La Jup’Académie présente ses 23 Diap’

Le retour de la vengeance revancharde

Salut les filles !

Nous nous étions jurés de ne pas revenir. Les Malines-Lokeren, les rebondissements perpétuels au Standard, Christian Benteke…ce cortège de misères nous a coûté nos vies sociales, notre foie et notre foi (en l’humanité). Et puis la direction nous a sortis de nos trous à rats en nous promettant amour, gloire et beauté.

Il a donc fallu retrouver les membres de l’équipe, gravir des rivières, traverser des montagnes. Ou l’inverse. Portés par les esprits d’Albert Londres, Gunter Wallraff et Robert Namias, nous avons aiguisé nos plumes et nos esprits, enivrés de l’envie de vous faire retrouver ce qui a fait le charme de la Jup’Académie depuis maintenant sept ans : de l’analyse tactique de premier choix, des jeux de mots foireux et parfois de la vraie investigation.

Comme un symbole de rédemption, la sélection nationanale s’est elle aussi mise sur le chemin de la reconquête. L’échec de l’Euro 2016 avait marqué la fin du cycle Wilmots. La « jeune génération dorée » avait besoin de mûrir, forte de ses talents individuels qui n’ont jamais vraiment su jouer en équipe. La fédération s’est tournée vers Roberto Martinez pour s’accomplir de la tâche. La campagne vers la Russie s’est déroulée sans accroc, déjà parce que les adversaires étaient relativement faibles (Grèce, Bosnie, Estonie, Chypre et Gibraltar), mais aussi parce que Beberto a trouvé assez rapidement une formule efficace. Ainsi, avec neuf victoires, un nul et 43 buts marqués, la Gelbique veut faire croire au Monde entier que ça y est, enfin, son équipe est grande, elle est belle et les cheveux de Fellaini sentent bons.

Oui, sauf que non. Parce que les amicaux contre des plus grandes nations (Espagne, Pays-Bas) ne sont pas plus rassurants, notamment par rapport à la solidité défensive de l’équipe. Donc question objectif, et si l’alignement des planètes le permet, la sélection peut se permettre de viser le dernier carré, voire d’atteindre le Graal. Mais si on va par là, il est tout aussi possible que HorsJeu devienne une référence dans le journalimse sportif, que je puisse vivre de coke et de filles faciles, et que Pierre Ménès rende enfin le foie.


LES DIAP’ DE DERRIERE

Les trois premiers noms sur la feuille de match, ce sont les gardiens et il n’y a aucun doute sur qui sera assis sur le banc et qui sera le numéro 1. Il l’est depuis des années et ce n’est pas près de changer : Thibaut Courtois est indiscutable et indiscuté. Les deux autres gardiens présents dans les 23 sont Simon Mignolet, l’homme derrière Karius en club et Koen Casteels, qui sort d’une très belle saison à Wolfsburg sur le plan personnel (collectivement par contre c’était très moyen). Si on ne devrait pas voir les deux zozos sur un terrain, ils pourront faire une belle équipe à la belote. Devant le grand Tibo il y aura trois défenseurs centraux. Les titulaires évoluent à Manchester City et Tottenham, et on devrait donc avoir Alderweireld, Kompany et Vertonghen, jeune centenaire, indiscutables. Mais voila, les blessures et Kompany, c’est un duo indissociable. C’est pour ça que, jusqu’à la veille du match contre le Panama, Ciman sera dans le noyau, au cas où Vince ne serait pas remis. Si tout se passe bien, Vermaelen (lui aussi convalescent), Boyata et Dendoncker seront sur le banc contrairement au Général, qui pourra retourner à LA.*

*Info de dernière minute : Ciman est bel et bien reparti pour les States. D’après nos sources, il a pris le poulet dans l’avion (en même temps, QUI prend le poisson ?) et il a regardé les Tuche 3.


