La Forez Académie note Saint Etienne-Bordeaux (3-1)

Roland Gromerdier cherche à mettre un beau trophée dans son salon.

Salut à tous !

Après quelques semaines de vacances passées à la chasse au sanglier, je reviens pour cette coupe Moustache. J’ai rien ramené dans mon 4×4 (je suivais la piste d’un Hadji Chardonné, mais il m’a filé entre les doigts. Il doit être vers la Bretagne si mes calculs sont bons). Par contre, ça arrive, j’ai eu un accident : j’ai mis fin à la carrière de Steed Malbranque. J’ai vu les fourrés bouger, j’ai cru que c’était un Trézéguet, bon,… C’était Steed. Les bons chasseurs, les mauvais chasseurs, tout ça…

Sinon, au programme, les retrouvailles entre les Bordelais et les Stéphanois, mais cette fois dans le Chaudron amputé de son kop le plus bouillant : le kop Nord. Au cours du match, une pluie torrentielle et la foudre sont tombées sur Geoffroy Guichard, en même temps que sur le genou de Loïc Perrin, comme un symbole de Saint-Etienne. Loïc est vraiment l’emblème de ce club : quand les Verts traversent une période de turbulences, et bien lui va faire encore plus fort. Courage au capitaine, qui est vraiment un joueur attachant. Il en a tellement chié avec ses genoux depuis le début de sa carrière qu’on espère tous que cette blessure sera la dernière. On prie pour le revoir d’ici la fin de saison, pourquoi pas au Stade de France. Et puis Roro qui raconte la blessure au micro avec son accent du 43 m’a fait écraser une petite larmichette. Et ça, ça n’a pas de prix.

Sinon, le match : une 1ère mi-temps plaisante avec 3 buts, une 2ème beaucoup moins marrante avec beaucoup de déchet et la pluie qui redouble au milieu de la période, rendant le jeu encore moins fluide. Les Bordelais étaient décimés entre blessures et sélections internationales, mais l’équipe au coup d’envoi est loin d’être dégueu. Les Verts ont semblé contrôler l’ensemble du match, avec deux temps faibles qui correspondent au but de Mowgly et à la volée de Sertic.

La compo :

Une compo faite un peu en fonction des forces en présence (blessures, suspensions, choix de l’entraineur ou sélections de jeunes). Un 4-5-1 assez offensif avec 3 milieux portés vers l’avant. Battles est à la baguette. Perso, je me réjouis au départ de voir associés Perrin et Lemoine, dont les profils sont sensiblement plus joueurs que celui de Guilavogui. Je crois que l’on attendra longtemps avec de revoir cette doublette. 1er match pour Kurt Zouma, 16 ans ½, à un poste inhabituel pour lui qui est défenseur central de formation.

 

Les faits de jeu :

2ème : Corner de Sako bien tiré au point de pénalty, dévié au 2nd poteau par Aubameyang. Le ballon revient vers le 1er poteau où Marchal en embuscade tente de pousser le ballon au fond, Olimpa repousse, et Tremoulinas quasiment sur sa ligne tente de dégager. Son tir touche la main droite d’Olimpa qui dévie dans ses buts avec l’aide de la barre transversale.

10ème : Tremoulinas contrôle le ballon au milieu en s’aidant de la main (pas vraiment volontaire). La suite ne doit rien à la chance : Mowgly percute, s’appuie sur Modeste qui relaye en une-deux, feinte de corps de l’enfant de la jungle qui, au lieu de repiquer, s’excentre légèrement et frappe du gauche. Dans le petit filet de Ruffier.

12ème : corner pour les Girondins, Ruffier sort cueillir les champignons et touche au passage le ballon avec sa main en bois. Sertic en embuscade à l’entrée de la surface reprend de la tête et lobe Ruffier, mais Marchal veille au grain et dégage tranquillement de la tête sur sa ligne.

17ème : Aubame se prend pour Usain sans le faux départ et dépose le jambon Madrange pour adresser un centre parfait au 1er poteau pour Saadi. Reprise en extension, arrêt d’Olimpa en deux temps qui repousse au dernier le ballon qui filait dans le but. A la lutte Battles et Chalmé taclent le ballon en même temps, la balle s’élève, Battles est le plus prompt à se relever et d’une pichenette aussi délicate qu’une caresse glisse le ballon à Sako démarqué. Baky reprend de volée et, avec un rebond sur sol, marque le 2ème but tout en évitant la sortie Kung-fu Panda d’Olimpa.

