MU-Burnley (2-2) : La Raide et Vile Academy livre ses notes

Salut à tous !

La Raide et Vile Academy n’aime pas ces matchs de semaine où le coach confond subitement les compétitions et aligne des nullos sur le pré en pensant tranquillement passer un tour de League Cup contre des fermiers bedonnants.


IDLE FEET


LE MATCH.

Domination sans partage malgré les changements, mais posséder n’est pas marquer et l’adversaire prend ses aises. Un gros raté inhabituel de Rashford dès la 9e minute donne le ton : on va galérer. À une défense hyper basse et regroupée, les habituels remplaçant et réservistes de United opposent une créativité restreinte et une justesse technique inférieure.

Soudain, dès l’entame de la seconde période, c’est le coup de massue : Pereira, seul à 16 mètres devant De Gea, se fait déposséder du ballon et son détrousseur n’a qu’à servir Barnes qui avait bien suivi pour que ce dernier fusille littéralement De Gea. 0-1, 51e.

Le siège du but des Clarets qui s’ensuit logiquement ne permet que de faire briller leur gardien, manifestement dans un bon jour. Et puis alors que la fin du match approche, un contre même pas violent, un ballon même pas vraiment dangereux, une offensive timide de Burnley finit à nouveau au fond des cages de nos gagneuses. 0-2, 81e. On se demande encore comment un tel but a pu arriver. La belle parenthèse ouverte par l’arrivée de Solskjaer semble tendre vers sa fin, tant tout est réuni pour nous faire revivre un de ces matchs pitoyables qui ne jalonnent que trop nos dernières années en Premier League.

Mais à cœur rouge vaillant, rien d’impossible et ce n’est pas Jesse Lingard qui contredira ce poncif. Un petit accrochage dans la surface, une très belle chute prompte à attiser la pitié de l’arbitre et voilà que Pogba nous refait sa course de poulet anémique pour adresser une frappe magistrale dans la lucarne. 1-2, 87e

Enfin la conclusion heureuse de ce match bien difficile arrive : au terme de nombreux coups de boutoirs, un ballon finalement relâché dans les arrêts de jeu sur Victor Lindelöf offre son premier but au Suédois et l’égalisation in extremis à des cocottes pas vraiment tranchantes. Les deux dernières minutes consacrées à tenter d’obtenir la victoire n’y suffisent pas, aussi le verdict tombe au coup de sifflet : la première contre-performance de Solskjaer se joue à la maison, contre un adversaire tout de même largement à notre portée. Quand on vous dit qu’on n’est pas encore guéri.


LES NOTES.

De Gea 2/5
Une fois n’est pas coutume, ce qu’il pouvait sauver, il ne l’a pas même effleuré.

Young 3/5
Décisif sur l’égalisation, il a réussi à garder la tête froide pour enfin pondre un bon centre en fin de match. S’il pouvait être aussi lucide à chaque fois qu’il a le ballon, il en serait sûrement à 72 passes décisives cette saison…

Lindelöf 5/5
Le score ne lui a pas permis de célébrer son premier but sous nos couleurs comme il se devait, ce qu’il n’a pas cherché à contester. Le voir signifier aux autres de se replacer comme lui après son égalisation plutôt que de faire trois tours de terrain renforce d’un ou deux crans notre amour naissant pour lui. Il a tout compris.

Jones 3/5
Pas vraiment fautif sur les deux buts tant chacun semble passif (surtout sur le deuxième), il a produit un match très correct dans l’ensemble mais devinez qui sera sur le banc au prochain match ?

Shaw 3/5
Il n’a pas manqué d’attaquer et d’attaquer encore, malheureusement au détriment d’un retour défensif de qualité quand on avait besoin de lui.

Matic 3/5
Maître du rythme et des espaces en temps normal, il a dû cravacher pour abattre le travail de deux. Il s’en sort toujours bien mais pour ce match, il n’était clairement pas aussi bien aidé que d’habitude.

Pereira 1/5
Il voulait sa chance, il a dû la demander nuit et jour à Solskjaer depuis son arrivée, il a fini par l’avoir. Tout ça pour ça…planqué derrière Matic toute la rencontre, refusant le duel, pas inspiré dans ses transmissions au point de ne jouer que latéralement, il aurait pu se contenter de gentiment rater son match et bénéficier des encouragements d’un coach décidément très gentil. Il était néanmoins prévisible que le jeune Brésilien allait être la cible des briscards de Burnley, ceci à plus forte raison après toute une première période passée à leur montrer à quel point il était tendre. Le mauvais scénario n’a pas manqué de se produire avec cette ouverture du score adverse en grande partie de sa faute, et l’on peut désormais s’inquiéter de son sort en équipe première à un moment où l’on aurait bien besoin d’un joueur de rotation devant la défense. Remplacé par Lingard (63e)

Pogba 4/5
Venu sauver les meubles au moment où ça semblait le moins bien engagé, il a assuré son penalty comme s’il y avait eu 0-0 et a continué à apporter sa technique et son jeu long jusqu’au bout.

Mata 3/5
Sa technique a posé des problèmes aux Clarets et même s’il n’a pas été décisif, il a été dangereux jusqu’à la fin.

Rashford 2/5
Transcendé vers le bas par son raté prématuré, il a eu toutes les peines du monde à exister ensuite, entre mauvaises décisions, contrôles manqués et courses dans le vide.

Lukaku 2/5
Serré de près par une défense sur l’homme implacable, il a été sevré de ballons. Ses partenaires ont clairement pris le parti de jouer la profondeur avec l’arrivée de Solskjaer, ce qui ne semble pas faire ses affaires à court terme. Remplacé par Sanchez (67e).


SUBS

Lingard NN
Excellente entrée qui a permis de faire remonter le bloc en insufflant un impact physique salutaire. Il est à l’aise et en confiance, il sait ce qu’il a à faire sur le terrain qu’il soit titulaire ou remplaçant, il ne s’arrête jamais.

Sanchez NN
Presque héros puisque c’est lui qui bute sur le gardien adverse pour offrir l’égalisation à Lindelöf. On a connu pire entrée.

Bobby Carlton.

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.