Rennes-Bordeaux (2-0) : la Breizhou Académie livre ses notes

Normalement, c’est maintenant qu’on s’enflamme.

Salut à tous,

Cette semaine a été chargée pour le Stade Rennais. Après le point frustrant ramené de Marseille, nous avons vécu deux moments émoustillants : le tirage au sort des phases de poules de l’Europa League, COMPETITION EUROPENNE A LAQUELLE PARTICIPE LE STADE RENNAIS FOOTBALL CLUB, et le bouclage du mercato estival. Revenons plus en détail sur ces deux événements, voulez-vous.

L’Europa League

Les joueurs et supporters tâchaient leurs lits dans leurs rêves les plus fous en imaginant taper des clubs prestigieux et des déplacements funky (Arsenal, Séville, etc.). Résultat des courses, on a eu exactement l’inverse : des adversaires qui vendent autant de rêve que des pornstars le dimanche chez Auchan, et des déplacements à l’autre bout de la planète.

Le Stade Rennais a donc hérité du groupe K : Dynamo Kiev (Ukraine) – Astana (Kazakhstan) – Jablonec (République tchèque). Bandant.

Pour beaucoup, ce tirage est décevant car, soyons honnêtes trente secondes, on sait qu’on ne va pas la gagner, cette coupe. Donc autant que ce soit la fête avec de belles affiches, comme en 2011-12. Or là, c’est aussi sexy que la place des Lices un samedi à 4h du mat’. De mon côté, je préfère voir le verre à moitié plein : on a une chance réelle de voir les 1/16e de finale. Ca veut aussi dire qu’on aura la pression, mais comme l’a dit notre Aimé national : « quel beau truc à vivre ». Autre satisfaction, on aura le plaisir de revoir notre Brésilien roux-foufou préféré Pedro Henrique au Roazhon Park.

Ce qui est intéressant, c’est qu’avec ce tirage abordable et les propos répétés de Létang, tout porte à croire qu’on n’y va pas pour faire de la figuration. Mais quand on voit le calendrier qui nous attend, ça sera un vrai gros test pour le club. Excitant et terrifiant : les amis, BREIZH YOURSELVES (© ce bel homme de Roberto Bettégras, allez le lire ici).

Le mercato

Bordel qu’il a été intense ce mercato, on s’est senti comme des nonnes dans un champ de concombres.
Beaucoup de départs, d’arrivées itou, de rumeurs à la con et de nœuds au cerveau. Au final ça donne ça :

Départs :

Amalfitano (fin de contrat) : Bon débarras, Christian Gourcuff est enfin parti pour de bon.

Brandon (Osasuna, prêt) : On n’a jamais compris.

Chantôme (fin de contrat) : En vrai je t’appréciais mais tu étais nul.

Coulibaly (Nancy)

Diarra (Le mans, prêt)

Figuereido (Rio Ave)

Gnagnon (Séville) : Tu fais super chier, Joris. Alors OK, Séville c’est un gros level au-dessus, c’est génial pour toi, en plus les tapas et la sangria c’est super bon. Mais le cidre et les galettes aussi, et bordel de merde, tu qualifies ton club formateur pour l’Europe et tu restes pas la jouer ? Tu fais super chier, Joris.

Gourcuff (Dijon) : Ahlala Yoann, Yoann, Yoann… Tu resteras ma plus grande frustration, devant M’Vila, c’est dire. Tu as un pied magique dans le corps d’un vieillard hypocondriaque, quel drame. Je te souhaite malgré tout de jouer et de t’amuser à Dijon, sincèrement.

Khazri (Saint-Etienne) : merci pour la saison dernière Wahbi, tu auras drastiquement fait chuter les ventes de viagra dans la région rennaise. En revanche, tu nous as fait bien chier à aller renforcer un concurrent direct.

Laurienté (Orléans, prêt)

Maouassa (Nîmes, prêt)

Mubélé (Toulouse)

Prcic (Levante) : Ca aussi, c’est un beau gâchis. Le mec voulait rester, on voulait le garder, évidemment il est parti. Et on sait tous qu’il va beaucoup manquer à l’équilibre de l’équipe.

Sakho (Bursaspor, prêt) : Comment on dit « échec » en Sénégalo-Turc ?

Salles-Lamonge (La Corogne)

Tell (Orléans, prêt)

Pas pros mais un mot quand même :
Diop et Isidor (Monaco) : tout le monde s’est insurgé parce qu’ils n’ont pas signé pro chez nous, personnellement je m’en branle comme de ma première bière. Tant pis pour eux, ils finiront dans un club anglais de deuxième zone quand Monaco aura besoin de flouze.

Arrivées :

Johansson (AEK Athènes) : Sur le papier c’est cool, on chope un milieu international suédois de 27 ans gratos. Sur le terrain, le problème c’est que le mec n’y sera pas tout de suite puisqu’il s’est flingué les ligaments croisés en juin. Donc gros point d’interrogation sur sa faculté à revenir en forme.

