La Losc académie note Lille-Bordeaux (1-1)

Michel ne se rend pas compte.

La venue des Girondins au Temple ça rappelle l’été, où pendant que le Saint-Doux Evangelist Tour missionnait sur les routes de France, il fit une halte au stade Chaban Delmas à l’occasion de la seconde journée de Ligue 1 et du fameux derby de la Garonne contre Toulouse (1-2). Et pour ce qui demeure toujours une énigme à chaque fois que cela se produit, à savoir une victoire du TFC avec l’ouverture du score de Braaten et une passe décisive de Mansaré sur le second. Bordeaux c’est donc l’assurance de vivre l’imprévisible. Encore plus étonnante fût l’ovation réservée au nouvel arrivant bordelais. Alors que Michel Saint-Doux pensait voir débarquer le Pape en personne, étant donné qu’il n’avait pas vu pareille hystérie depuis sa dernière visite place Saint Pierre, il vit que celui qui s’apprêtait à entrer n’était autre que Modeste. La déception fut alors à la hauteur de l’attente, bien que la ferveur des fidèles bordelais fut sincère, et qu’à leur tour ils puissent se rendre compte au fil de la saison que leurs attentes, démesurées, ne seraient jamais comblées.

Alors que les deux équipes sortent de deux matchs plus que passables, on ne sait pas trop à quoi s’attendre en ce samedi soir de gala, puisqu’avant le match nous était offert un concert du groupe rock Tie Story, reprenant d’après le programme officiel « les plus grands standards de 1960 à nos jours. » C’est donc après une reprise quelque peu douteuse des Black Eyed Peas qu’arriva enfin l’heure des compos. Gervinho suspendu, il fallait bien lui trouver un remplaçant. Alors que l’on s’attendait à ce que De Melo soit titularisé, faisant ainsi glisser Moussa Sow sur un côté comme cela s’était déjà produit, il n’en fut rien. L’effroi s’empara alors de Michel Saint-Doux. Si De Melo n’est pas titulaire, Gervinho suspendu et que le schéma ne change pas, il ne donc peut en rester qu’un : Pierre-Alain Frau ! Sentant vaciller ses certitudes les plus solides, Michel Saint-Doux, pris de vomissements, décida que seule une bonne fricandelle-frite pourrait le remettre sur pied. Je profite donc de ces lignes pour remercier le docteur des âmes en peine, à savoir la friterie Momo. Passer la stupeur, il fallait bien regarder le match et espérer que jouer à dix contre onze contre les bordelais dès le début de la partie ne constituerait pas un problème insurmontable pour les croisés.

Le premier quart d’heure fut Bordelais, ponctué de quelques belles tentatives, notamment de Wendel. La suite fût plus équilibrée jusqu’à la mi-temps, même si les deux équipes éprouvaient moult difficultés à concrétiser les enchaînements intéressants qu’elles ébauchaient au milieu du terrain. La seconde mi-temps nous offrit un spectacle plus emballant, avec un beau but de Sow (lancé en profondeur par Cabaye sur le côté droit, il ajuste parfaitement sa frappe entre Carrasso et le premier poteau de celui-ci) pour ouvrir le score à la 58ème minute, sur la seule grosse erreur défensive bordelaise. Et sur l’une des nombreuses boulettes du nouveau Rami, celui qui ne sait plus jouer au foot depuis sa tentative de retournée contre la Croatie, les Bordelais égalisent sur corner à la 76ème, grâce à une tête de Savic, qui devance Sow sur l’action, comme un saintbole. Malgré une petite poussée lilloise en fin de match, le nul me semble bien refléter le match, cette équipe de Bordeaux m’ayant agréablement surpris, quand le LOSC baisse clairement de niveau depuis deux rencontres.

Si les autres matches voient revenir l’OM à un point, la victoire du PSG sur l’OL constitue une  bouffée d’oxygène pour mes petites brebis qui devront se réveiller à Lorient pour ne pas risquer de se transformer en chèvres. Et pendant ce temps-là le Racing coule…

Évidemment n’oubliez pas de suivre le LOSC pour sa demi-finale de coupe de France mardi soir, un match qui ne sent pas aussi bon qu’après le tirage au sort, étant donné qu’il est désormais la priorité de l’OGCN.

Les brebis :

Landreau (4/5) : Un début de match divin, où il s’opposa aux attaques adverses avec brio, déviant en particulier une grosse frappe de Marange. N’ayant pas revu le match  en vidéo et étant à l’opposé du corner bordelais, Michel Saint-Doux est incapable de vous dire si notre Ange volant est fautif, son don d’ubiquité étant parasité par le passage sur le terrain de PAF, qui crée des interférences avec ses pouvoirs psychiques.

Debuchy (3/5) : Encore un match solide, un joueur à la fois sobre et efficace, capable de centres acrobatiques de toute beauté et rassurant en phase défensive, quant il a eu le temps de revenir.

Rami (1/5) : Côtoyer Slaven Bilic porte décidément malheur. Laurent Blanc a loupé une finale de coupe du monde, Rami est entrain de rater sa fin de saison. Un Rami monégasque pendant le premier quart d’heure où il aurait pu de nouveau coûter un but à son équipe, puis il a inventé le Rami bordelais en concédant un corner stupide, qui nous coûte un but, alors qu’il pouvait largement dégager le ballon sur le côté.

Chedjou (3/5) : Un bon match. Il a prolongé cette semaine jusqu’en 2015, dans l’espoir que la saison prochaine un type avec deux pieds et un cerveau qui fonctionnent vienne le soutenir.

