La Breizhou académie note Brest-Rennes (2-0)

Roazh Takouer et sa double académie 100% pur beurre salé.

C’est le retour des derbys. Pas spécialement gros, ni de Brest-Guingamp ou klasikou Rennes-Nantes à l’horizon, mais les presque petits derbreizh pour le Stade (à ne pas confondre avec le Stat’) : Brest-même, avec un déplacement chez Francis qui n’est jamais facile, et l’accueil ensuite du voisin sudiste, çui chez qui, il fait soi-disant toujours beau, et qui a une pelouse en plastique.

N’anticipons pas trop, et restons-en pour l’instant à cette grosse affiche diffusée sur orange sports, comme le match aller, dominé assez outrageusement par les Ruz ha Du (Rouge et Noir), avant ce pénalty idiot des arrêts de jeu qui provoquent un peu la panique. Brest avait raté son match et avait une revanche à prendre.

 

Comme déjà dit à cette occasion, la passion autour de ce match n’est pas énorme. Côté rennais, on est plutôt indifférent, voire même plutôt sympathisant avec la cause brestoaz. Côté brestoa, de toutes façons, on aime personne. On est juste pour Brest. Un point c’est tout.

Néanmoins, ce match est l’occasion pour les gas du Penn-ar Bed de rappeler à leurs voisins qu’eux sont des Bretons plus « authentiques » que les gars de la capitale qui sont quand même plus proches du Mayennais que du Finistérien, et de montrer une certaine image de ce qu’est la vraie ferveur des supporters dans un stade populaire.

Côté rennais, c’est à peine si on ne découvre pas subitement le bout du monde. Là-bas les gens ne mangent pas de galettes-saucisse. Grossière erreur. Jamais un pack de mergez frite n’arrivera à la cheville de l’emblème du Stade. On s’étonne aussi de voir un stade aussi vétuste. Du moins pour les plus jeunes qui n’ont pas connu la Route de Lorient du Xxe siècle. Les autres renoueraient presque avec leurs souvenirs d’ascenseur puis de maintien obtenu à la maison époque Le Millénaire. Ça rapproche presque.

L’environnement, les moyens, la politique du club et les ambitions étant fortement différents, on ne s’étonnera pas en revanche que la situation d’avant-match traduise cet écart; les résultats des matchs précédents indiquant un réveil du bas de tableau, un ventre mou calme et un haut de tableau hésitant. Une victoire du stade serait une excellente opération qui permettrait de réenvisager secrètement une perspective de titre à la clé. Une victoire pour le Stat est devenue indispensable sous peine de se retrouver coller à la zone rouge.

 

Ar matc’h

 

Côté brestoa, on reste sur un 4/5/1 à deux récupérateurs. La blessure de Daf (voir le vrai épisode 13 du replay) poussant Sir Alex à remanier la défense, redécalant l’excellent Paul Baysse couloir droit, et redonnant une place de titulaire au Gabonnais Brou-Apanga. Au milieu, N’Goyii a été aligné pour donner de l’impact physique, c’est le tchèque Licka qui sort du onze type. Côté droit, Romain Poyet se repose sur le banc, Larsen Touré, au grand dam de nombreux observateurs, se voyant confier la mission d’animer un couloir souvent délaissé par les Brestoas, et en fonction de ses capacités de remplacer la mascotte du club dans sa capacité à gagner ses duels aériens. Mais la vraie nouvelle, grande et belle, reste le retour de la véritable idole du Stat : Nolan Roux en pointe.

 

Côté rennais, Tettey et Mangane rejoignant le onze type de l’infirmerie, Anto décide de surprendre en écartant également ses deux pépés : Papy génial Jéjé Leroy et Papy alcoolique Stéphane Dalmat. Mandjeck est aligné en sentinelle, M’Vila montant d’un cran. Sur la même ligne, Fabien « Miracle » Lemoine est titularisé, ce qui permet déjà d’entrevoir des perspectives de menaces sur cpa. Derrière, KTC retrouve sa place de titulaire côté gauche, Souprayen sa place sur le banc, et Boye confirme sa progression en obtenant une place de titulaire. Devant, la grosse surprise est la titularisation de Tongo Doumbia côté droit. Pourquoi ? On va dire les absences et le souhait de garder Leroy en joker. Sinon, la Breizhou ne voit pas.

