L’Aiacciu Académie note Sochaux-Ajaccio (0-2)

2

Un envoyé plus que spécial pour une excellente académie.

Alors que la France du foot s’interrogeait sur le nom du futur champion d’automne de Ligue 1, Perfettu Erignacci avait d’autres préoccupations bien plus importantes. Se déplacer à Sochaux et supporter son club. Toute une histoire.

 

U riassuntu :

04H17 : La nuit précédant le départ est agitée. Un doux rêve secoue ma nuit. Mes draps s’en souviendront.

12H30 : Les bonnets, chapkas, turbans, écharpes, cachecols, parkas, imperméables, cabans, doudounes, collants, pantalons de ski, chaussettes de foot, boots, bottes sont prêts. La 106 chauffe, c’est parti pour affronter le grand froid de Sochaux. Cinq heures de route aller, cinq heures de route retour. Qu’est ce qu’on ferait pas pour gueuler sur Socrier.

15H08 : Pendant que je m’envoie une petite goulée de liqueur de myrte, mon frère Perfeto m’annonce qu’il a gagné son match 10-2 à PES. J’espère voir autant de buts au Stade Bonal.

15H44 : Petit arrêt à l’Aire des Chèvres de Saint Vincent Bragny. Sur un arbre, se trouvent des signatures de Wilfried Niflore et de Haidar Al Shabani. L’aire des chèvres, repère des joueurs du Nîmes Olympique ?

16H57 : J’AI DOUBLE UNE BM, J’AI DOUBLE UNE BM !

16H58 : Le moteur lâche.

17H30 : Arrivée à Sochaux, température : 0 degrés. Température ressentie : -8000 degrés.

17H49 : Mon Nokia 3310 vibre. Nouveau message du Francis : «  Hey l’corse, ramène moi des nougat de Monbéliard stp !!!! L’Francis a les kros. »

18H03 : Il est temps de faire un petit tour dans la boutique du club. Benoît Pedretti et Pierre-Alain Frau s’exhibent sur des DVD, quel club de bels hommes.

18H49 : Une douce odeur de vin chaud m’embaume chaleureusement le visage. Un coup de tête à droite, un coup de tête à gauche, pas de vin chaud en vue. En fait c’est le vieux retraité rubicond d’à côté de moi qui refoule cette odeur. Putain de région d’alcoolique.

18H52 : Devant moi, je repère deux vieilles connaissances : BOENBOTTE et StringEmil. Putain de région de clowns.

 

 

19H : Le coup d’envoi est donné , je parie sur une victoire 0-2.

 

Habitué aux mauvaises entames, l’A.C.A réussit à contrôler son adversaire. Les Sochaliens sont, à vrai dire, maladroits à l’approche de la surface, ce qui aide à la tâche. Mais, ce qui peut paraître encore plus incroyable, c’est qu’Ajaccio réussit à s’implanter dans la moitié de terrain adverse. Le Perfettu n’avait pas vu cela depuis un moment.

8ème minute : Une pancarte fait son apparition chez les Ultras sochaliens, on peut y lire : « Bougez-vous le cul ». Le Perfettu en a déjà vu une de la sorte au Vélodrome.

25ème minute : Boudebouz écrase sa frappe alors qu’il est seul devant Ochoa. Derrière moi, un de ces vieux sochalien aigri balance une vanne : « Boudebouz, il a fait une bouse ». Putain de région de gros marrants.

27ème minute : Je remarque une sublime demoiselle blonde deux rangs devant moi. C’est loin la Suède. Dès lors, celle-ci deviendra ma principale attraction de la soirée.

34ème minute : Entre deux fautes, Butin a le temps de placer une frappe juste à côté. Ah non, tu vas pas nous mettre un but hein !

39ème minute : Après douze passements de jambes, trois roulettes, neuf coups du sombrero, vingt-six crochets inutiles, Ryad Boudebouz se décide enfin à faire une passe. Le V.S.A (vieux sochalien aigri) invente une nouvelle insulte : «  Boudebouz, sac à niole ». Cette région devrait plaire à Claude Pèze.

45ème minute : La première mi-temps a eu l’intensité d’une première mi-temps entre les pensionnaires de la maison de retraite de Vallon-En-Sully et les anciens combattants de Clichy-La-Garenne. Les Sochaliens ont globalement dominé les débats mais sans faire d’étincelles. Dommage pour les spectateurs.

51ème minute : Un petit crachin s’abat sur la pelouse, tout le contraire de ce qui s’abat sur ma partenaire vénézuelienne lors de nos longues nuits d’amour.

60ème minute : Maiga, en instance de départ, est sorti sous les huées du public. Il est remplacé par Bakambu, immédiatement renommé « la quiche » par le V.S.A derrière moi. Putain de région de cuisiniers.

