Toulouse FC – Stade de Reims (0-1): La Viola Académie attend la fin

Après une trêve d’une semaine, la Viola Académie est de retour. Le déplacement à Strasbourg? On ne l’a pas regardé, on l’a déjà oublié. Ce soir, le TFC reçoit Reims, 9ème et meilleur défense du championnat. Malgré notre dynamique désastreuse, cela reste un match à notre portée et la victoire est vitale malgré la volonté affichée de Kombouaré de jouer le nul. Oui ce soir, c’est quasiment notre dernière chance de nous sauver…


Onze hommes en violet

Les semaines s’enchaînent pourtant Kombouaré a toujours aussi peu de certitudes dans ses compositions d’équipe. Et toujours autant d’indisponibilités. Les dernières en date: Isimat-Mirin pour suspension, Goncalves, Leya Iseka et Gradel pour blessures. Gros coup dur en défense, où on est loin d’être serein cette année. L’absence de Gradel, probablement jusqu’à la fin de la saison, est regrettable car c’est notre capitaine et qu’il s’est toujours donné pour le club malgré un début de saison compliqué. Mais son absence n’est pas irremplaçable et ne devra pas justifier notre pauvreté offensive.

Donc, ce soir, Antoine nous offre notre neuvième charnière centrale de la saison car c’est Moreira qui accompagnera Rogel dans l’axe, et non pas Amian. Pourquoi pas après tout. Sylla toujours là, ça ne choque plus personne.

Au milieu, pas de Vainqueur. Bon… C’est Koné et Boisgard qui seront chargés d’animer le jeu toulousain avec Sangaré placé un cran plus bas. On se prive de l’un de nos meilleurs joueurs et de sa grande expérience car on ne sait pas l’associer correctement à Sangaré…

Devant, du classique: Dossevi et Saïd sur les ailes, Yaya bien seul en pointe. Aucun risque qu’il ne touche un ballon donc.


Le mâche

Le match s’ouvre dans une ambiance pesante. La compo d’Antoine semble sans idée, c’est la dix-septième journée et on ne sait déjà plus quoi faire. Les Indians demandent la démission de Soucasse avant même le coup d’envoi. Pour rassurer tout le monde, Rogel offre aux Rémois leur première action en glissant sur la balle… Puis enchaîne sur un combo tête ratée-chandelle. Cinq grosses premières minutes de l’Uruguayen, mais Sylla ne compte pas le laisser lui voler la vedette: il nous sort une chevauchée tête baissée dont il a le secret, avec perte de balle et non retour défensif: Oudin profite donc de l’espace laissé par le latéral violet et vient buter à angle fermé sur Reynet. Première alerte sur notre but.

On n’est pas encore à la dixième minute de jeu que Rogel tue déjà le game: seul aux quarante mètres, il rate la balle sur sa passe puis glisse. Oudin récupère et file au but. Reynet ne peut que dévier la frappe de l’attaquant champenois… 0-1. C’est déjà magnifique. Il y a du Nakata, du Gerrard, dans le geste de Rogel. Il a beau s’énerver contre lui même, on est à peine surpris tant sa fébrilité technique depuis le début de saison nous pousse à nous questionner sur la véracité de sa licence pro. 

Le quart d’heure qui suit est un calvaire… Reims fait tranquillement tourner pendant que nous essayons péniblement d’enchaîner trois passes. Boisgard fait des unes deux tout seul, centre et reprend… Il semble être le seul toulousain à avoir envie de courir. On est statique dans notre moitié de terrain, on a définitivement abandonné tout pressing. Pourtant, c’est sur une pression de Saïd que le Tef se procure sa première action. À force de jouer dans un fauteuil, les centraux d’en face sont surpris par la montée de l’ancien dijonnais et perdent la balle dans leur surface. Said centre pour Boisgard, qui a évidemment suivi. Trop court. Yaya arrive en catastrophe mais ne peut pousser au fond. Cela nous aurait fait beaucoup de bien de revenir à la demi-heure de jeu.