 

Si la confrontation ne sent pas la passion, l’odeur du derby se laisse humecter. Drapeaux Gwen ha Ruz agités, Kop ultra motivés, et aucun round d’observation sur le terrain. Les deux équipes cherchent à se projeter vite vers l’avant, avec plus d’envie et de réussite chez les locaux, qui trouvent des débuts de solution dans le jeu, là où les Rennais peinent, n’obtenant à part lors de la première minute même pas un corner.

Les Brestoa pressent haut, récupèrent assez rapidement la balle, et les Rennais n’arrivent même pas à trouver d’intéressantes situations de contres. Néanmoins la défense, même privée de son habituel capitaine tient l’impact. La principale inquiétude semble se trouver dans le domaine aérien où l’arrière garde toute de noire vêtue se laisse surprendre.

Mais finalement, ce n’est pas sur un cpa que les Finistériens trouveront la solution, mais sur une frappe aussi surprenante que merveilleuse de Nolan Roux, qui réussit même pour le coup à ridiculiser Nicolas Douchez, qui finit su’l’cul.

Le pressing du Stat ne lâche pas et Rennes ne parvient toujours pas à s’approcher du but d’Elana, manque de mouvement, de vitesse et de solutions. Brest tient tranquille son avance jusqu’à la mi-temps.

 

Se rendant compte que le match lui échappe complètement, Antonetti décide de se rappeler ses deux vieux, et c’est Fabien Lemoine, qui se sera illustré surtout par ses nombreuses fautes, et Georges Mandjeck, qui ne se sera même pas illustré sur ce point, qui quittent donc la pelouse. M’Vila et Doumbia retrouvent leurs places habituelles, Jéjé prend le côté droit Doumbia et Danzé derrière, mais pas pour très longtemps puisque le deuxième but brestois, venu du côté gauche pousse le coach rennais à sortir son vice-capitaine pour la première fois de son onze type. Les Rennais avaient pourtant montré un peu plus d’envie en début de 2e, mais pour qued’. On joue la 60e, Brest mène, Rennes a déjà fait tous ses changements, et si l’envie n’est pas totalement absente, le manque de détermination est aussi criant que le manque de justesse. Une véritable occasion obtenue pas plus.

 

Enfin si, mais pour Brest, qui à l’inverse, ne manque de rien. Surtout pas de détermination dans la conquête du ballon, et de justesse dans sa préservation. Il n’y avait pas photo comme au match aller. On pourrait même se quitter bons amis. Au final, les rentrées des joueurs d’expérience n’auront rien révolutionné. Un peu plus d’envie, quelques beaux gestes, un peu plus de percussion… Mais aucune raison pour Elana de se sentir menacé. Le match a semblé d’abord être perdu dans les têtes. Et on était bien plus prêt du 3/0 que du 2/1. On sait dorénavant que Rennes ne peut revenir au score que contre Lyon.

 

Brest a pris donc trois points d’autant plus importants que le calendrier qui l’attend est encore compliqué et que l’on peut craindre que le maintien se jouera à plus de 42 points. Mais en multipliant les performances de cet acabit à tous les niveaux (devant, derrière, et dans les gradins), il ne peut qu’être rendez-vous. En attendant, l’heure était déjà à la fête. La cité du Ponant semblant presque ravie de retrouver son voisin. Surtout si c’est pour le battre et clamer qu’on encule le stade rennais ou le RCK, politesse de l’hôte oblige.

 

Rennes, samedi, de son côté avait plutôt le visage d’un candidat au maintien que d’un candidat à la ligue des champions. Le Stade n’a pas tout perdu non plus, c’est surtout l’animation offensive qui inquiète, mais ce n’est pas totalement nouveau, juste pire que d’habitude ; la fatigue l’expliquant en partie, mais il est étrange de voir que la trève internationale n’aura pas fait le moindre bien à ce niveau. Les oiseaux de mauvaise agure pourront rappeler la fin de saison catastrophique de l’an dernier, comme un nouveau symptome de la lositude rennaise. D’autres, dont la Breizhou retiendront plutôt que la même série actuelle de 4 matchs sans victoire avait déjà été vécue par cette équipe et qu’elle y avait mis fin à l’occasion d’un derby à la maison. Sans perdre de vue d’ailleurs que cette équipe n’a toujours pas concédé deux défaites consécutives. Brest a de son côté profité du derby pour renouer avec la victoire après une série de 4 défaites. Pour rappel, la semaine prochaine, Rennes accueille Lorient.

