De notre envoyé spécial, en direct de son Cojon de Cristal, Rico Di Mecouille, à Rennes, à la Télé un peu partout en fait, nous vous rappelons que ce grand voyant, qu’horsjeu.net a le plaisir d’avoir découvert avant tout le monde, est capable de voir un avenir incertain dans sa couille de cristal…

20h30 : Grégoire Margotton présente le match sur l’antenne de Canal +. Il annonce les grands débuts de Mevlut Erding avec le Stade Rennais, et l’objectif podium pour les deux équipes. Fort de ce constat, le commentateur vedette de la chaîne cryptée propose le « Podiumico » comme appellation.

20h31 : Apparition à l’écran de la casquette d’Elie Baup, Christophe Dugarry ayant un mot de son médecin lui permettant de se désister pour n’importe quel match se déroulant en Bretagne.

20h32 : Pierre Menès fait une blague sur la casquette d’Elie Baup, blague qui n’est pas sans rappeler un contrôle de Charles Kaboré. Astrid Barre et le chauffeur de salle rient. Invité sur le plateau, Nolan Roux sourit maladroitement. Il ne voudrait pas froisser celui qui peu de temps avant avouait le voir bientôt en équipe de France, avec Karim Benzema, Kevin Gameiro, Olivier Giroud, Loïc Rémy, Bafé Gomis voire Guillaume Hoarau, Emmanuel Rivière, Grégory Pujol, Anthony Le Tallec, Florent Sinama-Pongolle ou Brice Jovial…

20h35 : Cyril Linette prie les dieux du football pour que ce match soit moins chiant qu’un Bordeaux-Rennes. Mais il sait déjà que si Marseille gagne, la note des abonnés sera bonne.

20h36 : Patrick Le Lay s’installe en tribunes. Il est accompagné d’un Michel Drucker et d’un Jean-Claude Dassier tout sourire. Jean-Claude a mis une belle écharpe « Allez les bleus » pour manifester tout son soutien à l’équipe de France. Michel en porte une aux couleurs des deux clubs.

20h37 : Ils sont rejoints par PPDA, qui ne sourit plus depuis qu’un petit plaisantin lui a demandé de dédicacer une biographie d’Hemingway écrite par Griffin. Il est vêtu de son écharpe blanche et noire qu’il affiche à chaque match comprenant une équipe bretonne. Jean-Pierre Foucault était lui absent, il donnait une conférence à l’Ecole de Journalisme Pape Diouf.

20h38 : Entrée remarquée de Salma Hayek. La Première Dame du club salue poliment Margarita Louis-Dreyfus. « Pétasse » pense la veuve. « Vieille pute » pense l’actrice.

20h39 : Jean-Claude Dassier salue poliment du majeur Vincent Labrune, qui détourne son regard  comme pour mieux voir la blessure de Brahimi pendant l’échauffement. Le prodige Rennais aurait apparemment mal supporté l’impact avec le ballon que lui passait Kana-Biyik.

20h40 : Entrée de Pierre Dréossi, suivi de Stéphane M’Bia qui porte un maillot rouge et noir sous sa veste et une écharpe « Allez Rennes ». Au micro de Canal +, le futur président du Cameroun rappelle qu’il a été formé à Rennes et qu’il lui est impossible d’aller contre le club de son deuxième père, Pierre Dréossi. Il profite discrètement de sa présence en loges pour donner un DVD de ses plus beaux dribbles dans sa propre surface à Alex Ferguson, venu superviser Yann M’Vila. Inclus, le bonus Stéphane M’Bia vs Gerard Pique. Stéphane M’Bia qui était d’ailleurs annoncé au Cameroun pour « soutenir son équipe à la CAN » comme l’avait confié Vincent Labrune peu avant la rencontre.

20h42 :Les joueurs retournent aux vestiaires en marchant, sauf Mathieu Valbuena, qui y va en courant, doublant ses coéquipiers, et sauf Brahimi qui y va en boitant, doublant Lucho.

