La Calcio Académie vous raconte la 31e journée de Serie A (20-21) :

Ciao ragazzi,

L’infamie en mètre étalon. Andrea Agnelli, illustre descendant d’une famille de mangeurs de pauvres sauce billets de banque, et onze de ses petits copains plus avides les uns que les autres ont dû estimer que le moment était venu de planter l’ultime banderille dans le dos du football dans ce qu’il pouvait lui rester de populaire.

L’arlésienne de la Super League a finalement pointé son nez alors que le football, ultime reflet de notre monde de merde, peine à essuyer les plâtres d’une pandémie qui n’en finit plus de tuer. Des femmes, des hommes, des rêves aussi.

Et les riches d’en profiter et d’amorcer leur fuite en avant, vers toujours plus de pognon. Il ne restait pas grand-chose de populaire dans ce sport, mais nous nous accrochions à ce que la vie sur cette terre damnée n’avait pas encore arraché au football.

On pouvait encore dire « notre » club. Le Milan, c’est MON club. L’Inter ? C’est MON club. La Juve ? MON club.

Malgré tout ce qui nous débecte dans l’expression moderne de notre sport, nous étions heureux de dire que ces clubs étaient nôtres. Combien de soirs nos cœurs se sont-ils serré en les regardant jouer ? Que nous étions fiers les soirs de victoire ! ON avait gagné ! Et tristes comme des pierres les jours de défaite, amers comme de la gentiane au cyanure parce qu’ON avait perdu. Oui mais voilà, la réalité est tout autre.

Ces connards en costume cendré nous ont bien fait comprendre que ces clubs-là n’étaient pas les nôtres. Ils sont à eux. Nous sommes tout juste autorisés à en être des clients dociles. La Super League n’aura peut-être pas lieu. Qui sait ? Mais ils nous ont confisqué nos clubs, c’est un fait.

Et bien soit. Qu’ils aillent crever, ce tas d’cons. On les aidera d’ailleurs. Ils ne nous prendront pas le foot.
Bientôt, ils ne nous prendront plus rien. Ils nous auront sûrement déjà tout pris, mais ils ne nous prendront plus rien. Ils nous ont volé nos clubs, on ne leur laissera pas le foot.

Alors à ce fatras de fils de fiente, on leur dit une chose ou dix : on vous crèvera le bidon à coup de surin. On gerbera notre bile sur vos âmes embaumées dans le lisier. On vous poussera dans les rebuts honteux de l’histoire. On vous refusera. On vous oubliera, et le football vaincra. On vivra le foot sans vous. On pleurera pour une autre équipe. On aimera pour une autre équipe. On vivra par une autre équipe.

On vous oubliera, et le football vaincra.

Les Matchs :

Crotone – Udinese (1-2) :

Un De Paul en trois actes. D’abord, un cafouillage que Rodri conclut d’une subtile caresse en pleine lulu. Ensuite, une petite danse d’une élégance rare, de celle qui flatte les pas des plus gracieux des danseurs. Enfin, un pied dans la gueule d’un crotonese qui lui vaut un rouge direct, alors qu’on jouait la 90e minute. Entre-temps ? Un péno de Simy bien sûr. Udine reste 9e et ne devrait plus jouer grand-chose, nos Crottes sont 17e et bonnes dernières, en flottaison pépouze vers la B.

Buteurs : Simy (68e s.p). pour Crotone, De Paul (41e et 74e) pour Udine.

Sassuolo – Fiorentina (3-1) :

Terrible viola, 16e de Serie A avec cet effectif … Quelle tristesse. C’est malgré tout Bonaventura qui met le premier coup de pétard du match en lucarne, après un beau travail de Ribery. Dans la foulée, c’est Castrovili qui trouve le poteau d’une belle frappe de 20m. La Fiorentina, transformée, mène à Sassuolo à la mi-temps, mais déchante très vite en prenant 2 pénaltys dans la tronche en à peine 3 minutes … Berardi transforme les deux et permet aux neroverdi de mener au score et même plus largement grâce à Maxime Lopez qui met le ballon dans le petit filet de Dragowski. La Fiorentina est 16e à égalité avec le 17e … Elle devrait s’en sortir mais c’est une saison à oublier et avec cet effectif, elle ne peut que faire mieux l’an prochain, à condition de régler quelques problèmes, défensivement en priorité.

Buteurs : Berardi (59e sp, 62e sp), M.Lopez (75e) ; Bonaventura (31e)

Torino – Roma (3-1) :

Coup de tonnerre à Turin avec cette défaite de la Roma sur le terrain d’un valeureux Torino.
Pourtant mené très rapidement par Mayoral, très en forme ces derniers temps, les joueurs du granata ont du prendre une belle soufflante à la mi-temps puisque 45min plus tard, ils repartent à la douche avec 3 buts supplémentaires et autant de points au classement. Bien aidés par Belotti, passeur, Sanabria, Zaza et Rincon sont les buteurs du Toro et enfoncent un peu plus la Roma loin du top 4 qualificatif pour la… on ne sait pas.
Le Torino prend, lui, des points très précieux dans la course au maintien, on espère les voir en A l’an prochain, avec Belotti ?

