Valenciennes – Metz (0 – 2) : La Metz Que Un Club Académie fait un brainstorming


Feu mon grand-père avait l’habitude de me dire : « Si ça coince dans ta caboche, alors tends le crachoir à tes proches ! »

J’étais en manque d’inspiration, et comme à chaque fois que j’ai plus de spermatozoïdes que de neurones, je suis d’abord allé voir ma copine Julie TULASDANSLECUBITUS (je lui ai laissé choisir son pseudo…). Elle était en train de foutre je ne sais quoi dans le salon.

« Tu fais quoi ?
Des boudins de porte ! C’est joli hein ?
Non. Mais écoute… j’ai un souci avec mon acad’ du match contre Valenciennes…  Tu n’aurais pas une bonne idée ? Un truc un peu drôle que je puisse exploiter…
– Bah, tu pourrais parler du match et le décrire comme si c’était un match parfait. Tu utilises des tonnes de superlatifs. Surtout pour les joueurs les plus nuls, mais tu décris vraiment ce qu’il s’est passé…
– Et ça, c’est drôle ?
– Bah oui…
– Et bien tu l’écris toute seule, ça, ma cocotte.
– L’enfoiré…
– Non, mais je crois que je vais garder ça, genre raconter le match avec l’ensemble des idées moisies que j’aurais reçu des autres… C’est pas mal ça, non ? Haha ! »

Après, on a ri… Et… Entre deux respirations… nos regards se sont croisés. Une décharge s’est produite, et on a continué à sourire bêtement… On s’est rapproché, doucement… Elle avait un mystérieux sourire sur le visage… Nos lèvres se sont délicatement touchées, j’ai alors passé ma main derrière sa tête et je l’ai attiré vers moi… On a commencé à s’enlacer… Et là, je l’ai pilonné.

En vrai, elle m’a traité d’enculé, et elle est partie dans la chambre en me disant : « Tu l’écriras ça aussi ! Hein ? Que je t’ai traité d’enculé ! »

Alors je l’ai écrit.


Moi qui fait mon canard et qui essaye de me faire pardonner
.


Lancé sur ma bonne idée, j’ai invité mon pote Pablo Couscous (lui aussi, il a choisi son pseudo tout seul… Faut vraiment que je pense à changer mon entourage…) à discuter, boire le café et jouer un peu à Fifa. Voici ce qu’il m’a dit :

«  Et après, lorsqu’il te reste une demi-louche de bouillon, tu rajoutes ta préparation d’oignon et de champignons, et tu finis avec la crème et le parmesan… Mais tu verras, ce n’est vraiment pas compliqué le risotto, il n’y a que les couillons comme toi qui n’ont jamais essayé de cuisiner avant leur trente ans…
– J’ai… euh… développé d’autres talents.
– Celui de devenir aussi con que gros, ouais…
– Bon… Sinon, je galère pour mon acad’, tu n’aurais pas une idée ? Un truc un peu drôle…
– Bah, pourquoi que tu ne pars pas plutôt sur un bilan de mi-saison ?
– Et c’est drôle, ça ?
– Bah tu le fais en mode vœux au père noël, genre tu souhaites qu’il apporte de bons pieds, ronds au bout, pour Angban, Rivière, et toute la clique des pieds carrés…
– Je me répète, je sais, mais : ça te fait rire… ça ?
– Et ta mère qui sanglote quand je lui bousille le dersch ?
– Bon… Je t’avoue ma véritable idée : un genre de florilège des idées que l’ont m’aura refilé. De la plus moisie, à celle qui aurait pu donner quelque chose, il y aura du graveleux, du bons, du mauvais… j’ai déjà fait le coup à Julie. Quand je lui ai avoué, elle m’a insulté et elle est partie dans la chambre.
– Sale bâtard, va ! Ouais, ben tu diras dans ton acad’ merdique que je me suis barré et que je t’ai insulté de vieille merde en surpoids !