20h43 : Entrée du speaker Jacky et de son groupe de rock’n roll. Ils jouent le nouveau tube planétaire « Galette saucisse, je t’aime ». Apparition surprise de Nolwenn Leroy sur le deuxième couplet, et de Joe Satriani sur le solo de guitare de fin.

20h44 : Le morceau met André-Pierre Gignac en appétit, il tente de s’éclipser pendant la causerie pour aller goûter le produit local, mais Didier Deschamps voit l’enculerie venir .

20h46 : Les compositions des équipes sont annoncées :

SRFC : Diallo – Danzé (cap), Apam, Kana-Biyik, Théophile – M’Vila, Doumbia – Montano, Féret, Kembo – Erding.
OM : Mandanda (cap) – Azpilicueta, Fanni, N’Koulou, Morel – Diarra, Lucho, Cheyrou – Rémy, Amalfitano, Valbuena.

20h47 : Trouvant son appellation de « Podiumico » trop circonstancielle tout en manquant de précision sur le match en lui-même, Grégoire Margotton propose l’Opposico pour décrire cet affrontement Nord-Ouest vs Sud-Est.

20h48 : Elie Baup rappelle qu’une défaite ce soir risque d’éliminer le club à la course au podium, et que cet échec pourrait faire mal à l’entraîneur en poste, mais qu’il y a un très bon entraîneur qui a gagné le championnat il y a un peu plus de dix ans, encore disponible sur le marché.

20h49 : L’hymne régionalo-national breton retentit dans le stade. Regardant le match au Burkina, Charles Kaboré s’indigne, se lève, et chante la Marseillaise. Pitroipa en profite pour lui placer un petit pont au moment du « dans nos campagnes ». Déconcentré, et donc furieux par ce manque de patriotisme, le latéralo-milieu remplaçant tente d’attraper son coéquipier, mais celui-ci parvient à lui glisser entre les doigts.

20h50 : L’hymne régionalo-national s’achève dans un silence de mort. Mathieu Valbuena est pétrifié et pleure l’absence de sa maman et de son papa. Morgan Amalfitano tente de le consoler, mais sombre dans la dépression.

20h51 : Mandanda sèche les larmes de Valbuena pendant que Benoit Cheyrou essaye de remotiver Amalfitano. André-Pierre Gignac tente de s’éclipser du banc de touche pour aller goûter une galette saucisse, mais Guy Stéphan voit l’enculerie venir.

20h52 : Apam, Kana-Biyik et Doumbia reçoivent leurs sabots à crampons aiguisés par Beau-Georges Mandjeck qui a rajouté une tête de mort sur sa crête rouge. Yann M’Vila a quant à lui préféré compléter la sienne de son prénom « Yann » pour former un mariage harmonieux avec son tatouage « M’Vila » sur l’avant-bras qu’on voit beaucoup mieux depuis qu’il ne met plus sa montre.

20h53 : Craignant que l’on confonde avec un Nice-Brest ou un Strasbourg-Pau, Grégoire Margotton opte finalement pour le « CANico » en hommage à tous ces employés des deux clubs partis exporter la gagne version ligue 1 sur le sol africain comme un symbole.

20h54 : Guy Roux appelle Cyril Linette pour comprendre ce que c’est que cette histoire de canicule africaine en Bretagne et le remercie au passage de ne pas l’avoir envoyé remplacer Dugarry.

20h55 : Laurent Paganelli interroge Alexander Tettey qui sourit. Ne répondant pas à sa question en français, il tente en anglais « ze mètch, véri importang for ze rest of ze sizong ?». Alexander Tettey sourit.

20h56 : Devant sa télé, Souleymane Diawara se sert une pinte de whisky. À l’autre bout de la salle, Moussa Sow est en pleine discussion téléphonique avec son agent. On entend rire Niang au combiné.

