Lille-Brest, ça aurait pu être un match symbolique, l’unification par Martine Aubry et son fidèle Benoit Hamon de deux régions taxées d’alcoolisme en vue d’une campagne présidentielle au goût de houblon et moules-frites bien prononcé, mais François Hollande passant par là en décida autrement, ce sera donc uniquement le match Orange Sport de la 15e journée, Lille est 3e et son attaque continue de terrifier la ligue 1 mais la réussite fuyant les dogues les empêche d’être au niveau du PQSG et du surprenant (vraiment?) MHSC. Brest n’est plus le leader qui rendait visite joyeusement à Michel Seydoux avant de se faire punir par un 3-1 qui aurait pu être bien plus douloureux et sévère sans l’intervention magique de Poyet . Messi ou Ronaldo (le faux) mettent le même but ils sont ballondoro subito comme Jean Paul II.

Placé 4 jours après un déplacement sûrement éprouvant pour les Lillois dans la fraîcheur russe et une belle victoire les relançant complètement dans la course à la qualification, ce match arrive au bon moment pour les Brestois, dans une bonne dynamique malgré le faux pas à Nancy, ils vont jouer contre une équipe fatiguée et diminuée par les blessures et méformes de certains joueurs mais qui peut toujours compter sur des joueurs de talent. Il est surtout important de ne pas tout perdre dans ce match : début d’une série importante pour les Lillois et indirectement les Brestois, sur les 5 prochains matchs ils vont jouer Brest, Nice, Dijon, Ajaccio et le PSG, en cas de mauvais résultats le gros Ménès devrait lâcher un de ses célèbres : « Lille c’est déjà fini ? » La pression est donc sur les nordistes et dans le gosier de Mèch, mais aussi un peu sur les Brestois qui devront faire mieux que Dijon Ajaccio et Nice concurrents directs pour le maintien.

Côté Brestois le 433 devrait être reconduit malgré la nouvelle blessure de Touré, Poyet prenant sa place sur l’aile droite, le milieu Culma-Licka-Grougi devra faire face à Mavuba-Balmont, une paire de nabots talentueux qui les ont bien accrochées. Le jeune Gueye est absent pour fracture de la main, et Pedretti est incertain pour blessure à la hanche, sûrement un accident de chaussette pour le blondinet, ou une séance de fist fucking mal maîtrisée par les deux acolytes du milieu lillois.

Basa toujours pas remis de blessure c’est Rozehnal qui occupera l’axe Lillois aux côtés de Chedjou, le Tchèque sera-t-il le maillon faible à exploiter pour que Roux retrouve enfin le chemin des filets ?

Côté défense toujours 4 centraux devant Elana, Lorenzi occupant le flanc gauche sera à surveiller Hazard, Payet, Cole et Debuchy étant annoncés comme susceptibles de passer dans sa zone.

Lille restant sur une série de 3 nuls en ligue 1 alors que Brest vient d’en gagner 2 sur 3 entrecoupés d’un désastre à Marcel Picot, l’âge du capitaine étant 42, celui de la prostituée thaïe préférée du capitaine 11 à + ou – 2ans selon l’alcoolémie et l’éditeur toujours aussi bel homme, ce match finira sur un nul, Lillois et Brestois semblant apprécier ce partage avec respectivement 7 et 9 partages des points, Mèch signe et apporte les moules, laissant ses amis nordistes s’occuper du houblon.

 

Le Match

On débute, avec non pas Poyet mais Lesoimier côté droit de l’attaque brestoise, Obraniak et De Melo sont titulaires pour faire souffler Cole et Sow.

On joue la première minute, et Roux se bat pour récupérer un ballon qu’il transmet à Ben Basat pour la frappe, sans danger pour Landreau. Ben Basat bien lancé par Zebina trouve ensuite Roux à son tour, ça commence bien pour les Brestois.

S’en suit une succession d’attaques nordistes, Brest ne touche plus le ballon, Balmont règne dans l’entre-jeu. Suite à une faute de Baysse, Hazard sur coup franc met Elana au travail.

Ben Basat dans un surplus d’engagement prend un jaune pour une faute sur Obraniak, Garcia commence ses plaintes.

Balmont, encore lui, on joue la 10e, feinte et décale Beria pour un bon centre que De Melo tente de transformer d’une talonnade, c’est à côté, sur l’action qui suit Payet décroche sans être suivi, s’appuie sur De Melo qui lui remet dans l’axe, il enroule sa frappe du gauche et nettoie la lucarne d’Elana qui ne peut rien.

Mèch ne peut qu’applaudir l’enchaînement de l’ancien stéphanois et la remise de De Melo, le but récompense l’écrasante domination lilloise et leur jeu en mouvement très impressionnant.

Et ça continue les Dogues ne lâchent rien, les ballons sont tous perdus rapidement au milieu de terrain, Zebina est le seul à surnager. Licka et Lesoimier sont au café, Baysse et Lorenzi souffrent face à la vitesse des ailiers adverses, Martial est en difficulté face à De Melo mais s’en sort bien.