Très peu d’action dans cette première période, Dossevi expédie un coup franc intéressant au dessus du stade… On exagère à peine. Cafaro s’illustre sur une belle volée à l’entrée de la surface, on va pas en prendre un par tous les anciens du club quand même… Puis c’est Manu qui réveille (un peu) le Stadium, sur une frappe contrée qui passe juste à côté. Cette dernière action découle d’un bon pressing haut de Yaya, mais pourquoi on attend si bas?

On est à la trente-cinquième minute et cela fait bien un quart d’heure que les Indians se sont tus. Ils sont assis, dépités. Et pourtant, ils en ont de la patience d’habitude… Seuls quelques “oléééé” à chaque passe réussie par Rogel viennent briser le silence. C’est dur pour lui mais c’est drôle quand même. 


Voilà, rien de plus dans ce qui doit être la pire première période que l’on ait vu depuis loooongtemps. Alors oui, on n’a pris qu’un but, on n’a connu pire niveau fond de jeu horrible (si si) mais là c’est le langage corporel des joueurs qui est affreux: résignés, tout semble déjà plié pour eux. Dur…

Mi-temps ou plutôt petit point:

“Mcdonalds-maxi-best-of-big-mac-on-est-gentil-maintenant-on-est-en-vert-challenge©” du jour nous offre un affrontement entre deux équipes féminines. Une première, il était temps les gars… Il nous permet surtout de rajouter un nommé de plus dans la catégorie “le speaker du TFC a massacré mon nom”. Escalquens, prononcé EscalquHEINSS. Sérieux ce mec s’intéresse à sa ville, à son club, à son boulot? En tout cas, on a vu des buts et des tirs, merci les filles!


Bon, on reprend le match, avec on espère plus d’envie. Et ça part plutôt bien, ça combine sur le côté droit: Dossevi, Amian, Boisgard, Koné… Les centres affluent mais personne à la retombée. Sangaré s’essaye de loin, sans danger pour Rajkovic. Le premier quart d’heure du second acte est toulousain. Le côté droit pousse fort mais n’arrive pas à finir. 

Puis c’est le côté gauche qui s’illustre enfin. Après un festival de Sylla, aussi improbable qu’efficace, Said récupère la balle dans la surface sans pouvoir frapper. Boisgard tente mais est contré, la balle revient sur le Guinéen qui envoie tout cela proprement en tribune. L’action de trop pour les Indians qui enlèvent leur bâche. Geste symboliquement assez fort: le kop disparaît. 

Arrivée l’heure de jeu, Reims se réveille, marque un but mais Reynet l’arrête: sur corner, le portier toulousain repousse une tête à bout portant, premier miracle. Sur le corner qui suit, le ballon vient rebondir sur le bras de Sangaré, le Tef s’en sort difficilement mais reperd la balle. Sylla sauve alors la patrie sur une offrande en retrait. On pense souffler mais la VAR intervient alors. Les arbitres dans le car ne juge pas la main intentionnelle (ça compte ça encore?), on est une nouvelle fois sauvé…

Kombouaré tente alors un coup et fait rentrer Koulouris pour… Boisgard. QUOI? Et Makengo pour Said. Il est encore là Makengo? Changements lunaires, que l’on pourra étudier durant les générations sans jamais les comprendre. Pourquoi sortir Boisgard? L’un des seuls à se démener au milieu… Pendant que nous étions en train d’extérioriser notre incompréhension, Saint Baptiste nous gratifie d’un second miracle sur une frappe de près. C’est quoi ce match?

