Garrincha Académie, Jornada 19

Choa danse le tcha-tcha-tcha sans chichi.

Au programme de cette Jornada 19, des derbies à foison, Botafogo qui fait la bonne affaire, Ricardo qui entre à l’hosto alors que Socrates en sort.

Fluminense – Botafogo: 1-2

Il date de 1905 et il est le plus vieux derby brésilien, le classico vovô (le derby de papy) a été remporté par l’Estrela Solitaria sur la pelouse du Fluzão. Si la première mi-temps fut riche en occasions mais finalement pauvre en but, elle donna lieu à un match à distance entre les gardiens Diego Cavalieri et Jefferson, fraîchement appelé en Seleçao. En seconde période, le premier à céder fut le guarda redes du Fogão qui s’inclina sur une tête piquée de Fred Francis Perrin (55′). Inconstant, les joueurs d’Abel Braga se déconcentrèrent immédiatement et Elkeson, au bout d’un slalom spécial dans la défense en beurre de Nense, en profita pour égaliser dans la foulée (56‘ ). Seulement huit minutes plus tard, Botafogo prit un avantage décisif par l’intermédiaire de Lucas, un nom décidément à la mode chez les footballeurs brésiliens ces derniers temps. Idéalement décalé par El Loco Abreu, la frappe croisée de l’ancien joueur de Figueirense ne laissa aucune chance à Cavalieri (64’). En difficulté sur son côté droit, le gardien de Flu a bien failli repartir chercher la gonfle dans ses filets mais la frappe d’Elkeson fut repoussé par son poteau.
Grand bénéficiaire de la J18, Botafogo est derechef le vainqueur de la J19, ce qui lui permet de revenir à seulement 3 points de la tête.

Coritiba – Atlético Paranaense: 1-1

Le derby de Curitiba n’a donné aucun vainqueur, ce qui est surtout préjudiciable pour le Furacão, en lutte pour le maintien. Le début fut à l’avantage du Coxa et si Renan Rocha détourna un missile de Bill, il dut s’incliner sur le coup de carafon à bout portant d’Emerson (23′). Coritiba aurait pu doubler la mise juste avant la pause mais le double R réalisa une superbe parade réflexe qui maintint les siens dans le match. A la 43ème minute, la tension monta d’un cran quand l’arbitre expulsa Renato Gaucho, le treinador de l’Atlético. Dominateur sur les corners, le Verdão manqua de précision pour tuer le suspense. Au lieu de cela, le Rubro-Negro égalisa par Edilson, laissé libre à un mètre des cages (68′).
Coritiba perd donc deux points tandis que le Furacão sauve les meubles et grappille un point inespéré.

América Mineiro – Atlético Goianiense: 1-2

La Serie B se rapproche de plus en plus pour les Coelhos qui ont perdu pour la dixième fois de la saison. Pourtant, Willian Rocha avait mis son équipe dans le sens de la marche en ouvrant le score peu avant la demi-heure de jeu (28′). Le Dragão se réveilla en seconde période mais attendit les vingt dernières minutes pour revenir à hauteur et l’emporter. A deux reprises, Juninho trompa la vigilance de Neneca, ce qui lui coûta une belle bosse sur le front (70′) qui lui permit d’arborer un couvre-chef fort seyant qui lui porta chance pour donner la victoire à la Locomotiva Rubro-Negra (78′).

