Portugal – Uruguay (2-0) La Bacalhau académie devient sérieuse

Bom dia,

Second match de la meilleure équipe du monde sur le papier dans ce mondial dans un pays esclavagiste, corrompu, anti-droits de l’homme (alors ceux de la femme MDR).

Oui donc on joue contre nos bourreaux de 2018, une équipe avec un passé glorieux et sans doute le pays qui donne à « GRINTA® » toute sa signification.

Si les joueurs de la céleste peuvent se montrer fin technicien, ils sont surtout reconnus pour être de fin boucher®.

O Equipe :

Danilo blessé est remplacé par Pepe, Mendes prend la place à gauche et William celle d’Otavio blessé.
 ————————-—Costa——————————

Cancelo ———Pepe ——-Dias———-Mendes
 ————————Neves—William——————

Bernardo—————————————Fernandes
 —————-Cristiano———-—Felix——————

O Jogo :

On démarre fort avec une volonté de mettre de la pression, ce à quoi les Uruguayens répondent par une série de fautes. Les choix sont simples, la première est une faute tactique, la seconde intelligente, la troisième débile et après des fautes de grosses salopes.

Chaque passe, dribble ou tentative de produire du football est annihilée par une semelle venue tout droit d’Amérique du Sud.

La tactique uruguayenne

Avec tout ça on n’arrive pas à s’approcher de la surface adverse et c’est sur un long ballon remis du pec par Cristiano que William tente la volée mais ne cadre pas.

Les Uruguayens défendent crampons et ongles sur tous le terrain, on centre, on frappe de loin mais il y a toujours un pied ou une tête pour dévier ou repousser les tentatives.

D’un coup frisson, Betancour passe eu milieu de terrain, dribble Dias et se présente face à Costa qui sort parfaitement et repousse (30e).

Le match continue sur le même rythme sans que les Uruguayens proposent du football et pour couronner le tout Nuno Mendes se refait un claquage. Parfait il se blesse pour son retour.

Une première mi-temps maîtrisée qui a failli tourner vinaigre sans Diogo Costa et un arbitre qui n’aime pas sortir les cartons visiblement ça lui fait de la paperasse.

La seconde mi-temps reprend comme la première, dès la première touche de balle, première semelle adverse. C’est simple, c’est un match de district où l’arbitre n’ose pas sortir les cartons de peur de voir brûler sa voiture.

Alors que Fernandes a pris le jeu à son compte, il lance parfaitement Felix qui frappe dans le petit filet. Ce n’est que partie remise pour Bruno qui délivre un amour de centre pour Cristiano qui effleure (ou pas) la balle qui finit dans le petit filet 1-0 (54e). Que le but soit accordé à Bruno ou à Cristiano on s’en tape, c’est bien le déplacement et le centre parfait combinés qui empêchent le gardien de sortir et donc de voir le ballon filer dans les filets.

L’Uruguay n’a plus le choix et tente de jouer haut mais se heurte à une défense intraitable menée par un Pepe de gala et un DIogo Costa ultra rassurant en dernier rempart.

Alors qu’on tient sans trembler, Bruno fait parler la classe avec un enchaînement contrôle petit pont sur Coates qui se jette et contre la balle de la main.

VAR Péno, Bruno 2-0 89e.

O Resumo :

Os Quinas :

Costa (5/5) :
Le taulier, 22 ans mais déjà le plus important. Il commence à nous bâtir la grande muraille de Chine

Danse des nichons
Quand t’as enfin trouvé un gardien

Cancelo (2/5) :
Meilleur qu’au premier match mais absent offensivement, sorte de vieux groupe de rock qui vient en festival faire son set, prendre son cachet et vite rentrer à l’hôtel.

Dias (2/5) :
Son errance face à Betancour a bien failli nous changer tout le match, gaffeur sans conséquence il est ce que Jean-Michel Blanquer a été à Emmanuel Macron.

Pepe (4/5) :
39 ans, la moitié des joueurs pourrait être ses enfants et il est le patron sur le terrain. Pepe c’est Richard Aldana, jamais il ne perd un combat.

Mendes (2/5) : 

Des accélérations et des centres imprécis qui lui auront été fatals. Communsymbole de Paul Walker

Neves (2/5) :
Mieux qu’au premier match, il a parfaitement géré défensivement mais toujours pas dans ce qu’il fait le mieux à savoir regista. de plus dans un match cadenassé, ses frappes de 25 mètres aurait du nous apporter. 

Fernandes (5/5) :
A enfin pris le rôle de chef d’orchestre, met un doublé mais surtout trouve des passes clés, provoque des situations. On espère que ce papillon sorti du cocon n’est pas éphémère.

Beaucoup d’amour pour ce Bruno

William (2/5) :
Une volée bien tentée, des passes bien senties mais dans un match physique on ne l’a pas senti s’imposer, sorte d’ours attendu pour combattre qui va vite hiberner.

Bernardo (3/5) :
Pas flamboyant mais ultra intelligent, toujours placé pour compenser, sorte de bassiste, personne ne le remarque mais sans lui il n’y a pas de rythme.

Felix (1/5) :
C’est bien d’être un petit génie du football, c’est mieux de le démontrer car là on aurait mis Guedes c’était pareil.

Cristiano (2/5) :
Actif, volontaire, dans toutes les actions dangereuses et décisif sur le but. Ouais, mais t’es une légende, tu dois tuer le match et pas être autant hors-jeu qu’Inzaghi.

O Banco :

Guerreiro (2/5) :

Il a fait une bonne entrée solide défensivement, il a permis de respirer.

Palhinia (2/5) :

Entré pour bloquer l’axe, il était parfaitement dans son élément face à ses copains du free-fight.

Leão (2/5) :
Brouillon, emprunté, on sent qu’il a réfléchi et avec ton jeu, faut pas?! Oublie que tu es en sélection, fonce.

Nunes (2/5) :
Rentré pour tenir la balle, il l’a fait en prenant des boites, pas facile de s’exprimer.

Remarque à la con :

L’Uruguay est sûrement l’équipe la moins ambitieuse du mondial avec la Pologne. Ils ont bien failli nous refaire de coup de 2018 et c’est bien ça le pire.
Le fait du cinéma de la fédé sur le but de Cristiano et la vitesse de jeu quand il est sorti, je pense que c’est sa dernière.

ça fait chier le Qatar et la FIFA donc on prend.

Tu aimes horsjeu.net ? Évidemment !

Tu te demandes comment nous rejoindre ? Ici

Tu veux nous filer de quoi acheter des 8.6 ?

Tu n’es pas poète et un peu radin ? Tweet, Partage sur tes réseaux socianaux préférés, ou dénonce au Comité.

Si tu veux discuter ou suivre mes conneries, c’est possible sur TWITTER @franckhomer

Si tu veux être un vrai rebelle va sur mastodon et suis moi @homerc@social.iphodase.fr

Beijos anal, Homerc

2 thoughts on “Portugal – Uruguay (2-0) La Bacalhau académie devient sérieuse

  1. Ah ! Voilà, la bacalhau qu’on aime : bien écrite, drôle, pertinente, engagée (avec des gros boobs), caustique, provocatrice. Bravo.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.