De l’autre côté, Landreau s’emmerde, Rozenhal décide de lui offrir du travail en séchant Roux sur un ballon peu dangereux. Grougi rate son coup franc mais Zebina qui a suivi au deuxième poteau remet dans le paquet, Roux tente une frappe en pivot moisie.

On joue la 23e minute, blessure de De Melo. Prix Sans Déconner du jour. Sow entre.

29e, corner pour Lille, Hazard vient demander le ballon, se promène, se dégage des défenseurs et envoie une mine sur la barre d’Elana qui ne pouvait rien faire. Le streaming a quelques moments de ralenti, les joueurs brestois aussi.

Dans la foulée Ben Basat réalise un grand pont sur Debuchy puis, ah bah rien, c’est tout.

Brest commence à faire surface, Garcia pleure dès qu’un de ses joueurs se laisse tomber par terre.

Séquences Jeu en une touche de balle

39e Balmont (toujours) Sow (enfin) Payet (encore) du gauche, c’est à ras de terre et à côté cette fois.

42e Grougi (enfin) Ben Basat (encore) Roux rate de peu (toujours) la hanche de Landreau bien sorti devant l’attaquant brestois sort le ballon du cadre, la réussite, la confiance, le chat noir, la fille des voisins. Tous coupables

46e Ben Basat coupable d’un mauvais geste sur Obraniak passe près de l’expulsion, Garcia enrage avec une voix de fausset « Vous attendez qu’il y ait des blessés ou quoi »

C’est fait De Melo est sorti. Blessé tout seul, comme un grand. Merci de la fermer M. Garcia.

C’est donc la pause. Revoyons la composition brestoise de cette première mi-temps.

Et maintenant l’analyse de Maurice, agent départemental depuis 22(ans) à Asnières, sur la prestation brestoise de cette première période.  Le verdict est sans appel, jamais vu un alignement de plots aussi mal fait, pas un pour sauver l’autre, un fond de jeu inexistant et brouillon. 1/20.

Bon, nous retrouverons Maurice plus tard, la deuxième mi temps commence.

C’est reparti, les débats semblent plus équilibrés, petit à petit on sent même les Brestois prendre le jeu à leur compte. Les nordistes adoptent la technique du « je descends sur mes appuis, et je m’écroule » pour obtenir des fautes quand ils n’arrivent pas à se sortir du pressing. Mr Viléo qui n’a pas l’expérience de Maurice à la DDE, tombe systématiquement dans le panneau.

Succession de corners, Baysse ne cadre pas, c’est détourné, Grougi tape dans le paquet et Zebina des talons manque de peu le cadre.

Grougi de la tête suite à un cafouillage dans la surface met pour Roux seul dans la surface, couvert par Béria, il tente un superbe retourné qui passe au dessus de la barre. Quand ça veut pas…

Mavuba a disparu, Licka distribue bien le jeu en l’absence de pressing.

Licka bien parti dans la profondeur est arrêté par l’arbitre assistant qui signale un hors jeu, à 2m près ce n’était pas une faute d’arbitrage, comme quoi, la vie parfois c’est peu de choses.

Les coups de pied arrêtés de Grougi sont très moyens une nouvelle fois.

60e Payet qui selon les organisateurs était toujours sur le terrain, sort pour Cole. Mèch qui sent le piège recompte les Lillois pour voir s’ils ne font pas sortir quelqu’un qui était déjà sur le bord du terrain depuis 15minutes.

Brest pousse mais c’est maladroit et sans réussite, Licka d’un bel extérieur du pied décale Lorenzi sur le côté gauche, mais après avoir dribblé un joueur il temporise et attend simplement qu’on vienne lui prendre le ballon dans les pieds. Saleté de génétique corse.

74e, Superbe travail de Roux côté droit, il s’infiltre dans la surface et met une belle balle en retrait pour Poyet, comme contre Sochaux, malheureusement, Poyet n’entrera qu’à la 79e, c’est donc raté, pourquoi y en avait pas un foutu d’être à l’endroit idéal, Christophe Hondelatte enquête toujours avec son ami le Dr Houuuuuuseeeeee

Roux encore lui parti en contre attaque prend le meilleur sur Chedjou qui grâce à une première puis une deuxième grosse faute récupère le ballon alors que l’attaquant finistèrien filait au but. Mr Vileo ne bronche pas devant cette faute pourtant évidente, salaud.

Hazard touché par Lorenzi obtient un bon coup franc qui ne donnera rien, on ne dira rien à Mr Vileo qui a épargné à Brest le fait de jouer à 10 toute la deuxième mi-temps après la faute stupide de Ben Basat dans les arrêt de jeu de la première période, puisque c’est quand même un bon élève qui protège l’équipe des artistes face à la méchante équipe brestoise en ne sifflant que dans un sens.

88e, contre attaque lilloise, Balmont s’avance, la défense brestoise, s’arrête, Sow est horsjeu(.net) de 3m, mais Balmont glisse la balle à Hazard qui prend de la vitesse et va servir Sow qui n’a plus qu’à fusiller Elana de près.