 

Les gas du Stat’

 

Elana 4/5 : Aurait presque pu ne pas être noté, juste une pauv’ frappe dalmatienne à arrêter. Steve ne pouvait pas trembler. Obtient son 4 surtout pour ses nombreuses sorties très sûres sur les centres adverses, à terre comme dans les airs.

 

Baysse 4/5 : Cheveux au vent et forte paire au chaud, Paulo prend tout de la tête, dans sa surface comme dans celle de l’ennemi. Aurait eu 5 s’il avait trouvé la faille. Il la trouvera une prochaine fois sans doute.

 

Brou 3/5 : Prudent, aucune boulette à signaler. Ptet même trop prudent vu l’adversaire du soir. Sauf quand il s’est agi d’aller titiller les mollets de la Douch’.

 

Kantari 3/5 : Moins prudent, surtout quand il s’agit de pouvoir marquer son territoire auprès de l’ennemi. Ça ne veut pas dire qu’il lui fait pipi dessus, mais qu’Ahmed aime le contact. Aurait pu avoir 4, mais le souvenir de son gadin de la première minute qui donne corner l’en empêche car c’était la meilleure occasion rennaise de la première mi-temps.

 

Ferradj 4/5 : Un duel étrange en première mi-temps face à Doumbia qui fait deux fois sa taille, mais qui doit être deux fois moins large que lui. Un duel de poètes aussi, qui aura permis de voir que Mac Ferradj se relève plus vite, et donc qu’il est plus résistant à l’impact.

 

Ewolo 4/5 : Ressuscité, tout simplement. Amen.

 

N’Goyii 4/5 : Très surprenant, il a même fait preuve de qualités techniques et de sens du dribble durant le match. On aurait pourtant pas cru que l’odeur du derbreizh allait le transcender, lui qui devrait retourner à Paris l’été prochain. À moins qu’il ne souhaiter se faire remarquer par Pierre Dréossi, grand amateur de milieu déf.

 

Touré 3/5 : Là aussi, surprenant. Pas très dangereux offensivement, mais généreux dans l’effort défensif, dont un énorme tacle sur KTC en première mi-temps. Aurait même pu signer une passe décisive. Sa première de la saison. Il a même gagné un duel aérien à un moment. Sans doute son premier de la saison.

 

Grougi 4/5 : Maître es cpa comme chacun commence à savoir et buteur du break. Bruno (rien à voir avec l’Autrichien) a réalisé une partie de haute volée, entre passes précises, et temporisations précieuses. Mieux, la Breizhou l’a même trouvé plus tranchant dans ses interventions défensives. Sans doute le seul match où il a fait plus de fautes qu’il n’en a obtenu. Mais des fautes de gentil garçon qui se force bien sûr. Personne ne lui en tiendra rigueur.

 

Lesoimier 5/5 : Avec son nom à coucher dehors, il a énormément fatigué ses adversaires directs, réussi une passe décisive et récupérer beaucoup de ballons sans jamais quitter son couloir. L’autre grand héros du match sans nul doute, et qui confirme lui journée après journée ses progrès. Soumah peut continuer sa sieste tranquille, Brest n’a pas besoin de lui.

 

Roux 29/5 : Auteur du but de la semaine à la 29e du match comme un saint bol de cid’ du Léon. À part cela un danger de tous les instants, ce gas-là sait tout faire. Si ce n’est des célébrations de but, parce que le suçage de pousse, c’est vraiment naze. Si c’est pour signifier une carrière à la Totti, personne ne lui en voudra. Mais sinon, Nolan, Rennes, c’est bien aussi.

 

Les entrées en jeu

 

Ayité – 75e – 3/5 : A remplacé Roux comme un saint bol de cid’ de Cornouaille de l’intersaison prochaine. N’a pas marqué, pas comme un saint bol de cid’ du Trégor de la saison prochaine.

 

Licka – 90e – 4/5 : 30 secondes après son entrée en jeu, il a failli clore la marque tout en élégance. Donc ça mérite 4, comme le degré d’une pils, qui se boit à toute heure du jour et de la nuit. Dobrou noc.

 

Bigné – 35/5 : N’est pas rentré, et c’est une honte. Sir Alex démission !!!!