Palmeiras – Corinthians: 2-1

C’est certainement le derby le plus furioso du pays. Le plus violent aussi. Entre l’Alviverde et le Timão, la rivalité est exacerbée par des torcidas survoltées et volontiers querelleuses si le besoin s’en fait sentir. En panne de victoire depuis cinq journées, Palmeiras devait impérativement l’emporter face à son ennemi intime, sous peine d’être lâché par le groupe de tête tandis que, battu par Figueirense lors de la J18, le Timão devait également se rassurer et maintenir son avance sur ses rivaux. En dépit d’une ouverture du score aussi rapide qu’involontaire signée Emerson (18′), le Coringão ne tint pas la distance. A la 36ème minute, Luan inscrivit son 6ème pion de la saison. Excellent en début de saison, l’ancien Toulousain est un peu plus discret sur le front de l’attaque palmeirense mais, à mi-championnat, son ratio de 0,35 but/match est plus qu’acceptable. En début de seconde période, lancé par l’inévitable Marcos Assunção dans le dos de la défense, Fernandão, rien à voir avec le légendaire attaquant olympien, réalisa un enchaînement amorti de la poitrine/volée parfait et justifia ainsi le coaching de Luis Felipe Scolari (51′). Inoffensif par la suite, le Corinthians encaisse sa deuxième défaite consécutive et subit, par la même occasion, son premier revers face à Palmeiras depuis 2 ans (défaite 0-3 lors du Brasileirão 2008, le 26 juillet 2009).

On a appris que Socrates, initiateur de la Démocratie Corinthiane, était sorti de l’hôpital, neuf jours après avoir été admis en soins intensifs pour une hémorragie digestive. Passé proche d’un billet en 1ère classe pour l’express dont on ne revient pas, sauf si on est pistonné par son père, le Docteur a avoué ses penchants pour l’alcool. Selon lui, cette hospitalisation fut un signal pour prendre ses responsabilités. Espérons pour lui que ce sont pas des paroles en l’air et qu’il saura se remettre sur les bons Raï.

Santos – São Paulo: 1-1

Après deux victoires de rang qui lui ont fait le plus grand bien, le Peixe affrontait un gros morceau en la présence de la Tricolor Paulista. Au ralenti depuis 3 journées et autant de matches nuls, les hommes de Batista ne pouvaient pas se permettre de perdre une nouvelle fois des points alors que la première place est plus qu’accessible. Dès la 27ème minute, Santos bénéficia de l’expulsion de Carlinhos Paraiba qui réussit la performance d’écoper de deux cartons jaunes en seulement 13 minutes pour des fautes aussi grossières que Valbuena écoutant du David Guetta dans son Hummer. Véritable défilé de promesses du futebol auriverde, ce match a d’abord mis en exergue Lucas, étrangement méconnu en comparaison des Neymar et autres Ganso. Le milieu de 19 ans a une nouvelle fois prouvé tout son talent, inscrivant un golaço exceptionnel: prise de balle aux 50 mètres, double contact face à Elano, grand pont sur Edu Dracena et frappe croisée victorieuse (45′). Comme quoi, nul besoin de faire 200 000 grigris et d’avoir une crête pour réellement savoir jouer au ballon. En infériorité numérique, São Paulo subit les attaques de la Sele-Santos et Rogério Ceni resta de marbre lorsque Ganso expédia une ogive en plein lulu à dix minutes du terme (80′). Heureusement pour le Peixe que son meneur de jeu eut cet éclair car ce n’est pas avec Neymar, tout nouveau papa (au passage, la fille qu’il a engrossé n’a que 17 ans. 17 ans et une bien belle pension alimentaire désormais. Assurément, elle a réussi le coup de sa vie avec ce jeune crête-hein), que vous explorerez la notion d’efficacité dans le football.
Au final, la Tricolor loupe l’occasion de reprendre la tête du Brasileirão et Santos dispose de 4 points d’avance sur le premier relégable.

Flamengo – Vasco: 0-0

Le classico dos milhões ne restera pas les mémoires pour le jeu déployé par les deux équipes cariocas. En revanche, il a bien failli être le plus tragique de tous. Les images de Ricardo défaillant, victime d’un AVC, ont fait le tour de la planète football. Certaines mauvaises langues affirment qu’au moment où son adjoint lui proposa de jouer avec trois attaquants, le coeur de l’ancien défenseur central de la Seleçao et du PSG lâcha. Evidemment, on ne peut que lui souhaiter un prompt rétablissement. Actuellement dans un état stable, il semble acquis qu’il n’entraînera plus jamais. Et quand on se remémore les retours de Gégé Houiller et Guy vintage Roux, il serait plus raisonnable de ne pas suivre ces exemples.
A propos du match, le Gigante da Colina peut regretter d’avoir manqué de précision dans le dernier geste car le Mengao était largement prenable. Touchant du bois à deux reprises, dont une sur un coup franc de Juninho, Vasco a bénéficié de l’expulsion de Welington à la 41ème minute sans en profiter pour autant. Les parades de Felipe, notamment sur une aile de rat volant signée Alecsandro, ont permis à Fla d’obtenir un point bien payé.

