la Losc académie note Lille-Rennes (3-2)

Michel Saint-Doux domine les débats.

Et voilà s’en est fini de cette saison historique pour le LOSC, qui, seule ombre au tableau, ne terminera pas meilleure défense du championnat, après un match sympathique contre le Stade Rennais conclut sur une victoire 3-2. Le LOSC obligeant par la même occasion les Rennais à un voyage abracadabrantesque en Ouzbékistan, ou toute autre joyeuse contrée, pendant le mois de Juillet.

Les Bretons ont pourtant réalisé une prestation correcte, face à des brebis visiblement encore bien éméchées (n’est-ce pas Aurélien ?), mais ça n’a pas suffi pour contrer la faim de buts de Sow qui s’est arraché, avec l’aide de ses coéquipiers bien décidés à lui offrir le titre de meilleur buteur, pour inscrire un triplé, son troisième de la saison. Tout d’abord un penalty à la 35è, qu’il s’était procuré tout seul comme un grand et a expédié d’un grand coup de tatane sous la barre de Douchez, puis une belle frappe croisée côté droit sur une non moins belle passe de Hazard à la 61è et pour clore le Show Sow (merci les journalistes ô combien sportifs) une offrande de Gervinho, après un magnifique décalage de Frau (c’est dur à écrire) à la 76è. Bien que le match fût joué en mode baba cool, c’est à une agréable soirée que l’on a assisté au Temple, les deux équipes souhaitant visiblement offrir du spectacle aux fidèles de l’endroit. A peine peut-on regretter les quelques atermoiements des Rennais au moment d’effectuer certaines interventions disons « musclées ». Mais le temps était à la fête, et si la cérémonie protocolaire de remise de l’hexagoal a trop duré, la surprise promise par Rami en fut vraiment une, et le mi-feu d’artifice mi-show laser un régal pour les yeux. Sans compter le tour d’honneur des joueurs et plus particulièrement celui de Cabaye, en retrait du reste du groupe. Si l’on savait qu’il partirait, sa destination peut surprendre. Le Saint-Doux ne s’épanchera pas plus sur la question, qui risque d’agiter le landerneau lillois pendant encore quelques temps.

Et je souhaitais m’associer, en bon prêtre charitable que je suis, à tous les soi-disant « footix lillois qui connaissent rien au ballon putain je suis dégoûté moi ça fait 20 piges que je me gèle les couilles » et leur adresser toute ma gratitude pour les célébrations qui ont remué la ville ces dernières semaines. On a le droit, même si on ne suit pas l’actualité du foot à chaque seconde de son existence, d’être fier de l’équipe de sa ville, de se saouler lorsqu’elle remporte des titres. Lille n’est peut-être pas une ville de foot (encore que j’ai du mal à trouver un sens à cette expression, surtout dans notre pays) mais c’est une ville qui sait reconnaître ses champions, les fêter avec amour, dignité et qui mérite que cela continue encore longtemps. Et au passage, moi-même étant âgé d’une petite dizaine d’années au moment de la Coupe du Monde 1998 (maudits soient mes parents, ces salauds, pouvaient pas anticiper un peu merde!), je souhaiterais m’excuser auprès de tous les vrais mecs qui connaissent le football mieux que quiconque, puisque je suis de la génération footix et que je mériterais d’être vilipendé en place publique pour cette trahison à la patrie football.

Enfin, pour ce qui est du technico-tactique, j’espère être en mesure de vous fournir au plus vite un bilan de la saison, et en attendant voici les notes du match.

Les brebis :

Landreau (4/5) : Il effectue plusieurs parades déterminantes avant de se faire fusiller par la patte folle de Chedjou. Lâché par sa défense sur le second, il ne peut rien sur la frappe de Montano. Il a mérité de bonnes vacances.

Debuchy (4/5) : (voir précédentes académies) + je ne comprends vraiment pas comment il peut ne pas être retenu en EDF.

Rami (4/5) : +1 pour son show en fin de match et sa teinture. Sinon il a fait son match, intervenant promptement pour, une fois n’est pas coutume, sauver les meubles lorsque Chedjou continuait d’enchaîner les moonwalks entamés samedi soir dernier et pour le lancement de son site officiel ce vendredi.

Chedjou (2/5) : Un but contre son camp, quelques trous d’air défensifs, en fait son plus mauvais match de la saison pour finir celle-ci. Espérons que l’année prochaine ne lui vienne pas l’envie de se lancer dans les affaires et de fêter ça chaque vendredi soir.

Béria (3/5) : Quelques errances dans le placement en défense, sans conséquences heureusement, et toujours une intense et presque efficace présence en attaque. Et ses dents, le Saint-Doux en fait des flaques.

Mavuba (3/5) : La consécration, avec un tube dédié à son nom par Cazarre, Julien de son prénom, et l’honneur de soulever le deuxième trophée du club cette saison. Espérons que notre Captain Flandres n’a pas fini de se faire les bras avec des trophées.

