Portugal-République Tchèque (2-1) : la Poupée Tchéquie Academy l’a mis toute seule au fond.

2

Salut la Tym !

Elle a manqué le dernier mondial, revoilà la Tchéquie dans une compétition internationale ! La Reprezentace a pris l’habitude de bien reprézentacer son pays tous les quatre (ou trois) ans, l’Euro 2020 (en 2021) n’ayant pas dérogé à la règle. Et c’est d’ailleurs face aux champions d’Europe portugais (quoi, l’Italie ?) que nos beaux garçons vont démarrer. L’occasion d’assister au duel entre les deux meilleurs buteurs de la dernière édition : CR7 de Madère et notre CRTchèque, sa mère ! Ah, salut Poupée.

L’eckipek :

Stanek

Coufal Holes Hranac Krejci Doudera

Sulc Soucek (c) Provod

Kuchta Schick

Hasek avait d’abord pensé à partir avec trois hommes sur la banquette arrière de la Skoda mais Poupée a usé de son charme afin de bénéficier du prêt du busz de l’ami Viktor Vasectomy. En remerciement, le tissu des sièges pourrait bien être usé à son tour lors du retour du véhicule mais cela est une autre histoire.

Au milieu, on retrouve Sulc, Soucek et Provod, pas Franck, l’autre (heureusement sinon v’lad la galère pour appeler les copains avec son cheveu sur la langue).

Et devant, évidemment : le beau, l’élégant, que dis-je, le bandant, le mâle ultime qui fait trémousser ma chatt… Oh Poupée, doucement ! Nous avons nommé le grand PATRIIIIIIICK Schick ! Il reste une place alors Marie, Kuchta là. Relève-toi, Poupée.

Le rezumal :

Handball, sport allemand

Le matuschek :

-1minute : Ronaldo gagne le toss, logique.

1è : Les Tchèques attaquent par la droite, c’est bien d’actualité, bien 2024.

3è : Sur un renvoi, Patrick Schiffle pour appeler le ballon. Poupée aboie.

8è : Hranac commence ses gamouilles. Sa relance anale est interceptée par Leao, qui centre aussitôt pour Ronaldo. La tête piquée passe à côté. Une saveur acre attire mon attention. Un reflux causé par le stress engendré sur cette action ? Bah non, mon couillon. Le relent anal de Poupée colle à mes narines, au propre comme au pas défiguré (n’est pas Mbappé qui veut).

11è : Ronaldo gonfle déjà en faisant son show. Tu gonfles seulement, t’es pas très chaud.

12è : Leao dépose Coufal (au moins il sera rentré à l’heure cette-fois) et son centre dangereux est repoussé par Krejci ! Merci, c’est gentil. Gentil de ? Bah, de m’inviter à rester dormir. Je.. Aaaah, non non non, j’ai dit Krejci pas « crèche ici » ! Trop tard.

19è : Trop tard comme pour Ronaldo qui ne parvient pas à reprendre un centre. Patrick n’est jamais trop court, lui au moins. Tu parles de… ?

17è, 22è, 24è oh et puis merde 46è, 52è : Les Portugais canardent mais comme le but ne mesure pas 25x10mètres, ne cadrent pas.

32è et 86è (déjà ?) : C’est cadré mais c’est horsjeu (Martin quel Sitik !).

26è : Malgré les va-et-vient de Poupée sur mon membre, j’ai le mérite d’essayer de suivre la rencontre. Veuillez me pardonner si le résumé est décousu. Je fais de mon mieux et honnêtement, je donne de ma personne : si quelque-chose est bien éfreiné effréné, ce n’est pas le rythme de la rencontre. Les allers-retours n’ont que peu de sens dans ce genre d’exercice. Un peu à l’image de Poupée, en somme. Repartons à l’endroit et à la prochaine ellipse, je m’éclipse.

37è : Soucek semble avoir une crampe. Je peux aider ? Ah. Oui, entre-temps j’ai fini de… enfin, le passé est le passé, on a dit.

Pause bien méritée. Les Portugais attaquent de manière désordonnée, les Tchèques sont sérieux en défense mais bien incapables de ressortir un ballon proprement.

On espère que notre mur va tenir mais j’ai comme un doute. Les Portugais,concentrés sur la préparation du match, n’ont sûrement pas respecté le temps de séchage du béton.

52è : Contre gâché, encore une sphère perdue au milieu de tes reins. Ils peuvent pas faire gaffe, j’y tiens à mes boules de Geisha.

55è : Corner pour le Portugal, Soucek dégage de la tête devant Pepe, ça revient, Soucek dégage de la tête devant Rolando, ça revient, Soucek repousse de la main. Ah non, ce n’était pas Soucek. Pas de Soucek, Stanek avait le droit.