Buteurs : Sanabria (57e), Zaza (71e), Rincon (92e) ; Mayoral (3e)

Lazio – Benevento (5-3) :

Oui, vous avez bien lu : 5-3. Sous le nombre de faits de jeu dans ce match j’ai décidé de vous lister, chronoliquement les différents faits marquants du match, pour vous rendre compte du spectacle proposé par les laziale et les sorciers.

3e : poteau Immobile
9e : Sous la pression d’Immobile, Depaoli inscrit un csc malheureux (1-0).
20e : But d’Immobile, son 150e en Serie A (2-0)
36e : Après une faute du gardien, Correa se fait justice et marque sur péno (3-0).
45e : Belle frappe enroulée de 25m pour Sau qui réduit le score (3-1).
48e : Malheureux, Montipo dévie une frappe non cadrée de Correa dans ses buts … (4-1).
55e : Triplé d’Immobile ? Non. Montipo arrête un penalty très mal tiré par le grand blond.
63e : Encore un pénalty, cette fois pour Benevento, et transformé par Viola (4-2).
65e : Refusé par la VAR, ce but de Lapadula avait pourtant l’air valable …
83e : Beau coup de casque de Glik sur corner, 3e but de Benevento ! (4-3)
96e : La Lazio face à tous les joueurs de Benevento dans sa surface, et profite donc d’un contre pour enfoncer le clou par Immobile qui signe son triplé (5-3).

Gros résumé ci-dessous :

Sampdoria – Hellas (3-1) :

Le superbe coup franc de Lazovic aura été insuffisant. La Samp’ n’a pas vraiment souffert contre des Veronais qui ont décidément complètement lâché cette fin de saison. Jankto égalise pour la Doria juste après le retour aux vestiaires d’une lourde très lourde. Sur l’action suivante, le Tchèque nous fait sa spéciale en manquant l’immanquable, Silvestri s’étendant de tout son corps pour éviter que le match soit plié. Ses efforts ne seront pas récompensé. Sur une péno un brin généreux, Gabbiadini donne l’avantage aux locaux. Thorsby scellera le sort du match, devançant un Silvestri qui se promenait à la découverte de quelques Funghi.

C’était un chouette match de ventre mou.

Buts : Jankto (46e), Gabbiadini (73e), Thorsby (82e) / Lazovic (13e)

Cagliari – Parma (4-3) :

Notre belle Serie A nous offre parfois des matchs extraordinaires. Samedi, Cagliari remporte le match qu’il ne fallait pas perdre, le match de l’espoir. Enfin depuis que les trois clubs de la honte ont décidé de quitter le Calcio et le football, Cagliari et Parma espèrent se sauver même en terminant 17e et dernier du classement. Les Sardes ont préféré assurer le coup. Parma avait pourtant pris les devants avec une réussite déconcertante. Mais un homme allait changer la face du match. Gaston Pereiro remplace Rugani à la 64e. Le choix est tactique pour Semplici, le nouvel entraîneur des Gli Isolani mais c’est un choix guidé par la raison, le pauvre Rugani étant en grande difficulté. Pereiro fera basculer le match en égalisant à la 91e et en posant la boule sur la tête d’Alberto Cerri.

Buts : Pavoletti (39e), Marin (66e), Pereiro (90e+1) et Cerri (90e+4) / Pezzella (5e), Kucka (31e) et Man (59e)

Cagliari n’est pas encore mort, pour Parma par contre, ça sent pas super super bon…

Bologna – Spezia (4-1) :

Il n’y pas eu de match au stade Renato Dall’ara. La défense de La Spezia avait décidé de faire grève et de ne pas s’aligner ni pour les Hors-jeux ni sur les coups de pieds arrêtés ni sur rien du tout. Bologna remporte le match sans forcer. On notera, tout de même, les performances maisculo de Soriano et de Svanberg. On peut même se demander pourquoi les hommes de Siniša Mihajlovic ne sont pas plus haut dans le classement.

De son coté, La Spezia peut encore trembler. Le maintien n’est pas encore dans la poche.

Buts : Orsolini (12e), Barrow(18e) Svanberg (45e et 60e) / Ismajli (34e)

Note Artistique de la journée 0/5 :

Vous l’avez constaté, l’académie est plus courte ce weekend. Attristés, énervés par l’annonce de la SuperLeague dimanche soir, qui concerne pour l’instant 3 clubs (l’Inter, le Milan et la Juve), nous avons décidé de les éluder du petit résumé hebdomadaire. C’est encore trop chaud pour que chacun de nous écrive sur leurs matchs, qui n’auront peut être que peu de conséquences sur leur avenir, et celui, par ricochet de la Serie A.
On est triste de la tournure que prend le football, déjà bien entamée ces dernières années, ne soyons pas hypocrites, triste de cet avenir incertain pour les clubs auprès desquels on s’investit émotionnellement tous les weekends.
On vous met quand même le classement de Serie A … pour la forme. Pas sur qu’il ait un quelconque intérêt désormais … à 2j d’une nouvelle journée de Serie A, en pleine semaine.

PaPier Paolo Sopalini

Papier quadruple épaisseur. Le meilleur et le pire du Calcio, parce qu'on parle même du Napoli.

Un commentaire

  1. Alors même que la seri A reprend des couleurs depuis 2-3 saisons, il a fallu que ces manges-merdes viennent foutre le bordel. Tas de cons…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.