Notre Footballologue analyse F.C. Barcelone-Real Madrid (1-1)

Les petits dessins du footballologue valent largement ses grands discours.

Dans la cuvette en zinc de Barcelone, la Maison Blanche se doit de vaincre…tentative d’immersion du Decepticon blaugrana.

Condamné à marquer, le Real Madrid abandonne son architecture benthamienne pour renouer avec un 433 spectaculairement plus acceptable. Le triangle médian a pour base Xabi Alonso-Lass et K² pour pointe derrière CR-Higuain-Di Maria. Les Madrilènes désirent empêcher la construction barcelonaise par un pressing agressif dans le camp adverse puis percuter à la récupération avec CR, K², Higuain ou Di Maria. Ordinairement couplée, la paire XA-Lass doit être dissociée pour comprendre l’animation proposée, comme le montre le pressing madrilène auquel Lass ne participe pas. En effet, Lass alterne entre le rôle de « sentinelle » et le marquage d’Iniesta tandis que XA joue haut afin de servir de rampe de lancement pour Marcelo et CR et composer un flan gauche technique supposé capable d’enrayer le moteur catalan. Toutefois, la position d’un XA – trop haut et sur son mauvais pied – prive le Real de jeu long et place un joueur lent dans le sillage de Daniel Alves. Le Real de début de saison utilisait la même paire de milieux mais avec XA à droite ou sous Lass, ce qui permettait au Basque de tirer des diagonales en direction de CR lancé dans le couloir gauche. Ce positionnement ne permet pas d’utiliser la panoplie du joueur et pourrait s’expliquer par la rentrée d’Iniesta.

En effet, Guardiola récupère son enfant lune à deux faces. En sélection, Iniesta évolue en faux ailier droit (ou gauche) et fait office de clinamen alors que la présence de Messi le place au niveau de Xavi en club. Villa et Pedro sur les ailes, Iniesta se positionne donc aux côtés de Xavi pour constituer le balancier moteur du mouvement catalan. Toutefois, s’il est prisonnier d’un style, le Barça ne l’est pas d’un système et le triangle médian Busquets en sentinelle n’est plus utilisé que pour engager voire tenir durant un éventuel temps fort de l’adversaire. Ainsi, Busquets se hisse en relayeur droit tandis que Xavi passe en centre gauche, poussant Iniesta à s’intercaler entre lui et Villa. De ce fait, le côté gauche devient l’espace d’expression de l’obsédant tiqui-taca de Xavi et Iniesta auquel Villa apporte puissance tandis que Messi, Pedro voire Daniel Alves offrent des solutions face au but. De l’autre côté, la présence de Daniel Alves autorise la lenteur de Busquets et invite à lui ouvrir le couloir. Aussi, la construction barcelonaise revient souvent à un premier ballon sous la médiane dans les pieds de Xavi, relai avec Busquets puis relai avec Messi qui démarre côté droit, Xavi trouve alors Iniesta à gauche pour une passe à deux puis trois lorsque l’Argentin termine sa traversée du terrain. Dès lors, les Catalans combinent à gauche dans les 35 mètres adverses avant de sortir le ballon vers l’axe voire l’aile droite où attendent Messi, Pedro voire Alves.

Puis

Mi temps : « Il pourra faire le waka waka. »

Si Lizarazu sait ce que Piqué fait de ses nuits, qui sait ce que le Basque fait des siennes pour choper la tronche d’un lapin myxomatosé… ?

Laissant passer le crachin madrilène du premier quart d’heure, le Barça s’installe véritablement aux alentours de la 25ème minute et dessine le V de Victoire aux 95 000 spectateurs du Camp Nou.

En effet, Xavi s’installe dans le rond central avec Iniesta-Villa à sa gauche et Messi-Pedro sur sa droite. Si la première banderille est placée côté droit (32′), l’essentiel se passe à gauche où Lass ne peut empêcher Messi de trouver Villa (33′), se fait surpasser à l’épaule par Villa qui sert Pedro (34′) avant qu’une talonnade de ce même Pedro ne permette à Messi de lustrer une nouvelle fois Casillas (36′.) La présence de Pedro souligne la volonté catalane d’insister côté gauche puisque l’ailier espagnol se positionne avant-centre à proximité de Villa et consorts durant ce temps fort, ouvrant ainsi la totalité du couloir droit à Daniel Alves (déboulé à la 38′.) Impulsion à droite, construction à gauche, conclusion dans l’axe, le tout à 5 voire 6 joueurs…réponse madrilène : la paire XA-Lass se reconstitue en attendant la mi-temps.