Béria (3/5) : Il s’est encore une fois beaucoup dépensé dans son couloir, mais à force de vouloir trop attaquer il a laissé quelques espaces dans son dos aux ailiers bordelais, en particulier à Ben Kalfallah. Il semble se libérer de plus en plus, ce qui ne peut être que positif.

Mavuba (3/5) : Démontre encore une fois ses facultés à défendre intelligemment tout en essayant d’apporter un plus offensivement. Un peu plus de percussion en attaque ne serait en aucun cas nuisible au jeu lillois. Indispensable guide du milieu.

Cabaye (2/5) : Offre la passe décisive à Sow mais semble encore une fois un peu en dedans. La lumière doit venir de lui, et quand il est éteint on souffre.

Balmont (L’Elu/5) : La quête du Graal, dont il est l’Élu sensé le ramener place de la République afin que nous puissions festoyer dans l’ivresse et l’allégresse, semble quelque peu lui peser. Néanmoins, il s’est encore battu avec foi pour empêcher les impies de nous terrasser chez nous. A même obligé Carrasso à une belle parade sur une frappe lointaine en seconde période, quand en première mi-temps il avait frôlé le poteau.

Hazard (3/5) : Il a semblé un peu limite physiquement. Il a eu beaucoup de mal à enchaîner les dribbles et a limité ses replis défensifs au minimum vital. Mais quelques fulgurances qui sauvent sa moyenne.

Frau (0/5) : Michel Saint-Doux, pour la première fois, puisque d’habitude c’est lui qui écoute toutes vos conneries sur votre femme et vos problèmes au boulot le mardi de 9h à 13h à la Treille, passe à confesse. PAF il ne l’aime pas, ne l’a jamais aimé et ne l’aimera jamais. Je sais bien qu’un homme d’Église se doit de chérir toutes ses brebis, même les galeuses mais quand même faut pas pousser. Maintenant je vous comprends, c’est vrai que ça fait du bien.

Sow (3/5) : Une occasion, un but. Si l’on excepte ses dribbles où il marche sur le ballon, ses contrôles de 3 mètres ou encore ses difficultés dans le jeu aérien, on retient donc un joueur capable de nous enflammer sur une belle course en profondeur, une prise d’information aussi rapide qu’efficace ainsi qu’une frappe chirurgicale, comme on dit dans l’armée.

Les remplaçants :

De Melo : Il a remplacé qui vous savez, donc a reçu ma gratitude éternelle. Malheureusement, ce fut à peu près son seul geste technique à retenir du match.

Obraniak : Je ne me souviens même pas l’avoir vu rentrer.

Le Prophète :

Rudi, le ciel te serait-il tombé sur la tête ? Quel est donc le Judas qui te sert de conseiller et t’as soufflé le nom de Frau pour remplacer Gervinho ? Je ne vois que son agent en qui Belzébuth se serait incarné.

Les infidèles :

Les académies de Claude Pèze ne me laissaient pas présager une telle prestation. Wendel le premier quart d’heure, puis Marange ou Diarra tout au long du match ont attiré mon regard. La charnière Savic-Fernando a aussi été plutôt solide dans l’ensemble.

Le parcage visiteur :

«Ta mère, c’est ton père batârd ». Si un Bordelais pouvait me traduire cette insanité, je lui en saurai gré. En même temps je me demande si le supporter incriminé n’était pas un membre des « borde l’Aisne », auquel cas si un type de ce département pouvait intervenir. Le pauvre spectateur lillois victime de cette saillie ne s’en est toujours pas remis et pense à quitter sa femme, qui est aussi sa mère et pourrait par conséquent être son père.

 

 

8 thoughts on “La Losc académie note Lille-Bordeaux (1-1)

  1. «Ta mère, c’est ton père batârd ». Si sa mère est son père, cela sous entend qu’il est sorti d’un orifice anal, donc que c’est une merde.

    Une autre question ?

  2. Si c’est un bâtard, c’est qu’on sait pas qui est son père, or, si son père est aussi sa mère, il est orphelin. Pauvre garçon. Ou fille. Ou les deux.

  3. l’OM et L’OL mettent la pression au LOSC pour le titre et cela fonctionne très bien…….

    Vraiment dommage, le LOSC pouvait creuser l’écart

  4. On est improbables! Le week-end prochain on prend 3-1 à domicile par Saint-Etienne avec un doublé d’Alonso et un but de Sall.

  5. Eden, quand comprendras-tu que dans le football moderne, un offensif doit aussi défendre ?

    Garcia: »Ce petit merdeux n’en fait qu’à sa tête »

    Seydoux: »Mon petit, continue comme ça, on pourra te vendre 30 milliond d’euro »

  6. Se dirige-t-on vers un remake de LOSC : Les Disparus ? Avec john locke balmont et Rami dans celui du pauvre jacob, mort si près du but …

  7. Etant un fervant supporter du LOSC, ça me gave de voir une équipe manquant autant de réalisme.
    Ils ont la meilleure équipe depuis des décennies mais là c’est trop….

    Les joueurs qui me font rager sont:

    -Rami, je sais pas si l’équipe de france ou son futur club qui le rend comme ça….. mais là maintenant, il se croit au Club Med actuellement

    -Hazard, malgré ses qualités, n’en branle pas une à l’entrainement et défendre, il connaît pas ce mot.

    -De Melo, il est réellement au Club Med

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.