La Raide et Vile Académie note M.U.-Chelsea (3-1)

Luke Seafer, machiavéliquement heureux

Avril 2010. Chelsea vient s’imposer à Old Trafford et enlever les espoirs de titres de United. La série en cours revient à 0 et Man U ne devient pas la première équipe à remporter 4 championnats d’affilé. Putain de Blues. Je vous hais, profondément. Même si  depuis le bilan de Man U à domicile en Premier League est éloquent : 31 matchs pour 30 victoires et un seul match nul. Cette défaite aussi douloureuse fut-elle a transformé Old Trafford en une citadelle imprenable (spéciale dédicace à Blaise Matuidi), c’est déjà ça. Reste que ce mauvais souvenir n’est jamais loin. A chaque venue de la bande à Drogba, c’est serrage de fesse obligatoire.

Sinon, pour être un peu plus dans le vif du sujet, résumé des épisodes précédents :

Manchester est impressionnant depuis le début de saison. Les gros poissons comme Tottenham et Arsenal se sont fait étriller à la maison. Mais, en milieu de semaine, pour son entrée en Ligue des Champions, les Red Devils, avec un effectif certes remanié, ont calé à Lisbonne face à Benfica. Ce match nul, bien terne est il un vrai avertissement ? Ou juste un accident sans conséquence ?

De son côté Chelsea fait un début de saison tranquille. Doté d’un nouvel entraîneur, les Blues ne sont pas spectaculaires, mais toujours efficaces, malgré avec un Torres fantomatique (même si on a vu un mieux en LDC face à Leverkusen). L’équipe de Villas Boas s’est tranquillement calée en troisième position à deux points des deux Manchester, prête à profiter du moindre faux pas des équipes de tête. L’équipe de Sir Alex surmontera-t-elle ses doutes ? Se fera-t-elle liquider froidement par le réalisme sans pitié de Chelski ? Pourquoi ai-je oublié de racheter des bières ? Tant de questions auxquelles vous avez (presque) les réponses désormais (suffit de se référer au score).

 

L’équipe :

Après un 4-5-1 bien bof en milieu de semaine, back to basics pour les diables rouges avec un 4-4-2 des familles. La charnière centrale Vidic Ferdinand est toujours out, mais ce sont les seuls absents « d’importance » aujourd’hui. Darren Fletcher est de retour et a gentiment poussé Carrick sur le banc. Il était temps.

Le banc : Lindegaard / Fabio / Carrick / Giggs / Valencia / Park Ji-Sung / Berbatov

 

Le match:

Rarement score à la mi-temps n’aura paru aussi trompeur. Alors que les ouailles de Seigneur Alex rentrent au vestiaire avec 3 buts d’avance, on peut juste se dire que c’est un miracle ni plus ni moins.  La première demi-heure aura été totalement à l’avantage des Blues. Man U dans un rôle inhabituel de tueur cynique et réaliste marque sur ses deux première occasions d’abord sur une tête de Smalling suite à un coup-franc de Young (8e) puis sur une frappe monumentale de Nani à plus de 20 mètres, après avoir promené la défense (37e). Entre temps, les rouges prennent le bouillon, Sturridge et Torres en particuliers sont très remuants et font mal. Ça joue très vite, très bien, bref du jamais vu pour Chelsea et il faut un De Gea en forme ainsi qu’une défense qui serre les dents pour empêcher les blues de planter. Il faut aussi un Ramires, qui enlève une balle de but toute faite à Sturridge (27e). Le 2-0 « réveille » vraiment Man U et montre une défense de Chelsea quand même très limite. Quand Terry annonçait que Jones et Smalling étaient l’avenir de la défense anglaise, il aurait pu prévenir qu’il partait en retraite tout de suite. Les 10 dernières minutes sont donc à l’avantage des Red Devils, qui sortent la tête de l’eau et profitent d’un Phil Jones surexcité et d’un Nani a qui tout réussit. Le troisième but en est l’exemple criant avec cette chevauchée de Jones, son une deux avec Nani et la réussite du portugais qui offre sur un plateau le ballon à Rooney qui a face à lui un but vide.

