombe).

Car la prestation des petits n’a rien à envier. Non c’est bon maintenant je finis pas mes phrases, rien à foutre des conventions de la langue française, plus rien à carrer des dogmes, j’invente, je découvre, je prospecte, sur tous les fronts, j’en deviens le pionnier magnifique de cette faute de frappe, de goût ou de tout ce que tu veux connard. J’établis. J’intronise. Je sacre. Je suis omniscient bande de salopards, chantez mon nom ou je vous colle une rafale de bastos dans les omoplates. Absence.

C’est parfois à se demander si ça sert à quelque chose de rédiger sur les matches qui restent, tant on a bien compris que La Paillade ne joue plus rien ou presque, ou peut-être bien que oui allez savoir. Une indécision qui pèse dans les vestiaires où parait-il on se sent mal, mais pas que, sur les supporters également, qui se demandent bien à quel saint se vouer. Nous voilà maintenant sous la menace d’une perte effective de deux places, j’ai comme une envie délicieuse de dire : super. Pourtant, la prestation d’hier au soir n’a pas été dégueulasse, loin s’en faut. Malgré la clé de bras parfaitement réalisée par les Lyonnais dans les premiers instants de la partie, les petits ne se sont pas laissés démonter, pour petit à petit remonter la pente, de ma tante, en Charente. Mais toutes les occasions dangereuses s’échappèrent délicatement des doigts montpelliérains comme de vulgaires filets de sable, et ce n’est que sur la chevauchée chaotique de l’intermittent marocain que la Paillade égalisait. Alors, comme dans bon nombre de matches cette saison, la deuxième mi-temps nourrit encore plus de frustrations de tous les pailladins. Récupérant des ballons un peu plus haut que durant les 45 premières minutes, les petits se mettaient progressivement en joie. Le nul était mérité. La première défaite à domicile en 2013, beaucoup moins. Mais bon, quand on rate des occasions par paquet de 10, on devient sans-abri. Et quand la Croix-Rouge ne passe plus pour ravitailler, on crève. CQFD.

 

Les titulaires :

 

Jourdren (2/5) : Ne peut pas grand-chose sur les deux buts, mais en même temps il n’a jamais rassuré sa défense quand il le fallait.

Bedimo (3/5) : Des montées incessantes et intéressantes et il a pas trop mal défendu, surtout sur Briand, qui pensait à Suzette.

Hilton (3/5) :Le mec fait aussi des ouvertures de fracassé de la cafetière, en plus de défendre comme un déglingos de la casaque. Mais il se fait dominer de la tête comme un caraque à poils longs.

El-Kaoutari (2/5) : Défendre c’est bien. Le faire, c’est mieux.

Congré (3/5) : Il a pas mal apporté avec ses montées mais, comme un symbole chat nègre, le premier but vient de son côté où étrangement, le seul qui couvre c’est Stambouli qui évolue… dans l’axe.

Dabo (2/5) : Ouvre ton dico à R et cherche à « récupérateur », espèce de singe hurleur fini à la pisse. (remplacé par Martin)

Stambouli (3/5) : Incroyablement mauvais en première période, il s’est rattrapé en deuxième en faisant étalage de son impressionnant volume de jeu. Dilettante, c’est pas le dernier parfum de Gucci espèce de cagole.

Belhanda (4/5) : Il a mis un petit peu de temps à s’allumer, mais quand il le fit, mes aïeux ! Intenable le bougre, et sa bougeotte fut couronnée par ce but que personne ne lui ôtera.

Cabella (4/5) : Un peu moins organisateur qu’à l’accoutumée puisque placé sur un côté, il ne s’est pas laissé démonté et a dynamité la défense lyonnaise.

Mounier (1/5) : Sans déconner, comment tu fais pour louper ça ? Se prend pour un ministre à force de jouer la transparence. (remplacé par Charbonnier)

Camara (3/5) : Peuchère il aime pas ça la pointe, on le voit bien, il se retrouvait à chaque fois dans un couloir. Du coup, c’est pas lui qui avait les occases. Tant mieux ?

 

Les remplaçants :

Martin : Pleure pas, Maman va venir te chercher.

Charbonnier : T’aurais marqué je t’aurais fait une éloge. T’as raté : je te pose ma bite dans les cheveux ça te fera une belle barrette.

 

 

Bonus « Herrera est un touriste » :

Vu au stade : la limace en chef qui discute avec le vendeur de chouchous du stade pendant l ‘échauffement. True Story.

 

Bonus « les nègres de Domino’s Pizza sont des enfoirés » :

Le type a tout de même sonné au moment du but de Grenier. Je l’ai biflé pour la peine.

 

Bonus « Adieu la Butte Paillade, vive les Buttes Chaumont » :

Dudu est un génie, mais pas autant que lui.

 

 

Le bisou vigneron,

Marcelin.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

7 thoughts on “Montpellier – Lyon (1-2) : La Paillade Académie ivre ses notes

  1. Voilà un cave qui s’octroie ma prose pour dégoiser sur du foot. Si j’étais pas déjà canné je crois que j’irais au refile. Je préfère décarrer dard-dard comme dit Frédéric. À bientôt mes mignons.

  2. Si je m’inspirais de ta prose, je serai un pauvre con. D’ailleurs j’aime pas trop l’ami Fredo. Ce qui est dit est dit

  3. Après 4ans passé à Lyon, revenir à Mtp, se taper se match là… et se faire chambrer par la meilleure amie de mon ex (Lyonnaise), ca l’a fout mal. Mes amis Lyonnais ont eu plus de classe en me disant que c’était un hold up, mais vu mon équipe en bois cette saison, c’était comme attaquer une banque en faillite! pas tort finalement.

    Pour le match, ca ne pouvait se finir que comme ça, je parle de la 2nde periode, la 1ère étant équilibrée.
    Mm si Vercoutre l’a aidé (ancien Montpellierrain), Mounier (ancien Lyonnais) a raté 2 duels pas très difficiles!
    Encore une fois, Lyon est sauvé par son poteau et encore une fois, Mhsc en fait (contre l’OL !)
    Bedimo a retrouvé sa fougue en 2eme mi-tps, mais vu sa saison, s’il se barre, ce ne sera pas une perte !

    En tout cas, Jean Fernandez pour rebooster cette équipe.. c’est une farce! Et Loulou N qui espère retrouve la LDC, et finir 3eme (derrière le PSG et Monaco).. no comment !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.