20h57 : Côté rennais, Dalmat manque à l’appel, on l’aurait aperçu pour la dernière fois en compagnie de son coach à Perros-Guirrec, Apam est titulaire pour narguer Julien Rodriguez sans aucun doute, so long champion. Kembo Ekoko tentera de N’koukoulou couler le titanic marseillais et Mevlut Erding sera présent pour montrer une bonne image de la Turquie en France, c’est important ces temps-ci. A la pointe de l’attaque marseillaise, Rémy est évidemment présent, Brandao rentrant pour « défoncer ces cons de bretons en seconde quand ils seront cramés » dixit José Anigo visiblement agacé par le répondeur de Gervais Martel.

20h58 : Le coup d’envoi est donné par la Bretonne Camille Abily avec succès. Elle quitte le terrain sous les applaudissements, suivie par Brandao, mais ce dernier est retenu par Cheyrou au dernier moment.

20h59 : On annonce une minute de silence en hommage aux performances des représentants de la ligue 1 à la CAN.

21h00 : La minute de silence plus que respectée, le coup d’envoi fictif de cette rencontre est donné par Lucho Gonzalez. Ah, ma couille de cristal m’indique que c’est le coup d’envoi, autant pour moi.

Première minute de jeu et frayeur pour la défense marseillaise sur un ballon anodin, Alou Diarra choisit de jouer vers Morel qui tente de dribbler deux rennais. C’est deux de trop et Kembo peut transmettre à un Danzé trop court, pris par la feinte du coup d’envoi marseillais.

21h03 : Bonne action marseillaise, Cheyrou trouve Valbuena sur son côté droit qui donne à Amalfitano. Rémy bien pris par la charnière rennaise, l’ancien Lorientais frappe fort tandis que Valbuena était démarqué. Au-dessus.

21h07 : M’Vila demande l’heure à l’arbitre, Rod Fanni se marre, depuis le banc, Brandao le renseigne.

21h09 : Bonne frappe de Féret qui avance seul aux 25 mètres. Mandanda doit s’employer pour la capter. Applaudi par Alou Diarra, qui n’a pas défendu, le gardien dégage du pied sur lui, corner.

21h10 : But pour Rennes. Sur ce corner côté gauche, Féret trouve Rod Fanni, seul au premier poteau qui, d’une tête rageuse trompe un Mandanda surpris. Le défenseur marseillais court fêter son but vers le kop rennais et entonne un « Galette-saucisse je t’aime » de toute beauté.

21h11 : Expulsions successives de Deschamps et de Guy Stéphan pour avoir, on peut le dire, savaté le défenseur marseillais, les Phocéens se trouvent dès lors en auto-gestion de leur banc.

21h12 : Remise en jeu de Loïc Rémy, immédiatement pris par Doumbia et M’Vila, faute.

21h13 : Ballon de Cheyrou vers Valbuena. Ce dernier remonte son caleçon, signe qu’il va provoquer, pousse sa balle et se tord de douleur. L’arbitre ne siffle rien, et effectivement, le caleçon était remonté trop haut.

21h14 : Après plusieurs incursions rennaises sur le côté gauche marseillais, N’Koulou demande à Morel de tenir son couloir et à Diarra de bien vouloir ne pas jouer systématiquement sur lui.

21h15 : Sous la pression des Rennais, Diarra transmet à N’Koulou, également bien pressé, celui-ci veut transmettre à Morel, absent pour cause de débordement inutile et de pas retour. Le Camerounais dégage en touche.

21h18 : Danzé se fout un peu d’Azpilicueta et adresse une touche longue vers Erding dont le jeu de tête ne brille pas. Dréossi demande à Antonetti où se trouve Hadji. Le coach rennais préfère se touiller les yeux avec les pouces.

21h22 : Le rythme a franchement ralenti, les Rennais tenant le ballon et les Marseillais ne sachant qu’en faire. Alou Diarra tente bien de combiner avec Fanni, qui a toujours une légère tendance à confondre les couleurs, quant à N’Koulou, il fait la tronche.

