Pays-Bas – France (2-0) : L’Académie française à deux doigts de mettre un gilet jaune

Ô ra(n)je ! Ô désespoir ! Ô étoiles flétries ! N’ai-je donc tant vécu que pour voir cette infamie ?

La prise d’antenne sur TF1 aurait dû tous nous prévenir : pas de son pendant 5 minutes, pas d’introduction par le duo Margotton-Lizarazu et surtout pas d’interview de merde de Frédéric Callenge. Une soirée sous les auspices les plus étranges. Une fois n’est pas coutume, la Karmeliet n’allait pas soulager mes souffrances.


La compo :


Avec les multiples blessures (Pogba, Houmtiti, Coco Tolisso, Martial, Lacazette… ), DD fait appel (forcé) dans sa liste à des nouveaux venus (Pléa, F. Mendy) et à d’anciens Bleus qu’on croyait disparus pour de bon (Digne, Sissoko, Sakho…). Sérieux, dans quel monde on vit pour encore appeler Sissoko ? Et vous me répondrez : dans un monde où on joue avec Kanté-Nzonzi-Matuidi au milieu. Certes. Ah, rassurez-vous : Sidibé est toujours dans le groupe.

Le derrière :

Digne ne fait rien comme personne : ni défendre, ni attaquer, ni prendre la même pose que les copains pour la photo officielle. Kimpembé est encore là pour pallier l’absence d’Houmtiti, malgré ses dernières performances cataclysmiques. Pavard à droite, parce que c’est ça ou Sidibé (DD ne rappellera donc jamais un Debuchy, ou n’osera tenter un Malcuit, ou n’importe qui d’autre).

Le milieu :

Aucune idée de pourquoi l’EDF présente la compo comme ça. Dans aucun univers parallèle notre milieu ressemble à ça. Je rappelle que Mbappé ne joue jamais dans notre moitié de terrain, ça lui demanderait de faire des courses vers l’arrière. Sinon, comme on a besoin d’un nul, DD a sorti le meilleur milieu possible (ah-ah).

Le devant :

On ne change pas une équipe qui gagne une Coupe du Monde et fait de la merde depuis.

À noter côté Oranje, deux choses : je refuse de prendre à nouveau un but de Ryan Babel, encore plus depuis qu’il a les cheveux aussi rouges que le cul d’un babouin ; et le meilleur défenseur central du monde y est titulaire.

 


Le match :


Première minute, première incursion des Oranje sur notre côté gauche, déjà aussi fébrile qu’une personne normale à qui on expliquerait ce qu’est la demisexualité. Lucas Digne, latéral moyen jouant dans un club médiocre, fait tous les efforts pour ne surtout pas gêner Depay parti en profondeur. Memphis est altruiste et sert en retrait pa-pa-padadada Gini Wiljnadum ! Frappe repoussée par Lloris. Notre milieu, dont le dessein secret est de contenir les Bataves, échoue lamentablement dans ce début de match (et tout le reste du temps, finalement).

A part une tête piquée de Grizou vers la 10e minute, et une frappe de Pavard Argentine-style mais non cadrée, c’est le néant. 20% de possession je crois au bout de 30 minutes, arrêts de Lloris en pagaille, pertes de balle au milieu à foison, aucune intensité de personne, c’est proprement scandaleux. Heureusement, le destin nous punit : Nzonzi tente de dégager de la tête, ça atterrit sur Babel et…. Ah non hein, pas Babel on a dit ! Lloris repousse, Varane et Nzonzi sont aussi rapides pour intervenir que la police pour perquiz’ la baraque de Bennalla : Gini Wiljnadum la pousse au fond.  (1-0, 45e).

Quinze minutes de répit bien mérité devant un spectacle aussi désolant. La reprise n’est guère mieux. C’est une calamité. Ça ne construit pas, et on a surtout l’impression qu’on s’en fout. Enfin moi je m’en fous, et eux aussi apparemment. Les Oranje font littéralement de la passe à dix dans notre moitié de terrain, parfois tranquillement dans notre surface. Tous nos joueurs sont dépassés ou je-m’en-foutistes, ou les deux. Lloris tient encore la baraque sur une double parade à l’heure de jeu.

Moussa Sissoko remplace Blaisou, parce que pourquoi pas ; Dembélé remplace Giroud, parce qu’apparemment ne pas jouer au Barça, arriver en retard et ne jamais rien prouver sous le maillot de l’équipe nationale permet d’obtenir un blanc-seing. Pavard fauche Depay à l’entrée de la surface ; Lloris sort le coup-franc batave. Ndombélé remplace Nzonzi. Le guerrier Sissoko, le soldat Sissoko, le nullard Sissoko parachève un match pathétique de l’ensemble des Bleus en fauchant De Jong dans la surface. Depay panenkise Lloris (2-0, 94e).

Le (retour du) débrief :

RG MF


Les notes :


Lloris (4/5) :

Les pisse-froid diront qu’on en a quand même pris deux, et que les frappes repoussées étaient toutes sur lui. Je préfère retenir qu’il a maintenu un bateau en plein naufrage et a empêché ses coéquipiers de boire la tasse tout le match.

Digne (1/5) :

1Digne. Il sait centrer, d’où le point. J’aurais été curieux de voir Hernandez dans un match comme celui-là. Aurait-il surnagé dans ce marasme ou aurait-il sombré comme une merde ?

Kimpembé (0/5) :

Constant dans la médiocrité.

Varane (0/5) :

Même pas mieux que l’autre teubé. Qu’en pense Laurent Koscielny ?

Pavard (0/5) :

Je pense qu’on a tous atteint le moment où son mauvais niveau comme latéral surpasse désormais sa frappe contre l’Argentine. S’il veut le garder dans le groupe, DD a qu’à l’essayer en doublure en charnière.

Kanté (0/5) :

Aussi douteux que le montage financier auquel il a – plus ou moins selon les interprétations – pris part.

Nzonzi (0/5) :

La première fois où je ne suis pas étonné qu’il s’appelle Steven. Remplacé par Ndomboulard (non noté), que je déteste déjà.

Matuidi (1/5) :

Là où ses coéquipiers ont pratiqué la brasse coulée, Blaisou essayait au moins de s’en sortir en faisant du crawl. Remplacé par Sissoko (non noté), qui peut bien aller se faire foutre. 

Mbappé (0/5) :

Apparemment futur podiumiste du Ballon d’Or 2018. L-O-L.

Griezmann (1/5) :

Inexistant, mais au moins, il a essayé de défendre.

Giroud (0/5) :

Aussi efficace dans ce match que Mr Brown dans Reservoir Dogs.

 

Le Mont Térubio est mort, vive Didier Décampe.

Didier Décampe

4 Comments

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.