Siebatcheu (Reims) : Première satisfaction, il nous permet de revenir de façon fracassante dans le game des joueurs aux blases improbables. Après Jean-Joël Perrier-Doumbé, Jean-Armel Kana-Biyik ou Kermit Erasmus, voici Theoson-Jordan Siebatcheu, « Pefok » pour les intimes. Sinon, c’est un attaquant qui vient de la L2 où il a mis 17 buts en 35 matches et qui nous a quand même coûté une dizaine de millions d’euros. Faudra rentabiliser.

Guitane (Le Havre) : on l’avait acheté en janvier mais prêté dans la foulée à son futur ex-club, Le Havre. Apparemment c’est le meneur de jeu pépite, nous verrons.

Del Castillo (Lyon) : Jeune, peut jouer sur les deux ailes, sort d’une bonne saison de L2 à Nîmes, et de ce qu’on en a vu pour le moment, il a les moyens de choper du temps de jeu.

Grenier (Guingamp) : Pour moi, c’est un joli coup. On sait que sa condition physique est aussi fiable que les idées politiques de Manuel Valls, mais il a très bien rebondi à Guingamp et je pense qu’il peut nous faire du bien techniquement. En plus il a de la bouteille, ce qui n’est pas négligeable en cette année européenne.

Da Silva (Caen) : Ca ne vaut pas Gnagnon – REVIEEEEEEENS – mais je pense que ce n’est pas si mal. L’un des rares toujours au niveau à Caen l’année dernière, il a lui aussi de l’expérience et il sera un bon complément à Gélin. Même si pour l’instant c’est plutôt Mexer le titulaire. Jusqu’à sa prochaine blessure.

Niang (Torino) : BOUM, vous pensiez que le Stade Rennais n’était pas capable d’un move bling-bling et couillu en fin de mercato ? Létang nous sort M’Baye Niang, 12 ans, 400 clubs et 3 Ferrari flinguées à son actif. Le potentiel du bonhomme n’est plus à démontrer, son QI foot, en revanche… Gros facteur X.

Ben Arfa (PSG) : Alors là, Kamoulox puissance 1000. Si on nous avait dit en début de mercato qu’on ferait venir Hatem le philosophe, on aurait ri très fort et un peu jaune. D’un autre côté j’ai envie d’y croire : on sait que le bougre est super talentueux et préfère les clubs moyens pour s’épanouir. Et après plus d’un an sans jouer, il doit avoir la dalle. Espérons que ce soit de buts et pas de pizzas.

Globalement, je trouve ce mercato plutôt réussi : on a vidé quasiment tout notre loft, quand on a vendu on l’a plutôt bien fait (15 millions pour Gnagnon). Certes, on a perdu des éléments importants (Gnagnon, Prcic et Khazri) mais on a au moins compensé leurs départs, je dirais même qu’on s’est renforcés. On a chopé quelques joueurs d’expérience, des jeunes prometteurs et des facteurs X qui feront frémir nos slips. Les interrogations portent sur la capacité de tous ces mecs à trouver rapidement des automatismes, à enchaîner les matches – en période européenne ça va saigner – et aux foireux à retrouver leur niveau (Niang, Ben Arfa). J’ai envie de donner un bon 6/10.

De ce que l’on a vu jusqu’à présent et de cette fin de mercato, l’équipe-type du SRFC 2018-2019 devrait ressembler à ça :

Et maintenant… PLACE A LA LIGUE 1 ET A RENNES-BORDEAUX MES AMIS !

Alors là, un Rennes-Bordeaux un dimanche de fin d’été à 17h, on connaît la chanson : c’est un match à sieste. Mais mais mais, le Stade Rennais est sur une lancée digne des plus belles montées de John Boye, avec 49 matchs sans 0-0 et 17 matchs en marquant. Ce Rennes-Bordeaux va-t-il enfin nous faire péter le champagne et se lever les tétraplégiques ? Suspense.

Arrigo Sabri nous sort une nouvelle compo intéressante de son chapeau, avec les premières titularisations de Del Castillo et Siebatcheu. Ca me plaît, j’ai très envie de les voir un peu plus que cinq minutes en fin de match. Autre coup de poker, Bourigeaud est redescendu d’un cran au côté d’André. Ca n’avait pas été fameux les dernières fois, donc on claque un peu du fessier.

Koubek
Traoré – Gélin – Mexer – Bensebaini
Bourigeaud – André
Sarr – Grenier – Del Castillo
Siebatcheu

Le match :

De suspense il n’y a point eu dans ce match, tant les Rennais ont dominé leurs adversaires de la tête, des épaules et des nuts. Face à une équipe en pleines turbulences (pas d’actionnaire, pas d’entraineur, Plasil toujours titulaire), les Bretons ont fait un début de match canon et ont planté deux buts en cinq minutes sur corner par André et Bensebaini (12e et 16e). On se plaignait de notre non-défense sur les CPA défensifs la semaine dernière, mais alors côté bordelais, c’est aussi concentré qu’un gramme de coke à Paris. Dans le même temps, les Rouge et Noir ont plusieurs occasions nettes d’alourdir le score, mais la maladresse de Siebatcheu et le talent de Costil empêchent les Girondins de sombrer définitivement.

