La Gunners Academy jubile et note Arsenal – Tottenham (5-2)

Le Père Fidalbion tout à sa joie

Communsymbole de bête blessée. On peut dire qu’Arsenal est l’exemple le plus représentatif de ce genre d’équipe qui ne se met à jouer que quand on les donne pour mortes. Personne, pas même votre serviteur, ne donnait cher de la peau des Gunners avant ce match face à Tottenham, qui claque des fesses cette saison. Après la gifle de Milan et la bifle de Sunderland, Arsenal a tout perdu et sans panache qui plus est.

Seulement voilà, cette équipe est peut-être constituée « de dépressifs en puissance » dixit le grand Manu, mais elle a quand même de l’orgueil. Il a fallu aller le chercher hein, même prendre 4-0 en Ligue des Champions n’a pas réveillé cette petite once d’amour propre ; seul un affrontement avec le voisin honni et désormais devant au classement pouvait réveiller le vrai Arsenal. Sinon y’avait les claques dans la gueule aussi, mais bon… Les Gunners reprennent donc la confiance, la 4e place à Chelsea et un peu d’espoir sur ce que pourrait devenir leur saison s’ils maintiennent ce niveau de jeu.

 

Le live en retard :

L’effectif avait de la gueule. Le meilleur back-four de l’équipe (malgré le viol de Milan), un milieu Song-Arteta-Rosicky au sein duquel le Tchèque monte méchamment en puissance, et un trident offensif qui accueille Benayoun sur le côté gauche, en lieu et place de Gervinho, probablement lessivé. Concrètement, Arsenal peut difficilement proposer mieux. Pas le droit à l’erreur donc, surtout qu’Harry Droopy a préféré aligner Kranjcar plutôt que Van der Vaart, et que Kaboul fait équipe avec King à l’arrière. On se dit que y a moyen et que merde, si on perd contre eux à domicile, on a plus qu’à jouer l’Intertoto…

 

1’ : Premier ballon pour Adebayor. Le public de l’Emirates, bien chaud, n’attendait que ça et le Togolais malpoli prend sa première salve de huées dans la tête. Ca t’apprendra.

2’ : Le match part sur un rythme de ouf-malade et Vermaelen doit déjà intervenir devant la surface pour bloquer une attaque rapide des Spurs, qui avaient profité de la montée du bloc d’Arsenal.

4’ : Première bière. Bordel, ça commence vraiment de plus en plus tôt les trous d’air… Adebayor est servi sur la droite, le Togolais attire à lui toute la défense, y compris Vermaelen (qui est central gauche hein). Le Belge oublie complètement Saha dans son dos, qui n’a plus qu’à ajuster Szczesny, trompé par le retour de son défenseur. Bonjour le marquage de merde…

5’ : Putain, ça repart en mode milanais. A ce rythme-là, on en prend 6 et je finis à poil en gueulant des inepties… Koscielny, visiblement perturbé, relance dans les pieds de Bale, pourtant à trois mètres de lui, avant de lui mettre un tampon in extremis.

6’ : Combinaison de passes merdiques et de choix douteux. Ca gueule fort dans les travées. Toutefois, bon une-deux entre Benayoun et Walcott, mais l’Anglais est rattrapé par la patrouille dans la surface des Spurs.

10’ : Les Gunners ont la possession comme d’hab, et sont dominés au tableau d’affichage comme d’hab aussi. Mais on sent tout de même un autre état d’esprit : le jeu est précis, rapide et fluide. Rosicky propose beaucoup de solutions dans l’axe en tant que relayeur pour les arrières et les ailiers. King et Kaboul sont souvent sur la corde raide.

13’ : Tottenham galère bien mais profite des cagades d’Arsenal pour mieux percuter. Autant dire qu’il y en a quelques-unes en ce début de match. Contraint à la faute, Arteta concède un coup-franc dangereux à droite de la surface. C’est joué rapidement et Koscielny dégage en mode pompier.

15’ : Rosicky fout le bordel par son mouvement incessant de l’arrière vers l’avant. Le Tchèque écarte sur Sagna, bien monté. Poulpy envoie un centre tout chelou qui atterrit tout de même au point de penalty. Le premier tir de Van Persie est contré, sa seconde frappe est déviée de justesse par Walker, bien revenu.