Après avoir enlevé leur bâche, les Indians décident de quitter leur tribune. Il reste un quart d’heure à jouer et tout se joue en tribune. La sortie de Dossevi est accompagnée d’un envahissement de la tribune honneur. Certains Indians pourront aller jusqu’à parler avec Sadran, qui gère bien l’affaire en calmant le jeu et discutant, puis la sécurité virent tout le monde. Depuis la moitié de la première période, les stadiers s’étaient regroupé devant la pelouse, ils le sentaient venir. Reims rate encore une action franche alors que des supporters sont presque sur le terrain. Le jeu continue. Le public demande la tête de Soucasse et de tous ses collègues. Les agents de sécurité courent dans tous les sens devant les bancs de touche, la direction paye des années de gestion chaotique. Les trois supporters Rémois sont même exfiltrés en urgence, alors qu’ils étaient quasiment seul dans le virage Ouest… 

Histoire de calmer les choses, le quatrième arbitre donne cinq minutes de temps additionnel dans une rencontre qui n’a que trop durée… Dernier corner, Moreira chauffe le public, mais Sylla décide de le tirer, je vous laisse deviner la suite… Coup de sifflet final, un peu hébétés, on met quelques minutes à se lever de nos sièges: ça y est, on a un pied et demi en Ligue 2.


Kiksékireste, kiksékipar: Notre TFC Ligue 2 – 2020/2021

Nouvelle rubrique mi-pessimiste, mi-anticipatrice. Qui va-t-on pouvoir et vouloir garder?

Déjà, réglons rapidement le cas des prêts: Vivi Makengo, Nicolas Isimat-Mirin, et William Vainqueur. On voit mal les deux derniers prolonger l’aventure en Ligue 2, malgré une option d’achat pour le central. Makengo, lui aussi achetable, fut le tube de l’été et… rien de plus. Donc, les trois repartiraient. 

Dans la cage, Reynet a enchaîné les miracles depuis son arrivée. Malgré quelques coups de moins bien, il reste une valeur sûre de Ligue 1 et mérite mieux. Donc, il pourrait partir. Goiecochea titulaire? Effrayant… Le jeune Bloch? Pourquoi pas.

En défense, Amian et Shoji peuvent ambitionner à mieux. Même s’il a longtemps été blessé, on voit mal l’international japonais s’enterrer en Ligue 2… Qui reste-t-il? Diakité, Moreira, Diarra, Goncalves, Rouault et la paire Sylla-Rogel, que l’on n’est pas prêt de nous voler. Quoiqu’il arrive cette année, il serait bon de s’en séparer. Et de se séparer aussi de ceux qui les ont fait venir… 

Au milieu, Sangaré risque d’avoir un bon de sortie. Dossevi peut espérer rester dans l’élite ou accepter un rôle de mentor de fin de carrière. On prend tous les jours. Boisgard, qui jouait pourtant en National l’an passé, semble pouvoir trouver une place en Ligue 1. Et ouais… Bon après, si on peut le garder, on ne dit pas non. Manu Koné devrait rester et prendre de l’ampleur. Sidibé, toujours blessé, ne risque pas de bouger…

En attaque, Gradel partira, c’est presque une évidence. Koulouris, comme Shoji, peut facilement écarter l’aventure et rentrer en Grèce. Il y a le cas épineux de Saïd, plus chère recrue de l’histoire du TFC. On le voit mal descendre. Si on peut récupérer quelques uns millions investis sur lui… À voir comment Sadran souhaite gérer tout cela. Yaya, Leya Iseka, Jean (option d’achat à Lens?), Adli, Taoui devrait faire parti de notre épopée remontée!

À cela viendra évidemment s’ajouter des recrues, surement expérimentées, pour venir encadrer nos jeunes pousses. Et un coach avec un vrai projet de jeu à long terme évidemment.

Donc si on pousse encore plus loin, l’équipe de l’an prochain pourrait être celle la:


Le mot du président

“Les gens qui ne voudront pas participer à la phase retour, ne plus aller au stade, pourront venir rendre leur abonnement et seront remboursés pour la deuxième partie de la saison. […] On propose un spectacle qui n’est pas digne du prix payé”.