21h27 : Faute de Théophile-Catherine sur Valbuena à l’entrée de la surface marseillaise, Cheyrou se presse pour le tirer, Valbuena explique qu’il est international, Amalfitano se contente de préciser qu’il représente l’avenir de l’Equipe de France. Pendant ce temps, Lucho frappe, au-dessus.

21h29 : faute de Diarra dans l’axe. Le jusqu’ici toujours international français, débordé par Féret, lui rappelle où se situe son genou d’un pointu plein d’inspiration, carton jaune adressé par M. Machin.

21h30 : Féret est seul pour frapper le coup franc. Le mur, distrait par Valbuena qui voulait à tout prix participer se désunit. Féret frappe et marque en puissance, 2-0. Anigo tente désespérément de trouver Pierre Dréossi depuis une vingtaine de minutes et le trouve, le Provençal tient absolument à lui proposer Gignac « très prometteur et complémentaire avec Erding » et Lucho en prêt qui « ne pourra pas faire pire que Dalmat, sans déconner ». Non loin de là, Pinault éternue. Dréossi fronce ses sourcils et promet de réfléchir à la proposition tout en tendant le numéro de Damien Comolli à Anigo, dans un geste fair-play. C’est la septième fois qu’on lui donne et, partant vaincu, José tapote nonchalamment le numéro d’Alain Orsoni sur son téléphone.

21h34 : Féret se moque de Lucho et fait exprès de manquer une passe en profondeur pour la troisième fois de la rencontre. L’Argentin cherche son agent dans les tribunes.

21h37 : Rod Fanni passe à Azpilicueta. Deschamps se frotte les mirettes. Azpilicueta combine avec Amalfitano sur le côté droit, Amalfitano qui dans un soupir appuyé passe subtilement à Valbuena par dessus Kana-Biyik, Apam prenant son pouls. « Petit Vélo » glisse évidemment en frappant, sa spéciale, et trouve immanquablement la lucarne de Diallo. En cabine de commentateur, Grégory Coupet a été bailloné. 2-1.

21h38 : Loïc Rémy se blesse à la cheville droite, ou l’autre, il ne sait plus. Stéphane M’Bia croit reconnaître son style de jeu, prend son code pénal et se demande s’il faut applaudir ou porter plainte pour plagiat. Kana-Biyik reçoit un jaune à son grand étonnement, il est malheureusement trahi par un morceau de chaussette de l’attaquant marseillais resté entre deux de ses dents.

21h39 : Brandao entre en jeu à la place de Loïc Rémy qui, après avoir tenté de rallier le banc en sautillant au gré de la douleur s’est désormais mis à ramper.

21h41 : Carton jaune pour Brandao alors qu’Apam est au sol et que Kana-Biyik semble touché à l’oeil.

21h42 : Apam sort sur civière, Antonetti craint une longue indisponibilité.

21h43 : Apam est déclaré mort. Antonetti demande à Dréossi de trouver un défenseur, celui-ci lui propose la piste Cichero.

21h44 : Pierre Dréossi est retrouvé cloué sur le banc de touche, entre trois couvertures et deux doudounes. Antonetti sifflote, un clou au coin de la bouche.

21h45 : mi-temps sur le score de 2-1 pour Rennes. Deschamps tapote l’épaule de Brandao tandis qu’Antonio Pintus lui donne quelques gélules. De son côté, Antonetti se contente d’insulter le public qui n’a pas assez acclamé la performance des Rennais à son goût. Didier Deschamps, interrogé en français par Laurent Paganelli, semble éprouver les pires difficultés pour comprendre les questions du blondinet. Jetant son habituel regard mi-crapaud mi-dromadaire, il entame une phrase-bateau débutant par un « Au contraire » bien senti, tout en s’engonçant dans ses épaules au fur et à mesure de sa réponse. Paganelli sourit, il a obtenu une réponse en 2012.