Grêmio – Internacional: 2-1

Rien de tel qu’une victoire sur le rival pour se relancer! Au plus mal, l’Imortal Tricolor a profité de l’affrontement face au Rolo Compresor pour se refaire la cerise. Dès la 16ème minute, Marquinhos parvint du bout de la grole un centre en retrait d’Escudero, rien à voir avec le chanteur. Communsymbole de cette première moitié de saison, Grêmio fut rejoint quelques minutes plus tard. Buteur face à Flamengo lors de la J18, Indio égalisa de la tête à la réception d’un coup franc au deuxième poteau (24′). Après voir joué avec le feu dans leur surface, les Colorados furent sanctionnés d’un penalty à cause d’une faute d’I(n)dio, passé proche de la correctionnelle en première période, sur Escudero. Douglas ne manqua pas l’opportunité de donner la victoire grâce à une frappe parfaite (78′). Vainqueurs de ce Gre-Nal, les hommes de Celso Roth devront démontrer face au Timão lors de la J20 que ce succès n’était pas un one shot.

Ceara – Bahia: 3-0

Bahia est en perte de vitesse et dégringole de match en match. Face à l’Alvinegro Cearense, la Tricolor de Aço a pris trois pions dans la musette et pourtant, l’issue du match aurait pu être différente avec davantage de réussite. Ceara prit le meilleur départ grâce à un but de Thiago Humberto dont la frappe mouligasse fut contrée par Fabinho et trompa Marcelo Lomba (16′). Néanmoins, Bahia parvint plusieurs fois à mettre en panique la défense cearense et Diego dut s’employer pour éloigner le danger, bien aidé quelquefois par les pieds carrés des attaquants qui lui firent face. Seulement, Ceara semblait protégée par sa bonne étoile et, à dix minutes du terme, Osvaldo paya son contre supersonique pour, en bout de course, servir Felipe Azevedo (80′). Dans le money time, l’Alvinegro accéléra et se procura trois occasions nettes avant d’inscrire un troisième pion par Edmilson sur coup franc (90+1′). Le calice bu jusqu’à la lie, le Tricolor perd une place et se retrouve premier relégable.

Atlético Mineiro – Cruzeiro: 1-2

Les matches se suivent et se ressemblent diablement pour le Galo qui n’a pas pris un point lors des cinq dernières journées. Ce derby du Minas Gerais était une revanche de la finale du championnat Mineiro remporté par la Bestia Negra cette année (3-1; 2-1). Homme en forme du moment, Walter Montillo a, une nouvelle fois, pris le leadership et permis à la Time Celeste de l’emporter. Dès la 13ème minute, l’Argentin devança la sortie de Renan Ribeiro pour ouvrir le score. S’il est l’un des meilleurs buteurs du championnat, en revanche, pour ce qui est des célébrations, il a encore du boulot. Comme à l’accoutumée, le Galo ne baissa pas les bras et égalisa peu avant l’heure de jeu, Filipe Souto envoya une bastos de 25 mètres dans les ficelles d’un Fabio aussi surpris qu’impuissant (57′). Le match semblait s’achever sur ce score de parité mais Montillo trouva la faille d’une frappe à ras de terre que Renan Ribeiro laissa filer à cause d’une main pas suffisamment ferme (87′). Dix-neuvième, l’Atlético Mineiro prend la direction de la Serie B lentement mais sûrement.

