LE CONTEXTE :

ON A RECRUTE, ON A RECRUTE, ON A, ON A, ON A RECRUTE… Putain, après avoir écouté 90 minutes de trompette de ces enculés de supporters nordiques, me voilà à reprendre des airs à la con. Mais oui, l’essentiel est là, on a recruté !

Même si ce n’est qu’une toute petite recrue (et à un poste où ne s’y attendait pas forcément), Gaël Danic rejoint les rangs bastiais, ce qui fait quand même du bien tant nos forces sont faibles sur le plan offensif actuellement.

En ce samedi, je rencontre l’équipe du RC LENS. Ah, le RC LENS…. Au-delà du triptyque désormais célèbre « Chomeurs-Pédophiles-Consanguins », c’est aussi et avant tout ça :

[ATTENTION, L’IMAGE LA PLUS DEGUEULASSE DE L’HISTOIRE D’HORSJEU.NET EST SUR LE POINT D’ARRIVER]

« Putain, LA KRIMAU, ça craint à mort… ».

Ouais pardon, je sais, je suis allé un peu loin. Pour me faire pardonner :

ET BAM !!!! JE VOUS ENCULEEEEEEEEEEEEEEEE !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

Bon, je crois que j’ai atteint le niveau 999 dans le « cliché », l’amalgame et l’horreur.

Je décide donc, pour réellement me faire pardonner, de rendre hommage à un des symboles du Racing, la chanson « Les Corons » de Pierre Bachelet…

Allez tous avec moi :

Au nord, c’était les Corons,

La terre, c’était le charbon

Le ciel, c’était l’horizon,

Les hommes… DES VIOLEURS D’ENFANTS !

Allez, dis-le que tu y as cru à l’hommage entier et sincère…

Bon faut pas m’en vouloir. Entre le Racing club de Lens et le Sporting, ça n’a jamais été l’amour. Tout le monde se souvient de la guerre civile à l’automne 2012 en L2 (avec la générale et l’épisode Cichero). Pour ceux qui l’ont oublié, je vous cite quelques extraits du compte-rendu d’un supporter lensois à Furiani en cette chaude après-midi  :

«  J’ai pris l’avion pour la Corse, j’ai vu du soleil, j’ai vu des Corses, ils étaient sympas, j’ai discuté avec eux, j’suis allé à Bastia, j’ai encore vu des Corses, j’ai mangé d’la charcuterie, elle était trop bonne : « Oh! Trop bonne votre charcuterie! ». J’ai rediscuté avec eux, ils étaient toujours sympas, j’suis allé à Furiani, j’ai vu d’autres Corses, ils étaient moins sympas, voire même pas sympas du tout du tout. J’me suis demandé ce que ressentait un gladiateur dans une fosse aux lions, j’ai ressenti la même chose. Bref, j’suis allé à Furiani.

Le match se termine, les insultes et projectiles n’ont, pendant ce temps, pas cessé. Et elles ont même pris de l’ampleur en cette fin de match. Les menaces sont réelles et d’une forte violence tout comme les invitations à la baston, et même des stadiers ou secouristes se mêlent aux menaces. L’un d’entre eux dira avec un sourire mesquin : « j’espère que vous courez vite… » […] »

Mais le contentieux remonte très loin. Dès les années 70-80, où les joueurs bastiais avaient été accueilli par des pluies de pierre dans le Nord. Une vraie belle rivalité souvent méconnue…

L’AVANT-MATCH :

Les compos sont assez classiques. Celle du RC LENS est vraiment sans surprise

Côté Sporting en revanche, la titularisation d’Hervin Ongenda me laisse sceptique… Même si c’est un autre joueur prêté par le PSG qui va me donner envie de me percer les dents et de m’arracher les couilles à la pince coupante :

LA RENCONTRE :

Une belle rencontre de merde, comme nous habitue le Sporting depuis un moment. Dès le début, on sent bien que notre inexpérience et notre insuffisance offensive nous condamnent à subir dès les premières minutes (et ça va durer jusqu’à la fin).

Heureusement que, sous Printant, la défense du Sporting est un Paquebot d’une solidité assez incompréhensible. Comme contre Bordeaux, la maladresse lensoise nous aide aussi pas mal. Mais il faut noter une bonne prestation de Modesto (qui est monté d’un cran puisque Cahuzac était suspendu) et surtout l’excellent match de Peybernes qui confirme tout le bien que je pense de lui.