Belle ambiance ce soir au stade de la Route de Lorient où les supporters rennais ont rempli en masse les tribunes pour cette rencontre qui rencontre se joue à guichets fermés. Une ferveur intense se dégage de la foule, à noter la présence de 4 000 ultras marseillais qui, torses nus et slips sur la tête semblent signifier aux locaux qu’un amour anal entre eux ne saurait tarder.

21h46 : Didier Deschamps tente de remotiver le moral de ses troupes, surtout d’Amalfitano, visiblement touché. Alou Diarra, fatigué d’avoir couru, s’endort. Steve Mandanda essaye de dire quelque chose en levant le doigt.

21h47 : Yann M’Vila sort une bouteille de champagne du cul d’une pute pendant que Tongo Doumbia fait griller les saucisses aux côtés de Romain Danzé qui fait les galettes. Julien Féret se grille une clope utilisant comme cendrier une bouteille vide de vodka, seul souvenir laissé par Stéphane Dalmat.

21h49 : Patrick Le Lay descend féliciter ses joueurs pour cette « leçon de football ». Frédéric Antonetti l’empêche de rentrer et l’insulte.

21h51 : José Anigo ne parvient pas à rentrer dans le vestiaire marseillais non plus. Il part finalement à la recherche de Pierre Dréossi pour lui proposer de prendre M’Vila en prêt sans option d’achat.

21h55 : Sur le terrain de la Route de Loriente, le petit Kévin Le Guirrec, 9 ans et demi, lobe d’un subtil piqué Bryan Ploustel, le gardien de l’US Chauvigné, permettant ainsi au FC Pleucadeuc de revenir à 3 partout. En tribunes, Arsène Wenger se frotte les mains. C’est le joueur qu’il était parti superviser.

21h57 : Stéphane M’Bia revient en tribune avec un maillot azuréen et une écharpe « Allez l’OM ». Il avoue aux micros qu’il ne pouvait être contre le club de son cœur et celui de sa deuxième mère, Margarita Louis-Dreyfus. Il offre également son DVD de ses plus beaux tacles à Harry Redknapp venu, avec son flair habituel, superviser Loïc Rémy. Inclus le bonus Stéphane M’Bia contre Paolo Maldini et Laurent Blanc.

21h58 : Les Marseillais reviennent sur le terrain. Ils ont l’air motivés. Même Amalfitano.

21h59 : Retour tranquille des Rennais sur la pelouse. Yann M’Vila salue majestueusement la foule d’un bisou. Le RCK répond d’un « Galette saucisse je t’aime » version ska.

22h00 : Féret et Erding donnent le coup d’envoi. C’est reparti.

22h01 : Les Rennais font tourner tranquillement le ballon. M’Vila trouve Féret qui court plus vite que Diarra et Lucho au ralenti. Il part côté gauche mais est taclé par N’Koulou en touche.

22h02 : Perturbé par l’appel de Fanni, Théophile-Catherine rate sa touche. Le ballon est récupéré par les Marseillais.

22h03 : Azpilicueta tente une longue touche en profondeur pour Brandao de sa propre moitié de terrain. Le ballon est récupéré sans mal par M’Vila, qui passe à Danzé sur l’autre aile.

22h04 : Danzé donne à Montano, au duel avec Valbuena, Les deux joueurs s’écroulent. L’arbitre siffle coup-franc mais hésite sur l’identité de l’auteur de la faute.

22h05 : Plus impressionné par la galipette et les larmes de Valbuena, l’arbitre accorde finalement le coup-franc au Marseillais.

22h06 : Coup-franc très long de Cheyrou vers Brandao qui dévie de la tête dans les bras de Diallo. L’arbitre siffle coup franc pour un coup de boule de Kana-Biyik au coude de Brandao. Le défenseur rennais se relève mais il n’est pas passé loin du carton rouge.