65ème minute : Sur un centre trop long, Socrier récupére le ballon sur le côté droit, celui-ci temporise et adresse un centre tendu devant le but. C’est la confusion mais le ballon finit sa course dans les buts. Après revisionnage de l’action, c’est André qui détourne le ballon de la tête, surprit, Richert ne fait que ralentir la balle. L’A.C.A a remis à jour le groupe : « Marquer un but sans avoir d’occasions ».

66ème minute : Les supporters doubiens entonnent un délicieux : ‘Direction démission’ et un ‘Lacombe démission’. Putain de région de chanteurs.

70ème minute : Entrée de Sébastien Rooney.

74ème minute : Je vous annonce solennellement le décès de mon petit orteil droit.

76ème minute : Sur un corner, un joueur sochalien dévie le ballon dans le but d’Ochoa. Ah non, en fait, c’est dans le petit filet, j’ai pas besoin de frayeurs comme ça pour me réchauffer. Mais merci quand même les gars.

77ème minute : David Sauget montre à tous ses talents de footballeurs…euh de kick-boxer en envoyant son pied dans la poitrine d’André. Carton jaune.

78ème minute : Sur un coup-franc de Tibéri, Mostefa place une tête décroisée. But. 0-2. L’A.C.A a crée un groupe : « marquer deux buts sur tes deux seules occasions ».

 

Illustration 1: Bien plus belles que les photos de Loulou quand même

80ème minute : Bazdarevic fait entrer Abdul Camara. Maintenant c’est clair et net, l’entraîneur bosnien joue le 0-3.

82ème minute : Trois rangs devant moi, un V.S.A décide de sortir de sa torpeur et commence à insulter l’arbitre, dernier recours possible pour les supporters en mal de reconnaissance.

83ème minute : Frédéric Sammaritano remplace Tibéri. Le numéro 12 remplace le numéro 24. Sammaritano a la moitié du numéro de maillot et la moitié de la taille de Tibéri.

84ème minute : Vu que tout est possible dans ce match, je parie sur un but de la tête de Sammaritano.

85ème minute : La blonde part, du coup mon sourire aussi. Et mon air niais aussi. Et ma gaule aussi.

86ème minute : Les joueurs ajacciens ont droit, pour la première fois de la saison, à des ‘olés ‘…de la part des supporters sochaliens. Pour fêter cela, Sammaritano défroque Peybernes, dévoilant ainsi un magnifique caleçon rose. Eclats de rire général.

90ème minute : Première victoire à l’extérieur pour l’A.C.A à l’issue d’un match où ils n’auront pas été particulièrement inquiété et où ils n’auront pas inquiété non plus. Ajaccio a tenu bon grâce à une très bonne défense et une attaque très efficace et très réaliste. Les Acéistes n’encaissent pas de buts pour le deuxième match d’affilée, ils reviennent ainsi dans la course au maintien, à 3 points du premier non-relégable. Alors que le maintien paraissait inimaginable il y a encore quelques semaines, cette bonne série (7 points en 3 matchs) remet le club sur les rails, rien n’est encore fini.

 

Annutazioni :

Ochoa 4/5 : Una partida muy tranquila para el portero mexicano. Ce moment hispanique est gracieusement offert aux nombreux lecteurs mexicains de Horsjeu.net. Memo a passé sa soirée à s’envoyer en l’air, comme un symbole de Zahia. Alors que ç’aurait pu tourner au Gang Bang, ce soir c’était juste one shot pour Ochoa. Les sorties aériennes ont été sa principale occupation, et il l’a fait sans problèmes. Notre star internationale a passé des soirées bien plus compliquées.

Bouhours 4/5 : Après plusieurs matchs passés sur le banc, l’ex-manceau a été très convaincant défensivement et offensivement. Il a été omniprésent sur son flanc gauche, tirant dès la 6ème minute et sauvant son équipe dès la 15ème. Bonne surprise du match, il a profité de l’absence de Lippini pour se montrer sous son meilleur jour, chose qu’il n’avait toujours pas fait cette saison. Ce qui est con c’est que ce n’est pas avec Noël que son embonpoint va disparaître.

Poulard 4/5 : Au début de saison Coco Sududeau me faisait part de ses doutes sur ses capacités à jouer en Ligue 1, aujourd’hui j’éprouve un grand plaisir à le contredire. Poulard est le seul défenseur indiscutable depuis le mois d’août. Alors, ce n’est pas le plus rapide mais il compense ce défaut par un sens du placement exceptionnel. Encore une fois, l’ex-manceau a sauvé son équipe à maintes reprises.

Medjani 4/5 : L’international algérien a d’abord commencé son match par quinze minutes d’engueulade avec Diawara. Une fois son camarade recadré il a pu se concentrer sur son match et dégoûter les attaquants adverses. Medjani a une gnaque extraordinaire et une rage incroyable, il se jette sur les ballons comme un Ethiopien se jetterait sur un fondant au chocolat. De plus, il dégage une assurance que N’Diaye n’a pas. Medjani, c’est la MAIF.