Et comme face à Marseille, les Rennais se montrent incapables de poursuivre sur leur lancée en deuxième période. Sans que rien ne le justifie, ils reculent et laissent le ballon aux Bordelais. Heureusement pour nous, ceux-ci sont aussi adroits avec le ballon qu’une poule avec des après-ski. Après une dizaine de minutes à bosser nos muscles fessiers, on se relâche progressivement car les Rouge et Noir remettent le pied sur le ballon et contrôlent tranquillement jusqu’à la fin du match.

Bordel que ça fait du bien de voir le Stade Rennais réaliser un match plein. Du rythme, de l’envie, des phases magnifiques (cf l’action juste avant la mi-temps qui voit Sarr buter sur Costil, orgasme collectif instantané à travers le Pays gallo) et des jeunes qui n’en veulent. Cerise sur le gâteau, on a été très peu inquiétés. Si vraiment on voulait chercher la petite bête, on dirait qu’on aurait pu tuer le match et rentrer à la pause avec trois buts d’avance. Mais comme on n’est pas comme ça, on se contente de kiffer nos races.

Les joueurs :

Koubek : 3/5
A peine transpiré.

Traoré : 4/5
Quel match encore. Le mec est devant, derrière, une partouze à lui tout seul.

Gélin : 3/5
Match sérieux, toujours cette volonté de relancer proprement. Mais un peu éclipsé par…

Mexer : 4/5
Alors là, je ferme ma boîte à camembert. Autant sur les dernières rencontres il faisait peine à voir, autant là on a retrouvé le Mexer qui te fait pisser dans ton froc en un regard. Autant vous dire que ça sentait fortement l’urine dans l’attaque bordelaise.

Bensebaini : 5/5
Ramy avait activé le mode Super Saiyan. Un but, des combinaisons et des centres à la pelle,  le tout saupoudré avec des interventions défensives de dinguo.

André : 4/5
Même s’il a paru nerveux, notre capitaine a enfin sorti un gros match. Il a récupéré, taclé, gueulé, fait des fautes, mais alors ce coup de tête mon bonhomme, ta course d’élan depuis le milieu de terrain elle m’a mis la bave aux lèvres.

Bourigeaud : 2/5
Aïe. Il en faut toujours un pour ternir un peu la fête, aujourd’hui c’est Benji La Mèche Folle. On savait qu’il n’était pas à l’aise à ce poste plus axial et reculé, ça s’est confirmé malgré sa passe dé. Pourtant en face c’était plus l’Ehpad de Saint Médard en Jalles qu’une équipe de L1. Remplacé par Léa-Siliki (66e) : on n’arrivait plus à mettre le pied sur le ballon ni à coller des baffes aux adversaires, James est venu siffler la fin de la récré.

Sarr : 4/5
On dirait l’étudiant qui en a marre de recevoir des « peut mieux faire » sur chaque bulletin de notes et qui se tape des nuits blanches pour défoncer tout le monde au trimestre suivant. Ismaïla était au four et au moulin, il a cassé des reins devant, cassé des gueules derrière, s’est rendu disponible pour ses copains, c’était jouissif. Le mec a pris 10 ans de QI foot en un été, espérons que ça dure.

Grenier : 3/5
Et ben tu vois que c’est pas compliqué de faire un match propre !

Del Castillo : 3/5
L’archétype du joueur qui fait plaisir. Intelligent, de l’envie, de la fraîcheur et du talent. C’est encore tôt évidemment, mais ça pourrait être la très bonne surprise. Remplacé par Niang (66e) : eh ben mon vieux. Le gars est un monstre de puissance et en plus il a le bon goût d’être adroit. Très envie de le voir sur un match entier.

Siebatcheu : 3/5
Alors certes, il a salopé plusieurs actions énormes (cmb), mais alors quel mort de faim. Il s’est battu comme un maboule et a beaucoup pesé sur la défense adverse. Même si ça ne se voit pas toujours, c’est grâce à lui qu’on s’est créé pas mal d’occasions. Laissons lui le temps de monter en puissance, il peut faire très mal. Remplacé par Zeffane (75e) : je ne t’aime pas mais tu as été bon, garçon.

6e place, sept points et une belle victoire devant les supporters, on peut dire que le Stade Rennais a bien démarré sa saison. Ca serait une très belle idée de confirmer à Nice vendredi prochain les p’tits gars.

ALLEZ RENNES !

Marco Grossi

Marco Grossi

One Comment

  1. Normalement, c’est maintenant qu’on s’enflamme: oui, c’est maintenant.
    Cette année il y a un onze et un banc, il va falloir être créatif pour réussir à se foirer. Une petite pièce sur Zeffane qui a une grosse capacité à te faire trembler avec une passe ratée vers l’arrière alors que tu tiens ton match. Joue vers l’avant Mehdi!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.