Real Sociedad-Depor (2-2) : la Txuri-Urdin académie livre ses notes

Aupa !

Quelle saison putain ! Je me régale. Je reconnais que j’avais des doutes en septembre, mais c’est terminé. En même temps, qui aurait pu parier qu’on soit si bien classés après 31 journées ? Même si on reste sur une série de deux matches sans victoire, ça reste positif. Le petit nouveau dans les buts est carrément pas mal, notre milieu de terrain tient carrément la route et bordel, si on m’avait dit que notre avant-centre planterait autant de buts. Le gamin a carrément planté un ciseau dans le temps additionnel l’autre jour. Même les supporters adversaires ont applaudi. Sûrement parce qu’ils ont quand même gagné le match tu me diras. Vraiment, cette équipe des U15 de la Real, c’est un putain de régal. Heureusement qu’ils sont là d’ailleurs, ça m’évite de me taper les matchs des Seniors.

Faut vraiment que j’en en parle ? Parce que si j’avais des doutes au début de saison, les résultats me donnent raison. Même si, qui aurait cru qu’on soit si bien placé au classement après 31 journées ? Au moins avec Arrasate, on avait un objectif dans notre saison, on avait la pression à chaque match, on comptait les points, on regardait le classement… Depuis que Moyes est arrivée, on bataille pour avoir la meilleure place dans le ventre mou. Elle est loin la lutte pour la Ligue des champions putain. On est redevenu un club de losers. 13 matchs nuls, une moyenne de buts par match plus faible qu’en Ligue 1, et surtout un nombre de buts encaissés dans les dernières minutes à t’empêcher d’aller pisser tes bières pendant le dernier quart d’heure. Les anciens galèrent, les jeunes peinent à émerger, les recrues déçoivent…  Non vraiment, on s’éclate cette saison.

Malgré tout, Moyes nous a fait gagner 7 places au classement depuis son arrivée. Il a surtout pris conscience que le recrutement était dirigé par le cousin basque d’Alain Roche, ce qui l’a poussé à prendre les  choses en main pour la saison prochaine. Danny Ings était sa priorité, mais la Real n’était pas une priorité de Danny Ings, qui préfère les sièges moltonés du banc de Liverpool. Une chance pour Finnbogason, qui… Non mais c’est qui Finnbogason en fait ?

«WHO ARE YOU AND WHAT ARE YOU DOING HERE ?»

«WHO ARE YOU AND WHAT ARE YOU DOING HERE ?»

 

Pre-jokoa :

La Real reçoit le Depor pour un match normalement facile. Tout le monde est là est plus, une première depuis le Real-Sociedad-Numancia de 2005, remporté 2-1 grâce à des buts de Barkero et Kovacevic. Kovacevic, putain. La belle époque.

Compo

Helburuak :

33’ : Penalty pour la Real après une main litigieuse en position litigieuse. Xabi Prieto. 1-0.

40’ : Penalty pour le Depor après une poitrine d’Ansotegi. Rulli arrête le péno, perd la balle de vue et encaisse le but de Lucas Perez. 1-1.

57’ : Canales envoie une cloche dans la surface pour Chory Castro qui fête son centième match d’une Van Basten petit filet opposé, avant de s’envoler en hélicobite sur le banc de touche. 2-1.

78’ : Au milieu de 5 défenseurs de la Real, les deux attaquants du Depor se font un taureau de la tête dans la surface. Toche termine. 2-2.

Fin du match : Ça domine, ça mène au score deux fois et ça fait match nul à domicile contre le 17e. Grosse performance.


Jokalariak :

Rulli (4/5) : Le syndrome du tennisman qui perd le point après s’être arrêté de courir pensant que son amortie était imprenable. Même si Rulli reste un grand tennisman.

Zaldua (3/5) : Des montées intéressantes et une assurance rassurante en défense. Suffisant pour déloger Carlos Martinez dans la durée.

Ansotegi (3/5) : Pour une fois qu’il ne fait pas de conneries, on le sanctionne pour une main inexistante. Le syndrome du mauvais élève qui se fait accuser par la prof la seule fois où il n’est pas coupable.

I.Martinez (3/5) : Il se blesse au moment où il commence à revenir en forme.

Yuri (2/5) : En difficulté, comme trop souvent cette saison. Heureusement pour lui, De la Bella est toujours blessé.

Granero (3/5) : Le tireur.

Ruben Pardo (3/5) : Le pointeur.

Xabi Prieto (4/5) : Il a couru, et rien que pour ça il le mérite.

Chory Castro (100/5) : Eternel intermittent, génie un jour, remplaçant un autre, il marque le but de sa carrière pour son 100e match. Communsymbole.

Canales (5/5) : Cantona aurait regardé «deux ou trois matchs de la Real pour voir jouer Canales», «plus fort que Messi et Ronaldo». Réunis.

Agirretxe (2/5) : Rien.


Ordezte :

Elustondo (Iñigo, 58’) : Il était aux premières loges pour voir le taureau de la tête du Depor.

Markel (Vela, 65’) : Je ne l’aime jamais autant que lorsqu’il est remplaçant.

Vela (Chory Castro, 71’) : Il revient. Lentement.


Bonus «Alfred qui ?» :

Même Google semble n'est pas au courant du transfert de Finnbogason à la Real.

Même Google ne semble pas au courant du transfert de Finnbogason à la Real

 

  • Le résumé est . Mais si t’as déjà vu le but de Chory Castro, évite de trop perdre ton temps.
  • La Real reste toujours en course pour la 8e place. Excitant.
  • Je ferais bien un point transferts, mais personne ne veut venir chez nous. Du coup je vais pas en faire.
  • Des rumeurs annoncent déjà Moyes partant cet été. J’y crois pas, mais j’te le dis quand même. Je t’aime.
  • Prochain match lundi soir à 20h45 à Elche. Je me demande si je vais pas laisser madame choisir le programme.
  • À bientôt. Ou peut-être pas.

Muxus,

Patxi

academicien

Le plus grand auteur Anal de football

2 commentaires

  1. Ce but de Castro. C’est un sacré porc. C’est l’abbé des cochons même.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.