Paris SG – Montpellier (1-0) : La Paillade Académie ivre ses notes.

La Passion de Marcelin

 

C’était grand soir de match hier, à base de binouses et de cacahuètes pour faire passer la boisson crème. C’était un de ces soirs où chacun se prend pour la sentinelle implacable de son terroir, pour le garde-fou inébranlable de son pays. Chacun se prend à pousser une sérénade sauvage en faveur de son club de cœur, se surprend même à en devenir le héraut majestueux, colporteur de gloire et de tendresse jusqu’aux confins de l’univers footbalistique.

Moi, voyez-vous, je suis le héraut de l’Hérault, impétueux et sanguinaire, brave parmi les braves, et je chante tout mon amour pour ce club de la Paillade, un godet dans une main et mon cœur sur l’autre. Vachement important ça, le cœur. Parce que sans ça, c’est le néant, l’apoplexie de la passion, la fin des zaricots, reste plus qu’à trouver quelqu’un capable de se torcher le cul avec un bâton de pluie et faisant charivari.

Donc c’est avec mon cœur et mon godet (que j’allais bien remplir tout au long de la soirée, si bien qu’à la fin mon cœur eut des hauts et des bas, la chamade qui bats en haut-le-cœur et mon cœur en débat haut en couleur avec mon foie) que je m’installai sur le canapé pour visionner ce match entre le champion sortant et son fils spirituel, tu quoque mi fili.

Pas forcément le match de l’année, avec d’un côté une équipe de stars qui joue la cuisse leste et le chibre léger, et de l’autre une équipe de fortune qui ne sait plus distinguer son cul de sa merde. Le résultat en fut la somme au carré fois deux: un match plaisant certes mais avec des regrets de part et d’autre. En gros il y aurait pu y avoir 3-0 comme 1-1. Mais ne jouons pas les crétins des Alpes, avouons la nette supériorité adverse sur ce match et déclarons nous vaincus avec les honneurs. Et buvons, pour continuer à avoir quelque chose à mettre dans notre deuxième main.

Les titulaires:

Jourdren (3/5) : toujours aussi peu à l’aise dans les sorties sur des ballons aériens, il a toutefois assuré le coup à de nombreuses reprises tout en ne pouvant rien sur le but.

Congré (2/5) : macaque pas foutu de trouver son trou du cul pour marcher droit.

Hilton (3/5) : solide pendant la quasi-totalité du match, sauvant quelques situations in extremis. Mais bon, fait une cagade qui amène le but, dommage salope.

El-Kaoutari (3/5) : pas toujours très à l’aise, il n’a jamais lâché et a finalement réussi à gagner des duels importants.

Bedimo (1/5) : nullissime, toujours en retard, aucun rythme. On va lui foutre des anneaux dans le cul et sur le pif pour le faire danser à l’expo universelle.

Stambouli (4/5) : un travail magistral à la récupération, des relances incroyables, cette petite pute de marseillaise m’a impressionné. Penalty ? Quel penalty ? (remplacé par Dabo)

Belhanda (4/5) : un retour en forme pour l’ami Younes. On a retrouvé le dribbleur talentueux, le dynamiteur du milieu, l’ange de l’Atlas. Il était temps, salopard.

Cabella (3/5) : enfin on te retrouve mon petit. Pas toujours très inspiré dans tes passes et gardant la balle pour toi tout seul un peu trop souvent, mais on te retrouve. Aziz la famille. (remplacé par Martin)

Utaka (3/5) : une bonne frappe et puis s’en va. Où? Ah bin oui, aider le guignol qui fait office de latéral. Merci pour ce bel effort défensif , John.

Camara (3/5) : l’énigme de l’AOF, le nègre-rébus, la devinette de la savane. Ce type, c’est une pochette surprise version Papi Brossard, on sait jamais ce qu’il va sortir.

Charbonnier (1/5) : il était tout rouge à la fin du match, on se demande bien pourquoi. a) il a couru tout le match tellement il est bon tellement il est fort. b) il mange trop de tomates. c) il rougit de sa performance d’homme invisible. Un indice : regardez la note. (remplacé par Herrera)

 

Les remplaçants :

Dabo : palefrenier intermittent du non-spectacle.

Martin : doublure officielle de Petit Pied.

Herrera : genre le mec il fait le joker en rentrant à la 70eme, laisse moi rire.

 

Le bisou vigneron,

Marcelin.

 

 

5 thoughts on “Paris SG – Montpellier (1-0) : La Paillade Académie ivre ses notes.

  1. Quel poète ce Marcelin ! Belle intro encore une fois. Sinon, Belhanda qui se réveille à 10 matches de la fin du championnat, alors qu’il n’a quasiment rien foutu avant : non, non, il ne soigne pas juste ses performances afin de préparer son départ. Il fait ça pour l’amour du maillot. Payet nous avait fait le même coup.

  2. Le score est logique, mm si j’aurais apprécié le 1-1!
    Résister comme ça, faire une belle partie et se prendre le but de cette manière, c’est rageant.

    Bon Bedimo/Belhanda/ Utaka qui vont partir.
    J’espère que Bocaly va revenir vite.
    Saihi aussi? il est payé pour ce taper l’infirmière ou quoi?

    Cabella et Stambouli très bon malgré leur condition physique précaire.

    C’est qd qu’on aura un attaquant de pointe qui fait son job? Cad marquer des buts?

  3. Attention: les annotations sur Congre et Bedimo risquent d’offusquer Cyrille qui va revenir balancer un point Godwin Okpara a la gueule de Marcelin!

  4. Si vos bons joueurs partent et que Jean Fernandez arrive, vous êtes foutus, mes bons amis. Il va vous tuer. C’est ce qu’il a fait à Nancy, à ceci près qu’on avait pas trop de bons joueurs avant non plus.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.