60è : Changements. Sorties de Kuchta « und der numéro 10 Patriiiiiiiick… Je t’encule Hasek ! Oh Poupée, voyons… hiiick ».

Entrées de Lingr et Chytil. Choix très clair : on vire les deux attaquants qui ne touchent pas une chique (sauf Patrick) afin d’avoir de la fraicheur pour maintenir le pressing. Je suis fraiche mais je ne repasserai pas tes fringues, je te préviens.

62è : La Tchéquie à l’attaque. Poupée aussi, arrête laisse-moi regarder. Deux centres successifs. Sur le second, Coufal contrôle dans la surface. Petite passe en retrait, un appel à la frappe auquel a répondu Provod par un joli tir enroulé, petit filet opposé. Incroyable, la Tchéquie ouvre le score contre le cours du jeu (0-1) ! Ce que je préfère c’est la passe. Poupée, elle serait box to box au milieu d’une partouze.

On se met à rêver, pas aussi fort que lorsque j’espère décrocher un CDD de deux semaines après trois ans sans activité mais presque.

69è : Nos espoirs sont douchés. Comme on dit chez nos adversaires, ils sont tombés (bac)alhau. Nuno Mendes reprend un centre de la tête. En voyant ça, Stanek se dit qu’il y a un truc qui cloche et, pris de panique, repousse le ballon sur Hranac. Lui, il doit nous préraper un mauvais coup. Il n’y a JAMAIS de mauvais coup. Ne pensant qu’à sa propre destinée, le défenseur décide de prendre la balle au bond et ainsi voit son nom en haut de l’affichage (1-1).

Hranac a mis du cœur à l’ouvrage, il mérite des louanges

78è : Vous devez connaître les monte-escaliers Stannah. Nous, on a la descente d’organes Stanek. L’avantage : même pas besoin de faire l’effort de s’asseoir pour atteindre l’objectif qui est ici de parvenir à se chier sur les mollets.

81è : Attaque en nombre des Tchèques. C’est aussi étrange que le jour où Poupée m’a présenté ses morpions. On ne savait pas trop où se mettre pour tailler la bavette et ça a donné n’importe quoi.

Je ne sais plus quelle minute (je reste scotché sur ce que je viens de révéler): But est horsjeu, VAR refusée logiquement de cinq centimètres après Ronaldo. Je ne sais plus ce que je dis non plus.

90+2: Hranac, comme tout bon falmaiteur, profite de nos errements pour nous la mettre à l’envers. Sur un centre anodin, notre numéro 4 est seul et a le temps d’intervenir, pépère. Mais il met les fesses devant, il met les talons derrière, il fait le boogie-woogie, il fait le tour de lui-même et le Portugal passe devant (2-1). Bordel, il nous a ressorti la danse des mariages année 1997 (celle d’avant c’était Scatman de Reynald Pedros).

Défaite rageante, la Tchéquie aurait peut-être mérité un point pour sa débauche d’énergie mais défaite assez logique quand-même (anal-yse sponsorisée par le Modem édition 1997, quelle Hranac).

Les noteš :

Stanek (3/5): il a d’abord assuré dans les moments tendus avant d’avoir un relâchement coupable puis une certaine fébrilité. Protégez-vous, c’est important.

Coufal (2/5): Leao et des bas.

Holeš (3/5): costaud mais moins vif que Ronaldo, 67 ans.

Hranac (0/5): il a fait un tabac, quelle Hranac !

Krejci (4/5): un match solide avec plusieurs sauvetages, on ne va pas krajcer dessus.

Doudera (1/5): inoffensif sauf quand c’était le Portugal qui attaquait, c’est-à-dire tout le temps.

Soucek (4/5): taille patron. Avec plaisir !

Sulc (2+/5): grosse débauche d’énergie, il aura manqué de la justesse en sus pour une meilleure note. J’ai fait de mon mieux, oh !

Provod (3/5): un but qui décoiffe !

Kuchta (1/5): il a couru.

Patriiiiiiiick Schick (2+/5): il n’a pas hésité à redescendre pour aider ses coéquipiers, n’a pas démérité mais beaucoup trop esseulé pour pouvoir être décisif. J’étais là, moi. Je ne le sais que trop bien.

A bientôt pour le second match ! En attendant, n’oubliez pas qu’il faut toujours pointer et aller voter.

Vladimir Smicar

2 thoughts on “Portugal-République Tchèque (2-1) : la Poupée Tchéquie Academy l’a mis toute seule au fond.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.