La Balkan akadémie : les championnats de là-bas

Grec, Bulgare et Roumain, un petit tour chez les fauchés.

A part la Serbie, tout le monde a repris le football dans les Balkans ce week-end. Dim Dimsk se réjouissait, il attend maintenant avec impatience la reprise du championnat russe. Peu de buts, des terrains impraticables, des joueurs moyens. Si Dim Dimsk avait su, il aurait fait le championnat national, ça coûterait moins cher en billets d’avion.

Petit tour non exhaustif des championnats grec, croate et roumain.

ROUMANIE

Timisoara – Gaz Metan Medias 3-1
Le Poli Timisoara lutte toujours pour le titre, et recevait samedi le Gaz Metan Mediasi. De formule chimique CH4, ce serait un excellant combustible. Dim Dimsk n’en sait rien, il a fait ES. Le Poli, toujours invaincu cette saison, peine cependant à mettre le feu face au 7ème du championnat. Avec des températures avoisinant les -10, le public en aurait pourtant besoin. Zicu pense avoir fait le plus dur en ouvrant le score, mais son but est justement refusé pour une position de hors-jeu. Quelques minutes plus tard, Markovic va buter sur le portier du Poli. Score à la pause, 0-0. En seconde période, bien qu’ayant mené grâce à un but de Dudita consécutif à une incroyable erreur du DC Scutaru, le Gaz Metan va brûler. C’est Goga qui va égaliser pour Timisoara d’une frappe du gauche à l’entrée de la surface, qui va se loger dans la lucarne opposée. Zicu va inscrire les deuxième et troisième buts (qu’il dédicace à sa mère décédée il y a peu) des violets, et leur permettre de se maintenir à 5 points du leader Otelul Galati, vainqueur de Târgu Jiu sur tapis vert.

Universitatea Craiova – Steaua 0-1
A Bânie, 10 000 supporters étaient venus soutenir l’Universitatea Craiova lors de la réception du Steaua Bucarest malgré des températures que Luyindula n’aurait pas supportées. Portés par leur public et leur attaque composée de Costea et Costea, les bleus et blancs arrivent plus facilement dans les 16 mètres Stelisti et seront les premiers à se montrer dangereux. Les Stelisti quant à eux, construisent lentement mais sûrement, et inscrivent l’unique but de la rencontre. Marinescu sur la droite, centre et le vent se charge de déposer le ballon sur la tête de Bilasco, qui va trouver le montant avant de reprendre dans le but vide. En seconde période, le vent donne toujours des trajectoires improbables au ballon, et Craiova ne parvient plus à attaquer. Score final 0-1. Victoire qui n’a convaincu personne, et que beaucoup, en Roumanie, ont qualifiée de « plus mauvais match de ces 5 dernières années ».

1. Otelul Galati 42
2. Timisoara 37
3. Rapid Bucarest 33
4. Dinamo Bucarest 32
5. Steaua Bucarest 32

CROATIE

Hajduk Split – Inter Zapresic 0-0
Bordel au Hajduk. Les supporters font la gueule et ont tenu à le faire savoir à leur équipe. A la fin de la rencontre, ils ont annoncé aux joueurs et aux dirigeants qu’à la prochaine désillusion, ils envahiraient le terrain. Avant la rencontre, le Hajduk Split compte 5 points de retard sur le Dinamo Zagreb. Pour continuer à y croire, les Hajdukovci doivent absolument s’imposer face à l’Inter (Zapresic, pas celui de Marco Matrix). Et dès le début de la rencontre, ils partent à l’abordage, attaquant sans calculer. Vukosic seul aux 6 mètres envoie le ballon au dessus des buts du portier de l’Inter. Puis c’est au tour de Tomasov et de Trebovic de voir leurs tentatives échouer de peu. Tomasov encore lui, va trouver la barre sur coup franc, et sera imité en seconde période par ses coéquipiers Sharbinija et Andrijasevic. Morts de faim, les joueurs de Split jettent toute leur force dans la bataille mais ne réussissent pas à s’imposer. 0-0.