 

 

 

Les gars du Stade

 

Douchez 3/5 : Arrête toujours les frappes en position de hors-jeu, même à bout portant. Aurait dû aussi arrêter plus rapidement d’embêter Nolan Roux à la mi-temps. C’est sûr que le but a dû lui faire sacrément mal au cucul.

 

Danzé 1/5 : Un peu trop vite désigné coupable avec son premier remplacement de la saison, il est vrai que Romain était un peu en perdition face à Lesoimier, malgré pourtant 20 premières minutes plutôt satisfaisantes qui doivent presque coïncider avec les derniers ballons touchés par Victor Hugo. Puis c’est devenu très compliqué, pour rester poli, jusqu’à sa sortie. On l’a préféré plus tôt dans la semaine quand il a précisé que s’il pouvait éventuellement jouer à Brest, il ne jouera jamais à Nantes. Prends ça dans les dents Bruno Chavroux.

 

Kana-Biyik 2/5 : Match plutôt correct dans l’ensemble, mais peut faire tellement mieux, notamment dans les relances, quelques unes ayant été ratées. On l’a même surpris se faire griller par Nolan Roux, ce qu’à peu près personne n’avait réussi à faire jusque là.

 

Boye 2/5 : Gros tacleur et énorme sprinter, comme son compère de défense centrale. Par contre les relances, ce n’est pas qu’il peut faire, c’est qu’il le doit purement et simplement parce que là, on dirait du PH.

 

KTC 3/5 : Probablement le Rennais le plus déterminé sur la pelouse, ce qui explique son nombre de fautes. Côté gauche, il n’a pas tremblé face à Touré, mais bon il n’y avait pas vraiment de quoi trembler non plus vu que c’était Touré. Passé côté droit à l’heure de jeu, il aura réussi deux ou trois belles montées sans toutefois centrer mieux que d’habitude. Défensivement par contre, il a compris que son nouvel adversaire était un vrai danger, ce qui l’a amené à plus de prudence après des premières intentions offensives intéressantes.

 

Mandjeck 1/5 : Transparent, comme s’il n’avait pas trop envie de montrer sa nouvelle crète non-décolorée. Tellement transparent qu’on a beau voir et revoir le but de Nolan Roux, on ne comprend toujours pas où il est.

 

Lemoine 1/5 : Un pour des cpa correctement tirés, sans plus, mais c’est déjà ça, et ça change de qui vous savez. Ou un pour sa détermination qui se traduit aussi par beaucoup de fautes. Trop peut-être, mais pour un joueur qui revient d’une blessure aussi grave, ça frôle l’inconscience géniale et ça donne envie de le revoir. Malheureusement, un, c’était vraiment le maximum. Fera mieux la semaine prochaine, si Anto ose le titulariser de nouveau.

 

M’Vila 2/5 : Pas le plus déterminé, mais assurément le plus talentueux des Rennais. Manque toujours ce truc qui doit faire de lui un vrai leader sur le terrain. De la rage peut-être. Tout de même de bons tacles et de belles ouvertures, mais bien trop rares.

 

Doumbia 2/5 : Pourquoi ailier droit ? Son poste est clairement au milieu. Ou sur le banc sinon. Celle de ses adversaires restant plutôt l’infirmerie, sauf quand il s’agit de Brahim Ferradj.

 

Boukari 1/5 : Totalement invisible. Sauf quand il s’agissait de perdre le ballon ou de gêner ses coéquipiers. Obtient le un parce qu’il aurait pu obtenir en début de rencontre un pénalty avec Lannoy, comme celui obtenu par Alonso à Geoffroy Guichard il y a 3 semaines. Et aussi parce que c’est lui qui lance Souprayen sur la seule vraie occasion rennaise. Sinon, il frôlait le zéro.

 

Montano 2/5 : Une entame de match pas inintéressante, où on le sentait capable de profiter des brèches et de bien contrôler les ballons qu’on lui donnait. Puis a totalement disparu ensuite, sans que ce ne soit forcément de sa faute vu son poste. Il n’a plus reçu de ballons quoi.

 

Les entrées en jeu

 

Dalmat 2/5 : Deux ou trois percées notables où il a montré son sens de la percussion sur contre favorable. Et une frappe de poussin qui constitue tout de même la meilleure occasion rennaise de la soirée, et le seul tir cadré depuis le match contre Lyon.

 

Leroy 1/5 : Pas très king size chez Francis, le Papy. De jolis gestes tout de même, mais aucun qui n’aura permis de se mettre grand chose sous la dent. -1 parce que c’est lui qui perd la balle sur le but du break, et qu’il défend ensuite sur Lesoimier bien plus mal que Romain Danzé.