Même projet de pressing au retour des vestiaires et percussion de CR dont profite Higuain mais Mascherano abuse la buse (but refusé pour faute sur Mascherano, 46′). Décidé à s’installer dans le camp adverse, le Real propose jusqu’à huit joueurs concentrés sur une bande de 25 mètres à partir de la médiane : K² au niveau de Higuain, CR recentré en pendant de Di Maria, Marcelo-Arbeloa dans les couloirs et XA-Lass à la récupération. Toutefois, cette tactique encore plus directe ne résout pas la solitude de Lass qui, en retard sur Iniesta, ne peut l’empêcher d’ouvrir pour Pedro parti dans le dos de Carvalho et Marcelo : 1-0, 53′. Dans la foulée, Lass prend un jaune en compensant XA dépassé sur son côté (57′, faute sur Pedro) et tandis que le Barça continue son entreprise de construction côté gauche, le Real entre Adebayor (pour Higuain) puis Özil (pour K².) Si le mètre soixante-treize de Mascherano légitime le choix du Togolais (bien que Busquets se tiennent toujours à proximité pour compenser), XA enfermé côté gauche empêche d’utiliser efficacement son jeu de tête. Seule « satisfaction », l’entrée calamiteuse de Özil permet à Di Maria de se coupler avec CR et amène l’égalisation madrilène de Marcelo sur centre de la copie de Coppi : 1-1, 63′. Et tandis que Guardiola persiste dans son projet avec l’entrée de Keita pour Villa sur le flan gauche, les pharisiens du Real chassent le Messi mais des 30 pièces d’argent promises ne récoltent que 4 cartons jaunes (Carvalho, 12′ ; XA, 68′ ; Marcelo, 74′ ; Adebayor, 85′.) Victorieux d’une séquence dans laquelle son adversaire a perdu plus que son banc, Guardiola fait entrer un Abidal en rémission et, après l’hommage rendu à la Masia durant le match aller, salue la qualité du staff médical et l’état d’esprit de ses troupes. Force dans des formes, Barcelone renverse la Maison Blanche et plonge son entraîneur dans la saudade.

24 thoughts on “Notre Footballologue analyse F.C. Barcelone-Real Madrid (1-1)

  1. « Mi temps : « Il pourra faire le waka waka. » »

    A mon avis, sur ce coup-là le Liza il n’a pas eu seulement les oreilles qui sifflent : il a dû se chopper l’acouphène du siècle ! Crétin.

  2. « le Real Madrid abandonne son architecture benthamienne pour renouer avec un 433 spectaculairement plus acceptable »

    Déjà parler de 4/3/3 quand il est évident que c’est un 4/2/3/1 le discours qui se veut technique a du plomb dans l’aile.
    Le 4/2/3/1 n’a strictement rien à voir avec le 4/3/3 et n’a rien de spectaculaire. C’est un schéma de contre avec un seul attaquant de pointe, largement banal et banalisé et qui nous a donné cette médiocre coupe du monde.

  3. Belle analyse !

    Côté Real le faible niveau de forme de Kaka et d’Higuain aura été la clef. En jouant avec deux 6 et sans relayeur pur il falait compter sur un jeu bien huilé et des appels précis.Or ce qu’on a vu ce sont des appels trop lents et prévisibles du duo offensif. La solution passait alors par les côtés où Marcelo et Di Maria ont bien donnée mais paraissaient bien seuls.

    Le Real a manqué de présence offensive pour espérer déstabiliser l’adversaire dommage pour eux car sur les deux matchs au final ils n’ont que trop peu joué.

  4. Lou, la différence entre un 4231 et un 433, c’est pas énorme. Suffit que les ailiers soient placés un mètre plus haut.

  5. Pour moi, le positionnement du Real était bien prévu pour un vrai 4 3 3 comme le dit le footballologue. Tant que le Real a pu maintenir un pressing sur 80 mètres de terrain, ce schéma a permis de mettre sous l’éteignoir Alves notamment, et de provoquer pas mal d’approximation de la part de Pujol.

