OM-En-Avant Guingamp (2-1 a.p) : la Canebière académie livre ses notes

Et bonne année aux dromadaires

 

Aïoli les sapiens !

Le début d’année est toujours une période intense pour les dromadaires : figuration dans les crèches vivante, tournée des trois mages, prise de vue avec Gérard Holtz pendant le Paris-Dakar (une obligation dont les intégristes nous ont récemment soulagés, ce qui prouve qu’il ne faut pas porter hâtivement de jugements négatifs sur les gens)…

C’est pourquoi, de même que pour les joueurs, ce match offrait l’occasion d’une petite reprise toute en douceur. Mais avant tout, je voudrais comme c’est la tradition présenter mes vœux.

2013 sera en effet pour Marseille une « année capitale » (clin d’oeil complice). Une année où, pour une fois, la France et l’Europe vont oublier les quelques menus travers de notre belle cité. Non non non, on ne parlera pas du taux de chômage abyssal, de la corruption, du racisme ordinaire, de l’incapacité des élus à avoir un niveau de langage qui s’élève au-dessus de Jean Roucas, de l’expulsion des pauvres du centre-ville, des meurtres aux armes lourdes et légères…

Non non non, ami cultivé, cette année on oublie tout ça, on te parlera culture avec notre si bel accent, tu pourras venir admirer la belle Provence que tu aimes. Pour que tu sois comme chez toi, on a même évité de faire trop de place aux artistes locaux, des fois qu’ils te parlent mal. En plus, les autochtones seront de la fête : comme on est sait bien que le Marseillais ne comprend rien à la haute culture, on a bien pensé à mettre en place une communication pour demeurés pour leur dire à quel point ça serait super.

Alors ami cultivé, c’est du fond du cœur que je te retransmets cette petite carte de vœux made in Mon Vier:

[jwplayer mediaid= »33024″]

Les formalités protocolaires étant évacuées, passons aux notes.

S. Mandanda (4/5) : A la 91e minute, il remporte le Grand prix Imodium, pour avoir évité la vidange sauvage de 33000 sphincters marseillais en moins d’un dixième de seconde.

L. Mendès (3/5) : Un match Brigitte Bardot pour Lucas : on préfère se rappeler que des débuts que de la suite, sans parler de la prolongation.

S. Diawara (3/5) : Détendu en début de match pendant que Mendès faisait le boulot, plus actif par la suite pour colmater les fuites. Quelques montées balle au pied histoire d’évacuer l’alcool du réveillon (du réveillon 2011, s’entend).

K. Abdallah (2/5) : « Mon Père, je dois vous avouer… j’ai si honte mais… je trouve que… – Mon Dieu, c’est si difficile à dire – je … je trouve que Kaboré est meilleur que lui à ce poste (pleurs). »

J. Morel (2/5) : Un match « Mrs Mia Wallace » : une fête tranquille en bonne compagnie qui se poursuit par dix minutes de coma, et sans doute une bonne piqûre d’adrénaline de Vince Baup Vega pour le faire tenir jusqu’à la fin du film.

J. Barton (2/5) : Certes il joue un rôle essentiel dans la stabilisation du jeu marseillais. Mais on ne s’attendait pas à ce qu’il se fasse autant malmener par le milieu guingampais. Et lui ne devait pas s’attendre non plus à ce que Jordan Ayew soit le seul attaquant du club à comprendre ses passes.

B. Cheyrou (2/5) : Prestation basique pour Benoît, qui semble cependant retrouver des sensations de joueur de football. On peut espérer une remontée en puissance.

F. Raspentino (4/5) : On connaissait les Pink Floyd de Kiev, nous avons désormais les Pussy Riots de Marseille, constitués des frères Ayew et, désormais, de Raspentino. Ces trois-là n’ont pas été envoyés au goulag mais prêtés à des clubs bretons, ce qui revient sensiblement au même. Pour ça, et aussi pour sa bonne première mi-temps, Florian mérite une notation plus indulgente que ses camarades.

M. Valbuena (2/5) : Une belle combativité, mais l’efficacité n’était pas au rendez-vous. Mathieu, c’est comme un phacochère : quand il ne se roule pas par terre, on voit bien qu’il n’est pas heureux.