20’ : Arsenal joue bien. Mais vraiment. Genre comme rarement cette saison. Koscielny a calmé Adebayor, qui se fait toujours copieusement pourrir à chaque ballon, et Tottenham peine à sortir de sa moitié. Ce qui me rend d’autant plus triste en voyant le panneau d’affichage et en imaginant la fin du match. Sur une touche côté droit, RVP laisse passer, enrhume tout le monde et enchaîne la frappe. Corner.
Bordel, pas de répit. Le Hollandais trouve Rosicky (1m73, 62 kilos) au premier poteau, pour une magnifique tête décroisée. Friedel sauve sur sa ligne.

24’ : Nouveau trou d’air. Centre version Equipe de France de Sagna, qui refile le cuir à Assou-Ekotto (quel nom de merde, sans déconner). Koscielny oublie encore Adebayor dans son dos mais Gibbs a étonnamment bien suivi. Gibbs qui couvre Koscielny, où va le monde ma bonne dame ?

29’ : Minute Van Bommel : Parker (ou Modric, j’ai pas réussi à voir et on s’en fout) vient sécher Van Persie inutilement devant la surface. Une telle intelligence de jeu se voit logiquement récompensée d’une biscotte. Derrière, Arteta et RVP tentent de tirer le coup-franc à deux, ce qui échoue lamentablement.

30’ : Voilà comment, sans même avoir commencé à jouer, Tottenham se retrouve avec deux buts d’avance. Alors que personne n’est vraiment replacé, Modric remonte le ballon et lance le très véloce Bale côté droit. Gibbs tient le coup à l’épaule, mais le Gallois profite de la sortie de Szczesny pour se laisser tomber comme un vieux préservatif usagé. Penalty.
Adebayor se charge de le tirer. L’Emirates, toujours très fair-play, entame une jolie bronca qui me rappelle les pénalités tirées au stade Mayol, pour les amateurs de rugby. La grande gigue ne bronche pas, 2-0, merci mon cul.

36’ : Malgré tout et c’est peut-être ce qui a changé par rapport au match de San Siro, les hommes de Wenger ne semblent pas lâcher l’affaire. Après tout, on est en Angleterre et Kaboul est toujours sur le terrain. Walcott met les gaz pour gratter une transversale beaucoup trop moche entre les deux latéraux adverses. Il pousse dans la surface avant de lâcher à RVP qui tricote beaucoup trop pour être efficace.

39’ : Allez-y madame, plus fort. Benayoun cherche Walcott dans la surface. Ce dernier dévie subtilement (oui, oui) le ballon pour RVP qui cale un amour de frappe du droit-en-pivot-tombée-triple-axel qui termine sur la base du poteau de Friedel. J’insulte généreusement ce pauvre bout de métal, avant de voir Poulpy, esseulé au point de penalty, venir smasher un centre pourtant dégueu d’Arteta qui avait récupéré le ballon. Arsenal one, Totenham two.

43’ : On n’est pas les seuls à avoir une défense à la rue parfois. Song tente une louche pourrie par-dessus, mais la présence de Walcott et Benayoun à la tombée oblige Kaboul à dégager. Enfin presque, le ballon tombe deux mètres plus loin dans les pieds plutôt habiles de van Persie. Le Dutch contrôle, fixe, prend la force du vent, et envoie une frappe enroulée sous les aisselles au ras du montant gauche. Denis Bergkamp likes this.

44’ : Robin Van Persie marque quand il veut, d’après le crowd de l’Emirates. Sans aller jusque-là, on peut dire sans problème qu’il nous sort à chaque fois d’une sacrée merde quand il le fait. Mike Dean siffle la mi-temps alors que Redknapp semble déjà décédé sur son banc. Si ce n’est qu’un teint pareil ne se voit que chez des gens un peu trop en vie, si vous voyez ce que je veux dire…

Mi-temps : Super ascenseur émotionnel. Demandez à n’importe quel fan d’Arsenal, il vous dira que c’est une relation qui passe très vite de l’amour à la haine et inversement. #lunatique
Redknapp se rend compte que ça sent quand même le pâté et remplace logiquement Kranjcar par Van de Vaart et illogiquement Saha par Sandro.

