La Paillade académie note Auxerre-Montpellier (1-0)

Marcelin a eu une indigestion.

«Rien n’est si insupportable à l’homme que l’ennui.» disait notre ami Blaise Pascal et foutre Dieu qu’il a raison ! L’ennui s’immisce dans des moments où la joie semblait se profiler, où l’on se voyait déjà courir nu dans un pré d’herbes folles à chanter la digue du cul au son du clairon de l’ami Maurice. L’ennui, c’est une chape de plomb s’abattant sur votre pauvre petite tête de crédule de mes deux qui pensait, à tort, que c’en était fini de toutes ces conneries. « Bullshit » dirait un amerloque… Ouais, bullshit, Marcelin va se mettre à l’english, histoire de pouvoir apprécier de vrais matches de foot.

Marcelin étouffe devant son téléviseur, s’affale dans son vieux sofa au fil des minutes, la bouteille de Porto se vide et Marcelin pleure. Marcelin n’en peut plus de voir ses petits jouer comme en CFA, comme des branquignols dans la cour de récré d’une léprerie… Marcelin a vraiment été touché, affecté par ce non-match qui lui a usé l’estomac, encore que déjà dans un sale état à cause des montagnes de cacahuètes mélangées au Porto ingurgités. Marcelin est lessivé, et pense à la retraite, à se retirer du monde du football tellement il en a plein le cul de voir des tarlouzes s’échanger des ballons en mousse en même temps que des tapes sur le tapanari (comprenez cul). Marre de toujours se coltiner les mêmes sénars à deux pets de lapin, de voir l’attaque aussi active que Massimo dans son hamac, et de voir la défense se liquéfier au fur et à mesure des matches comme les selles de Marcelin au fur et à mesure des cuites. Le Sud, c’est le sang chaud, la passion mouillée de sueur virile, le corps entier chauffant au soleil de plomb et et au son des cigales, pas un espèce de numéro grandiloquent de trois tapettes qui bougent comme un obèse devant un repas Weight Watchers. C’est dur de dire du mal des petits, mais là Marcelin n’en peut plus, l’impertinence et l’hypocrisie ambiantes sont trop insupportables pour qu’il ferme sa grande gueule d’outre à vinasse ambulante.

On pouvait jouer l’Europa mais en fait on ne le voulait même pas, certains osent persister à parler de maintien. On n’a pas plus d’ambitions qu’une chèvre diabétique qui sait bien que son lait c’est de la merde mais qui voudrait quand même faire du Pélardon comme les copines. Tout le monde sur le terrain semblait s’être trouvé une passion pour le concours du sosie le plus crédible de Gros Cul/Camara, (heureusement, on apprend pas au Gros Cul à faire la grimace). Il faudrait peut-être arrêter de la jouer petit bras, et se sortir les doigts du cul pour faire autre chose que trois quarts de saison puis plus rien.

Le MHSC ne répond plus, y a t-il un docteur dans la salle ? Tant qu’on y est, y a t-il aussi un urologue, Marcelin voudrait un valium.

Mr Nicollin et son fils avaient porté leur préférence sur le banc du club de foot plutôt que celui de Fabien Galthié à Yves du Manoir. Manque de pot, ils se sont fait chier comme des rats génocidés et le MHR pendant ce temps glanait son ticket pour les barrages du Top 14. Marcelin va peut-être se mettre au rugby, ne serait-ce que pour la troisième mi-temps, pas con tiens !

L’analyse marceline est certainement pessimiste et cynique direz-vous. Marcelin vous donne tout à fait raison et aurait pu mettre de l’eau dans son vin (beuurrrk!) si on n’avait pas pris un pion et surtout si on avait pas perdu. Au moment du but tout con de Contout, Marcelin n’a même pas enragé ni cassé son verre comme d’habitude. Non, il a juste poussé un profond soupir de tristesse et de lassitude et a cassé son verre ensuite, histoire de pouvoir ouvrir les nouveaux que la Mireille avait acheté chez les tarlouzes de Suédois.

Allez, voilà les notes, sinon Marcelin pourrait vous tenir la jambe (et juste la jambe) toute la nuit avec sa mélancolie.

Les branquignols, pieds cassés, culs de jatte, pélerins, cas sociaux, restos du coeur, secours catholique qui servent d’équipe première:

Jourdren (1/5) : N’a pas eu grand chose à faire et ne l’a pas fait correctement. Quelques sorties qui avaient de l’allure et une cagade qui semblait tout droit sortie des ballets russes. Un tutu peut-être ?