L. Rémy (2/5) : Une mise en route difficile puis, peu à peu, a montré une réelle activité à défaut d’être décisif. Des décisions arbitrales différentes auraient pu renforcer son impact sur le match.

remyretenu_a_GIFSoup.com

Le tirage de maillot sur Rémy n’était pas très net.

AP. Gignac (4/5) : Karl Lagerfeld aurait dit à propos de son jeu : « C’est moche mais ça peut vous sauver la vie ». Son deuxième but a amené une vague de suicides dans les milieux athées.

Saintes-Maries-de-la-Mer_Sainte_Sara

« Mais ? Il y en a un qui a déposé un Big Mac dans les offrandes ! »

 

Les remplaçants :

77e : R. Abdullah pour F. Raspentino : Une rentrée qui a plutôt stabilisé un milieu de terrain fatigué, même si elle n’a pas évité l’égalisation.

101e : Ch. Kaboré pour K Abdallah : pas mal, pour une fois. Un peu de mauvaise foi pourrait même lui attribuer un centre décisif.

115e : D. M’Bow pour J. Barton.

 

L’invité zoologique du jour : Gianluigi Bufo

Bien connu dans le monde chamanique et artistique, le léchage de crapaud est une pratique permettant, grâce aux substances sécrétées par le gracieux animal, de produire des visions hallucinatoires aboutissant sur la toile ou sur l’écran à des productions dont l’esthétisme douteux est compensé par la profusion de couleurs et d’effets visuels inédits. Notre batracien était donc l’invité adapté pour commenter avec nous un match télévisé par Fred Godard. Une fois sorti de son hibernation, Gianluigi a sélectionné pour nous les faits divers suivants :
– Les autres : Magie de la coupe, mon cul. Hier, le « petit » était aussi amorphe que nous. Pas terribles devant, inquiétants derrière, seul le milieu Imbula a attiré l’attention.
– La citation : « Je peux vous assurer que nous jouerons en blanc toutes les rencontres au Stade Vélodrome jusqu’à la fin du championnat. » Pitre.
– La suite : Après Quevilly l’an dernier, nous retournons chez un club haut-normand, le FC Rouen. Il y a 20 ans, nous l’avions éliminé au même stade grâce à un pénalty consécutif à une faute sur Igor Dobrovolski, ce qui en dit long sur son insignifiance.
– Presque : Comme nous, les Marseillais de Consolat ont concédé l’égalisation à la fin du temps règlementaire ; malheureusement, eux ne s’en sont pas remis et ne nous rejoindront pas en 16e de finale.
– Le goût du jour : Bêtement suiveur des tendances, Blaah te propose désormais de le retrouver sur Facebook ; me demande pas pour quoi faire, je n’en sais rien ;

Bises massilianales,
Blaah.

 

8 thoughts on “OM-En-Avant Guingamp (2-1 a.p) : la Canebière académie livre ses notes

  1. Blaah t’as une info qu’on a pas concernant Jordan? Il va être prêté à Inzinzac-Lochrist ?

  2. Non, c’est un reste de la cuite du réveillon. Y en a qui vomissent, moi j’invente des clubs dans le parcours de Jordan (ce qui ne m’empêche pas de vomir pour autant, d’ailleurs)/

    Si tu tiens à la vanne, remplace Ayew par Morel, qui vient de Lorient, ou par Kaboré, qu’on devrait se fa. Au pire, on démarre une rumeur Foot Mercato à partir de ton commentaire.

  3. Ah oui, autre truc, quand je suis bourré j’ai tendance à appuyer sur « envoi » avant de finir mon commentaire. D’autres questions ?

  4. Même photo que pour la « One Two Three académie », qui m’avait bien fait kiffer…

    Je reconnais cette plume Dioufienne associée à un style rigolol…

    Serais-tu le même académicien ??

    Si oui, c’est bien.

    Sinon, on s’en carre. Allez Paris !!!

  5. Blaah, je vois que la dent cassée t’a inspiré.

    Belle hommage a l’expression « mon vier! » qui reste notre fer de lance en matière d’analyse footballistique « Et mon vier, maintenant ».

  6. Merci bien. Pour l’inversion des photos de couv, c’est le service mise en ligne qui devait être bourré.

    Mais c’est bien pardonnable. Ce serait surtout grave à la Chanti Académie s’ils inversaient les photos de Michela Aquilani avec Maryse Joassains.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.