20ème : Modeste se la joue Tony-P et balance son coude dans la gueule de Marchal. Arcade explosée, et sang à foison sur la gueule, le Romeyer jeune. Hannibal Lecter likes this.

41ème : Aubameyang se prend cette fois pour Jonah Lomu de la belle époque et délaisse tout en puissance le jambon Madrange et Ciani (c’est fini) sur son côté. Alors qu’il avait fait le plus dur, il lève la tête, mais n’appuie pas assez sa passe transversale vers Sako démarqué à l’opposé. Planus repousse du bout du pied directement sur Battles qui arrive lancé et décoche une mine qui vient fracasser le poteau droit d’Olimpa. Le but en tremble encore : quelle frappe !

57ème : récupération au milieu de terrain des Verts, le ballon arrive jusqu’à Lemoine étonnament seul dans le rond central. Il lève la tête, enfile sa panoplie de Xavi, et délivre un amour de passe dans le dos de la défense à Aubameyang (qui a fait jouir Gravelaine avec cet appel). Ce dernier a le temps de tricoter un peu la balle qui est trop restée dans ses pieds, avant de battre tranquillement Olimpa.

89ème : Maurice-Bêlait déborde sur le côté gauche et adresse un centre tendu. Sertic en reculant légèrement arme une belle volée du gauche, malheureusement en plein centre du but. Ruffier capte en deux temps.

 

Les notes :

Ruffier (mains en bois, 2/5) : pas vraiment rassurant dans les airs (un comble pour cette grande tige), un peu fautif sur le but de Tremoulinas (j’avais le sentiment qu’il aurait pu l’avoir), Steph ne m’a pas fait grande impression. Il n’a quasiment jamais capté un ballon proprement, sauf sur des corners. Attention, le tatoué ne te laissera pas de 2nde chance si tu te loupes.

Zouma (dépannage, 2/5) : clairement là pour dépanner. On voit qu’il n’est pas latéral de formation. Le but vient d’ailleurs de son côté. Hésitant et imprécis dans ses passes, il fait preuve néanmoins d’une bonne présence physique. A revoir dans son poste de prédilection.

Marchal (corsaire, 3/5) : bon match du corsaire. Il a laissé une arcade sur le pré, mais a su aussi sauver la mise de Ruffier en 1ère mi-temps. De bonnes interventions même s’il est un peu passif sur le but. Même avec un œil en moins, il reste meilleur que Ciani et Sané réunis.

Mignot (tu peux pas test, 4/5) : très bon match. Le taulier c’est lui : des interventions nettes, des relances propres, il lave plus blanc que blanc, et pas besoin de faire de nœud au ballon : la tâche (qui a dit Bayal ?) disparaît quand même.

Ghoulam (AC, 3/5) : un match sur courant alternatif. Capable de bonnes interventions défensives et de jolis centres, ses touches longues sont rarement précises et il est toujours coupable de fautes bêtes comme celle qui amène un coup franc dangereux en fin de match. Heureusement, Madrange envoie un saucisson dans les tribunes.

Perrin (blessé, 3/5) : encore une blessure de plus pour le capitaine. Ses genoux en cristal lui auront définitivement pourri sa carrière, alors qu’il aurait pu taper plus haut. Jusqu’à sa blessure, il avait fait un bon match : présent dans les duels, comme dans la construction, son entente avec Lemoine laissait entrevoir de belles choses. Malheureusement, son corps en a décidé autrement, et c’est la Sécu qui serre (encore) les fesses. Remplacé à la 54ème par Diomandé (non noté) qui a un profil plus déménageur. Quelques bonnes interventions dans les dernières minutes néanmoins.

Lemoine (Xavi, 4/5) : Gravelaine pense que c’est un lave-vaisselle. Moi je me dis qu’on lui a peut-être enlevé un rein, mais qu’on lui a rajouté un poumon. Un match inspiré par « Ces années là » de Yannick (oui, on a aussi de la culture musicale à sainté) : en haut, en bas, à gauche, à droite, bref partout. Et avec ça qu’est-ce que je vous mets ? Une passe que Xavi n’aurait pas renié ? Y’en a un peu plus j’vous l’laisse ? Un des hommes du match.

Sako (la ligne verte, 4/5) : il me surprend match après match. Il a délaissé sa partition de bouffeur de ligne, pour venir toucher le ballon plus bas et dans l’axe pour percuter, ou combiner avec Battles. Il se révèle technique, même s’il a encore tendance à faire un super geste et le gâcher dans la seconde qui suit avec une touche de trop, une passe ou un tir raté. +1 pour son but, qui est un mélange d’opportunisme et de maîtrise, là où l’année dernière il aurait bourriné sur le goal ou tué les pigeons.