46’ : La deuxième période repart sur les mêmes bases, Rosicky efface trois joueurs dans l’axe et décale RVP à droite. Le ballon revient sur Arteta qui sert Benayoun dans la surface ; Yoshi profite de l’alignement Tetris des Spurs pour frapper, mais Friedel sauve encore d’une main ferme. Quitte à prendre un vieux, on aurait dû se concentrer sur lui plutôt que sur Schwarzer y a quelques temps, enfin…

50’ : OH PUTAIN ! Match énorme, Rosicky marque. Ce n’était plus arrivé depuis 49 rencontres, soit à peu près deux ans. Sans déconner je suis heureux, même si mes vannes sur son efficacité tombent à l’eau. Action superbement construite qui passe par le petit Tomas côté droit. Le Tchèque provoque et lâche à Sagna, encore monté au bon moment. Ce dernier lâche un centre tout pourri au premier que Rosicky a bien suivi et pousse au fond. Arsenal passe devant, Tottenham ne voit plus le jour.

60’ : Sandro, mouton frisé au faciès Tevezien, coupe Van Persie sans la moindre subtilité. Même tarif que tout à l’heure, M. Dean sort le jaune. Sinon, nos corners sont toujours aussi minables, même si les Gunners prennent le dessus face à des Spurs apathiques.

64’ : Les Spurs essaient de bloquer haut les offensives, mais les qualités techniques d’Arsenal permettent aux Gunners de passer au travers. Rosicky, encore, lance Van Persie seul face à Kaboul et King. Même pas peur, Captain Vantastic s’en sort et sert Walcott côté droit, qui arrive comme une balle et que personne n’avait couvert. Contrôle raté, mais finition impeccable, Theo pique son ballon au-dessus de Friedel. 4-2, c’est la piquette Jack.

67’ : Comment voulez-vous que je fasse court avec un match pareil ? Walcott, effet double lame : à droite Song sert l’ancien de Southampton dans le dos de King qui couvrait tout le monde mais joue l’intox en réclamant le hors-jeu. Le reste est d’un classique bienvenu : frappe croisée à ras-de-terre, et doublé de Supersonic Theo.

75’ : Là les croquants, hormis performance extrême, je pense que c’est plié. Jenkinson entre à la place de Gibbs, auteur d’un excellent match. Le Cacatoès a assumé ses cheveux rebelles et arbore une jolie crête. Arsenal et Rosicky (Gervais) martèlent toujours : une-deux avec Walcott dans la surface, la frappe enroulée du gauche du Tchèque passe à côté de peu.

80’ : L’Emirates envoie les « Olé ». Comme quoi, battre les Sputes, ça fait tout oublier, y compris le cul rouge de San Siro… J’apprends dans le même temps que c’est le 28e anniversaire d’Adebayor ; heureux de savoir qu’il s’en souviendra. AOC entre pour remplacer Walcott, et King est suppléé par Dawson. Ah ouais, à ce point-là…

83’ : Van Persie, roulette, double râteau, trois joueurs en face, merci. Le public scande « Harry for England ». C’est petit et c’est méchant, mais c’est rigolo. Quelques minutes plus tard, Parker parachève l’œuvre de cette rencontre en atterrissant avec le retard d’un TGV Paris-Marseille sur la cheville de Vermaelen. L’ancien Hammer s’excuse quand même, et c’est classe.

 

Les notes :

Szczesny : 3/5 : Hésitant en début de match face à la taille d’Adebayor, il s’est trouvé bien aidé par sa défense ensuite et a su sortir au bon moment. Ne touche absolument pas Bale sur le penalty.

Sagna : 5/5 : Un début de match fébrile et puis Poulpy s’est mis dans le sens de la marche. Des montées très utiles et surtout un but sorti de nulle part ainsi qu’une passe merdique, mais décisive. Irremplaçable.

Gibbs : 5/5 : Son meilleur match depuis… bah, depuis qu’il est à Arsenal en fait. Un des rares à avoir été attentif dès le début du match, il a réussi à couvrir quelques conneries de ses centraux tout en restant très disponible devant. A ce niveau, je dis oui sans hésitation.

Vermaelen : 4/5 : Le Belge partait avec 1/5 au bout de quelques minutes de jeu. Puis, il a retrouvé ses marques et ses couilles en même temps. Il a décidé de se rattraper en faisant tout le boulot défensif solo. Ce n’était pas forcément la peine, mais c’était carrément impressionnant.

Koscielny : 3/5 : Moins en vue que son collègue, il a tout de même soumis Adebayor. Le Togolais, qui est une belle pièce, avait l’air de ne pas tenir sur ses jambes par rapport à l’impact du Koko.

