La Premier League academy, 31ème journée

0

Le père Fidalbion n’ a pas dessaoulé du week-end

« L’Age des Extrêmes », un best-seller d’Hobsbawm, pour illustrer le grand écart du Père Fidalbion cette semaine.

Le choc de cette 31e journée de Premier League s’est déroulé entre ouvriers ; pas de Londoniens dans l’affaire, du bouseux, du nordiste, du rouquin de l’Angleterre profonde ; un Man U-Liverpool quoi. Faut dire que, côté représentativité, les Mancuniens se placent beaucoup mieux qu’une équipe de Liverpool version guacamole : entre Rooney, Fletcher, Neville et Carrick, le moche anglais à la Prince Charles est très en vogue chez les Red Devils. Question de quotas sûrement…

Sir Alex a choisi d’affronter les Reds avec leurs armes : un 4-5-1 avec Ji-Sun en soutien du Roo. Le Père Fidalbion s’est montré visionnaire sur le coup, un vrai Paco Rabanne. Et le Coréen a encore montré qu’il était complètement sous-estimé. Si la première mi-temps a été assez équilibrée, Manchester réussit à développer un jeu assez aguichant, grâce aux nombreux mouvements de Shrek et de Park. C’est toutefois la Mersey qui va venir refroidir Old Trafford dès la 5e minute. Sur un ballon récupéré au milieu du terrain, Gerrard fait la différence et lance Kuyt en profondeur sur le côté droit (Bénichou n’a toujours pas compris qu’il jouait pas à droite…) ; le Néerlandais redresse son centre et trouve la tête de Torres, seul avec deux mètres autour de lui, qui ajuste van der Sar. Magnifique image que celle de Rio Ferdinand et Gary Neville se regardant pour savoir à qui était le marquage de l’Espagnol. On dirait de la DHR… Mais Chester joue à domicile et compte bien le montrer. Quelques minutes plus tard, Valencia part au but à la lutte avec Mascherano et s’écroule dans la surface. Même si on connaît la réputation de vilain de l’Argentin, qui écope d’un jaune, Valencia nous gratifie sur l’action d’un magnifique auto-croc-en-jambe, que même Eboué aurait hésité à tenter (au moins un instant…). Soulignons au passage que pour une faute similaire, le défenseur belge d’Arsenal Vermaelen avait reçu un carton rouge la veille. Cette pseudo-règle de la double peine va encore bien faire mousser les discussions de Riolo, tiens…

S’ensuit alors un évènement assez original, et qui m’a bien diverti : Torres, bien funky sur ce match, vient donner un graaaaand shoot sur le point de penalty, qui devient alors un petit trou de taupe. Comme quoi, même avec une coupe de cheveux pourrie, on peut avoir de l’humour. Wayne transforme et égalise. Manchester déroule, Liverpool plie jusqu’à la 60e. Excentré sur la droite, Fletcher feinte la passe, envoie Insua aux fraises et… Sérieusement, ce type-là, au bout d’un moment, il est vraiment footballeur ou pas ? Je l’ai jamais vu faire un match qui lui aurait permis d’être dans le onze titulaire de Bourg-en-Bresse… Bref, l’Ecossais centre entre Carragher et Agger, qui doivent toucher les 5 mètres à eux deux, et trouve la tête plongeante de… Ji-Sun. 80 cm sur des échasses… 2-1, le score en restera là. Manchester garde la tête, Liverpool perdra tout cet été. Si ce n’est pas déjà fait.

Autre lieu, autre enjeu, autre ambiance : Aston Villa – Wolverhampton. Ca finit à 2-2, j’enlève le suspens, c’est plus sain. Défense open-bar, Carew-Heskey en pointe à Villa, du mec technique quoi… Et après ça, Martin O’Neill va venir se plaindre que non, il fait pas du kick and rush. Et Nasri mange diététique aussi, non? On a quand même vu de bonnes choses durant cette rencontre. Bah oui, déjà un doublé de John Carew, peu nombreux sont ceux à être encore vivant pour pouvoir parler de son dernier. Mais surtout, on a entrevu l’Ashley Young de l’année passée. Supersonique, supertechnique, supertoutseul, il a tout fait. Les Wolves, de leur côté, ont bien cru tenir la victoire, mais sont tout de même récompensé par un bon point, qu’ils méritaient sincèrement depuis quelques matchs. Je les aime bien moi… Font pas chier, ils jouent. Du promu qui bétonne pas, c’est de plus en plus rare pour être souligné. Après, ça permet peut-être pas de se maintenir, c’est sûr…

Pour finir, j’ai choisi de jeter un coup d’œil tout au fond du classement. Portsmouth, qui a finalement bel et bien été débité de 9 points, accueillait Hull City. Ceux qui n’avaient aucune idée de ce qu’était le foot anglais au début des années 90 en ont eu un petit aperçu. Surtout dans la construction du jeu, quelque chose entre le billard et la balle au prisonnier. L’ambiance du stade de St-Ouen à Fratton Park, une pelouse à bosses, on est loin de la Champions. Et pourtant, 5 buts marqués. Portsmouth n’a rien lâché et après avoir été mené deux fois, a finalement pris l’avantage décisif sur un but des restes fossilisés de Nwanko Kanu. Pas moyen d’imaginer son âge. On peut lancer un débat…

Le Cagoulin de la journée : M. Atkinson, l’arbitre d’Arsenal – West Ham, qui expulse Vermaelen, toujours très propre, pour un contact épaule contre épaule à 30m de lui.

Le MVP de la journée : Ashley Young, qui espère peut-être gagner sa place au pays de l’apartheid

Le choix de l’Académie : Le coup-franc magnifique d’O’Hara pour la seconde égalisation de Portsmouth. Les (petites) combinaisons de coup-franc sont donc toujours d’actualité…

Les résultats de la 31e journée de Premier League :

Aston Villa 2 – 2 Wolverhampton

Stoke City 1 – 2 Tottenham

Everton 2 – 0 Bolton

Wigan 1 – 0 Burnley

Sunderland 3 – 1 Birmingham

Portsmouth 3 – 2 Hull

Arsenal 2 – 0 West Ham

Manchester United 2 – 1 Liverpool

Fulham 1 – 2 Manchester City

Blackburn 1- 1 Chelsea

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.