    Ensuite, au bout de 20 minutes environ, ben le pressing a été réalisé plus bas faute d’energie suffisante, et effectivement le schéma de jeu a plus été un 4 2 3 1…

  6. « Lou, la différence entre un 4231 et un 433, c’est pas énorme. Suffit que les ailiers soient placés un mètre plus haut. »

    D’abord, les ailiers n’en sont pas vraiment puisqu’ils sont situés au milieu du terrain dans un 4/2/3/1 et pas en pointe tels ceux du 4/3/3 du Barça. L’animation induite par ce positionnement est très différente (pas de pressing sur les latéraux adverses et de fixation de la défense, déclenchement des attaques loin de la défense adverse et plus prévisibles par ex).
    2 milieux récupérateurs dans l’axe ce ne sont pas 3 milieux répartis sur la largeur.
    Un schéma à 4 lignes comme le 4/2/3/1 ce n’est pas 3 lignes comme le 4/3/3.
    Un seul attaquant de pointe pour faire le pressing ce n’est pas la même chose que 3 dont deux vrais ailiers qui écartent l’adversaire sur toute la largeur du terrain.

    Il suffit de voir la différence de jeu entre Barcelone et l’équipe d’Espagne évoluant avec quasiment les mêmes joueurs pour se rendre compte de cette différence.
    Idem entre les matchs joués en 4/3/3 avec L Blanc (Bosnie, Roumanie Angleterre) et les autres joués en 4/2/3/1 avec une fluidité dans le jeu pour les 3 premiers cités et un jeu poussif et sans imagination pour les autres.
    Le 4/2/3/1 est un système exclusivement bâti pour laisser le jeu à l’adversaire et profiter, en contre, de ses erreurs, par un exploit individuel, un coup de pied arrêté voir une erreur d’arbitrage. Rarement par une mise hors de position collective de la défense adverse
    La dernière CM illustre très bien ce fait. A part un ou deux matchs, aucune équipe menée au score n’est parvenue à l’emporter. Le cas de l’Allemagne est caricatural puisqu’elle fut défaite les deux seules fois où elle fut menée au score.

    Et puis, si les deux systèmes se valent pourquoi les entraîneurs choisiraient-ils l’un plutôt que l’autre? Pour faire joli sur le terrain?

  7. Lou : tu considères vraiment que l’espagne a laissé le jeu à l’adversaire lors de la dernière coupe du monde ?

  8. Lou, ce débat m’intéresse vraiment, je bluffe pas. J’aimerais pouvoir en discuter. Mais je suis trop fainéant pour nourrir un débat via des posts qui seront pour chacun d’entre nous très longs à lire, du fait des arguments que nous avons.
    Pour moi, c’est certainement un problème de « c’était mieux avant », époque à laquelle le premier chiffre correspondait au nombre de défenseurs, le second le nombre de milieux, et le troisième les attaquants. Maintenant, tout ça est remis en question car on se met à compter le nombre de milieux défensifs, etc.

  9. Avoir messi contre soi ou Adebayor dans son équipe…sais pas ce qui a été le pire pour le real.

    Qd adebayor maitrisera la technique comme il maitrise l’antijeu et la mégalomanie bin…nan j’arrive même pas à l’imaginer.

  10. « Lou : tu considères vraiment que l’espagne a laissé le jeu à l’adversaire lors de la dernière coupe du monde ? »

    Le système utilisé était clairement un système de contre en 4/2/3/1 (a part contre le Chili 4/3/3) ) comme la majorité des grosses équipes (Allemagne, Hollande, Angleterre, France, Brésil etc).
    La seule différence (gagnante) de l’Espagne c’est la construction du jeu en passes courtes. Conservation du ballon dont le but est d’attirer l’adversaire pour lui planter un contre. Rien à voir avec la philosophie du redoublement de passes des barcelonais pour imposer une supériorité numérique en attaque et envahir le camp adverse. Quand l’Espagne perdait le ballon c’est l’ensemble de l’équipe qui se repliait dans sa moitié de terrain. A Barcelone le pressing commence dans le camp de l’adversaire dés qu’on perd la balle.
    Maintenant on peut aussi très bien jouer le contre en 4/3/3 (Auxerre de G Roux) Mais Barcelone… non.

