Chelsea – Liverpool (1-1) : la Reds academy vous livre ses royales notes

Laissez-moi vous conter l’épopée des 11 sirs de Liverpool partis à la quête du Graal. En cette journée de tournoi, nos fiers chevaliers se rendent à la capitale afin d’écraser les vils Blues de Chelsea aux bannières en plastique.

 

L’été touche à sa fin, et le carrosse rouge des princes de la Premier League se rend au sud-est de l’Angleterre, à Londres. Après avoir traversé la forêt de Nottingham et ses multiples clochards réclamant victuailles et écus, le beau cortège s’arrête aux portes de la ville des Blues. « Ne craignez rien de ces vulgaires mécréants, lâche le baron Klopp. Suivez ma voix et buvez mes paroles, et c’est la victoire et un banquet à la salle haute d’Anfield qui vous attendra ! Le béhourd ne pourra nous échapper cette année ! ». Seigneurs, maréchaux, suzerains ou encore spathaires, les nobles Reds lancent un cri assourdissant. Plus loin, les remparts de Standford bridge tremblent déjà. « Sir, sommes-nous contraints de se lancer dans cette bataille perdue d’avance ? interroge alors le saltimbanque Giroud. » « Diable, vous n’êtes donc guère plus valeureux qu’une fiente d’ovidé, lui répond sieur Sarri. Bande de vilains, que je ne vous vois pas courber l’échine face à ces démons parés de rouge ! »

 

Plus tard, assis au scriptorium, les onze seigneurs Reds découvrent, griffonnés sur un parchemin, les 11 chevaliers choisis par le baron allemand.

 

 

C’est donc sur une vaste plaine verte londonienne que les hommes des deux gardiens les plus chers de l’histoire vont s’affronter. Votre témoin de ce combat épique (moi, si t’as pas compris), a malheureusement manqué les premières minutes de cette bataille. Problème de monture ? De charrette ? Que neni, juste un problème de streaming sa mère. Qu’importe, aussi ai-je le temps de constater que Mané tire à boulet rouge, mais loin du cadre (14e). Les rumeurs dans la foule observatrice de l’affrontement disent que les hommes parés de rouge dominent les échanges. Notre fier pharaon se montre le plus dangereux mais à la fois le plus maladroit, à l’image de cette audacieuse passe pour Mané (21e) qui, dans la foulée, amène à un 1 contre 1 entre Willian et Alisson. C’est ce dernier, heureusement, qui se montre décisif. Malgré cette domination, c’est pourtant le palefrenier Hazard qui crucifie notre gardien liverpuldien (25e). À la 32e, c’est Salah qui, par la faute d’un superbe retour de Rüdiger, manque de remettre les deux armées à égalité. Rien de bien intéressant à se mettre sous la dent jusqu’à la fin de cette première mi-temps, si ce n’est les multiples maladresses de Salah.

 

Il faut attendre la 58e pour voir Mané, servi par un Firmino opportuniste, butter sur le gardien londonien. Sur le corner qui suit, Salah bute une nouvelle fois sur Rüdiger. Ce temps fort ne donne rien et, idéalement lancé par Kanté, Willian est même très proche de punir nos valeureux Reds. Une action quasi-décisive qui est suivie par une superbe sortie d’Alisson sur Hazard. Salah, la tête ailleurs lors de cette bataille pour le trône, laisse sa place à Shaqiri. Ce dernier s’illustre en ratant l’immanquable, idéalement servi par Robertson (70e). Deux minutes plus tard, c’est le villain David Luiz qui sauve son armée, sur la ligne, sur un coup de boule de sire Firmino. Alors que les fanions rouges commencent à être en berne, le salut vient du valeureux Sturridge qui, d’une patte gauche exceptionnelle, permet à ses compagnons de rentrer en leur fief avec le point du nul. Un mal pour un bien avant d’affronter, la semaine prochaine, le provisoire roi du championnat d’Angleterre : Manchester City.

 

LES NOTES

Alisson (4/5) : premier gros test pour Alisson qui s’en est plutôt bien sorti avec plusieurs arrêts décisifs.

TAA (2/5) : notre jeune ailier préféré a, ce samedi, eu du mal à trouver le juste équilibre entre soutien offensif et apport défensif.

Gomez (4/5) : imaginez être à la place de Lovren. En quelques petits mois vous perdez les deux plus grandes finales des compétitions de football et un gamin de 21 ans vous explose dans tous les domaines. Quelle vie.

Van Dijk (5/5) : à quoi ressemblait le monde avant son arrivée ? Je l’ai oublié. Depuis, tout est paradis.

Robertson (3/5) : toujours dans l’effort, ce match moyen de sa part reste une prestation à des années lumières de celle offerte par Moreno en milieu de semaine. Attention toutefois à ne pas s’installer dans un fauteuil de tranquillité.

Henderson (3/5) : capitaine frustré de sortir en cours de match, Hendo a semblé manquer encore de repère et de rythme.

Wijnaldiuiuiuiuium (3/5) : a fait de son mieux dans un rôle de créateur et de maillon entre TAA et Salah.

Milner (3/5) : notre valeur sûre a été dépassée, comme Henderson. Baromètre de notre équipe, c’est dire à quel point les Reds en ont un peu chié. Remplacé par Sturridge, libérateur.

Salah (2/5) : match catastrophique où l’Egyptien a raté tout ce qu’il a entrepris. C’est tout du moins ce qu’on pourrait garder en tête, mais Salah a néanmoins libéré beaucoup d’espaces et fait la différence. Mais la conclusion n’était pas là.

Mané (3/5) : Mané a peut-être les jambes lourdes, en résulte un match moyen de sa part.

Firmino (3/5) : le Brésilien a moins brillé car moins aidé par ses deux homologues. A eu l’occasion de faire la différence de la tête, mais Tahiti Bob l’a empêché de délivrer son équipe.

Steve Macadam

Cousin sans classe de l'élégant Steve McManaman, je cherche le glorieux passé de Liverpool au fond des pintes vides qui s'accumulent au fur et à mesure des matchs. Apprends actuellement l'Allemand grâce à GoogleTrad' pour les beaux yeux de Klopp (mais si, derrière ses lunettes. Regarde bien.).

3 Comments

  1. Salah se réveillera quand il faudra, c’est-à-dire ce week-end. Sinon ça va chier.

    Quant à la vie avant VVD, ça fait peur. Vous rappelez-vous de Ragnar Klavan ? Moi pas.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.