Napoli – Milan (1-1) : la Napoli académie a fini les pasta

Luca Banti ne sait pas arbitrer, pas plus que l’ensemble de ses confrères quand il s’agit de siffler en faveur du Napoli. Une honte. Et Milan est venu à Naples comme Carpi, avec un peu plus de réussite : Quevilly contre l’OM. Et pourquoi a-t-on besoin de 15 occasions pour mettre un but ? Mes couilles.

 

Les notes :

Reina (2/5) : il a encore oublié d’être décisif.

Hysaj (3/5) : il a bien couvert sa zone, en revanche ses offensives n’ont pas toujours eu du succès.

Albiol (4/5) : Niang ne lui a échappé qu’une fois, le reste du temps l’Espagnol a fait de lui sa chose. Bon, on parle quand même d’un type qui n’a jamais convaincu à Montpellier.

Koulibaly (3/5) : solide ! pourquoi Deschamps n’a-t-il pas encore pensé à lui pour l’équipe de France ?! Curieux !

Ghoulam (3/5) : un assez bon match, mais malheureusement ses centres, pas toujours mauvais, n’ont jamais trouvé preneur. Bonne défense Alex-Zapata, qui nous ferait presque oublier Costacurta-Baresi. Non je déconne.

Jorginho (3/5) : que pouvait-il faire, quand les attaquants restaient collés à leurs adversaires comme des tuteurs sur des arbres jeunes ?

Allan (3/5) : il s’est cassé les dents sur le dispositif emmerdrant du Milan.

Hamsik (2/5) : Marek est en quête d’inspiration. Qu’il tue donc des chats, tout ira mieux.

Callejon (2/5) : il n’a pesé qu’une fois, sur le but d’Insigne, en brouillant les pistes grâce à son appel.

Insigne (3/5) : buteur chanceux, il a cessé de peser sur le match au retour des vestiaires. Après que le Napoli a obtenu un coup-franc très intéressant, il a laissé Mertens tirer dans le mur, alors qu’il aurait très probablement mieux fait ; où étaient donc ses couilles ?

Higuain (2/5) : sous bonne garde, il pouvait difficilement faire la différence. Pourtant, il s’est obstiné à jouer seul, oubliant trop souvent ses coéquipiers mieux placés.

 

Les remplaçants :

Mertens : quelle niaque ! Mais il n’a trouvé que le poteau.

Gabbiadini : il a davantage défendu qu’attaqué.

El Kaddouri : il ne sera jamais ce héros qu’il aimerait tant être, et qu’il manque d’être à chaque fois qu’il rentre, à un poil de cul près.

 

Baci les Nîmois.

Loulou

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.