Orléans – Red Star (0-0) : La Jules Rimet Académie livre vite ses notes

Par Porthos Molise, en direct de nulle part,

Salut les p’tits loups. Je vous la fais assez rapide, j’ai un avion à prendre dans quelques heures direction un ancien paradis communiste.

Déjà, bon, on s’est farci le déplacement à Orléans, au Stade de la Source et déjà c’est pas rien. Entendre gueuler « ici c’est Orléans » (ce qui est évident quand tu y es, hein, c’est sûr que c’est pas Montmartre) est une chose assez cocasse et pittoresque. Un peu comme cette banderole affichée par les Ultras Jaunes (si si, c’est leur nom) : « La coupe on s’en fout, nous on veut la ligue 2 ».

Déjà, bon, c’est naze, y’a aucun rythme là-dedans, et puis franchement les gars… Vous préférez vraiment rester anonyme pour les cinquante années à venir à osciller entre ligue 2 et National bien dégueu plutôt que de vivre au moins une fois dans votre vie une saison intéressante (j’ose pas dire passionnante) et un beau parcours en coupe ?

Non, vraiment cette banderole c’est de la merde en branche. Ça demande rien, ça revendique rien, ça sert à rien.

C’était ma minute morale.

Ensuite, le jeu. Bon, Orléans c’est le leader du Champianal, donc du lourd (même s’ils se sont fait sortir comme des merdes de la Coupe par un obscur club de village). Et nous, bah c’est le chemin de croix habituel. On en chie mais on est là. Comme le dit la chanson.

De toute façon, quoi d’autre ?

Les mecs qui lâchent rien :

Planté 4/5 : Sauvetage miraculeux à vingt minutes de la fin. Pour le reste, bien rassurant.

Marie 2/5 : Pas toujours évident pour lui, surtout que les attaquants adverses, et bé, c’est pô d’la merde. S’est bien battu néanmoins.

Ielsch 3/5 : Pas facile pour lui non plus. Mais le roquet est toujours dans les jambes.

Allegro 3/5 : Arf, il s’est chié dessus à un moment qu’un peu plus ça nous aurait couté le match. Mais bon, une crotte dans un océan de bons placements.

Cros 3/5 : A adopté la technique dite du « balançage en touche comme un bourrin » lorsqu’un attaquant adverse approchait à moins de trente mètres.

Fardin 5/5 : Franchement bieng… Il s’est défoncé de bout en bout et sans fioriture. Ne cherche pas l’esbroufe et c’est tant mieux.

Oudrhiri 2/5 : Y m’agace.

Lafon 3/5 : Dans le genre je me défonce avec mes moyens, il tient la corde avec Fardin. N’a rien lâché. Remplacé par Dieye en fin de match histoire de gagner du temps.

Lee 1/5 : Niveau ligue 2 qu’ils disent… Ouais, qu’ils disent. Remplacé par Orsatonni à ½ heure de la fin.

Laborde 3/5 : A bien emmerdé son monde comme il a pu. En a payé le prix. Blessé en débu de seconde mi-temps et remplacé par Tuslane.

Lefaix 3/5 : Pas vraiment d’occasion franche, mais quelques beaux mouvements. Un bon joueur de National, pas plus.

Petit aparté drolatique et copinatoire (again) :

Le collectif Red Star Bauer fait le bilan des années Haddad. Pour ceux qui l’ignore, le président du Red c’est LE spécialiste des phrases chocs avec engagement formel sur le long terme qui dure deux jours et n’engage que ceux qui l’écoutent. Je vous laisse le lien de l’article. Vous verrez, c’est formellement cocasse.

Sinon, Porthos disparaît. Il ne verra donc pas la défaite humiliante du Paris FC chez eux en Coupe de France face au Red Star. Il ne verra pas non plus le match du renouveau contre Bourg-Peronnas à Bauer.

D’ici là… Bah rien.

Cordianalement,

Porthos Molise

Porthos Molise

Supporter historique du Red Star depuis 1897, Père fondateur de la Jules Rimet Académie avant que l’Etoile Rouge ne redevienne tendance auprès des hipsters d’HorsJeu (les horjpsters). Ethnographe de comptoir et amateur d’excès lipidiques, j’ai contemplé le visage de Dieu. Il est gros et il s’appelle Jean-Jacques. En exil depuis que le Red Star est une équipe professionnelle qui gagne.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.