Song : 4/5 : Des bons gros tacles à l’ancienne, qui sentent la sueur et la terre. Et une passe décisive pour le côté poétique et éviter la caricature du milieu défensif bourrin.

Arteta : 5/5 : L’Espagnol a joué l’aboyeur de service, en allant emmerder tout le monde. Modric a été considérablement gêné par ce vilain petit clébard qui n’a jamais lâché le morceau et qui a récupéré moult ballons fort bien utilisés par la suite. Increvable.

Rosicky : 12/5 : Enfin apprécié à sa juste valeur. Détonateur insoupçonné des offensives wengeriennes, le petit Mozart a pris tout le monde par surprise avec sa dégaine de crevette. Constamment en mouvement, il a été la plaque tournante du jeu des Gunners, mais il s’est aussi souvent retrouvé en position de frappe en suivant les ballons qu’il distribuait. Je suis heureux d’avoir gueulé sur le footix qui l’avait descendu la semaine passé. Ignare va.

Walcott : 5/5 : Extrêmement actif. Beaucoup de choses tentées, beaucoup de choses loupées (notamment des contrôles, on ne va pas se le cacher) mais aussi pas mal de trucs réussis. Deux buts certes, mais aussi une combativité défensive intéressante et bien utile. Quand un mec comme ça se replie, il est difficile de le semer…

Benayoun : 4/5 : J’aurais aimé le voir plus tôt à la place d’un Chamberlain, prometteur certes, mais un peu trop vert. D’autant que l’Israélien a prouvé sur ce match qu’il avait le bagage physique et technique pour réclamer une place de titulaire. Son sens de la passe dans le tempo est ainsi particulièrement efficace.

Van Persie : 4/5 : Priez tous mes enfants pour que Robin se décide à prolonger en fin de saison. Voir un tel talent s’exprimer sous un autre maillot serait un crève-cœur.

 

Les substitutes for fiesta :

Jenkinson : Deux tampons à Bale et puis s’en va.

AOC : Pas vu, pas pris.

Gervinho : Devait être un peu fané de pas avoir participé au gang-bang.

 

En face :

Une équipe de Tottenham qui n’était, je pense, pas dans son assiette… Rien à braire ! Bam, 5 pions dans le fion, ça vous fera passer l’envie de faire les beaux. Quand on aligne une défense avec King, Kaboul et Dawson en troisième choix, on vient pas la ramener. Quoi Djourou ?

 

Le Père Fidalbion.

Tu aimes la Gunners Academy au moins autant que tu détestes Morlino? Alors fais savoir à tout le monde que tu es un lecteur éclairé en partageant cet article sur Facebook et Twitter.

Et si tu n’as plus envie de voir des mioches avec le maillot d’Arsenal quand tu cherches « Gunners Academy » sur Google, aide au référencement en faisant remonter la page grâce au bouton +1.

Et sinon, comme d’hab’, quand on n’est pas là, allez lire et discuter avec les Gunners de Groover, c’est bieng.

23 thoughts on “La Gunners Academy jubile et note Arsenal – Tottenham (5-2)

  1. Eh ben dis-donc ! Peu de gens auraient misé une seule piecette sur ce résultat.

    Je suis surpris à la fois par Arsenal et par Tottenham (ou plus simplement par Redknapp)

    Je pensais que je le début de match conditionnerait toute la rencontre, et alors que je regardais paisiblement mes diables préférés, j’ai vu à la demie-heure « Arsenal-Tottenham 0-2, Adebayor » s’afficher sur mon streaming pourri. J’ai automatiquement pensé « roh les pauvres, ils risquent de prendre une autre branlée… Et Adebayor marque en plus… »

    Inutile de dire que la réaction d’orgueil des Gunners est en tout point stupéfiante. Rosicky a simplement un talent immense et une classe folle et j’ai été pris d’une terrible jalousie quand il a rejoint Londres. Je m’attendais à un gros duel technique avec Van der Vaart. Les deux sont des joueurs complètment sous-estimés. Et c’est là que commence ma surprise Redknappienne. VdV sur le banc ?! Por qué ? Pour le remplacer par Kranjcar en plus ? Je sais que le Néerlandais revenait de blessure, mais il est aussi souvent blessé que Van Persie en tant normal alors….

