Au courier du coeur, the spooner soutient Claude Pèze

Que le FCGB prenne Claude Pèze en communauty manager !

Community manager, c’est un métier, et il est evident que la venue de Claude Peze à cette fonction stratégique est très attendue.

Content de la qualification face à Moulins, Cédric Carrasso sait que le match face à Nice sera important. Il pense le groupe bordelais prêt à enchaîner les matches. Le gardien marine et blanc se livre à girondins.com.

 TS: Introduction succincte qui présente le dernier match et celui à venir, le tout en enfonçant trois portes ouvertes d’une seule main : Carrasso est content de la dernière victoire, le match prochain ne doit pas se prendre à la légère et heureusement, l’équipe sait qu’il y a encore des matchs après.

 girondins.com : Bonjour Cédric. Tu étais malade pour le match de coupe face à Moulins. Comment vas-tu ?

 TS: Simplicité, proximité, on effleure même l’intimité du joueur en n’osant pas totalement lui demander la couleur des selles, mais l’attention y est. Face à ce suspense, les fans sont évidemment inquiets et préoccupés.

Cédric Carrasso : Je vais un peu mieux. J’ai fait l’effort de venir ce matin pour courir avec Marc Planus. Je recommencerai demain matin, même si normalement, c’est repos. Je veux rattraper la séance que j’ai manquée.

 TS: Les fans sont rassurés, s’il n’a pas encore totalement récupéré, la tendance est positive puisqu’il va un peu mieux. Il faut noter l’importance du gras qui permet de faire ressortir l’information principale. L’information secondaire étant que Marc Planus court avec un malade, tout est normal. Carrasso appuie sur son courage. En revanche, si la sécu apprend qu’il va bosser en arrêt maladie, ça va chier.

 girondins.com : L’équipe a bien réagi après Paris en se qualifiant en Coupe de France. Quel est ton avis sur cette rencontre ?

 TS: La syntaxe n’est pas assez rigoureuse pour savoir quel match est évoqué. On suppose celui contre Moulins, car c’est la rencontre manquée qui permet une prise de distance et une reflexion pertinente.

Cédric Carrasso : La qualification est importante, même s’il n’y a pas eu toujours la manière. L’essentiel était de passer. On attend le tirage au sort maintenant. Nous enchaînons les matches et nous voulons gagner à chaque fois.

 TS: Une réponse qui irait aussi bien à la ligue des champions qu’au bingo d’une maison de retraite, un beau travail des relations presse du club. L’essentiel étant de montrer l’envie d’avoir envie.

 girondins.com : Dimanche, vous affrontez Nice, actuel 4ème du championnat. Est-ce un nouveau match charnière pour vous ?

 TS: “match charnière” le mot est lancé. Synonymes : “match à 6 points”, “recoller à l’Europe”, “prendre ses distances par rapport à derrière”.

Cédric Carrasso : Bien sûr, c’est un match important. Ce sont des concurrents directs pour nous. Il va falloir tout faire pour réaliser un bon match. Nous voulons nous rassurer dans la manière. Nous verrons au fur et à mesure. Il y a eu pas mal de changement en ce moment, les blessés, le départ de Yoan. Nous allons devoir adapter notre jeu.

 TS: Ne vous y trompez pas, le match à venir est toujours important, “concurrents directs” n’est là que pour ajouter de la dramaturgie. Et pour rassurer tout le monde Carrasso précise subtilement que le depart de Yoan (Gouffran) leur permettra de se rassurer dans la manière.

girondins.com : Es-tu surpris du début de saison de l’OGC Nice ?

 TS: Une pensée polie pour les adversaires, c’est toujours fair-play et permet d’élargir le débat sur la corruption et le dopage.

Cédric Carrasso : Oui et non. Au début de saison, cela aurait pu paraître surprenant. Mais nous savions qu’avec Claude Puel, ils pouvaient progresser. C’est un entraîneur qui a l’habitude de ce genre de challenge. Ils font quelque chose de très intéressant.

TS: Alors le “je ne me mouille pas” est ici explicite, façon de dire que “j’en ai rien à secouer”. On regrettera l’analyse malheureuse qui fera demander aux lecteurs pourquoi Claude Puel a l’habitude des challenges des mauvaises équipes à relever?? Lille, Lyon ?? Erreur de Carrasso.

girondins.com : A ton avis, comment va-t-il falloir les jouer ?

 TS: On élève le débat vers une question tactico-technique, c’est propre.

Cédric Carrasso : Il faudra se rassurer dans un premier temps. Essayer de bien faire. Nous verrons aussi en fonction des absents et des blessés.

 TS: Carrasso ne paraît trop inquiet pour se rassurer en l’absence de Gouffran (absent) et de Planus (blessé). Une belle leçon de confiance en Bellion.

girondins.com : Février arrive, c’est le mois le plus court de l’année. Vous allez pourtant jouer 7 matches…

 TS: Un element de context en dernière question, c’est une grossière erreur, les lecteurs ont besoin dès le début de connaître lieu/date/météo, c’est essentiel. Cela leur évite d’avoir à ouvrir un journal. Il y a également une tentative de mettre de la pression sur les instances nationales, mais qui prend sa calculette sait qu’en moyenne cela fait un match tous les 4 jours, donc à peu près la même chose qu’en août ou lors des périodes avec des matchs de Coupe d’Europe. Aveu terrible du journaliste : il ne souhaite pas voir son équipe en Coupe d’Europe.

Cédric Carrasso : Nous avons déjà connu ça. La Coupe d’Europe va revenir, nous sommes toujours en Coupe de France. Ce sera intéressant. Il y a beaucoup de matches à jouer. On va s’éclater !

TS : Carrasso confirme en affirmant que le départ de Gouffran va libérer l’équipe et permettre de retrouver l’Europe en gagnant la coupe de France. Un message plein d’espoir qui annonce le venue évidente de Claude Pèze dans la dernière phrase, bravo à lui.

 

1 thought on “Au courier du coeur, the spooner soutient Claude Pèze

  1. Les mecs parlent de « Moulins » et pas une seule question sur le football vrai.

    La route est encore longue et la pente est rude.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.