On se pense à l’abri et pourtant Chelsea offre un but FIFA 98 approved sur le coup d’envoi de la seconde période. Anelka et Torres se jouent de toute la défense et l’Espagnol parti dans le dos de Jones ne laisse aucune chance à De Gea. Ensuite le scénario de la première période se répète, les blues attaquent par vague, mais Man U tient bon et procède en contre. Les Red Devils ont une première fois l’occasion d’en coller un quatrième sur une contre-attaque fulgurante et un one man show de Nani dont la frappe s’écrase sur la barre. Le portugais est fauché dans la seconde. Pénalty. Rooney manque lui aussi le 4-1 avec une superbe glissade au moment de le tirer. Dommage à  une dizaine de milliers de kilomètres ce genre de tir vaut 3 points actuellement. A l’heure de jeu, Néron Ferguson pète un cable et décide de faire rentrer Carrick. Terreur sur le stade. Un changement finalement sans conséquence, les mancuniens tiendront bon jusqu’au bout malgré le rythme insensé du match. On ne pourra que glorifier la régissade d’anthologie de Torres en fin de partie qui après avoir dribblé De Gea trouve le moyen de tirer à côté. Le dernier frisson vient d’un tir de Berbatov (91e), servi par un Rooney très altruiste, mais Ashley Cole sauve le ballon sur la ligne.
Soulagement au coup de sifflet final, mais surtout double bonne opération. D’une, Man U est seul en tête après le nul d’Agüero City à Fulham. De deux, ce genre de victoire difficile va sûrement recadrer tout le monde et leur rappeler que la route est encore très longue jusqu’au titre. En attendant, dans 48 heures (!?), il y a Cup, face à l’ancien rival de Leeds.

 

Les Diables:

De Gea (4/5) : Gros gros match pour De Gea qui fera sûrement taire les critiques pour un temps. On retiendra particulièrement son plongeon désespéré et réussi sur une frappe de Ramires à la 27eme, empêchant les Blues d’égaliser. Il ne peut rien par contre sur le but de Torres, mais se rattrape derrière avec des jolis arrêts notamment sur les frappes de Sturridge. Quant à la régissade de Torres en toute fin de rencontre, De Gea doit être dôté de pouvoirs télékinésiques, je ne vois que cette possibilité.

Evra (3/5) : Sturridge lui en a fait voir de toutes les couleurs, mais au fil du match, Cap’tain Patrice a sorti la tête de l’eau. Il a beaucoup tenté offensivement par ailleurs, grâce à une très belle complicité avec Ashley Young. Patrice roulait au diesel cet après-midi, la preuve, à la fin il sautait plus haut que Lukaku.

Jones (3/5) : Cet homme est-il fait pour être défenseur central ? On ne sait pas trop. Par contre il est à moitié cinglé, ça c’est sûr. D’un enthousiasme débordant en défense, il alterne avec le bon et le moins bon, à trop se jeter comme un mort de faim. Le but est d’ailleurs pour sa gueule puisqu’il laisse El Nino lui passer dans le dos sans rechigner comme un symbole d’une fille de l’est de chez Dorcel. Offensivement par contre, c’est la fête du slip. Entre sa chevauchée de 50 mètres sur l’action du 3-0 et ses tacles rageurs à 30 mètres des buts on se dit qu’il serait peut-être bien plus utile comme latéral ou au milieu de terrain.

Evans (3/5) : On l’a peu vu face à un Torres (presque) ressuscité. Johnny à souffert pendant 90 minutes et n’est sûrement pas étranger aux nombreuses occasions de Chelski. Reste cette très belle transversale pour Nani sur l’action du 2-0 qui illumine son match un peu terne. En vrai il mérite plutôt 2, mais c’est jour de fête on a tapé Chelsea.

Smalling (3/5) : Premier but en Premier League sur une jolie tête en début de match. Le reste a été correct, même si Nani lui a vite montré qu’il n’avait besoin de personne pour s’amuser dans le couloir droit. Permuter avec Jones serait une idée à creuser, Chris est quand même plus à l’aise pour défendre et surtout plus imposant. Remplacé par Valencia (63e)

Fletcher (3/5) : Il reprend goût au ballon et au football en général après ses longs mois d’absence. Faiblard à Lisbonne mercredi, il a haussé son niveau de jeu aujourd’hui. C’est surtout sa combativité qui était à l’honneur, puisqu’il s’est jeté sur tout ce passait près de lui et portait un maillot bleu, quitte à commettre des fautes et à prendre un jaune. C’est toujours mieux qu’un mec qui se laisse passer au travers. Welcome back Darren!

Anderson (3/5) : Un début de match laborieux avec une passe pour Torres qui aurait pu faire mal (12eme) et puis le brésilien est finalement rentré dans la partie en déployant son râteau télescopique. Certes, ce n’était pas son meilleur match depuis le début de la saison, il a eu notamment du mal à jouer vers l’avant, mais méritait-il d’être sorti à l’heure de jeu et surtout d’être remplacé par Carrick (63e) ? Je ne crois pas.