    @AlexMinot

    Certes, mais d’un autre coté il me semble que les blogs servent à ça.

    Je ne crois pas que notre époque ait inventé quoique ce soit dans l’animation du jeu. Je trouve même au contraire que les tactiques actuelles sont souvent bien plus rigides qu’autrefois. Disons qu’on a définitivement abandonné le marquage individuel strict (encore que la Grèce en 2004 c’était quelque chose dans le genre) au profit de la zone. Mais les joueurs n’en sont pas forcément plus libres pour autant.
    Un Goethals a utilisé la même tactique du début des années 70 jusqu’à Marseille au début des années 90. Et je suis sûr que s’il était encore là il serait tout aussi performant. Même plus vu le niveau tactique qu’on peut voir actuellement.

  11. @Lou

    Ton premier post est empreint d’ignorance et de mauvaise fois.

    Pour rappel, le 4-2-3-1 du Real peut facilement être vu comme un 4-3-3 dans la mesure où les trois milieux de terrain sont Lass, Xabi Alonso et Kaka et D. Maria+CR7+Higuiain occupent des postes offensifs.

    Ton 2eme poste est une énormité de bêtisé et d’ignorance. Je cite « (…)L’animation induite par ce positionnement ». Mdr, parce que l’animation offensive dépend exclusivement d’un schéma et non pas des joueurs??

    Je me marre, d’après toi il suffit de caractériser un phénomène pour en décrire la trajectoire dans le temps et l’espace?? Bravo, tu as résolu tous les problèmes du monde. Si je suis ton raisonnement, le 4-3-3 d’Arsenal « induit » une animation qui serait la même que le 4-3-3 de manU, de Chelsea et de manCity.

    Encore une pour la route : « Le 4/2/3/1 est un système exclusivement bâti pour laisser le jeu à l’adversaire « . Là c’est juste une sommité dans l’histoire des footix. As tu suivi le Real cette saison?? As tu regardé quelque uns de leur matchs?? Parce que le 4-2-3-1 du Mou c’est la formation qu’il utilise depuis le début de saison et que Madrid a toujours pris le jeu a son compte (sauf contre les culés).

    Alors tes pauvres comparaisons foireuses relatives à la CM, tu peux les reprendre, les ranger, allumer ton pc, te connecter à des sites de streaming, regarder les matchs du Real, comprendre l’animation offenssive qui ne dépend pas du schéma mais des joueurs, éteindre ton pc, poster sur HJ.net, attendre mes corrections et apprendre de tes erreurs.

    En fait, tout ce que tu dis est contestable, tu ne t’appuis sur aucun fait, tu ne fait que débiter des observations qui t’appartiennent et qui sont donc difforme par rapport à la réalité.

  12. Ohhmario, c’est pas du Luigi ton post.

    Surtout la chute. Débiter des observations difformes. (par rapport à la réalité). Heureusement qu’elles lui appartiennent, ça sent mauvais tout ça.

  13. Faute de fond de jeu et de passif collectif très solide, Mou a conmpter sur des éclairs individuels, comme l’atteste les nombreuses courses balle aux pieds.
    La grande diff entre l’Espagne et le barça est la meme qu’entre les 2 espagnes (Euro et CDM.
    Avant,seul Senna restait bas, et David Silva ecarté un max a gauche.L’important était cet axe Senna-Xavi-David Villa plein axe(+Andres parfois), avec Torres devant. LE grand perdant, Silva laisse la place a David V, et on voit plus des mangeurs de ligne entrer (Navas, voir Pedro). Et maintenant ya Sergio et Xabi, alors qaue le barça garde qu’un seul « 6 ».

  14. @Omario

    D’abord tu vas essayer de te calmer et éviter les insultes et les jugements définitifs.

    « Pour rappel, le 4-2-3-1 du Real peut facilement être vu comme un 4-3-3 dans la mesure où les trois milieux de terrain sont Lass, Xabi Alonso et Kaka et D. Maria+CR7+Higuiain occupent des postes offensifs. »

    Tu vois ce que tu veux. Moi je vois Lass et Xabi Alonso devant la défense dans l’axe et les autres un cran au dessus. C’est bien un 4/2/3/1.

