La Breizhou Académie note Nice/Rennes

Roazh Takouer a perdu sa chevalière mais est très fier de cette place de leader provisoire qui a tenu presque une heure et demi.

Nice, c’est généralement synonyme de match nul. La Breizhou académie serait même tentée de dire de un partout. Sachant que les Niçois restaient sur deux défaites consécutives toutes compétitions confondues dont une fessée à Sochaux, alors que de leur côté, les Rennais s’étaient ridiculisés en milieu de semaine en jouant seulement un quart d’heure un match de préparation face au modeste voisin agriculteur qu’il perdait au final 3buts à un, on pouvait en déduire qu’effectivement, ça sentait le match nul. Et c’était donc sans grande pression sur ses frêles épaules de supporter que Roazh Takouer entamait une nouvelle pinte au coup d’envoi.

Comme souvent avec ce Rennes édition fin 2010, ça démarre très fort. Le milieu marque son territoire, les passes astucieuses de Leroy et les accélérations d’un Marveaux à son réel niveau amplifiaient la menace que Dalmat allait traduire en ouverture du score. Mais comme souvent avec ce Rennes édition fin 2010, le premier quart d’heure/premières vingts minutes cédaient la place à une configuration plus préoccupante qui amène généralement une égalisation autour de la demi-heure de jeu (3e fois en 4 match). Restait à voir comment le SRFC allait réagir après ce joli but de Ljuboja. S’ils allaient tenir mentalement comme contre Sochaux, ou s’effondrer comme à Roudourou.

Réponse : les Rouges et noirs titulaires sont plus costauds que leurs cadets iroquois et les compétitions ne se ressemblent pas. Solides derrière, les Rennais empochent les trois points grâce au réalisme de leur seul attaquant sur sa seule occasion de la deuxième mi-temps, anticipant à la perfection un caviar de Larrys Mabiala. Rennes sort triomphant du Rai, ce qui doit faire assez mal aux Niçois même si c’est Antonetti en face. Il y a deux ans, les Bretons avaient déjà remporté ce duel uni-bicolore grâce à un but de Thomert. Souhaitons à Victor-Hugo de ne pas finir Levante après une longue dépression.

Douchez 3/5 : Impossible de lui reprocher quoi que ce soit sur le but vu la précision avec laquelle Ljuboja marque son premier but dans son nouveau stade. Par contre, si le même Danijel double la mise sur un bon centre de Coulibaly, son hésitation pouplinesque à sortir et son air grégorinien (mi-panda, mi-simplet) aurait coûté cher. A fait sinon le boulot.

Danzé 4/5 : Son style peu élégant lui vaut quelques détracteurs, mais signalons au passage que Rennes n’avait encore encaissé aucun but provenant de son côté avant le match à Guingamp où il ne jouait pas et où on s’en est pris trois. Bien que Mounier soit passeur sur l’égalisation, on ne pourrait lui en prêter la responsabilité puisque l’ex Lyonnais part plein axe avant que la Danz’ ne lui bloque l’accès au but et que l’ailier ne donne en retrait au Serbe. Offensivement très utile avec de nombreux dédoublements et quelques bons centres à la clé dont un dégagé acrobatiquement par Mabiala. Dommage pour ce dernier, ce n’est pas le geste qu’on retiendra de sa soirée.

KTC 2/5 : Moins convaincant derrière que les semaines précédentes, il était le maillon faible hier. Relance involontairement et de façon malchanceuse Mounier sur le but niçois. Sinon, Mouloungui lui a posé beaucoup de difficultés dans les temps forts azuréens. A apporté une présence devant sur laquelle Marveaux pouvait s’appuyer avant de centrer. Pas au revoir quand même mais bien à revoir parce que c’est déjà mieux que Bocanegra qui ne centrait pas plus, mais montait moins, et parce que Souprayen, l’autre candidat, n’a rien montré d’autre que des lacunes à Guingamp.

