La Merlus académie note Lorient-Auxerre (1-1)

Tristan Bourrepif ne s’est pas laissé(e) violer.

Etranges sont les sentiments laissés par cette rencontre. Lorient-Auxerre, c’est surtout les vieux démons qui resurgissent au départ. La défaite lors de la dernière journée de la saison précédente qui renvoyait les lorientais en deuxième partie de tableau notamment. Alors on se dit que c’est l’occasion de laver l’affront, avec la perspective d’enchaîner une deuxième victoire consécutive à domicile et de se rapprocher du podium.

Dans l’équipe type, au retour d’Audard il faut soustraire l’absence de Mareque. Baca reprend le poste d’arrière droit, tandis que Coutadeur éjecte Monnet-Paquet du 11 de départ. Et les intentions sont bretonnes. Beaucoup de mouvements, notamment sur les côtés avec Jouffre et Coutadeur. Devant, Aliadière redescend aider à la construction, et Emeghara se charge des appels en profondeur. Le problème est hélas toujours le même : la possession est inefficace et le danger finalement inexistant. Effectivement, si la défense auxerroise souffre entre le rond central et sa surface de réparation, elle n’a aucun mal a repoussé les attaques lorientaises une fois dans la surface de « vérité ». C’est jouer avec le feu me diriez-vous et il s’avère que vous auriez raison.  A la 24e minute, Jouffre déborde de nouveau, temporise, centre en retrait pour Romao qui, a l’entrée de la surface, crochète, et frappe en force. Le ballon n’est pas capté par Sorin, seul Emeghara a suivi (remake de Douchez-Coquelin), et prouve ainsi qu’il peut aussi être un renard des surfaces. La passivité auxerroise me fait croire à un bon soir, même si les icaunais ont montré de jolies capacités de contre.  La mi-temps se finit sans qu’aucune des deux équipes ne fassent à nouveau la différence malgré diverses opportunités. Pour Lorient, il est alors trop tard. La seconde période présente un schéma inversé. Ce sont les hommes de Fournier qui semblent dominer, pendant que les lorientais s’endorment et commettent de nombreuses maladresses, que ce soit en attaque ou en défense. La sanction tombe, Audard ne pouvant pas tout arrêter non plus. Couverture de hors-jeu combinée avec une air-défense pour le combo de Bourillon, CUS d’article flatteur sur sa personne dans L’Equipe du matin (ou CUS de Ciani), qui en essayant ensuite d’intervenir oriente Le Tallec dont le crochet trop long emmène parfaitement le ballon pour la frappe d’Oliech (putain…). A noter qu’en première période BEM avait fait la même mais là le but avait été évité, CUS de Boubou fait toujours les plus grosses.

Du coup j’ai bien stressé jusqu’à la fin du match, et ces sentiments étranges cités en préambule sont ceux naissants du mélange du soulagement, de la déception et de la frustration. Lorient, avec 12 points, reste tout de même dans les équipes ayant fait un début de saison plus qu’honorable en matière de résultats.

Les notes :

Audard (5/5) : Le patron est de retour. Il a repoussé toutes les frappes auxerroises (dont les désormais habituels scuds de Traoré) à part celle d’Oliech, sur laquelle je n’ai même pas envie de lui enlever un point.

Baca (2/5) : C’est pas sur ce genre de match qu’il va se révéler comme LA solution au mystère Sagna en équipe de France. Et à l’échelle bretonne, ça donne une concurrence toute pourrie avec Pedrinho.

Bourillon (1/5) : Ah nan tu fais chier Boubou ! Tu veux que je réclame ta place dans le onze anal aussi, c’est ça ? Je te l’ai dit pourtant que ça servait à rien sur le CV et que c’est pas ça qui va donner des regrets à Paris. Putain je déconnais la dernière fois avec la boulette qui met en valeur le goal, c’est pas cool.

Ecuele-Manga (2/5) : Dans une défense bien fragile, il n’a pas sur redresser le niveau. Sa méforme en est même plutôt l’explication.

Le Lan (2/5) : Un début pas mal avant de disparaître de façon bien malvenue.

Romao (2/5) : On l’a vu monter en première mi-temps et être impliqué sur le but, mais on ne l’a pas assez vu en seconde là où on l’attend le plus, à son poste de milieu défensif devant colmater les brèches (9 ballons récupérés, bien peu comparés aux 18 de Cissé en face). Résultat, un Lorient déséquilibré et dominé.

M’Vuemba (2/5) : Il est le joueur qui a le plus touché de ballons (85) et a soigné ses statistiques de passes (90% de réussite). Pourtant rien d’exceptionnel de sa part ne me revient en mémoire, donc il ne mérite pas la moyenne à mon goût.

Jouffre (4/5) : Provocateur, dribbleur, passeur, avec en bonus ses transversales pour Coutadeur, il a été un poison déroutant pour les auxerrois. Moins en vue en seconde période, pendant laquelle il a été remplacé par Monnet-Paquet.

Coutadeur (3/5) : Moins actif que son coéquipier à droite, il a été tout de même l’auteur de quelques actions qui ont mises à mal la défense des visiteurs. Il a tenu son poste quoi…

Aliadière (3/5) : Quels sont les mots ? Valeureux, courageux, volontaire…laborieux…Bref, il a également tenu son poste sans réussir à trouver la faille cette fois-ci.

Emeghara (3/5) : S’il n’est toujours pas intégrer de façon optimale à l’équipe, il peaufine déjà ses stats. Deuxième but en trois matchs….

Les remplaçants :

Emeghara par Campbell (61e et NN) : Déjà, sa rentrée coïncide avec l’égalisation adverse. Ensuite, on ne l’a pas trop vu en 30 minutes, si ce n’est pour rater le coup franc de la dernière chance. Pas de chance.

Jouffre par Monnet-Paquet (67e et NN) : RAS je crois.

Aliadière par Sunu (78e et NN) : Le troisième larron du 31 août est celui qui joue le moins… Bon…Rien à redire là-dessus pour le moment.

Tristan Bourrepif  n’est pas un salopard, il vous offre les deux buts, et se demande à quand le retour de l’académie Auxerroise… Des volontaires ? Ecrivez à chefredac@horsjeu.net

L’ouverture du score des merlus

L’égalisation des auxerrois

4 thoughts on “La Merlus académie note Lorient-Auxerre (1-1)

  1. En effet on est dans le dur en ce moment. Certes les résultats suivent, mais dans le jeu on est moyen.

    Laissons le temps à cette équipe d’intégrer et digérer l’arrivée des nouveaux joueurs, et on devrait avoir un truc sympa d’ici peu!

    J’suis pas encore allé au Moustoir cette saison, mais je pense y aller d’ici peu histoire de me faire une idée plus précise!

  2. Miyaichi était parti en prêt l’an dernier parce qu’il n’avait pas de permis de travail, maintenant qu’il l’a cette saison, il allait pas être reprêté.

  3. Campbell étant cette fois-ci dans cette situation, ceci explique effectivement cela.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.