L’AJA académie note Lens-Auxerre (1-1)

MC Hamel sent la victoire à Madrid, mais s’est tout de même concentré sur les Ch’tis

Salut à vous, jeunes,

Et ouais, j’ai loupé le match contre Toulouse. Et comme par hasard, une défaite au compteur. Mais je suis le king du foyer et je fais comme bon me plaît. Moi, je suis MC Hamel et vous, vous êtes qui putain ?

L’académie reprend donc par un déplacement à Lens. Je vous épargne les blagues habituelles sur la région, c’est surfait et ça attire le troll.

Le plus difficile, quand on rend visite à un dépressif, est de ne pas repartir dépressif soi-même. C’est bien le danger qui guettait l’AJA au moment d’affronter des lensois mal classés mais bien décidés à oublier la déroute brestoise jouée en 2 temps.

7 blessés (Ndinga, Hengbart, Berthod, Jelen, Le Tallec, Licata, Sanogo), des choix tactiques dignes de Fernandez – celui qui sélectionne des joueurs israëliens, malheureusement -, et une météo pourave, tous les ingrédients étaient réunis pour que le mètch pénible par excellence se déroule.

Et bah ça n’a pas loupé.

Revenons sur le onze aligné par Jihèf. Certes, les indisponibilités ne facilitent pas le choix des hommes, mais on s’étonne (en tout cas, je m’étonne) de revoir Sammaritano ailier et Contout dans l’axe ou de (re)découvrir Traoré à la récupération, tâche pour laquelle il n’a jamais été convaincant en CFA. On ne s’étonne plus, en revanche, de déplorer la titularisation de Dudka en latéral (droit cette fois-ci). Cette équipe tire la langue, après 8 mètches en un mois, et doit s’en remettre à son courage, à défaut de jeu, pour aller chercher des points, précieux en ses temps de décomposition du ventre mou (un concept expérimenté par votre serviteur à chaque lendemain de soirée).

Le mètch très résumé

Comme convenu, Lens prend le contrôle du mètch. L’illusion née d’un bon premier quart d’heure, ponctué par une occasion de Quercia sauvée par Yahia, laisse vite la place aux coups de boutoir lensois. La maladresse de Maoulida (reprise hors cadre, faute surjouée dans la surface) ou la chance (double contre sur une frappe de Keita) retardent l’échéance, jusqu’au but de Yahia à la 30è (tête sur un bon corner d’Akalé). Les sang et or refusent de tuer le mètch, reculent petit à petit, et c’est Mignot qui, à la 87è, obtient l’égalisation, suite à un corner qui n’aurait pas du être accordé aux auxerrois. A défaut de talent, au Nord, c’était les cojones.

Les gars

Sorin 2/5 Pas suffisamment mauvais pour qu’on l’accable. Pas suffisamment bon pour qu’on l’acclame. Frustrant.

Dudka 2/5 S’est bien battu avec ses moyens, ce qui donne à l’arrivée un truc « bof sans plus ».

Coulibaly 3/5 Un match classique de sa part, donc solide. Seul bémol : quelques difficultés sur coups de pieds arrêté face aux gabarits adverses.

Mignot 3/5 S’est accroché, en dépit d’une blessure qui devait le faire sortir à la mi-temps. Son but est une juste récompense. Le ballon d’eau fraîche en serait une autre.

Grichting 2/5 A joué comme un défenseur central aligné en latéral gauche. Quand c’est Paolo Maldini, c’est beau. Quand c’est Stéphane Grichting, moins. Le côté suisse, sans doute.

Pedretti 2/5 On est en droit de demander un peu plus du capitaine. Moins présent qu’à l’accoutumée, il a mis du temps à trouver le bon réglage sur ses coups de pied arrêtés. Ca a tout de même suffi une fois.

Traoré 2/5 Peu à son aise à un poste où son manque d’agressivité a été préjudiciable. Doit manger plus de Frosties.

Oliech 2/5 A failli être passeur décisif sur un malentendu. Pour le reste, on aurait dit un catcheur dans un ballet de danse classique.

Sammaritano 1/5 Le charme serait-il en train de s’estomper ? 16 ballons joués, c’est bien trop peu pour peser sur la rencontre.

Contout 3/5 Encore une belle activité, de la disponibilité, du mouvement, sans résultats concrets. Une tempête dans un verre d’eau.

Quercia 2/5 A tenu le sale rôle de la soirée. Un peu perdu entre Chelle et Yahia, il a souvent décroché pour tâter le ballon et a manqué la seule occasion qu’il a su se procurer.

Les entrants

Birsa n’a pas fait grand-chose pour que Sammaritano souffre de la comparaison. Langil a obtenu des corners, sa manière à lui d’être décisif. Chafni aime décidément bien venir faire coucou en fin de match. Alors coucou Kamel mais dis-toi bien que ce n’est pas assez pour que nos lecteurs apprennent à te connaître.

En face

Yahia est l’homme de ce pauvre mètch. Maoulida a confirmé tout le bien qu’on pense de lui à Auxerre. Keita et Hermach ont formé une bonne doublette, la sortie du premier coïncidant avec le mieux auxerrois de la 2nde mi-temps. Leur travail a été mal exploité par Eduardo.

Le résumé

Allez, je file. On se retrouve pour la dernière de Champion’s League à Madrid. Ca va être magnifique, un vrai feu d’artifice en forme d’anus étoilé.

Bisous les loulous.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.