Le résumé de Real-Barça

Dudu s’est trouvé un nouvel ami.

Si vous n’avez pas Canal +, si vous n’avez pas un ami qui a Canal +, si vous êtes trop ringard pour trouver un bon streaming, si vous vous êtes endormi dans votre vomi avant 22h ou si vous aviez tout simplement autre chose à foutre, voici le résumé du fameux Clasico.

Et au cas où, vous en avez même un plus long ici.

9 thoughts on “Le résumé de Real-Barça

  1. En gros, Cristiano plonge toujours, les barcelonais agressent toujours l’arbitre à 8 contre 1 pour avoir gain de cause, on a découvert que le gentil Messi n’était pas si gentil que ça, et a adopté le comportement à la mode qui est celui de dire à l’arbitre ce qu’il a à faire, et Mourinho autant que Guardiola maîtrisent mal la gestion de leur effectif, et ne sont pas foutus de mettre la meilleure équipe sur le terrain. 1-1 avec deux penaltys marqués, ça équivaut surtout à un 0-0.

    L’arbitre était fort étrange, puisqu’il commence le match en étant pro-barça, puis leur refuse un penalty droit derrière, avant de revenir à un arbitrage classique. Bon, en même temps c’est l’Espagne, la qualité de leurs arbitres n’a d’égal que la qualité de leurs défenses.

  2. Beurk, payer des joueurs des millions pour en faire des plots qui taclent c’est juste du gâchis.

    Au moins au PSG on a une troupe de forains dont le spectacle hebdomadaire fournit un spectacle inoubliable.

  3. Et Busquets est une grosse s….. qui mériterait que Pepe lui brise les deux jambes .

  4. Comme un con, je croyais naïvement qu’on sifflait penalty pour sanctionner une grossière faute commise volontairement dans la surface pour anéantir, de façon désespérée, un but qui semblait -à priori- inéluctable. De fait, je pensais qu’un but marqué sur peno (du moins non litigieux) valait autant qu’un autre but. Autrement pourquoi commettre la faute irréparable et ne pas laisser se poursuivre l’action (de but ?)…

    Bon, puis à la décharge de l’arbitre, officier dans un clasico, c’est prendre le risque à chaque décision de se mettre une ou l’autre moitié du pays à dos, limite au péril de sa vie. Du coup, la technique du « un coup pour les uns, un coup pour les autres » est pas idiote, chaque partie peut se plaindre tout en s’estimant heureuse. Malin.

    Sinon, bof, je n’ai pas tellement vibré hier, c’est pas Noël tous les jours.

    Et puisqu’on est dimanche « le jour du seigneur », prière d’éviter les insultes, amen.

  5. Alors c’est quoi le mieux ?
    Un match nul pourri ou un match plié au bout de 20 minutes et qui se termine par 5 buts d’écart ?

    Ou alors aucun des deux et le clasico est survendu ?

  6. Pepe! Pepe! Pepe!

    Comme ma gonzesse devant un film d’horreur, je me cachais, hilare, derrière mon coussin à chaque fois que Pepe arrivait lancé sur un des membres du cirque Pinder.

    Cette impression qu’il était à deux doigts de leur ôter la vie à chaque intervention était (presque) le seul intérêt du match, non?

    Ah non, y a aussi ce suspense indescriptible, est-ce qu’un sniper embusqué va enfin abattre Busquets?
    Ça nous tache bien la gueule quand Cricri ou DiforMaria se jette mais quand c’est Busquets ( pas de surnom, il ne me fait même plus rigoler) c’est carrément un bukkake…
    http://www.dailymotion.com/video/xbfm9p_dorcel-tv-bukkake-jeu-en-societe_sexy

  7. @ it’s true hard piece

    Tu as tout bien resumé. Ca fait deux ans que cette catin de Busquets souille mes rétines avec ses simulations. Vive le portugal libre sans gomina.

    Merci pour ce lien qui nous réconcilie avec les jeux de société …

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.