Mais Olivier, quand ma chaudière est tombée en panne, le chauffagiste il ne m’a pas proposé de me la rembourser, il me l’a réparée… J’aurais fait comment sans chauffage sinon?


On tranche, on juge, on condamne… Avec amour et neutralité

Baptiste Reynet L1/5: Encore quelques miracles à son actif ce soir… Il débute le match avec les Indians juste derrière, pas sur que ça celui qu’on a le plus envie de pourrir et pourtant ça doit être le seul à tout entendre. Rendons lui sa liberté et merci pour tout.

Kelvin Amian L1/5: De bons mouvements dans son couloir droit, le seul où il s’est passé quelque chose. Lui aussi devrait pouvoir trouver refuge en Ligue 1 ou en Championship, lui qui rêve d’Angleterre.

Steven Moreira L2/5: Titularisé dans l’axe, il n’a pas démérité. Il a même haranguer ses coéquipiers à quelques reprises. Peut-être un peu juste pour jouer autre chose que le maintien, il pourrait être une valeur sûre à l’étage inférieur. 

Agustin Rogel Promotion District/5: Avec 2,5M d’euros, on peut s’acheter 312500 sandwichs américains au camion juste en face du Stadium. Que l’on recommande d’ailleurs. Franchement, si c’était à refaire, on prendrait les américains. 

Issiaga Sylla Foot?/5: Pour la première fois depuis longtemps, il n’aurait pas été notre premier choix si on avait pu offrir un aller simple pour la Turquie à l’un d’entre eux. Performance en hausse? Adversité en baisse? On vous laisse juge.

Ibra Sangaré PL/5: Apparemment plus compatible avec Vainqueur, il a essayé d’animer et de récupérer… Son profil devrait intéresser quelques clubs anglais. Si Zambo a trouvé preneur…

Manu Koné L2/5: Encore bien vert. Un bon potentiel mais clairement pas le bon moment pour l’exploiter. On compte sur lui l’an prochain!

Quentin Boisgard L1/5: Le meilleur ces dernières semaines. Il semble courir deux fois plus que les autres, il est dans tous les bons coups. Et dire qu’on ne voulait pas le garder cet été… Il mérite de rester en Ligue 1, mais on espère tellement pouvoir le garder avec nous. Remplacé par Efthymios Koulouris (65e minute), qui doit encore se demander pourquoi il est venu se perdre dans cet enfer…

Matthieu Dossevi L1/5: Sans démériter, le capitaine n’a pas réussi à trouver la bonne passe décisive alors que tout le jeu reposait sur son côté. Un dernier baroud d’honneur en première division est envisageable pour lui. Remplacé par Nathan Ngoumou (81e minute), pitchoun de l’épopée Gambardella à suivre.

Wesley Saïd L2/5: Certes il avait Sylla sur son côté mais ça n’excuse pas tout. Peu de ballon, il a été transparent tout le match. Pas d’envie, pas de mouvement… Il ne faut pas qu’il oublie qu’il vient d’arriver, qu’il a un long contrat et que le coup du bras de fer, avec Sadran, ça marche rarement… Remplacé par Vivi Makengo (69e minute), qui était déjà annoncé sur le retour à Nice et qui joue vingt minutes ce soir: surement plus que ces deux derniers mois. N’allez pas chercher une logique la dedans…

Yaya Sanogo L2/5: Comme d’hab, aucun ballon, aucune course, aucune mobilité. Mais ça, on le savait dès la compo…

Antoine l’éphémère ?/5: Des choix contestables mais surtout une absence totale de tactique: plus de pressing, plus de projection… À quoi sert-il? Et puis les changements en cours de match… Définitivement pas son truc. Ca sent le sapin pour Antoine et pas parce que Noel approche. 


Allez on file, on se retrouve samedi prochain à l’Allianz Riviera!

LaGaronneEstViola

Un commentaire

  1. Attends tu le prononces comment Escalquens du coup ?
    Moi je l’ai toujours dit comme ça aha

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.