    Et puis, va savoir pourquoi Kaboul était là. Dans le genre touriste… Oh et depuis que Redknapp essaie de mettre à la fois Saha et Adebayor, c’est pas terrible, VdV perdant son rôle de neuf et demi, Bale ayant moins de liberté et Modric jouant trop haut. Au fait, où est Defoe ?

    Enfin, malgré cela, Arsenal a été très bien. Dommage pour vous qu’il ait fallu en prendre deux d’abord !
    J’ai quelques petites questions pour toi, père :

    Penses-tu qu’il s’agit-là du niveau réel de tes ouailles ? Walcott est-il vraiment ailier en fait ? (même FM pense que son vrai poste est avant-centre) Qu’est-ce que l’univers ?
    Est-ce que tu penses que le système tactique à trois milieux à Arsenal est immuable ? Je sais que certains diront que les systèmes sont limites culturels parfois, mais bon… L’idée est que je pense qu’il ne serait peut-être pas con de s’essayer à une organisation à deux pointes devant et d’avoir un vrai 6 et un relayeur au milieu pour alimenter les ailes (Disons Oxlade d’un côté et Benayoun pour compenser).

  2. Yeaaaaaaaaaaaaaaaah !
    Voilà pourquoi on aime Arsenal, les Spurs sont quand même pas troisième pour rien cette année, assez incroyable de voir comment ils se font dominés pendant tout le match sans aucun partage.
    A part Bale qui court vite, et Adebayor qui si il est un gros con, n’est quand même pas pas mauvais, je sais pas ou ils étaient passés les autres offensifs. Saha, j’ai pas souvenir de l’avoir vu toucher un ballon (j’ai commencé le match à la 15ème a peu près), Modric il vaut combien déjà ?
    Même à 0-2 j’étais pas vraiment dégouté, parce qu’ils pouvaient pas faire grand chose de plus que de jouer aussi bien, et ça

  3. Bon j’me suis fait niqué mon gros pavé de texte, alors juste merci Rosicky, Benayoun mieux sur l’aile qu’au milieu et bonne entente avec Rosicky (mais ça, tout le monde). Walcott heureusement qu’il y a les deux buts parce que sa première mi temps offensivement c’est une purge, je me suis dit si Wenger le sort pas à la mi-temps il est con, mais en fait c’est moi qui suis con.
    Par contre, Saha ? J’ai pas vu le premier 1/4 d’h, j’ai pas souvenir de l’avoir vu toucher un ballon, j’ai toujours eu des doutes sur ce joueur, je l’ai jamais vu faire des trucs exceptionnels.
    Adebayor est une petite pute mais il est pas mauvais, Bale court vite et plonge encore plus vite (un peu comme Walcott), Modric comme Saha.

  4. Content pour Rosicky, c’est un joueur que j’ai toujours apprécié.
    Bon par contre nous avoir foutu Tottenham en rogne juste avant qu’on les joue chez eux, c’est pas très sympa.

  5. Bah on compte sur vous pour marquer un vieux but de raccroc dans les arrêts de jeu après vous être fait dominer tout le match.

  6. 5 pour Walcott, heureusement qu’il met les deux buts sinon il serait avec la grande tige maracaine à faire le tapin

  7. Alalala, quel match mes aïeux ! Au fond du trou de la cuvette après le penalty honteusement volé par Bale. Les vagues n’ont cessés de déferler sur les buts de Friedel. Une tête de Poulpy pour le remettre dans le bain, et la main (son pied est une main en fait) de VP pour caresser le ballon loin de Friedel. La tête de Dirty Harry a la mi-temps est priceless. Et il a été sympa de changer de tactique en deuxieme, ca leur a permis de devenir invisible, sacré perf’.
    Et puis, Petit Mozart a enfin brisé le sort, quel plaisir. Il était partout sur le terrain.
    J’attend quand même le retour sur le coté droit de ma paire Poulpy-Poulpa parce que c’est la meilleure et qu’elle est drôle.
    Et big up a Walcott qui s’est pas laissé enterré et en claque 2. Il le dit en interview d’après match que Tonton lui avait glissé des mots, et il a su réagir.

    Le patch le plus exitant de la saison sans aucun doute.

  8. Désolé, la joie m’a fait taper comme un con sur mon clavier

    je disais donc : la putain de joie de sa race !!! Et je pèse mes mots et les burnes de Tonton d’avoir maintenu Walcott sous respirateur artificiel après sa première période pourrie, elle même directement issue de ces derniers matches indignes. Résultat, le Théo nous colle un doublé. Content aussi de voir qu’on prend la juste valeur de son boulot défensif, parce que ça, c’est un truc qu’il s’est toujours appliqué à faire cette saison, même au plus mal.