Young (4/5) : Sa passe décisive pour Smalling avec ce coup-franc déposé sur la tête du latéral restera le fait marquant du match pour Ashley, mais ce serait quand même un peu réducteur puisqu’il a fait un gros boulot. Son entente avec Evra est de plus en plus évidente et d’ici quelques matchs elle fera mal. L’anglais a  remonté un paquets de ballons et sorti l’équipe de situations un peu chaudes à défaut de se montrer ultra décisif devant.

Nani (5/5) : Un but de fou à la 37eme sur une frappe à 20 mètres après un slalom au milieu des plots bleus, une passe décisive, un peu heureuse, sur le 3-0, un festival dans la défense conclu par une frappe surpuissante sur la barre et une faute provoquée pour le pénalty qui va avec. Je continue ou vous avez compris que Nani a survolé les débats ?

Rooney (4/5) : C’est triste mais on retiendra surtout sa glissade pour ce penalty manqué à la 55eme. D’autant plus triste que Wayne marque, touche le poteau, offre ce qui aurait dû être une passe décisive à Berbatov (91e) et a toujours ce petit truc en plus pour faire chavirer la défense adverse en une passe ou un dribble. Encore un gros match et surtout de quoi garder la tête du classement des buteurs. Prends ça le Kun.

Hernandez (1/5) : Avant le match, Chicharito a trouvé un mot dans son casier : « Si tu essaies de marquer je te tue,  Signé : A.C ». On a vu le Mexicain une fois en tout et pour tout sur 79 minutes. Le temps d’une frappe, consécutive à un poteau de Rooney, qui termine du mauvais côté du petit filet. La seconde d’après, Chicharito se fait descendre par un tacle de Cole, très bien placé au challenge Cyril Rool. Hernandez Out. Ashley t’avait pourtant prévenu. Remplacé par Berbatov 79e

 

Les suppôts de Satan :

Carrick pour Anderson, 63eme (non noté) : Il a fait une intervention défensive importante. C’est peut-être un détail pour vous, mais pour moi ça veut dire beaucoup.

Valencia pour Smalling, 63eme (non noté) : Pas mal dans le rôle de latéral droit, il remonte vite les ballons, ce qui a permis de respirer en fin de match.

Berbatov pour Hernandez, 80eme (non noté) :  Le 4eme but de Man U n’a jamais voulu venir et Dimitar a foiré la dernière opportunité avec une frappe sauvée par Cole sur la ligne. Pour le reste on ne l’a pas vu.

 

Pour le résumé du match sous le regard blue, c’est ici.

Pour juste les images, c’est là.

11 thoughts on “La Raide et Vile Académie note M.U.-Chelsea (3-1)

  1. Match un peu dingue qui aurait pu finir a 5-5 mais bon vive Manyou!

    Berbatov va retrouver sa place de titulaire, espérons avec la même réussite que le début de saison passé.

  2. En même temps avec les blessures de Welbeck et Chicharito, Sir Alex n’a plus trop le choix. Il ne va quand même pas titulariser Owen ou Macheda en championnat ?

  3. Dire que je zappais avec Evian – Paris. Ca piquait les yeux. Ils sont quand meme excellent MU. Nani en enormes progres, j ai pas vu les matchs precedents mais sur ce match il est au niveau d un Ronaldo et pas loin d un Messi, impressionnant. D autant plus qu il m a semble beaucoup plus collectif que d habitude, 2 ou 3 excellents centres, tres tres peu de pertes de balles. Chapeau.

  4. Valencia arrière droit ça me semble une très bonne idée : solide, rapide, bon centreur, je me dis que sir alex l’avait surement dans un coin de la tete en le prenant aussi cher à wigan

  5. Cher académicien, il me semble que welbeck sera de retour la semaine prochaine. Et moi, perso, ça ne me dérangerait pas non plus de voir une association rooney/macheda

  6. @ Mazout : exact, Valencia a déjà joué à quelques occasions à ce poste là la saison dernière. Bon après j’ai pas les matchs exacts en tête…

    @ Wazza : Macheda j’en sais trop rien. Avec un peu de chance il jouera en Cup demain, qu’on puisse voir ce qu’il vaut, mais Berbatov paraît quand même la solution de sécurité, c’est quand même pas un peintre.

  7. Je pense qu’un bon gros mdr (comme disent les jeunes) est de circonstance, merci Mazout.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.