Cabaye (2/5) : Pas trop dans le rythme, souvent transparent sur les offensives rennaises, il a au contraire de ses dernières prestations voulu plus pesé offensivement, sans vraiment en avoir les capacités physiques. Et le Saint-Doux n’a toujours pas envie de parler de son départ à Newcastle.

L’Elu : Il est revenu, il a revu, il a revaincu.

Hazard (4/5) : Bien qu’il ait été plus malheureux qu’à l’accoutumée dans ses dribbles, il s’est adapté, a beaucoup bougé sur tout le front de l’attaque et a fini par délivrer un caviar à Sow sur le deuxième but de l’équipe. Prépare-toi à suer jusqu’au 31 août, fidèle lecteur.

Gervinho (4/5) : Un bon gros match comme le Saint-Doux les aime. Il a beaucoup percuté et offert nombre de solutions, à l’image de Hazard. Et sa passe pour Sow est un modèle d’altruisme et d’amour d’autrui. Il efface Douchez et patiente tranquillement avant d’envoyer une passe millimétrée pour le troisième but du meilleur buteur de Ligue Sainte alors que le but est grand ouvert. La classe.

Sow (5/5) : Il a évolué avec le mords entre les dents et ses coéquipiers n’ont pas osé tenter de marquer au cas où il les morde. Trois buts donc qui le porte au sommet du classement des meilleurs buteurs avec un total plus qu’honorable de 25 buts bien que ce ne soit pas le meilleur attaquant de Ligue Sainte. Et en plus, lui, il les transforme les pénaltys. Michel Saint-Doux n’a jamais compris pourquoi le Prophète s’entêtait à faire tirer Cabaye ou encore Debuchy quand, devant, on a Sow, Gervinho et Hazard. M’enfin des problèmes de riches tout ça.

Les remplaçants :

Frau (Au revoir/5) : Il part sur une bonne note, avec une passe sublime pour Gervais sur le troisième but et un enchaînement j’élimine trois défenseurs et j’enchaîne une frappe sur le poteau qui méritait d’aller au fond. Il est tout de suite rentré dans le moule, alternant remises subtiles et raids destructeurs. Dommage qu’il comprenne comment joue le LOSC pour le dernier match de la saison et de sa carrière dans cette équipe.

Dumont (non noté) : bah ouais ça sert à rien.

De Melo (non noté) : Il est rentré pour saluer le Saint-Doux qui l’adore. Merci Tulio.

Le Prophète :

Il nomme, trop tard, Sow pour tirer les pénaltys et gonfler son nombre de buts. En général, ne change pas la façon de jouer de l’équipe mais plutôt son état d’esprit. Toute l’équipe cherchant plus que jamais à trouver Sow bien placé.

Les infidèles :

Le Stade Rennais a effectué une belle entame de match, bien aidé par l’apathie initiale des Lillois mais a ensuite levé le pied après l’ouverture du score. On a eu l’impression que la motivation pour éviter un tour préliminaire en juillet ne l’a pas emporté sur celles pour se dorer la rondelle au plus vite dans quelque pays chauds aux mœurs légères. Pour ce qui est des individualités, Brahimi nous a offert quelques gestes de classe mais a été un peu gourmand au moment de finir ses actions, Dalmat est apparu furtivement en seconde mi-temps sur un joli contrôle orienté qui efface un défenseur lillois puis est retourné aux abysses, Mandjeck fait peur (et pas seulement pour ses cheveux) puisque le Saint-Doux a bien cru que l’un de ses protégés allait s’asseoir à la droite de Dieu plutôt que prévu suite à ses interventions, Mangane est costaud et pour finir Boukari et Montano ont bien emmerdé Chedjou pendant sa sieste, surtout en première mi-temps.

Le parcage visiteur :

A l’image des Sochaliens il y a dix jours, les supporters rennais ont salué avec respect et ferveur les joueurs lillois pendant leur tour d’honneur, lesquels le leur ont rendu, les applaudissant en retour pendant quelques secondes. Il faut dire que leurs propres joueurs n’ont pas daigné venir à leur rencontre pour le dernier match de la saison. Sinon les supporters les plus éclectiques que j’ai pu croiser au Temple, avec une dizaine d’ultras qui donnent de la voix au bas de la tribune, des p’tits jeunes enthousiastes au milieu et des bons pères de famille posés, parfois en couple, en haut. Et le Saint-Doux il aime ça quand tout le monde se rassemble, jeune et vieux, hommes et femmes, dans un lieu grillagé d’où l’on ne peut s’échapper. Ça lui rappel Saw, quand les supporters du SRFC ont vu bien pire hier soir, Sow.

 

szólj hozzá: Lille 3-2 Rennes
 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.