    Bon pour le reste, le Père est juste. Je serai cependant nettement plus élogieux pour Sagna, qui fait un match de dingue, dans la lignée de ses matches récents (avec un bémol pour celui du Milan il est vrai). Poulpy a assuré sur tout : les taquets, les relais, les centres et même les têtes. D’ailleurs, je ne vois pas en quoi sa passe à Rosicky est dégueulasse. Elle est juste parfaitement dans le timing. IL faut vraiment arrêter avec les légendes urbaines au sujet de ce joueur, qui est un putain de bosseur.

    Rosicky m’a foutu la trique encore une fois. Mais le pressing inexistant de Tottenham au milieu lui a grandement facilité la tâche. Pas sûr que toutes les équipes soient aussi généreuses.

    Reste à garder la dynamique, et à se venger du match aller contre Liverpool en déflorant les Reds à Anfield.

  9. La passe de Sagna pour Rosicky était effectivement un peu perrave, mais elle est contrée et ça devient parfait.
    Mais pour parler de ça, il est vrai que sa technique de centre est un peu dégueulasse à regarder, mais même si c’est pas le meilleur centreur du monde, ça reste très correcte, surtout que maintenant il centre pratiquement toujours pour un joueur au lieu de balancer dans le tas. Je pense que sa réputation est du au fait qu’a ses débuts c’était effectivement un de ses défauts, et que même maintenant que c’est devenu beaucoup plus efficace, c’est pas forcément beau a voir, et surtout quand il se loupe là c’est vraiment moisi.

  10. bravo les gunners….a chaque fois que je chambre en cours de match ils gagnent tjr….je pensais qu a 2 0 ct foutu pour eux!!!!bien mal m en a pris et respect….aller M U!!!!

  11. Ok on en met cinq, ok j’ai joui comme un puceau devant la ruée vers laure, mais j’ai pas trouvé l’équipe si magnifique que ça, et les notes, je m’excuse, mais le Per abuse de ses osties.

    van Perso plus perdeur de ballons que jamais, plutôt inexistant en dehors de son éclair de génie (qu’il aura cherché tout le long remarque, oubliant qu’il y a aussi d’autres joueurs de son équipe sur le terrain), tout comme Walcott, qui en dehors de ses deux buts, était aux abonnés absents. J’ai pas vu Benayoun réussir quelque chose, aussi des pertes de balles. Arteta, comme à son habitude, à droite, à gauche, en arrière, mais devant, c’est interdit. Le ballon vers l’avant c’est sheitan. Je veux bien que le Per juge les perfs défensives des joueurs, pour des joueurs défensifs et selon son placement sur le terrain, la note comptant pour une certaine partie du total. Bon, ok, disons que la combinaison du coup-franc était pas mal, dommage que ça passe pas le mur.

    Non, j’ai pas vu un match si extraordinaire que ça, réaliste oui, même si van Perso garde son taux de ratés habituels, disons que l’absence d’ailiers a montré que parfois on arrive à marquer nos rares occasions. Et encore, Theo aurait pu rater les deux.

    Bon, je vais pas faire dans le cul de tout le monde non plus, Sagna se remet gentiment à son niveau, et ça fait plaisir de voir enfin quelqu’un à ce poste, et puis Rosicky a réussi un bon match, ce qui logiquement signifie qu’il ratera le prochain.

    Trois points c’est toujours bon à prendre, Chelski va virer son coach et probablement claquer 70M au prochain mercato, ce qui me fait doucement sourire, et c’est bien la seule chose positive pour l’instant. Excusez-moi mon manque d’enthousiasme, mais il faut confirmer. Mais vraiment confirmer. Je vais tirer la tronche jusqu’à ce qu’on passe devant Tottenham, et rien avant ça ne pourra être parfait.

  12. Que dire sur l’un des matchs de l’année ?
    Ah oui, Walcott à 5, c’est abusé … Parce que ok, il a couru, bien plus que d’habitude, et il faut l’en féliciter, mais bon sang techniquement il a foiré des trucs ENORMES !
    Mais 4 quand même, parce que la volonté mérite récompense.