22h07 : Mathieu Valbuena se jette sur le ballon et roule avec. Morgan Amalfitano se résout à le laisser tirer. De son côté, Lucho remonte à peine le terrain, main en visière.

22h08 : Le coup franc finit dans le mur, Mathieu Valbuena ayant omis de glisser au moment de le tirer.

22h10 : Jirès Kembo-Ekoko lance le contre et tente de servir Erding qui part en profondeur. Il frappe le ballon trop fort et même Mandanda est lobé. Le ballon rebondit sur la transversale. Rod Fanni reprend et signe un doublé contre son camp, mais il est signalé hors-jeu.

22h11 : Le ralenti est formel ! Rod Fanni était couvert par lui-même. Pierre Ménes et Christophe Dugarry savent déjà de quoi ils pourront parler pendant le débrief de Canal + ; une autre raison de continuer à préférer le streaming.

22h12: Consternation dans les tribunes. Un Rennais a failli en lancer sa galette saucisse sur l’arbitre, mais comme on ne gâche pas la nourriture, il s’est retenu à temps.

22h14 : Les Marseillais tentent de construire alors que les Rennais attendent pour contrer.

22h15 : Alou Diarra perd la balle sous le pressing de Rod Fanni. Féret lance Montano côté droit, mais N’Koulou intervient. Montano est au sol, mais l’arbitre fait signe de jouer.

22h16 : Marseille peine à franchir le rideau rennais au milieu. Voyant que la construction est stérile, Lucho tente de servir Valbuena en profondeur côté gauche alors que l’international français attendait le ballon dans les pieds. Romain Danzé assure le coup en dégageant en touche.

22h17 : Oublié par les Rennais , Jérémy Morel est servi aux abords de la surface de réparation côté gauche. Il cherche à centrer en retrait pour Brandao, mais l’attaquant olympien est taclé de manière illicite par Rod Fanni. L’arbitre siffle.

22h18 : Ne sachant trop ce qu’il faut accorder dans ce genre de cas, l’arbitre propose un coup-franc indirect pour Marseille. Yann M’Vila conteste. Mathieu Valbuena acquiesce, voyant l’occasion rêvée de trouver la tête de Loïc Rémy pour l’égalisation. Morgan Amalfitano conteste. Brandao aussi, à raison.

22h19 : Ne comprenant pas les consignes de l’arbitre, Lucho tire au ralenti vers le but de Diallo. Le ballon est contré par le postérieur de Yann M’Vila et prend Diallo à contre-pied. C’est l’égalisation marseillaise !

22h20 : Avec ce but de Lucho, Grégoire Margotton vient de voir le 19e comme un symbole de son dimanche.

22h21 : Galvanisé le public marseillais entonne un « Aux Armes ».

22h22 : Le public rennais lui répond par un « Aux Armes » des plus originaux. On croit entendre que ce sont donc les marennais qui vont gagner.

22h23 : « Marrainé par Marguerite, les Marseillais se sont faits marinés de la raie au nez par des Rennais énervés » écrit Jean-Paul Hoth sur une table à l’aide d’un couteau de boucher.

22h28 : les Rennais sont comme assommés par cette égalisation, au contraire de Marseillais qui ont repris du poil de la bête. Alou Diarra s’est même remis à courir, alors qu’Amalfitano aurait souri. Cheyrou, lui, frappe de loin de bonne humeur.

22h30 : les Marseillais tentent de prendre le contrôle du match alors que les Rennais semblent se chercher. Valbuena roule dans la surface après un contact avec le vent breton, mais l’arbitre ne bronche pas.

22h31 : Kana-Biyik marche malencontreusement sur le visage de Valbuena. Le joueur de poche tombe dans le coma directement. L’arbitre n’a rien vu, regardant alors Jirès Kembo-Ekoko remonter le ballon puis le perdre après un coup du sombrero sur N’Koulou.

22h32 : Pierre Ménes est content, il a trouvé un deuxième truc à dire et un nouveau joueur à tailler pour son débrief.

