#GIANNIBRUNOCHALLENGE : Les challengers 2/2

C’est l’heure de sortir une nouvelle fournée de challengers. Grâce au football, ils ont exploré la France d’est en ouest et du nord au sud. Dans le cadre du #GianniBrunoChallenge, ils forment l’élite. A ce jour, il y a 5 joueurs connus à avoir réalisé un meilleur score que Gianni lui-même (pour rappel, 10,6% de territoire non découvert, la valeur étalon).

Si vous n’avez jamais attendu parler du #GianniBrunoChallenge ou si vous n’avez pas saisi toutes les subtilités du calcul du score, je ne vous juge pas. Mais allez vite (re)lire cet article d’introducfion.


L’inconnu

Il fallait bien un gardien dans cette sélection. Il m’était complètement inconnu mais un académicien orphelin de club et à l’esprit libre s’est souvenu de lui. Christophe Gardié a été formé au RC Lens. Il a aussi joué à l’EA Guingamp et au FC Sochaux. Il termine son tour de France des extrêmes par un passage au Perpignan FC (D2 de 1993 à 1996). J’en profite pour vous informer que le club est maintenant nommé Canet Roussillon FC et surtout que la ville de Perpignan est sur la même latitude que Bastia et génère donc le même pourcentage pour le sud dans le challenge.

Christophe Gardié – Lens (1,2%), Guingamp (2,0%), Sochaux (3,5%), Perpignan (2,2%) = 8,9%


Le champion

Ce n’est pas forcément évident de mener une carrière à la poursuite du challenge tout en gagnant des titres. Mais ce milieu a fait coïncider ces deux types de performances: champion de D2 en 1987 et champion de D1 1989. Gérard Bernadet est aujourd’hui adjoint au… LOSC, ça lui colle à la peau. En tant que joueur, il a connu le Valenciennes FC, le Stade Brestois, le FC Mulhouse et l’Olympique de Marseille. Pas le plus connu des joueurs de l’OM de Tapie, grâce au challenge il devrait prendre enfin la lumière.

Gérard Bernardet – Valenciennes (1,4%), Brest (0,1%), Mulhouse (1,3%), Marseille (6,8%) = 7,7%

Hormis Gianni lui-même, aucun joueur de la sélection n’est passé par la Corse. Il en reste trois, eux ont couvert une partie de l’île de Beauté. Un vrai passage obligé pour remporter ce challenge. Place au podium.


Le colosse

Défenseur central de 1m93, originaire du Sénégal, il débarque en Europe via la Suisse avant de découvrir le championnat de France et les quatre coins du pays. En 2007, Kader Mangane débute son parcours par le nord avec une saison au RC Lens, il en passe ensuite quatre au Stade Rennais FC. De 2012 à 2015, il quitte la France. Mais à son retour, deux clubs et un même entraîneur (Thierry Laurey) vont lui permettre de frapper fort au challenge. Au Gazelec Ajaccio, il reste une saison et marque le premier but de l’histoire du club en L1. Au RC Strasbourg, il remporte le titre de champion de L2 en 2017 (avec Baptiste Guillaume) puis prend sa retraite après une dernière saison de L1.

Kader Mangane: Lens (1,2%), Rennes (5,4%), Ajaccio (0,4%), Strasbourg (0,2%) = 7,2%


Le dauphin

Comme un pied de nez, il a fini sa carrière au Clermont Foot, le club le plus central de France. Mais avant ça, cet attaquant a mené une carrière tourmentée mais presque parfaite géographiquement. Bruno Rodriguez n’a joué que six mois au RC Strasbourg et au RC Lens, mais ça compte. Sa carrière l’emmène ensuite à l’EA Guingamp. Bien qu’ayant connu le SC Bastia au début de sa carrière, il s’arrange pour jouer la saison 2002-03 plus au sud, à l’AC Ajaccio, afin d’améliorer son score. A noter qu’il aura aussi croisé Jérôme Leroy, au PSG en 1999.

Bruno Rodriguez – Strasbourg (0,2%), Lens (1,2%), Guingamp (2,0%), Ajaccio (0,4%) = 3,8%


Le G.O.A.T

Il a surpassé tous les autres et réussi à faire mieux que Bruno Rodriguez. Il est, pour le moment, le mètre absolu des clubs français de clubs excentrés. Parmi tous les cœurs purs sollicités, personne n’a trouvé mieux. Jean-Jacques Etamé est né et a été formé au RC Strasbourg où il débute en 1986. En 1989, il passe 6 mois au stade Brestois (en D2). De retour en Alsace, le milieu offensif fait partie de l’équipe qui ramène le Racing en D1 en 1992. Il est titulaire lors du match de barrage d’ascension retour contre le Stade Rennais, au cours duquel il est remplacé par Didier Monczuk. Après une saison de D1 au Racing, il part au LOSC en 1993. Toujours en D1, il joue ensuite au SM Caen, à l’AS Cannes et termine sa carrière professionnelle par une saison de D1 1997-98 au SC Bastia pour boucler son challenge par le sud.

Impossible à battre à l’ouest et à l’est. Pour améliorer son score septentrional, il faut jouer à l’USL Dunkerque ou à l’US Boulogne. Pour améliorer son score méridional, il faut jouer à l’AC ou au Gazelec Ajaccio.

Jean-Jacques Étamé – Strasbourg (0,2%), Brest (0,1%), Lille (0,6%), Bastia (2,2%) = 3,1%


Gianni Bruno est battu. Mais il garde le challenge à son nom. Il a le mérite d’avoir réalisé son score en n’ayant connu que 4 clubs en France, et tous en première division. Le G.O.A.T. Jean-Jacques Etamé est presque impossible à détrôner mais j’espère – et vous aussi, je le sais – qu’un jour, un footballeur y parviendra (ou que quelqu’un se souviendra de celui qui aurait déjà fait mieux).

MinusGermain

2 commentaires

  1. Si un jour il est battu, on l’appellera Jean-jacques Rétamé. Sacré challenge, place à l’Europe !

  2. Tiens, je me disais que c’était dommage de ne pas avoir le Racing Genk à la place de Valence dans la poule de Champions League de Lille. Avec Amsterdam et Chelsea, ça aurait fait la poule européenne avec le moins de kilomètres entre chaque club.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.