Alors je l’ai écrit, ça aussi…


Au final ça a donné ça, sa recette… Mais je crois que je me suis gouré quelque part parce que… ça… ça ressemble vachement à une tarte citron meringuée quand même…



C’est là que j’ai eu l’idée d’inclure des académiciens d’Horsjeu… Ces princes de l’imagination, chercheurs de la seule et UNIQUE « bonne histoire« , docteurs en bons mots, zoophiles notoires et nyctalopes de longue date. C’est comme ça que j’ai contacté Roberto (Je tairais le reste de son pseudo afin de préserver son anonymat), et voici sa réponse :

– Tu peux tenter une uchronie…  Genre le FC Metz qui aurait gagné la C2 et Valenciennes qui se serait enrichi dans les années 90 à coup de valises à Nanar, devenant ainsi le premier rival sportif du FC Metz qui serait resté au top pendant trente ans, tu vois ? Kastendeuch qui aurait soulevé la coupe du monde au Stade de France, etc… Et du coup, ce match, ce serait l’affiche du championnat de France de D1, tu vois ?

Ma réponse : Je vois, et qu’est ce qu’il y a de drôle là-dedans ?
Sa réponse : Et un GRAND coup de pompe dans l’oignon ? Ça te ferait rire, ça ? Et venir m’emmerder alors qu’on n’a pas gardé les cochons ensemble que je sache, ça te fait rire ça aussi ? Moi pas, TU VOIS ?

Le sang italien, tout ça… je voyais ça.

C’est tandis que Roberto m’envoyait une photo de son entre jambe afin d’être sûr que je comprenne bien là où il voulait en venir, que Roger Piantoni Vairelles X (Pourquoi le X ? Je cite : « Le X, c’est pour faire anonyme »), a enfin pris la peine de me répondre :
« Moi, l’idée qui me viens tout de suite, là, c’est que tu te mettes dans la peau d’un personnage, genre un joueur, l’entraîneur… On se met toujours dans la peau du supporter quand on écrit… Parce que c’est ce qu’on est, mais jamais dans la peau de ce qu’on n’est pas ! »

… Je vous jure que dans le message que je leur avais envoyé, j’avais bien ajouté la mention « drôle » dans ma requête…

Forcément, j’étais obligé de lui demander :
– Je vois… C’est intéressant, je te jure (oui, je prenais des pincettes. Pas envie de faire collection des phallus de tous les gars d’HorsJeu dans mon téléphone), mais… comprends-moi… j’avais demandé un petit truc drôle, tu saisis ?
– Pas de souci !

Quinze secondes plus tard, mon téléphone vibrait, et je découvrais à nouveau un phallus en gros plan (oui, ça zoom fort et ça complexe beaucoup chez HorsJeu.net).

J’avais puisé tout ce que je pouvais de mon entourage. Il était temps de passer au match…


18e Journée : Valenciennes FC – FC Metz.

Vivement la nouvelle salle de muscu. Ils ont l’air si fragiles…


Première mi-temps – Idée de Julie :
Quel match incroyable nous vivons aujourd’hui, mesdames et messieurs ! Que de talent dans ce glorieux stade du Hainaut, avec ces 25.000 places au confort si astucieusement rudimentaire… La joie et la chaleur de ce rigoureux mois d’hiver n’ont pas empêché les 137 valeureux visiteurs de se déplacer. C’est fou cette ambiance, on se croirait vraiment un jour de derby de curling en Turquie entre la U6-U7 de IstanbulSpor et KartalSpor !

5e minute :
Décidément, ces adversaires valenciennois sont de solides gaillards. De véritables spartiates ! Des monstres d’ingéniosité et de génie footballistique ! D’ailleurs, voici que le défenseur de Valenciennes vient de déposer la balle dans les pieds de Angban après une magnifique passe en retrait foiré. Que c’est beau, mais que c’est beau ! Victorien (quel prénom tellement moderne !) est seul, devant les cages. Il arme une frappe de mule, si précise et si millimétrée qu’elle va superbement s’envoler pour se nicher contre le poteau ! C’est magnifique ce qu’il arrive à faire avec ses pieds ! 

Quelle ambiance !

Ouais, j’abuse… J’assume.