    Sinon Rosicky nous a tous mis à genoux et avec sa braguette ouverte, Van Persie nous a montré comment être encore plus un dieu (si il part vous êtes mort à Arsenal … Parce que le 2-2 à la mi-temps change tout !), et Benayoun est clairement plus fort que 10 Ramsey, alors soit sérieux Arsène, et fait le jouer … Quoi ils sont pas au même poste ? On s’en fou, met le quand même !

  13. Les matchs de Benayoun au milieu plaident plutôt pour des titularisations de Ramsey (en attendant le retour de Jacky boy, et il serait temps putain !).
    Sinon je te trouve dur PES, on a quand même archi-dominé le 3ème du championnat, ouais c’est vrai que c’est important de confirmer, mais c’est aussi important de montrer que même dans une saison difficile, et ben y’a toujours du talent dans cette équipe et qu’elle est toujours capable de de très belles choses.
    Mieux vaut avoir du talent et un manque de constance, que de la constance et un manque de talent, ça peut se corriger au moins.
    Juste pour dire à Roy Keane d’aller se faire foutre, si c’est ça la pire équipe d’Arsenal de l’histoire, et ben tant mieux.

  14. Ah oui, ça il peut y aller, comme le dit Tonton, beaucoup de gens n’ayant jamais entraîné une équipe ont beaucoup de choses à dire, mais faut-il vraiment en tenir compte? Il aurait pu aussi dire « oui », mais des fois faut pas trop le pousser Tonton.

    Je suis peut-être dur, mais j’ai du mal à m’extasier devant un RvP qui commence à avoir un melon à en avoir des oeillères, j’ai regardé un bout du match contre l’Angleterre hier soir, et je constate qu’en équipe nationale ça va pas mieux, il peut perdre trois ou quatre ballons en cherchant un trou où tirer, mais tant qu’il les aura pas perdus, il passera pas son ballon. C’est inadmissible à ce niveau là.

    J’ai vu des matches d’Arsenal beaucoup mieux que ça, bien plus plaisant, avec des ratés certes mais parfois dus à de grandes performances de la défense et du gardien adverses. Là on avait un Tottenham de bas étage, à se demander comment ces mecs ont fait pour se hisser à cette place, et si Arsenal domine, je suis désolé de constater que le jeu n’est pas au niveau de ce qu’il peut être à Arsenal.

    Bien sûr j’espère revoir une équipe qui se connait et qui commet le moins d’erreurs possible sur le terrain, retrouver un jeu vers l’avant surtout, où sont les Pirès, Overmars et autres Bergkamp?

    Quand l’équipe qui possède déjà les meilleurs milieux de terrain du monde vient encore chercher notre seul joueur capable de tenir la cohésion au sein de l’équipe, on était en train de perdre le fond de jeu, donc j’estime déplacé d’accepter de marquer de temps en temps cinq buts, tout en ayant les boules qui traînent parterre pendant 90 minutes à chaque match, parce qu’on sait jamais si on va s’en prendre quatre ou huit. J’ai appris cette saison que cette possibilité là existait.

    Tant que le problème du milieu ne sera pas réglé, rien ne sera bon, ce problème de constance ne sera pas près de s’améliorer. Il y a qu’à voir les périodes où Cesc était blessé ou en méforme, on se faisait ces matches où Arsenal n’était pas foutu de tenir un score. Si on trouve une quelconque constance avec ce fond de jeu là, ça sera pour arriver à ça, au mieux. Il faut dominer en faisant peur, pas dominer en hésitant avec une petite trace de caca dans le slip et en faisant des passes en retrait.

  15. PES, je te rejoins sur pas mal de point. Y compris (et pourtant, on sait combien c’est politiquement incorrect aujourd’hui) concernant Van Persie. Je pensais être le seul à penser ça du Batave (que j’adore et que j’espère voir encore longtemps sous ce maillot, je le précise tout de suite).

    Pour le reste, et notamment le fond de jeu, je pense que le match de dimanche doit être vu comme une marche, une étape de plus vers la consolidation de cet effectif. C’était peut être pas la fête du slip niveau jeu et animation, mais pour la première fois depuis longtemps, Arsenal a su appuyer là où ça faisait mal. Et ça, c’est bon signe, quoi qu’on en pense. Je suis confiant

  16. Pour ceux qui ne connaissaient pas et ceux qui se rinceraient volontiers la gorge avec le souvenir d’une époque où les guignols étaient très très bons, à consommer avec modération

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.