 

Souprayen 2/5 : Forcément, à 2/0 pour l’adversaire, la Breizhou n’attendait rien, mais alors vraiment rien de sa rentrée. Et finalement, Samy est à l’origine de la meilleure occasion rennaise du match sur son unique débordement, et son centre de qualité. A pris un carton jaune, ce qui montre tout de même qu’il peut faire preuve parfois d’engagement. Par contre, se faire griller par Touré, ce qui a failli provoquer le 3e but, ça craint.

 

 

 

7 thoughts on “La Breizhou académie note Brest-Rennes (2-0)

  1. 2 académies en 1 c’est beau.
    Sinon Larsen Lupin Touré ça doit être le pire joueur de liguain ..

  2. Bon alors pour ce match on avait décidé avec les copains d’en prendre une sévère, ce qu’on a fait en jouant à la pétanque place Guérin.

    1h avant le match quand on a constaté qu’Alex avait aligné Touré on a faillit pleurer, puis on a vu qu’Antonetti alignait 4 milieux défensifs… ce qui nous a étonné avant de se rappeler que l’infirmerie Rennaise est pleine, ce qui malgré tout n’a pas fait disparaitre notre envie de pleurer en voyant Touré titulaire… je dirais pas qu’il est le pire joueur de L1, sur le banc il a l’air de beaucoup faire rire ses partenaires c’est déjà ça, sinon c’est vrai qu’au niveau du foot…

    Alors par contre c’est vrai que les insultes aux supporters Rennais c’était pas nécessaire, si les gens pouvaient mettre leur énergie à supporter ses joueurs ce serait quand même pas mal, surtout qu’avec notre Speaker en bois (on est largement les plus mauvais là dessus…) c’est possible de gâcher un moment comme sur le but de Roux alors que Francis doit se transformer en Fukushima pour au moins 5min…

    Je ne reprendrai pas les joueurs un par un Roazh l’ayant déjà parfaitement fait, juste quelques remarques…

    Si Ngoyii jouait à 50% de ce qu’il a fait sur ce match tout le temps, on serait européen, il s’est vraiment sorti les doigts, a fait les bons choix, et a permis à Ewolo de réapparaitre.

    Je n’ai pas trouvé la frappe de Roux surprenante bien au contraire, ce qui l’est c’est qu’en alignant 4 milieux défensifs, il n’y en est pas un à moins de 10m du joueur qui tente le plus de frappe de toute la L1… Le talent, le culot et la réussite faisant le reste.

    Quand Kana Biyik est venu sur la touche juste en face de moi, j’ai cru que tout Foucauld Nord avait avancée de 20m, et en fait non, c’est juste qu’il est encore plus impressionnant physiquement en vrai qu’à la téloche.

    Sinon Lesoimier est ton petit chouchou nan?

  3. Belle Acaderby!!

    Je trouve le coaching d’Antonetti de plus en plus inquiétant, par exemple pourquoi n’a-t-il pas fait jouer Verhoek?
    Espérons qu’on va retrouver notre efficacité face á Lorient sinon le gros beauf va nous tomber dessus…

  4. très bonne academy! j’ai moi même était surpris par N’goyi, il a du réussir au moins 3 passes vers l’avant!!!
    Quant à Grougi, il peut donner des leçons de cpa à Gourcuff!

  5. Oubliez pas, Brahim, ho ! Il a fait passer les rennais pour une bande de danseuses. Petit, trapu, teigneux, solide, je suis fan, un poète comme je les aime…

    (Et Nolan, il devient de plus en plus vicelard, je sais pas si vous avez vu, mais maintenant, il fait vraiment dans le petit coup en douce à son défenseur. Il devient l’attaquant parfait. Part dans deux ans, Nolan, pas tout de suiiiiiiiiiiite !)

  6. ça y est ça commence à se voir qu’on a eu de la moule d’arriver à ce classement avec une attaque au sens large aussi pauvre. Ca commence à craquer de partout, même physiquement on s’est fait manger.

    Et puis stop aux blessures. Mais vraiment là. Au-delà de Doumbia titulaire en ailier droit (mais WTF Fredo ?), z’avez vu la tronche du banc pour ce match ? Bientot on va mettre des U15 pour faire le nombre

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.