Strasbourg-PSG (1-1) – La Porte de Saint-Cloud n’aime pas l’Alsace

Papus s’excuse encore une fois. Papus doit payer ses factures et balancer des pavés sur les CRS, Papus a du retard, mais surtout Papus parle de lui à la troisième personne.

Pourquoi ? Parce que dans ce genre de match il manque de mec qui parle d’eux à la troisième personne, en particulier un, vous savez de qui je parle, et vous savez où je veux en venir….

Un grand, pas super beau, mais qui aimait ce genre de bourbier, où il fallait s’embrouiller pendant 90 minutes, jongler entre insultes, coups, et coups de génies, puis finir par pisser sur l’adversaire, avec dédain.

Je suis pas fan de la personne, mais faut savoir saluer le caractère du bonhomme, et admettre que dans ce genre de match, c’était le gars qui sifflait la fin de la récré, pour achever l’adversaire, aussi vaillant soit-il, et sans attendre que quelqu’un l’aide.

Sur le match on va pas en faire des tonnes, entre rotation pour Thomas (sérieux, Choupo ?), et une tactique que ne renierait pas Mourinho pour Thierry, fallait vraiment être amoureux pour aller au bout de cette soirée.

L’image attendue toute la soirée.
Le résultat…


AREOLA (3/5): Bien, il encaisse un penalty, je vais pas le charger pour ça, c’est une belle journée. Et puis il sort la grosse parade enfin de match pour éviter un remake de la dernière saison.

KEHRER (2/5): Cadeau le penalty, en toute objectivité, comment tu siffles ça, faut bien bouger les bras pour courir.

KIMPEMBE (3/5): Obligé d’assumer vu que ni Tallal, ni Tiago n’allaient assurer sa couverture, il a commencé doucement, avant d’éteindre DaCosta.

La VAR est formelle, les bras ne sont pas décollés

NSOKI (1/5): On est en train de perdre Stanley, je répète, on est en train de perdre Stanley. Faut le mettre au frais et le ressortir pour se farcir l’OM.

MEUNIER (2/5): De retour après un deuil familial (1 minute de silence…), du bon boulot, si on omet le fait que les attaquants ne veulent pas accepter ses offrandes.

VERRATTI (2/5): Voilà, tu sens que Papa Motta lui manque quand faut aller se bagarrer avec les autres. Le seul à rendre les coups, mais sans le soutien.

RABIOT (3/5): Plus il recule sur le terrain, plus il est fort. Forcément, moins de duel et plus de lecteur, c’est son registre, y a que lui qui ne le voit pas.

DRAXLER (2/5): Le Julien qui fait de la merde, et qui n’apporte rien. RDV en 2019 pour la prochaine Masterclass.

DIABY (2/5): Toujours conquérant, véloce, et sauvage.Reste plus qu’à structurer ça, et surtout que le central sensé le couvrirréussisse à bloquer le côté pour qu’il ne passe pas son match le cul entre 2chaises.

CHOUPO (1/5): Prochaine idée de Thomas, aligner Jesé/Choupo en pointe.

CAVANI (2/5): Nul, mais encore buteur, faut parfois se contenter de peu avec les gens qu’on aime. 

NKUNKU (NN): Back to the future : 10 minutes/match.

ALVES (NN): Evraisation en cours. Débile pour prendre unjaune inutile, encore plus débile sur ce coups francs made in « Sunday League » 

MBAPPE (NN): Ben voilà, c’est ça qu’on veut. Des courses,un bordel permanent chez les pauvres d’en face, un penalty provoqué. La belle caisse qu’il faut savoir entretenir.

Papus Camarade

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.