22h33 : Se souvenant subitement qu’il a été transféré à Marseille l’année dernière, Rod Fanni prend le ballon dans les pieds de Féret, qui n’en revient pas. Le Marseillais part côté droit et dribble tour à tour Doumbia et Théophile-Catherine avant de centrer vers Brandao. Diallo est sorti et dégage du poing.

22h34 : le ballon revient dans les pieds de Lucho qui recentre dans la boite, mais il est mis en corner par Danzé qui gagne son duel aérien sur Amalfitano.

22h35 : Amalfitano s’approche du poteau de corner, soulagé que Valbuena ne soit plus là pour l’empêcher de le tirer, et que Lucho soit de l’autre côté. Il se fait néanmoins devancer par Benoit Cheyrou.

22h36 : Cheyrou tire le corner vers le point de pénalty. Diallo sort mais il est devancé par Brandao qui saute plus haut que tout le monde en s’appuyant sur Diarra, bien à l’arrêt. Marseille prend l’avantage.

22h37 : Rod Fanni fête le but en chantant « Galette saucisse je t’aime » aux supporters marseillais. Brandao dédicace son but à Salma Hayek à qui il lâche son 06, imprimé sur son maillot.

22h38 : Il est à noter que les équipes jouent toujours à dix contre dix et qu’aucune équipe n’a fait le moindre changement. Frédéric Antonetti ayant voulu remplacer Apam, décédé, il a fini par changer d’avis après avoir vu Mandjeck sur le banc de touche, alors que côté marseillais, on n’arrive pas à se mettre d’accord pour savoir qui va remplacer Valbuena, chaque remplaçant pensant que c’est à lui de rentrer.

22h39 : Les Rennais essayent de se révolter et dégagent la balle en touche dans le camp adverse dès le coup de sifflet pour bien mettre la pression sur l’équipe marseillaise.

22h40 : La balle est dégagée le plus loin possible par N’Koulou pour soulager la défense. M’Vila récupère et transmet à Doumbia qui sonne la charge.

22h41 : Cheyrou est au sol après avoir chargé le Rennais. L’arbitre siffle un passage en force.

22h42 : Cheyrou cherche Brandao sur le coup-franc. Le Brésilien tente de trouver Amalfitano en profondeur mais le joueur est retenu par Théophile-Catherine. L’arbitre laisse l’avantage, Jérémy Morel étant resté aux avants-postes.

22h43 : Morel tente la frappe mais il est repris in extremis par Jean-Armel Kana-Biyik qui le tacle proprement.

22h44 : Jean-Armel Kana Biyik remonte le ballon. Il dribble tour à tour Brandao, Lucho, Diarra, Azpilicueta et Fanni. Il est taclé in extremis par N’Koulou.

22h45 : Démarqué, Kembo-Ekoko frappe sans se poser de questions, le missile est contré par Erding qui tentait un appel en profondeur et prend Mandanda à contre-pied. L’attaquant turc est couvert par N’Koulou, seul joueur à avoir vu son appel. C’est l’égalisation rennaise à la dernière minute de temps règlementaire.

22h46 : On annonce 3 minutes d’arrêt de jeu. D’ailleurs, les deux équipes se sont arrêtées de jouer. Ce score semble en fait leur aller. Dans les tribunes, Stéphane M’Bia, officiellement blessé, se met à danser heureux qu’il est pour la famille. Retour plateau, Ménes propose de renommer cette rencontre le Merdico. Four more years. La note finale donnée au match est de 14,07, les Marseillais n’ayant pas eu le temps de revoter après l’égalisation rennaise contrairement aux supporters parisiens.

Rico Di Mécouille.

5 thoughts on “Ces matches que vous ne verrez pas : Stade Rennais-OM

  1. tu m’as fait perdre 20 minutes de boulot, mais j’ai bien ri. Chapeau rond, l’artiste !

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.