Et forcément, comme à Toulouse, sans rien faire du match, on se retrouve à mener 1-0 sur un pénalty de Boudebouz qui se la joue freestyle en foutant un panenka au fond du rectum de Riou.

Mais évidemment, alors qu’on tient jusqu’à la 80ème minute, un événement magnifique arrive…

Alphonse Areola, prêté par le PSG, ancien Goal de Lens, décide de donner un petit coup de pouce à ses coéquipiers et fait une triple-couille en 30 seconde.

1) Une frappe non-cadrée et molle arrive à proximité. Evidemment, ce connard se couche au lieu de la laisser sortir

2) En voulant l’attraper… Il la relâche dans les pieds d’un attaquant. Intervention de Toto… Pénalty.

3) Le pénalty, mal tiré, arrive dans ses mains… Qui sont frappés soudainement de la lèpre… But de Lens : 1-1

Entre lui et Hervin, ça ne m’étonnerait qu’à moitié que ces sombres connards du PSG ne soient pas derrière tout ça : « Bon les gars, c’est nous qui vous payons. Alors depuis l’affaire Brandao, les Corsicos, on ne peut pas les blairer. En plus, ils nous insultent sur des banderoles. Donc vous allez me faire le plaisir de les envoyer en L2, et on vous donnera une petite prime à votre retour à Paris, promis ».

J’ai envoyé un mail à Alain Soral qui m’a expliqué que c’était aussi la faute des juifs. Et comme le dit le dicton « Soral a raison ».

On fait donc un résultat nul. Invaincu, certes, mais dans ce match à 6 points, la victoire aurait été fantastique… Mais bon… Faute de mieux…

LES NOTES                 

AREOLA (-2000000000²²²²²²²/5) :

CIONI (3/5) : Du Cioni. Pas merveilleux, mais pas hors-sujet et impliqué. Un soldat !

PEYBERNES (4.5/5) : Excellente prestation. Bon dans les duels, pas dégueulasse à la relance. Une bonne surprise

SQUILLACI (3.5/5) : Toujours solide dans les duels et dans le placement. Mais provoque malheureusement le pénalty

MARANGE (3.5/5) : Beaucoup mieux que les dernières semaines. Il a même décidé de pas se faire bouger à chaque duel

MODESTO (3.5/5) : Même si son âge le rend moins vif, surtout dans une zone comme le milieu, il a su nous éviter plusieurs actions dangereuses.

GILLET (4/5) : Plus proche de la Belgique, il a fait un de ses moins bons matches. Et pourtant, il a récupéré près de 20 ballons. L’absence de Cahu à ses côtés se fait quand même ressentir. Ces deux mecs sont fait pour être ensemble #mariagepourtous

BOUDEBOUZ (3.5/5) : Précieux dans la conservation, conclut son pénalty. Service minimum mais efficace

PALMIERI (3/5) : Le seul joueur offensif qui a eu envie de jouer vite vers l’avant. Mais trop de déchet et trop de touches inutiles

ONGENDA (2.5/5) : Déjà, il y a du mieux dans la mentalité… Mais techniquement, ça reste très très faible…

KONE (3.5/5) : « Je ne sais pas son nom, je ne sais rien de lui. Il m’a aimé toute la nuit… Mon Famoussa »

 

Allez, salut les tristes (©MNF)

LA KRIMAU

Mon ennemi d’un soir vous donnera sa vision du match 

Si vous voulez rencontrer des gentils supporters du Sporting, c’est ici 

Si vous voulez vraiment comprendre les sentiments qui animent un supporter du Sporting, c’est ici 

Et merci à Pistellu pour les illustrations.

3 thoughts on “Lens – Bastia (1-1) : La Furiani Académie livre ses notes

  1. je comprends même pas ce que c’est l’image supposée dégueulasse, une bouillie d’enfants?

  2. Absolument. Et c’est absolument monstrueux… J’ai honte.

    Je précise à toutes fins utiles que c’est évidemment du 64ème degré et que j’ai une affection particulière pour les gens du Nord :D

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.