MU – Wolverhampton (1-0) – La Raide et Vile Academy livre ses notes de FA Cup

Salut à tous,

un sentiment accablant de honte prédomine. L’humiliation à peine vécue, nous nous relevons de notre siège la boule au ventre, un frisson évoquant la gueule de bois succédant aux mauvaises cuites d’alcool triste parcourant notre épine dorsale. Un silence enrobé de la sensation de vide s’abat sur notre tristesse comme la misère sur le monde en période d’austérité. Après une longue pause, le cerveau reprend une faible activité pour asserter un premier constat : que le chemin est long.

Le temps des questions étant encore un peu tenu distance par l’abrutissement successif à telle raclée, la colère et la frustration prennent le dessus. Une telle inversion du rapport de force est intolérable. Notre belle domination, notre posture effrayante, le Manchester United terrorisant la planète entière à commencer par le royaume insulaire, son jardin, son berceau, n’est plus. Elle a été transférée via PayPal dans un autre stade de la ville, pas avare en investissements et en mise en conformité avec ce qu’est devenu le football moderne, lui.

Car la comparaison, si violemment mise sous nos yeux par la dérouillée subie hier soir, nous délivre son lot de solutions toutes plus stupides les unes que les autres car dictées sous le coup de la rage : puisque pour y parvenir, il faut acheter, mettre entre parenthèses son si performant centre de formation, mais aussi rançonner, soudoyer, tricher, truquer, tromper, corrompre, planifier des ligues fermées, parler avec des super encu…des super agents, eh bien soit, faisons-le. Et descendons tous ces usurpateurs de leur fucking perch.

[il semblerait que le texte d’une académie de Carabao cup (United-City 1-3) se soit glissé en lieu et place de celui d’une académie de cup. Il fallait lire au contraire que l’on était content car on a gagné contre les Wolves et que ça faisait longtemps. Nos excuses – La rédaction]


Les (vraies) notes

Romero 4/5
Sauvé par le VAR et par son poteau, puis jamais vraiment inquiété ensuite. Tranquillement, à force de travail bien fait, le mec est en train de devenir une légende en tant que numéro 2. Cela force l’admiration.

Wan-Bissaka 3/5
On l’a vu manquer un tacle, c’est tout de même à souligner. Bon match par ailleurs, car on l’a vu tenter d’attaquer les Wolves et rester haut, ce qui nous ravit.

Lindelöf 3/5
Souvent bien placé au point qu’il n’a pas à forcer les duels, il fait partie de ces joueurs très peu spectaculaires dont seule l’absence se remarque.

Maguire 4/5
Lui n’a pas fait dans le feutré et s’est offert tout le sale boulot, ce qui lui a valu un jaune mais aussi notre admiration car cette fois il a indéniablement livré un match de patron.

Williams 4/5
Lui aussi a fait un match de patron, la seule différence c’est qu’il a 16 matchs en pro. L’académie est formidable.

Fred 3/5
Ses progrès se sont encore vus hier soir, le petit Fred semble ne plus avoir peur de grand monde.

Matic 3/5
C’est ce qui s’appelle soigner son retour. Depuis qu’il est revenu, notre milieu a perdu en folie ce qu’il a gagné en stabilité. On n’aimerait pas le voir partir quand il joue à ce niveau.

Mata 4/5
Le voir briller depuis deux matchs n’effacera pas les longs mois de repos qu’il s’est octroyé. Toutefois, on est toujours content de voir à quel point l’Espagnol peut être précieux quand il est mis à l’aise dans le cœur du jeu et que l’envie lui prend d’aller chercher des ballons. Sa finition sur le but nous rappelle aussi sa qualité.

James 3/5
Malheureux dans ses tentatives, il semble accuser le coup physiquement après une demi-saison faste. Au moins n’abdique-t-il jamais et continue-t-il à essayer. Il a été dangereux tout le temps qu’il a joué.

Greenwood 2/5
Privé de ballons à droite, il a pris l’axe, repoussant Martial sur l’aile gauche. Il n’a pas été beaucoup plus servi, cerné dans la défense compacte des Wolves. Un match à oublier niveau statistique, mais à retenir pour l’expérience.

Martial 3/5
Quelques petits éclairs sur l’aile gauche pour nous rappeler (Didier Deschamps inclus) qu’il est loin d’être cramé comme ailier, puis un travail somptueux pour protéger le ballon et servir Mata parfaitement qui aboutit à l’ouverture du score. Le Toto continue sa maturation, on l’aime toujours plus jour après jour.

Bobby Carlton

Bobby Carlton

Académicien et souteneur de la Raide et Vile Academy.

Un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.