Mi-temps – Idée de Pablo :
Le mec avec son micro (à ce niveau-là, je me refuse d’appeler ça un journaliste) appelle discrètement Thomas Delaine : « EH OH !! THOMAAAAAAS !! OH !! OUAIS !! QUESTIONS POUR CANAL !! … Hmm… Alors Thomas : dur ce match ?
– Franchement ça va.
– … Ah bon ?
– Bah, vous avez l’air plus essoufflé que moi, mais c’est normal, rien branler pendant 45 minutes et après, à froid, gueuler comme ça, c’est sûr, ça consomme de l’énergie.
– … Euh, oui… Mais le match…
– Bah, je n’ai pas transpiré, pas un pouls au-dessus de 60… alors, franchement, je crois qu’on gère le match.
– Ok, mais, euh… Ok. Parlons d’autres choses, vous avez des vœux pour la nouvelle année ?
– Ouais, que Victorien cadre au moins une frappe… Je ne sais pas, ça doit être dur pour lui, il n’a mis qu’un seul but de toute sa carrière… Alors oui, il est jeune, mais il vient de Chelsea quand même le mec… Et il est prêté… Cela veut dire qu’il a toujours l’espoir de quitter notre terre mosellane en gruyère depuis qu’on a creusé comme des foufous dans les années 70… Donc déjà, ça, ce serait bien… Et sinon, je souhaite aussi qu’on arrête de reboucher les trous qu’on a creusé pour le charbon avec des déchets nucléaires… Ou alors d’y envoyer Florian Phillipot et Nadine Morano, voir s’ils retrouvent leurs chemins dans les galeries, et s’ils n’y arrivent pas… Ben tant pis quoi…
– Vous parlez beaucoup…
– C’est parce que je ne suis pas fatigué.
– Merci Thomas.

M’en fous, j’assume aussi.


Deuxième mi-temps – Idée de Roberto :
Une tension phénoménale règne ici à l’Allianz Arena du Hainaut. Les deux équipes font parties du top des meilleurs clubs de l’histoire et voici qu’elles s’affrontent en finale de la Ligue des Champions. Cela ne s’était plus produit depuis 1992 où Valenciennes avaient vaincu Metz avec un but sur penalty de Jean Jacques Allais… Ce but dont Ricky Martin rendra plus tard hommage en 1997 avec sa chanson : « Un ! Dos ! Tres ! Allais ! Allais ! Allais ! » (Oui, j’ai honte de cette blague).

C’est une page de l’histoire qui s’inscrit ce soir. La première mi-temps fut incroyable mais malheureusement vierge de tout but. Et nous sommes à présent à la 60e sans que rien ne vienne départager les deux équipes malgré une domination complète du FC Metz pour l’instant… mais je parle un peu trop vite… Nguette a le ballon et se dirige tout droit vers la surface de réparation ! Opa, toujours aussi habile sur son côté gauche… Il ralentit, contrôle le ballon et oriente extérieur pour effacer le défenseur, il entre dans la surface… Et faute ! PENALTY !! MON DIEU, l’histoire se répète ! Nous vivons un grand moment ce soir ! Il y avait Muhammad Ali contre George Foreman à Kinshasa, à présent on a Habib Diallo contre Damien Perquis au HainauuuuUUUUT… ET C’EST LE BUT !! Diallo envoi un direct tout en finesse à ras terre, qui prend Perquis à contre-pied, et qui TOMBE, PERQUIS EST TOMBE !! LE FC METZ EST CHAMPION !! DES TROMBES D’EAU SE DÉVERSE DANS LE STADE ! CELA N’ETAIT PLUS ARRIVE DEPUIS AU MOINS UNE SEMAINE !! C’EST UN INSTANT MAGIQUE !!

