Nîmes-Reims (2-0) : La Crocro Académie recommence à y croire

Salut les zguègues,

Oh punaise, une victoire ! On avait oublié à quoi ça ressemblait. Depuis septembre qu’on attendait ça, septembre et nos derniers trois points récoltés contre le Téfécé, dernier représentant de Ligain à nous contester le titre de tocards en chef ou de chèvres d’élite. Sur ce point, on avouera sans problème que nos deux clubs se livrent un duel sans merci, mais qu’Antoine Kombouaré a quasiment tué le game à lui tout seul, et que c’est donc avec un certain dépit que nous nous sommes résolus à observer son départ loin du championnat et, espérons-le pour les esthètes, loin du football en général.

Pour en revenir à nos Crocos sans-dents, ce début d’année 2020 aura été marqué par une qualification héroïque aux tirs-aux-buts contre Tours en Coupe de France, avec tous les ingrédients qui la rendent savoureuse : un match de merde contre une CFA2 (il faut dire N3 apparemment maintenant ?), un TAB valable pour les locaux refusé par l’arbitre (huhuhu) et surtout un épisode tragi-comique de recette du match conservé par le club, ce qui déclencha une mini crise sur le mode « les riches sont méchants », argument risible concernant le NO quand on sait que la prime en question a certainement permis à Rani Assaf d’acheter des bouteilles d’eau à distribuer aux journalistes. En somme, on a gagné petit, on s’est comportés comme des connards, mais on les emmerde.

Seum légitime côté Tourangeau. On notera de notre côté que c’est peut-être le retour de la grosse chatte à BB qui nous a beaucoup manqué en début de saison

La réception de Reims marque le début d’une belle série de matchs aux Costières en janvier, et donc la possibilité (que dis-je, l’ardente obligation) d’enclencher une série positive qui puisse nous permettre d’espérer. Côté mercato, le nouveau DS Reda Hammache a conclu le prêt de Yacine Benrahou, peu utilisé du côté de Bordeaux, pour renforcer notre secteur (in)offensif.  

L’équipe

L’arrivée de Benrahou nous donne la possibilité d’organiser le jeu en sortant Sarr et Fomba de l’équipe, ce qui constitue une amélioration non négligeable. Le petit est placé au cœur du jeu, en 10 derrière Ripart, avec Philippoteaux et Ferhat sur les ailes. C’est alléchant, mais on saute dans l’inconnu. Donner les clefs du camion à un jeunot dès son premier match, c’est un pari, un peu comme si tu acceptais de te faire sucer dès le premier soir par une inconnue. Enfin bon. Disons que tu t’exposes à une déception si jamais c’est mauvais, tu vois.

Bernardoni

Alakouch – Briançon – Martinez – Miguel

Deaux – Valls

Ferhat – Benrahou – Philippoteaux

Ripart

Le match

Ce fut long à se dessiner avec certitude, on a souffert, mais bordel qu’elle fait du bien celle-là ! On attaque pied au plancher comme souvent quand on joue chez nous, sauf que cette fois-ci on marque ! Corner de Benrahou, bien frappé (Allelluia), cafouillage, remise dégueu de Martinez vers Ripart, qui tacle comme un chien pour glisser la balle au fond (1-0, 15e minute).

C’est un bon match de merde, avec fautes en pagaille et « bataille du milieu de terrain », ce genre de choses. Dans ce style, Deaux et Valls jouent très bien leurs rôles de casse-couilles de service et organisent une sorte de « fautes de pute contest » avec Romao et Chavalerin. Le truc tourne en notre faveur puisque Romao, déjà averti en 1ère période, se fait exclure après un second jaune à la 55e. On passe tout proche d’un deuxième but dans la foulée, encore très bon coup-franc de Benrahou, et Ferhat expédie sa tête sur le poteau.

C’est ensuite long et pénible, haché et un peu bordélique. On joue assez mal nos situations de contres (lâche ta balle Zinou bordel de bordel), on laisse passer une grosse occase rémoise sur coup-franc, mais c’est finalement Benrahou qui conclut le match en provoquant lui-même un coup-franc à l’entrée de la surface, qu’il se charge de transformer lui-même de fort belle manière (2-0, 93e minute). Je l’ai déjà dit, mais elle fait du bien celle-là.


Les collègues

Bernardoni (3/5). Une fois n’est pas coutume, il n’a pas eu tellement de boulot. On va pas s’en plaindre.

Martinez (4/5). Et ben la voilà la prestation de bonhomme qu’on attendait. Un match qui dégouline de testostérone et de hargne, avec une passe décisive bien moche à la clef.

Briançon (4/5). Serein et toujours aussi précieux à la relance. Une belle présence sur CPA et quelques interventions rassurantes en fin de match.

Miguel (3/5). Plutôt propre, mais moins en vue qu’Alakouch sur les montées.

Alakouch (3/5). Le Sofiane des bons soirs, avec des retours dans les pieds salvateurs et  des cannes à n’en plus finir.

Valls (3/5). Bon ben c’est pas mal ça. On aurait presque trouvé notre milieu titulaire dis-donc.

Deaux (3/5). On a retrouvé le Lucas bogosse d’il y a quelques semaines, celui qui se bat comme un chien, fait la pute quand il le faut et donne un semblant de stabilité à notre milieu. S’il évite de se péter à nouveau, on va pouvoir espérer.

Benrahou (5/5). Allez, on va pas tortiller du cul, il a fait une énorme partie, surtout pour une première. Des CPA quasiment tous bien frappés, dont le corner qui amène le but de Ripart, une justesse de tous les instants, un positionnement intelligent pour faire le liant, l’impression que l’équipe est déjà à lui, et un coup-franc qui vient parachever le tout. On croise les doigts pour que ce ne soit pas un feu de paille.  

Ferhat (2/5). L’enflammade du début de saison n’aura pas duré très longtemps. Toujours une belle capacité d’élimination et une capacité à attirer l’adversaire sur lui, mais une capacité fascinante à toujours s’enfermer et à attendre la seconde de trop qui empêche de lâcher la balle dans le bon tempo. Espérons qu’il corrige ça, on a besoin de lui.

Philippoteaux (2/5). Il semble toujours dans une mauvaise phase, il n’a plus le coup de rein du début de saison. Il compense par un gros travail de harcèlement, c’est pas sexy mais ça compte.

Ripart (4/5). Ce but fait tellement plaisir. Un tacle qui contient toute la rage du bonhomme. Un match vraiment intéressant, tout en abnégation. On t’aime, va.

Karoud Fider

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.