Aubameyang (Usain, 4/5) : du déchet come Sako, mais une envie de se battre et surtout une pointe de vitesse utilisée à bon escient. Il a fait vivre un enfer à Madrange et Ciani (c’est vraiment fini) sur son côté, avant d’être récompensé par un vrai but d’attaquant qui mérite un +1. Un appel parfait dans le dos de tout le monde, et Lemoine fait le reste.

Battles (patron, 5/5) : l’homme du match. Je suis sûr que sans lui sur le terrain, le résultat n’aurait jamais été le même. Une seule passe décisive à son actif (mais quelle passe), mais son influence est tellement grande qu’il est indispensable. Sans compter sa frappe magistrale qui méritait un meilleur sort. Je l’aimais déjà beaucoup l’année dernière, je crois que je suis en train de tomber amoureux. Remplacé à la 77ème par Mahaya (non noté), pour qu’il puisse recevoir sa standing ovation bien méritée.

Saadi (dossard rouge, 3/5) : hommage aux amis de So Foot : le plus combatif ce soir c’était Idriss. Il s’est battu comme un lion au milieu de la défense bordelaise, et aurai même pu marquer sans un exploit d’Olimpa. Il ne fait pas toujours les bons choix lorsqu’il doit gérer les situations de contre, mais j’ai bien aimé son attitude de lâche-rien et sa technique pas dégueu. L’arrivée de Kitambala lui bouche un peu l’avenir, mais il a le talent pour marquer quelques buts cette saison et bousculer la hiérarchie.

 

Le coach (3/5) : il a fait avec les moyens du bord et plutôt bien. Sa seule erreur était pour moi de mettre Zouma arrière droit, mais je préférai ça plutôt que Perrin. J’ai aimé sa volonté d’associer Lemoine et Perrin pour former un milieu plus joueur que déménageur.

 

Les adversaires : quel faible niveau ! Seul Tremoulinas a paru en jambes ce soir. Olimpa n’a pas été aidé par un Ciani fantomatique et un Marange dépassé. Il paraît que Jussiê a joué. Modeste est physique mais vraiment pas précis, Sertic ne sert pas à grand chose. Planus est le Loïc Perrin bordelais. Je veux bien que l’équipe alignée hier soit loin d’être l’équipe type, mais les Ciani, Jussiê, Planus, Chalmé, voire même Sané, Modeste ou Ben Kalfallah, ça fait un moment qu’ils jouent régulièrement en L1. Et ils se sont faits trimballés par des Saadi, des Ghoulam ou des Aubameyang qui comptent deux fois moins de matches. Courage pour la suite les gars, j’ai pas senti une grande cohésion dans les rangs de l’équipe ce soir.

Roland Gromerdier est de bonne humeur, il vous offre les images de cette soirée.

9 thoughts on “La Forez Académie note Saint Etienne-Bordeaux (3-1)

  1. Je crois que sur le premier but, c’est surtout sané qui essaye de marquer contre son camp ou alors j’ai de la merde dans les yeux?

    Bordeaux a besoin de personne pour marquer des buts…

  2. ouais c’est un beau csc bien collectif. sané veut faire son csc mais Olimpa l’en empéche en essayant lui même de la dévier au fond mais bon se rate alors par solidarité c’est Trémou qui la propulse au fond (bien aidé par Olimpa qui la retouche une deuxième fois). Du bon travail collectif. Par contre je sais pô à qui l’attribuer

  3. Je m’appelle pas gromerdier pour rien : j’avais effectivement de la merde dans les yeux en confondant Sané et Marchal. En fait, j’ai fait le commentaire en repensant au but de Nancy je crois, qui était assez similaire dans le cafouillage. Comme un symbole de beau jeu.

  4. Une question me taraude : est ce que Roland ne va noter que les matchs Sainté-Bordal cette saison ?
    Blague à part, très bonne académie. Ton avis sur les dernières recrues ?

  5. Salut leg.

    Pour les académies, mes vacances ont fait que j’ai loupé les journées 2,3 et 4. Je suis de retour pour Lille. Après mon retour s’est fait pour la réception de Bordeaux en CDL.

    Et pour les transferts, le papier est en validation chez l’editeur ce bel homme.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.