Un jour, on me punira pour tous ces montages Paint dégueulasses…


Fin de match – Idée de Roger :
Dans la tête de Renaud Cohade :
« … ha …. Ha… Ha… Ah les salooooopes ! Me faire courir… moi… à 34 ans… ha… ha… Qu’est ce qu’il a à gueuler l’autre con avec son micro ? … ha… ha… Ouais, ça va, ça va, j’arrive… Il va encore me demander ce que j’ai pensé du match… Qu’est ce que j’en sais moi… Avec mon glaucome c’est tout juste si je vois mes pompes, alors le match… Après ça, la sempiternelle question sur la vie du groupe… On est champion d’automne… Mon dieu… Mais qui va écouter ça sérieusement ? Qu’une envie là, c’est de rentrer, mettre mes chaussons, regarder « Demain nous appartient » en replay et manger des chips 3D… De quoi ? Le but de Boulaya à la 75e pour le 2-0 ? Bah qu’est ce que j’en ai à faire sérieux… Allez j’en ai marre, je conclus sur l’important c’est les trois points et je me casse manger mon yaourt avec du sucre… »

Renaud qui se repose sur la pelouse après le match…


La Metz Que Des Notes :

Oukidja (3/5) :
Tartufferies et état de grâce. Comme à chacune de ses prestations, il sauve autant qu’il effraie. Tyler Durden et Mister Batard… Je l’aime autant que je désire le voir cirer le banc.

Balliù (2/5) :
Caché dans les jupes de maman pendant tout le match. Plus aucune percussion, plus d’intérêt offensif. La période Hantz l’a bien bousillé.

Boye (4/5) :
Mister Papa était là.

Sunzu (4/5) :
Miss Mama a bien torché le dersch des valenciennois. Dur sur l’homme, tout ce qu’on attend d’une bonne femme (oui, c’est sexiste).

Delaine (4/5) : 
Nouveau chien fou de l’équipe. En train de courir derrière tous les ballons. Infatigable. Increvable. Lorsqu’il ne mord pas les mollets des défenseurs, c’est qu’il bondit dans la surface adverse à la recherche de la baballe.

Angban (2/5) :
Beaucoup d’imprécisions, de manque de lucidité. Il tente, c’est bien. Quand ce sera dedans, on reparlera de sa note.

Fofana (4/5) :
Récupère, relance, bloque et relance.

Cohade (1/5) :
Surtout des erreurs, des centres mal dosés, des passes merdiques. Notre divin chauve s’est divinement chié dessus.

Gakpa (1/5) :
Pas vraiment sa faute, on a surtout joué au centre ou de l’autre côté. Je crois que je l’ai vu sur le bord du terrain en train de griller des côtelettes à un moment. J’espère que c’était bon.

Opa (5/5) :
Surement l’homme du match. Il faut un début à tout. Je pourrais tenir le crachoir pendant des heures. Le comparer à Ismaïla n’est pas honnête, il est en dessous, mais il a un panache qui détonne par rapport à tout ce que j’ai pu voir de lui. Ce match, c’était son match !
D’ailleurs : Nommé Grenat du mois de décembre par les internautes… Je suis rarement du même avis que tous ces dégénérés mous du slip qui prennent le temps de répondre à ces questionnaires (Oui, je parle de toi, et oui : je sais que tu es vexé…), mais là, je me joins à leur décision.

Diallo (3/5) :
Trop gourmand, et trop culotté. Mais c’est son job, alors ça va.

Remplaçants :

Boulaya (4/5) :
Sur le banc… C’est vous dire l’équipe monstrueuse que l’on a cette année. Il rentre à la 64e, marque à la 75e… Monstrueux. J’ai hâte de le voir faire pleurer ces petites dames de nanchie !

La Conclu du Barbu :

En premier : on pose un p’tit bilan ?

Pourquoi ? Parce que l’on vient de passer la mi-saison. Parce que le match contre Valenciennes, c’était le 17 Décembre et que là, je conclus cette acad’ le 8 Janvier… Et parce que ma longue diatribe pour souligner le fait que Cuffaut jouait en face ne tient plus lorsqu’on a Hognon sur notre banc à nous… Dieu est un gros bâtard cruel avec une gingivite qui pue le vieux fromage.

Alors ce fameux bilan : 44 points pris sur 57, c’est pas mal non ? (Oui, je compte déjà les 3 contre l’Asanal). Et avec seulement trois défaites et deux nuls, on peut dire sans trop tanguer du dersch que : « Ouais, on est bon ».
Je ne visualise pas vraiment de problème pour la seconde partie de saison si ce n’est des adversaires qui vont la jouer de plus en plus défensif contre nous au fur et à mesure que les points vont commencer à leur manquer pour se maintenir. Donc à voir les points que l’on va abandonner par ci par là…

Champion d’automne, on va se réjouir de cela pour l’instant.

