Juve – Parme (3-3) la Bianconero Académie n’a rien à dire pour sa défense.

Max Allegri, c’est un Rudi Garcia qui a réussi.



Salut les zèbres,


Je n’irai pas jusqu’à me qualifier de prophète de l’anal, non. Après tout, j’ai accumulé les erreurs et les tromperies tout au long de ma vie d’académicien. Retenez simplement que dans ce gloubi-boulga de logo(dia)rrhée j’ai affirmé que l’on allait perdre en Coppa contre l’Atalanta. Et en effet, nous nous sommes fait rôtir la pastille sans poppers par des Lombards qui ont joué crânement leur chance. 3-0, au revoir triplete rêvé. Ne reste que la possibilité de faire un doublé qui serait déjà historique, puisque cela signifierait que nous aurions enfin gagné une nouvelle finale de Champion’s League (dois-je vraiment vous rappeler que nous sommes les Poulidor de l’épreuve pour faire écho à ce sport que tant de rédacteurs du site affectionnent particulièrement, n’est-ce pas Luke S. ?)


On ne va pas se mentir, nos chances de succès sont minces comme un standard de beauté féminin de 2009. Alors occupons-nous déjà de retrouver un semblant de football en continuant à écraser le championnat domestique.


Se dresse donc sur notre route la surprenante équipe de Parme qui a enchaîné les montées après sa banqueroute et se retrouve aujourd’hui douzième de Serie A. Au match aller, on en avait chié costaud, mais nos certitudes nous avaient permis de l’emporter. Si « certitudes » n’est pas le mot qui qualifie le mieux cette Juve de début d’année, la logique sportive voudrait que l’on gagne ce match.


Mais vous savez ce qu’on en fait de la logique sportive, un soir où le froid polaire fait remonter les gonades des acteurs dans leur bas-ventre ? On lui pisse dessus, oui. Et pour être sûr qu’elle n’en rate pas une goutte, on aligne une défense inédite où le seul Cancelo est titulaire en temps normal (encore que l’excellent intérim de De Sciglio a bien redistribué les cartes). Une charnière Caceres-Rugani qui transforme nos fesses en gouttière à sueur comme un service de 200 personnes en cuisine un dimanche de Corso de la lavande. Ajoutez à ça une Spinazzole sur le retour (qu’on espère à terme voir pousser Alex Sandro à revenir, ou bien Alex Sandrine à dégager sa race maudite) et vous avez tous les ingrédients d’un cocktail hasardeux, du genre rhum-citron-jaune d’œuf-viandox avec une pointe de harissa du cap Bon.


LA PARTITA

Cricri nous a pourtant mis sur la bonne voie en glissant le ballon dans le but parmesan tout en glissant lui-même (quelle phrase pourrie quand on y pense…) après que Matuidi l’a décalé (1-0, 36e). Vu le déroulement de la première période, c’est tout sauf du vol. Le break de Cricri est d’ailleurs passé à ça (toujours le même geste que celui de la précédente académie) des cages de Sepe.

La seconde période nous a procuré notre dose de frissons, mais pas vraiment ceux de l’orgasme. Non, on a plutôt eu droit aux sueurs du lendemain de cuite lorsque l’on chie notre rhum-citron-jaune d’œuf-viandox qui traverse péniblement un territoire rendu propice aux hémorroïdes par la harissa. Tout commence par le poteau de Khedira à la 57e, second acte manqué du match pour le germano-tunisien qui a bien tenu son rôle de pâte pimentée. Il faut un grand Sepe pour refuser une nouvelle fois le but à Sami quatre minutes plus tard. Puis la délivrance arrive par Rugani qui offre le break aux bianconeri, envoyant une mine à bout portant après une déviation astucieuse de Cricri (2-0, 63e). Antonio Barilla réduit l’écart deux minutes plus tard en reprenant un centre de Kucka d’une tête magistrale (mais que faisait-il absolument seul au point de pénalty bordel de merde !?) (2-1, 65e). Cricri remet la Vieille Dame sur les rails en marquant dans la foulée, bien servi par l’Homme Mario Mandzukic (3-1, 66e). Et donc normalement on aurait dû en rester là. Victoire tranquille, un but concédé tout de même mais c’est pas grave. Sauf que Gervais en a décidé autrement. D’une subtile Madjer (3-2, 73e) puis au bout du bout du suspense d’une frappe que Francis aurait pu arrêter mais Mattia visiblement non (3-3, 90e+3), Gervinho nous a poignardé le cul avec une saucisse.


Sept buts encaissés sur les trois derniers matches, c’est pas bieng (OptaGras). Le Napoli qui revient à neuf points, la Serie A est complètement relanc… non je déconne.


LES NOTES


PERIN (2-/5) : Trois buts dans la musette, dont le dernier franchement évitable. L’intérim dans le froid de janvier, C’est dur pour tout le monde.

CANCELO (4/5) : Le rayon de soleil dans cette défense de merde.

RUGANI (2+/5) : C’est bien de marquer des buts, mais faudrait faire en sorte qu’on n’en encaisse pas surtout.

CACERES (2/5) : Dans le dur comme l’est un tricheur d’un cercle de jeux à Marseille au fond de la mer.

LA SPINAZZOLE (2/5) : Encas de Gervinho.

PJANIC (3/5) : Match en missionnaire pour Mire. Pas de risque.

MATUIDI (3/5) : Tout pareil que son copain du dessus.

KHEDIRA (3+/5) : Meilleur milieu de terrain ce soir. Si, si. Cultive toutefois cette fâcheuse tendance à tirer sur les montants. Deux fois ce soir. Remplacé par BENTANCUR qui aura tout juste eu le temps de ne pas défendre sur Gervinho pour le troisième but.

MANDZUKIC (3-/5) : Un match parfait à la Mario, jusqu’à ce ballon perdu à la 93e. On connaît la suite. On l’aime quand même.

DOUGLAS COSTA (2/5) : Toujours pas. Remplacé à la mi-temps parce que blessé ou nul par BERNARDESCHI, lui-même remplacé par CAN parce que blessé. Comme si on n’en avait pas assez…

CRISTIANO RONALDO (4/5) : N’a pas fait grand chose en dehors de marquer deux buts et faire une passe décisive. Mais a tout de même fait ça.



Rendez-vous contre Sassulolo dimanche prochain, où l’on espère bien recommencer à gagner.

FINO ANAL FINE.


Roberto.


Horsjeu a besoin de toi pour continuer à boire de la bière tiède en canette pendant Radio Horsjeu. Regarde, c’est juste en dessous que ça se passe. Et n’hésite pas à nous rejoindre aussi, on est gentils. Sauf un.


Roberto Bettégras

Gérontophile lubrico-bakouniniste.

2 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.