Kana-Biyik 3/5: Est un beau bébé, qui tacle vite et fort. N’est peut-être pas irréprochable sur l’égalisation puisqu’il repart sur Mounier plutôt que de couvrir Théophile-Catherine en allant sur Ljuboja côté gauche. Mais on chipote, et c’est pas des chippo qu’on met dans la galette. Une très bonne prestation de plus, quand Fanni et Apam seront prêts, ils ne seront pas forcément assurés de retrouver une place de titulaire.

Mangane 4/5 : captain Kader au sommet de sa forme, ça laisse toujours deux forts sentiments à la Breizhou. Une grande confiance en notre bloc défensif qui nous fait moins serrer les fesses qu’Antonetti, et une profonde compassion pour ceux qui sont en face de lui. Braaten va pas se marrer dimanche. Nous, si, parce qu’on est un peu sadique envers les bébés phoques.

Mandjeck 2/5 : Assure très correctement l’intérim de Lemoine en permettant à M’Vila de jouer en relayeur et lui en sentinelle. Puissant et bon de la tête mais moyennement rassurant balle au pied. Autre défaut, fait beaucoup de fautes, d’ailleurs même quand il n’en fait pas, on les siffle quand même. Sorti à la 62e.

M’Vila 3/5 : Déjà un taulier. Autoritaire et majestueux à chacune de ses interventions, il a la classe même quand il fait faute. À l’origine des deux buts rennais de la soirée. La Breizhou trouve pourtant qu’il ne joue pas toujours assez vite vers l’avant pour le relayeur qu’il est censé être et regrette de ne pas l’avoir vu tirer comme il ose faire d’habitude une fois par match. C’est dommage, il cadre très souvent. Bien plus qu’un M’Bia qui tirait d’ailleurs beaucoup plus.

Dalmat 2/5 : Premier buteur de la soirée, et premier but sous ces nouvelles couleurs. C’est bien. Dans le jeu, ça l’est un peu moins. Plus utile finalement pour sa qualité de dribbles et sa facilité à transpercer un rideau défensif que pour sa capacité à faire jouer les autres. Reste à définir ce qu’on attend d’un 10.

Leroy 3/5 : Les mauvaises langues supputaient que Jéjé était déjà entré en hibernation, mais l’ex parisianno-lavallo-marseillo-guingampo-lenso-jérusalemo-sochalien a tenu à rappeler que ce n’était que le merveilleux automne que voilà en illuminant la première mi-temps de gestes de classe et de passes lumineuses. Par intermittence certes, puis il s’est sagement endormi en 2e mi-temps. La Breizhou s’en fout, c’est beau, même quand sa reprise de volée passe à 4m de la lucarne Sorti à la 73e.

Marveaux 3/5 : Deux bonnes nouvelles : Sylvain le Marvellous s’est rasé la crète et a repris le football ce week-end. Le sien ! c’est à dire une tenue de balle impec’ et une capacité à effacer son défenseur sur un contrôle ou en deux touches. Il ne lui a manqué qu’un but hier, malgré deux belles occasions, la première reprise par Dalmat étant l’ouverture du score.

Montano 3/5 : Se bat, contrôle mal, se bat, rate la première occasion, se bat, obtient un corner, se bat, perd la balle, se bat, obtient un coup-franc, se bat, anticipe la boulette, gagne tranquillou son duel face à Ospina, se bat, en fait un peu trop, puis se bat. Le tout sous les encouragement/recadrements permanents d’Antonetti.

Les entrées en jeu

Doumbia – 62e – 2/5 : Une entrée loin d’être inutile pour l’équipe et aussi pour lui, puisqu’il aura appris qu’on a l’air con quand on râle avant la fin d’une action qu’on peut encore miraculeusement exploiter.

Kembo-Ekoko – 73e -3/5 : Vu qu’apparement il ne tient qu’un quart d’heure, une demi-heure au maximum, le rôle de joker-dribbleur fou devrait lui convenir à Marseille, surtout s’il peut en profiter pour décocher un cachou comme il peut faire. N’en a malheureusement pas eu l’occasion hier.

Brahimi – 89e – non noté : Est rentré pour gagner quelques secondes entre le remplacement et sa qualité de conservation du ballon.