Diawara 3/5 : Pendant les quinze premières minutes, il s’est montré aussi faible qu’un texte de Nicolas Canteloup. Puis, grâce aux encouragements de Medjani, il a su reprendre l’avantage et étouffer Mikari. Chétif et endurant, DiawaRasmussen (mais pas dopé).

Pierazzi 3/5 : Sobre, efficace, concis, simple. Tout le contraire de Hristo.

Mostefa 3/5 : L’Algérien ralentit plus le jeu qu’une voiture sans permis ne ralentit la circulation. L’Algérien enchaîne les mauvaises passes plus vite que la pute du coin de la rue. Bref, j’ai encore plus de mal avec lui qu’avec les shemales. Heureusement que son but vient sauver sa prestation. L’Equipe vous dira que c’est Peybernes qui a marqué contre son camp, ne vous y fiez pas, c ‘est un complot.

André 4/5 : Vous voulez une activité débordante ? Vous voulez un mec qui ne lâche jamais rien ? Vous voulez un joueur qui attaque, défend, tacle, dribble, contre, centre ? Vous voulez un milieu qui marque ? Vous voulez un bel homme ? Vous voulez le joueur que tout le monde désire avoir dans son équipe ? Rendez vous au 1 Rue de l’Assomption à Ajaccio et demandez Benjamin André.

Cavalli 4/5 : Joue plus avec sa poitrine que Pamela Anderson et Victoria Silvstedt réunies. Joue mieux avec ses pieds que Messi et Xavi réunis. Il lui manque juste de savoir jouer avec la tête. Mais bon, on va pas trop en demander à un joueur d’1m64.

Tibéri 4/5 : Après une première mi-temps discrète, l’ex-sedanais a pris ses aises dans la deuxième. Sa bonne entente avec Bouhours et son pied gauche ont fait le reste. A noter, sa belle passe décisive sur coup-franc sur le but de Mostefa.

Socrier 5/5 : Mèch Tuyot ne va pas en croire ses yeux et pourtant c’est bien vrai, Richard Socrier a 5/5. Alors qu’il était cantonné sur le banc depuis plusieurs journées Richard cœur de lion a été le meilleur Acéiste du match. Sa conservation de balle a directement été élevée au rang de 8ème Merveille du Monde. Son sens de la disponibilité a été immédiatement érigé comme le 8ème art, derrière le cinéma. Tous les ballons échoués dans le camp sochalien ont été pour lui, Peybernes et Bréchet n’ont pas pu lutter face au jeu de tête de Sucrier ( jeu de mot approuvé par le V.S.A de derrière ). Sa prestation est couronnée par une passe décisive pour André. Thierry Henry a sa statue à l’Emirates, pourquoi Richard Socrier n’aurait pas la sienne au Timi ?

 

I rimpiazzanti :

Lasne, 75ème NN : Lasne au trot.

Sammaritano, 83ème NN : Sammaritano, celui qui conduit c’est celui qui ne boit pas trop.

 

Le Perfettu est content d’avoir assisté à cette belle victoire qui relance le championnat, enfin la course au maintien. A noter que le Stade Bonal est très beau (mais pas autant que la blonde de devant). Le Perfettu n’aura donc pas fait 10h de route pour rien. Il ne lui reste plus qu’à vous souhaiter à tous un joyeux Anal Noël et de bonnes fêtes. Défoncez vous la gueule à grandes tournées de Pietra, de Whisky, de Vodka, c’est le Perfettu qui paye. Et pensez à lui pendant qu’il planchera sur les onzes mondiaux et anaux du club, et sur une petite surprise.

 

Pour terminer l’année en beauté, un petit proverbe de Noël vous est offert :

« Nanzu Natale, ne freddu ne fame, dopu Natale freddu è fame » / « Avant Noël, ni froid ni faim, après Noël, froid et faim. » En Corse, la période la plus rude de l’hiver c’est toujours aux mois de janvier et février, l’automne étant la plupart du temps clément.

 

«  Aio…Aio…Andemi tutt’o stadiu . A mé…A té. Ché un matchu disputatu a d’a juca A.C.A. Ma l’arbitru qualli sera ?
Gridemi e via l’A.C.A »

Basgi anale,

 

Perfettu Erignacci.

Le Perfettu ne rigole pas avec les fêtes, il vous file les images, gratuitement mais jamais ne vous les prête. 

2 thoughts on “L’Aiacciu Académie note Sochaux-Ajaccio (0-2)

  1. Cadeau de noël en retard pour moi, merci m’sieur Erignacci !

    Pour le temps que j’ai passé à lui gueuler dessus au père Socrier, j’ai de la tendresse pour lui…

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.