Seul souci selon moi : On est trop dépendant de la charnière Sunzu-Boye, il faudrait un défenseur central en plus. Et la défense prend trop souvent l’eau en contre-attaque (dû selon moi à des milieux defs qui lâchent trop souvent les défenseurs centraux en jouant trop haut lors des phases offensives).

Deuxième point.
A présent que Noël est passé, je vous offre ce cadeau : Mon mea culpa sur Opa Nguette. Je l’ai souvent critiqué, parfois avec mauvaise foi, souvent à raison. Mais c’est aussi parce que je croyais en lui dès qu’on l’a choppé à… bah tiens : Valenciennes ! Mais il est toujours trop lent dans ses choix, encore plus lent dans ses gestes, ce qui en faisait un joueur ultra prévisible, et c’est comme ça que sa vitesse ne compte plus. Il peut devenir un joueur clé. Malheureusement, je perçois trop souvent ses vieux démons resurgir… Lorsqu’il se laisse tomber parce qu’il sait qu’il n’arrivera pas au bout de ses actions, dans son manque d’efforts dans le jeu sans ballon, etc…
Après, depuis la 10 journée, je le trouve vraiment bon. Il a vraiment épuré son jeu technique, plus simple, mieux léché et il a gagné en réactivité, même s’il rechigne encore trop souvent à revenir en défense.
D’ailleurs, je n’en ai pas trop parlé, mais au cours de ce match, il a vraiment été au-dessus du lot. En première mi-temps, à la 19e : il nous a fait un festival en éliminant deux joueurs et en tentant une frappe audacieuse. Je pense que la marche en Ligue 1 était trop haute pour lui et cela a dû un peu lui casser le moral. Mais là il revient avec un nouveau jeu, un nouvel état d’esprit, et dieu sait que je me suis souvent acharné sur lui, mais là je lui souhaite vraiment tout le meilleur du monde.

Troisième et dernier point.
Les vœux de la nouvelle année. Je sais que les fêtes sont souvent l’occasion de passer du temps avec des amis, de la famille, des personnes que l’on aime. Je sais aussi que parfois, malheureusement : on n’y arrive pas. Pour une raison ou pour une autre. Je sais que pour beaucoup, cette période n’a pas toujours été rose. Du coup, j’ignore combien d’entre vous auront encore la force de lire ce que j’écris ici, et à vrai dire je mise sur le fait que beaucoup d’entre vous ont abandonné, mais sachez que je vous souhaite à tous le meilleur. Je sais que parfois le futur fait peur. Que parfois nos choix semblent dictés par la peur et non par la raison, ou l’amour. Que parfois on se déteste, on se diminue, on ne s’aime plus trop, on a envie d’être quelqu’un d’autre, de rejeter les autres, de se rejeter soi-même, de rire quand on a envie de pleurer, de mentir aux autres pour se protéger, de faussement compatir à la détresse des autres afin que les autres nous aiment… Mais au fond, si on agit comme ça, si on pense comme ça, si on le ressent comme ça, c’est parce qu’au fond on a peur. Peur d’être seul, peur de la douleur, d’être misérable, démuni, diminué. Peur de s’endormir sans que personne dans ce monde n’ait pensé à vous aujourd’hui… Peu importe. C’est une nouvelle année, et aussi purement symbolique que soit ce moment, je vous souhaite, sincèrement, à tous, une bonne et heureuse année. Puissiez-vous tous avoir une vie encore plus heureuse que la mienne.

Bises Anales.

LeGrasAuLLy

8 Comments

  1. Bonne année à vous.

    Et donc c’est un match de décembre. Et donc vous avez vaincu l’Asanal. Bravo !

  2. Dans mon monde vous avez le plus beau palmarès du football français. C’est cool hein ? Je vous embrasse mon frère et vous souhaite également le meilleur pour cette nouvelané.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.