Les autres apparitions

Les couleurs niçoises 5/5 : On est rassuré. Le rouge et noir nous porte pas spécialement la poisse finalement.

L’homme de terrain de foot + 1/5 : Je ne sais plus qui c’est, mais retarder un coup d’envoi pour interroger Eric Mouloungui, c’est con. Apparemment trop ému de passer à la télé, le Gabonais s’est blessé sur l’accélération qui suit, au grand soulagement de Théophile-Catherine qui s’est du coup trouvé en face de Bamogo. Si l’on se fie à la théorie de Didier Roustan, nous pouvons en conclure qu’il a fragilisé mentalement le joueur. Enfin, c’est pas tout à fait sûr. Théorie pratique. Sacré Didier.

La première place provisoire 5/5 : la Breizhou l’attendait presque autant que le comité attend son dépucelage. Au final, cette bien belle demoiselle nous a laissé son numéro et on a prévu de la revoir la semaine prochaine. Si elle peut pas, on retentera plus tard. On va essayer de toutes façons de conclure au moins pour une nuit. Après on verra. Roazh Takouer en es tellement ému qu’il en a perdu sa chevalière plus tard dans la soirée. Espérons que ce sacrifice aux Dieux de la Looz ne soit pas vain et décident enfin de se focaliser sur l’adversaire plutôt que sur nous.

Si comme Roazh Takouer vous avez un club fétiche, souhaitez étaler vos fantasmes sur le web footballistique, et que votre club n’a pas encore son académie, écrivez à editeur@horsjeu.net.

Pour le tour d’actualité de la journée de Ligue 1, en attendant le billet de Jean Paul Hoth, vous pouvez consulter la grosse review de nos confrères de panenka. Ici.

7 thoughts on “La Breizhou Académie note Nice/Rennes

  1. Si tu veux :
    ça fait plaisir de voir Gourvennec, on a pu se faire une idée sur Abdoul Camara et Samuel Souprayen, on a allégé le calendrier d’une coupe en bois dont le seul mérite aura été de nous montrer Mickael Landreau tenté une panenka. Bref, une soirée plutôt agréable.

  2. et l’occasion pour Antonetti de glisser un gros tacle par derrière les deux pieds décollés à ses jeunes

    sinon, drole de début de saison, on joue pas terrible mais on gagne

  3. @ Roazh : le but de la coupe de la ligue ? Permettre de gagner un titre (certes made in L1) facilement et se qualifier pour la ligue Europa. Mais bon pour un club comme rennes qui aligne les coupes dans son musée et qui brille tous les ans en coupe d’Europe c est vrai que c’est inutile, quel idiot je suis.

  4. @ Giovannix,
    voyons tu n’es pas plus idiot que Pierre Ménes ou Daniel Riolo qui ont le même discours.

    Personnellement, je trouve cette coupe fade, pour ne pas dire laide, inintéressante au possible et qui a de surcroît une capacité de nuisance sur la vraie coupe et sur le championnat. Gagner une coupe de la ligue ne peut satisfaire que les queutards éjaculateurs précoces du foot, ou ceux qui ont besoin d’un prétexte pour faire la fête. Que les Marseillais soient dans un premier temps euphorique après 17 années sans titre se comprend.Nous, ça va faire 40 ans. Donc, on est plus à 10 ans près pour faire au moins correctement les choses et gagner un vrai trophée ou une place en Europa ligue vraiment méritée.

    La coupe de la ligue, c’est comme le synthétique, je la laisse aux Nancéens. La gambardella me parait bien plus intéressante pour tout dire.

  5. @Roazh : Sur le fait que c est une coupe insipide ok on est entièrement d’accord. Mais bon je comprends pas qu’un supporter Rennais puisse faire la fine bouche. De plus je ne vois pas non plus ce que le supporter nancéen a à envier au supporter rennais. Et bon si j’étais rennais (c’est absurde mais bon), ça me ferait chier que mon équipe perde contre Guingamp (club de National), quelle que soit la compétition.

    Bonne attente pour t’amuser Route de Lorient alors en souhaitant à ton équipe d’être championne de France de L1 un jour.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.