LES DIAP’ DU MILIEU

Les milieux centraux, sûrement le poste qui aura fait le plus parler les gens aux jours des annonces des 28 et des 23. Pas de Nainggolan, toujours la même raison tactique invoquée, comme si avoir un joueur qui peut apporter un changement tactique était forcément négatif dans une compétition. Nul doute qu’il s’agit d’un problème relationnel entre le joueur et le sélectionneur. De toute manière, le milieu de terrain belge c’est le monde de deux joueurs : Axel Witsel et Kévin de Bruyne. Le premier, exilé en Chine est toujours contesté par une partie du public bruxellois malgré ses performances régulières sous le maillot des Diables. Le deuxième n’a pas toujours réussi à reproduire ses performances en club avec Roberto «BaldFraud2» Martinez et les Diap, mais la Belgique ne peut pas se passer d’un joueur si important pour le champion d’Angleterre. Les réservistes sont 3 pour 2 places. D’un côté Moussa Dembélé, artiste du ballon de Tottenham et de l’autre Marouane Fellaini, l’énigme du football mondial qui peut rater une passe à trois mètres mais qui une minute plus tard peut gratter un ballon avant de se projeter vers l’avant et apporter le surnombre dans le rectangle adverse. Et enfin, entre les deux, Youri Tielemans. Petite surprise quand on voit sa saison avec Monaco, mais qui a toujours été apprécié par le sélectionneur. Son talent est là. Son profil est unique. A lui de donner raison à Martinez s’il en a l’occasion.


LES DIAP’ DE DEVANT

La Belgique a un vivier impressionnant de joueurs offensifs. Et ça, Beberto l’a bien compris. C’est pourquoi il n’aligne pas un, ni deux, ni trois, ni quatre, mais bien CINQ offensifs dans son onze ! Sur les côtés, on devrait trouver Thomas « TOTOUTARD » Meunier à droite et Yannick Carrasco à gauche. Pendant que l’un s’est mis le Parc des Princes dans la poche (tant qu’il ne like pas des tifos marseillais), l’autre s’en est allait à pieds vers la Chine. Les deux chargés d’être doublons seront Nacer Chadli et Adnan Januzaj. Devant eux, le duo de lutins Eden Hazard et Dries Mertens vont être chargés de dynamiter le jeu et de combiner avec Gromelu Lukaku. Thorgen « Frère de » Hazard fait le nombre et – et ça nous fait plaisir – Michy Batsuhayi fait partie de la sélection, malgré sa vilaine blessure cette saison au Borussia Dortmund. Vous l’aurez compris, cela signifie que Bentekéké n’est pas là. Joie.


LE ONZ’

 

Vous l’avez certainement suivi, la non-sélection de Nainggolan a provoqué une polémique dans le pays. Mais, il y a eu une autre polémique, bien avant celle-ci. En effet, le rappeur Damso devait écrire et « chanter » l’hymne des Diap’, mais certaines personnes dans le pays ont refusé. Pour des raisons obscures, soi-disant qu’il serait noir enfin je sais pas trop quoi…

Mais au-delà de ces débats musicaux puérils, il y a une chose qui ne change pas, et ne changera jamais : le Grand Jojo a sorti un tube !

Bart Van der Van Krrr

Bart avait un rêve, ou plutôt deux : que le monde entier parle flamand et quelqu'un en ait quelque chose à foutre de la Jupiler Pro League. Devant l'échec de ses deux missions, il décida de se retirer dans un monastère. Comme une vieille gloire qui ne fait jamais vraiment ses adieux, il a quitté son monastère et Xavier D. (son copain de chambrée nantais) pour relancer la Jup'Académie aux côtés de ses vrais (et seuls) amis.

4 Comments

  1. Ok donc ça ne bat pas la B du CHAMPION d’EUROPE EN TITRE mais on parle des amicaux contre les salopes Espagnols et les tocards hollandais incapable de se qualifier à un euro à 48…..

  2. C’était pas déjà les memes contrepèterie avec la Chine ya 4 ans?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.