Karlovac – Dinamo Zagreb 0-1
Pour juger du niveau de ce match, Dim Dimsk vous offrent les déclarations de coach Vahid et de son gardien, Kelavi.
Coach Vahid : « C’était un match solide de notre part c’est très important pour la confiance de l’équipe. Je suis content que le Hajduk ait fait match nul, même si je préfère me concentrer sur mon équipe, qui ne pourra qu’être meilleure lorsqu’elle sera au complet et que le terrains seront de meilleure qualité ».
Kelavi : « On joue au foot pour le résultat non ? ». Oui, et on suit vos matches seulement pour pondre un papier, jamais pour prendre du plaisir. Le Dinamo compte maintenant 7 points d’avance sur le Hajduk et devrait remporter le titre cette année.

1. Dinamo 48
2. Hajduk Split 41
3. Cibalia 30
4. Split 30
5. Inter Zapresic 29

GRECE

Panathinaikos – Atromitos Athènes 1-1
Lors de la 25ème journée de championnat grec, le Pana de Cissé recevait l’Atromitos. En temps normal, les verts auraient remporté cette rencontre face au 12ème du championnat sans trop d’effort. Mais voilà, le Pana s’est souvent « fait niqué » dernièrement, mal apparemment puisque cela les rends plutôt nerveux. Djibril Cissé ayant même annoncé son départ dès la fin de cette saison. Dans ces conditions, ce sont les visiteurs qui prennent l’initiative et qui vont ouvrir le score à la demi-heure de jeu. Britos est parfaitement servi dans la course, amorti de la poitrine, petit lob sur le gardien, 0-1. Mais 3 minutes plus tard, Govou va égaliser suite à une erreur de la défense d’Atromitos. Sur un long dégagement, la tête en retrait d’Oliveira pour son gardien est trop courte, Sydney reprend : 1-1, score final. Résultat logique, tant les verts n’auront fait que montrer leur frustration accumulée lors du derby.

Panionios – Olympiakos 1-1
Le lendemain, les rouges et blancs affrontaient le Panionios et avaient l’occasion de creuser l’écart avec l’éternel rival. Il n’en sera rien, puis l’Olympiakos ne pourra faire mieux qu’un match nul, le premier de la saison. En première période, on a le droit a de nombreuses occasions de part et d’autre. Mirallas est dans tous les bons coups et c’est lui qui va ouvrir le score pour les visiteurs à la 43ème, trompant le gardien d’un joli plat du pied. En seconde période, sans doute parce qu’eux aussi doivent se faire niquer de temps en temps, le Panionios égalisait par Sverkos qui voyait le dégagement d’un défenseur finir sur sa tête avant d’atterrir dans les filets. Naturellement, ceci se passe à la 69ème minute. On en restera là malgré quelques situations dangereuses en fin de match.

1. Olympiakos 61
2. Pana 51
3. AEK 37
4. Kavala 35
5. Volos 35

A transmettre au comité : En Bulgarie, le Levski de Dembélé s’est incliné 1-3 dans le derby face au CSKA. Le brésilien Michel, auteur d’un doublé n’a pas souhaité nous montrer ses seins.

9 thoughts on “La Balkan akadémie : les championnats de là-bas

  1. @ Abe, ouais, on avait pas envie de se faire suer avec le titre, genre « la carpato-balkan académie ». C’est un peu chiant, non ?

  2. @ abe : il est plutôt commun, d’introduire la Hongrie, la Roumanie et parfois même la Turquie dans les Balkans. On ne parle pas ici de la péninsule balkanique.

    Et puis le service a raison.

  3. Bon je veux pas faire mon relou de service mais ne pas voir la Bulgarie (au moins un ptit résumé du derby) dans la Balkan academy et y voir la Grèce et la Roumanie, et bin ça fait mal au cul même pour un Bulgare.

    Je ne dirais rien sur la Turquie, sans quoi on partirait dans un débat interminable.

    Sinon toujours sympa de lire une academy qui nous parle du football de ce coté de l’Europe.

  4. Dim Dimsk> je suis moi même né et originaire des balkans, c’est pour ça que je précisais, on sait jamais

  5. J’aime tous ces gens originaires des Balkans. On va bientôt pouvoir fonder un mouvement.

  6. Vu les championnats aux pratiques douteuses dans lesquels tu mouilles Dim, pourrais-tu rebaptiser ton académie en Balkany académie, comme un symbole ?

  7. Je m’engage à ce que la prochaine académie, comme un symbole, et si l’éditeur ce bel homme le veut bien, soit appelée Balkany académie.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.