El-Kaoutari (1/5) : Défenseur chevronné, une présence physique impressionnante et des récupérations intéressantes. Oui, Marcelin déconne, voilà la vraie analyse : Rien à voir, rien à faire, rien à foutre.

Yangambiwa (1/5) : Marcelin en connaît un qui veut pas aller jouer en Allemagne. La Ligue 1, c’est quand même plus peinard.

Stambouli (1/5) : Doit son unique point à son bon début de match. Doit l’absence des quatre autres notamment à sa passe décisive pour Contout.

Jeunechamp (2/5) : Le meilleur montpelliérain sur la pelouse avec Dernis. Des bonnes récupérations et montées qui ont permis de porter le danger dans le camp bourguignons… dans les quatre minutes d’arrêt de jeu.

Estrada (1/5) : Toujours plus ou moins efficace en tant que milieu défensif capable de remonter vite le ballon ou de lancer des bonnes ouvertures vers l’attaque. Et toujours aussi inconstant dans la qualité de ses CPA.

Saihi (1/5) : Un bon moment passé sur la pelouse de l’Abbé-Deschamps. Jamel a pris des photos de la campagne bourguignonne et s’est éclaté à batifoler dans les herbes sauvages. C’était beau, mais pour un clip de Mylène Farmer. Pour le foot, faudra repasser ou changer de métier. (remplacé par Marveaux)

Belhanda (1/5) : Il a bien commencé, mais a fini par être submergé par le manque d’envie de ses coéquipiers qui ne semblait pas enclins à le suivre, dommage. (remplacé par Kabze)

Camara ( – 1 534 456 567 870 /5) : La nullité a fini par s’incliner devant plus fort qu’elle. Le zéro veut son autographe. L’infini négatif commence à flipper, et le ridicule est son nouveau sponsor : voici le Gros Cul, par delà le temps et l’espace. (remplacé par Koïta)

Dernis (2/5) : Il a deux pour l’envie, une chose qui se faisait rare voire absente. Et il a tiré sur le poteau, ce qui a permis à Marcelin de se réveiller en sursaut, croyant que Montpellier allait enfin faire savoir ce samedi qu’il avait un club de foot. Peine perdue, on a juste des pingouins qui tentent un curling sur du gazon.

Giroud (1/5) : Amorphe, apathique, immobile, la grande Olive s’est faite dénoyautée et ses plongeons répétés ne lui ont pas permis de se distinguer pour la Lucque d’Or.

Ils sont entrés et… rien n’a changé:

Marveaux : Hey salut Joris ! Hein ? Tu fais que passer ?

Kabze: Hassan Salih est un Camara qui s’ignore, ou qui s’assume.

Koïta: Il a mis un très beau but contre Ajaccio en Coupe de la Ligue.

L’arbitre:

Tiens, revoilà Kojak! Mais cette fois, il a changé de métier, il fait dans la psychologie maintenant.

Il papote, et si la discussion ne l’a pas satisfait, hop! Biscotte!

Bonus:

« Bonjour! Je suis un ultra d’Auxerre » : crédible ? Pas crédible ?

« Ce match est une insulte à tous ces gens qui ont payé leur place » dixit Thierry David, le commentateur de Foot +. Deux choses. Marcelin est d’accord que ce match est une insulte. Mais Marcelin se demande : ils ont autre chose à foutre à Auxerre, un samedi à 19h?

Le Bonus du Bonus:

Rejoignez la Paillade Académie sur Facebook! Parce que plus on est de fous…

 

Le bisou vigneron,

Marcelin.

3 thoughts on “La Paillade académie note Auxerre-Montpellier (1-0)

  1. Quelle fin de saison mon pauvre Marcelin…Puis ce Camara, pas plus de classe que de beurre au cul! Et pourtant y a la place…

  2. Encore pleuré de rire, comme d’hab.
    Sur une plage de sable fin, Gros Cul et Hassan Turkish Kebab Premium courent et battifolent dans l’eau. Des ballons d’enfants tournoient comme de joyeux starlettes pailladines sur un terrain de beach volley (fuckin’ bitch). Le premier voit au loin ce qui semble être dauphin. Le second répond: non, c’est juste Geoff, il essaie d’attraper un cerf volant.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.