Comment ne pas penser que les 3mètres d’avance de Sow au départ de l’action n’ont pas une influence sur sa solitude dans la surface 3secondes plus tard ?

Toute la défense s’arrête pour le mettre hors de position, si Hazard qui est couvert y va seul pas de problème, mais Sow continue l’action et se retrouve seul à la réception du centre de Hazard.

91e Lesoimier lance Ben Basat dans la profondeur qui bute sur un Landreau encore une fois décisif.

Life is a bitch, Mr Vileo is a slut, et on enregistre la 4e défaite de la saison, méritée au vu de la première période des Lillois mais qui va laisser des regrets après la belle deuxième mi-temps brestoise. La zone rouge est toujours proche surtout avec les victoires de Bordeaux et Dijon

 

Les Joueurs 

Elana 3/5 : Ne peut strictement rien sur la superbe frappe de Payet, vigilant sur le coup franc d’Hazard, presque au chômage, pas loin sur la frappe de Sow

Baysse 1/5 puis 3/5 : Pris de vitesse par la folie lilloise comme presque tous ses partenaires, des têtes défensives (importantes) offensives (à côtés comme toujours), mieux dans les relances, se jette parfois plus rapidement que Bedos sur la première provocation venue.

Martial 2/5 puis 4/5 : Un peu à la peine face à De Melo et aux dédoublements des attaquants lillois il a été un des premiers à sortir la tête de l’eau pour relancer la machine brestoise, de bon jaillissement, de l’envie, il a ensuite pris tous les ballons qui arrivaient face à lui. Des progrès aussi en relance.

Zebina Eric Tabarly/5 : Le seul à avoir joué réellement tout le match, il a sauvé ses partenaires un bon nombre de fois, il a failli marquer, de bonnes relances, un placement sans faille, ne s’est jamais jeté face aux dribbles des techniciens d’en face. Vous cherchez le Patron, il est là.

Lorenzi Grégory Villemin/5 : Le seul à avoir passé le match entier la tête sous l’eau, pris de vitesse constamment, toujours à la limite sur les fautes, imprécis en phase offensive, je lui promettais un match difficile, ce fut pire.

Culma 2/5 : A la rue, puis paniqué, puis dépassé par Balmont, difficile de savoir si il a refait surface de lui même ou si la marée basse l’a sauvé.

Grougi 1+un petit peu plus/5 : A défaut d’avoir bien saisi son importance dans le jeu, j’ai utilisé ma carte magique Alou Diarra et regardé ses stats. +1 pour son décalage sur Benny B sur l’occasion de Roux, et sa tête pour le retourné de ce dernier. Un match aussi consistant et dégueulasse que du Mont Blanc Praliné

Licka 0/5 puis 4/5 : Match aussi étrange qu »un coucou tu veux voir ma bite ?’ sorti à sa prof d’histoire-géo en plein conseil de classe. Absent en 1ere, en 2e période il s’est chargé plus que correctement de la récupération et de l’animation.

Ben Basat 2/5 : Vitesse, inspiration, précipitation. Envoie Roux au duel avec Landreau en une touche de balle, et perd le sien. -1 parce qu’il aurait du nous quitter à la 46e pour un deuxième mauvais geste.

Roux 3/5 : Mais putain marque. (Pour le reste c’est bien.)

Lesoimier 0/5 : Champion du monde de cache cache.

 

Les Remplaçants et le Coach

Ewolo (Culma 67e) NN: Oui, je vois pas bien ce que ça pouvait changer.

Poyet (Licka 79e) NN : Euuuh.

Le Coach : Faire descendre Licka d’un cran c’était bien, le faire sortir alors qu’il organise le jeu et que l’équipe domine je comprends pas bien l’intérêt de la manœuvre surtout qu’à côté de ça Lesoimier et Grougi sont transparents.

 

Les Adversaires :

Mis à part Rozenhal qui est apparu tout de même plus faible, pas grand chose à dire qu’on ne sache déjà sur leur potentiel offensif. La Russie, la fatigue, Balmont excellent, Payet intermittent, Hazard le talent, De Melo sur le flanc.

Ne plus mettre de micro devant Garcia, c’est extrêmement fatiguant.

Le Barca sur les 30 premières minutes. Le Barca sans nandrolone sur les 60 autres.

 

Les images c’est par ici

 

Bonus Maurice : Maurice rigole en revoyant le placement brestois des 35 premières minutes.  Attention, contient une blague.

 

Si vous voulez retrouver Mèch, son biniou et la Pen Ar Bed Académie sur facebook c’est ici et .

Si vous voulez le retrouver au bar pour lui payer un verre, n’hésitez pas, abonnez vous à Horsjeu.net, l’Éditeur ce bel homme fera suivre.

1 thought on “La Penn Ar Bed Académie note Lille-Brest (2-0)

  1. « 74e, Superbe travail de Roux côté droit, il s’infiltre dans la surface et met une belle balle en retrait pour Poyet, comme contre Sochaux, malheureusement, Poyet n’entrera qu’à la 79e, c’est donc raté »

    Celle là m’a tué!
    Belle acad’ comme toujours.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.