Figueirense – Avai: 2-3

En quête de points pour se maintenir au plus vite, Avai comptait sur une victoire lors de ce derby de Florianopolis. Malgré une patate de forain signée Acleisson, c’est bien l’Alvinegro qui prit l’avantage en premier par Ygor sur corner (19′). Figueirense eut la possibilité d’enfoncer son voisin mais Julio César manqua salement son penalty. Le cadre, le cadre, le cadre aurait crié Jean-Mimi. A la 38ème minute, Lincoln égalisa de la tête et relança la partie. Mais, juste avant la pause, Julio César se rattrapa. Il est vrai que c’est plus facile de planter quand le ballon te tombe dessus on ne sait trop comment… (45′). Calé dans le ventre mou du classement, Figueirense semblait avoir fait le plus dur, surtout face à une équipe qui encaisse plus de deux pions par match. Cependant, la Leão da Ilha renversa la vapeur lors de la dernière demi-heure. Ainsi, à deux reprises, William trouva le chemin des filets, une première fois à la 60ème minute à la conclusion d’un débordement d’Arlan, la seconde fois à la 87ème minute de la tête.
Si, avec ce succès, Avai reste en dessous de la ligne de flottaison, la lumière n’est qu’à trois points.

Saut à la perche

L’événement sportif de ce début de semaine ne concerne par le sacro-saint futebol mais l’athlétisme. En effet, Fabiana Murer a remporté le concours de saut à la perche féminin, annihilant les espoirs de retour victorieux de la Tsarine Yelena Isinbayeva. Avec un saut de 4m85, la native de Campinas (São Paulo) est la première athlète auriverde à remporter une médaille d’or mondiale en athlétisme. Parabéns!

Top 10

A mi-championnat, le Choa vous dresse une liste non-exhaustive et purement subjective des joueurs qui ont brillé.

1/ Ronaldinho Gaucho (Flamengo)
2/ Dagoberto (São Paulo)
3/ Lucas (São Paulo)
4/ Elkeson (Botafogo)
5/ Leandro Damião (Internacional)
6/ Juninho (Vasco)
7/ Walter Montillo (Cruzeiro)
8/ Willian (Corinthians)
9/ Borges (Santos)
10/ Felipe (Flamengo)

Classement

1. Corinthians (37 points – +12 – plus grand nombre de victoires: 11)
2. Flamengo (36 points – +12 – meilleure attaque: 33 buts inscrits – plus grand nombre de matches nuls: 9)
3. São Paulo (35 points – +7)

4. Vasco (35 points – +5)

5. Botafogo (34 points – +10)
6. Palmeiras (32 points – +11 – meilleure défense: 14 buts encaissés)
7. Cruzeiro (27 points – +6)
8. Internacional (27 points – +4)
9. Coritiba (26 points – +8)
10. Figueirense (26 points – -3)
11. Fluminense (25 points – 0)
12. Atlético Goianiense (25 points – +1)
13. Ceara (25 points – -1)
14. Santos (22 points – 18 matches – -5 – meilleur buteur: Borges, 12 buts, 0,75 but/match)
15. Grêmio (21 points – 18 matches – -5)
16. Bahia (20 points – -6)

17. Atlético Paranaense (18 points – -8)
18. Avai (17 points – -19 – pire défense: 40 buts encaissés)
19. Atlético Mineiro (15 points – -14 – plus grand nombre de défaites: 12)
20. América Mineiro (13 points – -15 – plus petit nombre de victoires: 2)

Choa d’Arelate

6 thoughts on “Garrincha Académie, Jornada 19

  1. Somos Campões do mundooooo ! da libertadores tambeeeeeeem ! chora macacoooo imundoooooo !que nunca ganhou de ninguem !

  2. Au fait , je voulais te demander Choa, le jeune Neuton qui a signé à l’Udinese qu’est ce que t’en penses? Parce que je dois dire que face à Arsenal il ne m’a pas rassuré du tout, mais je ne peut pas juger de son niveau sur un ou deux matchs. Avec le Gremio il se comportait comment sur le terrain ?

  3. Neuton n’a pas joué en Brasileirão cette année et seulement 4 matches en championnat Gaucho.
    En 2010, il a joué moins de 900 minutes. Il n’a que 21 ans en même temps.
    Je risque d’être un peu sec niveau info, Nuno te sera d’une meilleure aide.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.