    « Ton 2eme poste est une énormité de bêtisé et d’ignorance. »

    Vas-y j’attends tes lumières avec impatience.

    « Mdr, parce que l’animation offensive dépend exclusivement d’un schéma et non pas des joueurs?? »

    Je m’attendais au pire et j’avais raison.
    Qui a dit que les joueurs n’avaient aucun rôle????
    Ce que je dis, si tu arrives à calmer l’émotion qui te submerges, c’est que le schéma est déterminant dans l’animation d’une équipe. Mais tu vas me démontrer qu’on joue de la même manière avec 2 attaquants dans l’axe, avec 3 dont deux ailiers de débordement ou un seul en pointe. Ridicule. Franchement on se demande vraiment pourquoi les entraîneurs utilisent des schémas différents. Par plaisir de la géométrie?

    « Si je suis ton raisonnement, le 4-3-3 d’Arsenal  »

    Je n’ai pas vu tous les matchs d’Arsenal cette saison mais ceux que j’ai vus ça n’a jamais été un 4/3/3. Un 4/2/3/1 ou 4/4/2 mais un 4/3/3…non. Eventuellement mené 3/0 à 5 mn de la fin du match, et encore. Mais c’est vrai que tout se vaut pour toi.On peut disposer l’équipe en vrac, l’important c’est les joueurs.

    « que le 4-3-3 de manU

    Même remarque que pour Arsenal. MU c’est quasiment toujours du 4/4/2 (sauf hier) ou du 4/2/3/1. C’est du Alex Fergusson depuis toujours.

    « Parce que le 4-2-3-1 du Mou c’est la formation qu’il utilise depuis le début de saison et que Madrid a toujours pris le jeu a son compte (sauf contre les culés). »

    Je passe sur l’accusation de footix qui me fait marrer. C’est celui qui dit qu’y est.
    Le 4/2/3/1, oui, est bâti, conçu pour contrer l’adversaire. Ce qui ne veut pas dire que les équipes, nombreuses, qui l’utilise ne se retrouvent pas dans l’obligation de devoir prendre le jeu à leur compte. Tu saisis la nuance?
    D’ailleurs, si mon avis ne compte pas pour toi il y a le président de la FIFA qui expliquait aussi que cette CM était la CM où les équipes laissaient l’adversaire dominer pour mieux les contrer. Mais c’est sans doute un footix lui aussi.
    La DTN française faisait aussi le constat qu’en CM depuis longtemps ce ne sont jamais les équipes qui tentent de dominer qui remporte la victoire. Encore des footix!
    Ton Réal, à ton avis, pourquoi quand il rencontre le 4/3/3 barcelonais il n’a jamais le ballon? Réfléchis juste une fois.

    « tu ne t’appuis sur aucun fait, »

    Ben.. si.. comme sur les résultats de la dernière CM mais manifestement les faits ne sont justement pas ton soucis. La seule chose qui transparaît dans tes propos c’est que tu es un supporter du Réal. Moi je ne supporte aucune équipe et il n’y a que le jeu qui m’intéresse. Et ça fait 30 ans que je m’intéresse à la tactique. Goethals, Tele Santana, Lucien Leduc, la défense en ligne, tu connais?

  15. Ce n’est pas le président de la FIFA que je voulais citer (c’est Platini) mais Le directeur technique de l’UEFA, Andy Roxburgh.

    (Le Monde 21.09.10 )
    Pendant deux jours, Madrid a accueilli les sélectionneurs et directeurs techniques des cinquante-trois associations membres de l’UEFA afin de débattre de l’évolution du football, et en particulier des enseignements à tirer du récent Mondial en Afrique du Sud, remporté justement par les Espagnols.
    Le directeur technique de l’UEFA, Andy Roxburgh, a défini au cours de cette réunion les grandes tendances tactiques du moment. Il a souligné le succès d’une organisation tactique en 4-2-3-1, qui offre des garanties défensives tout en permettant des contres rapides. « Les meilleures équipes sont les plus dangereuses lorsqu’on les attaque », selon lui. « Les équipes peuvent être dominées et remporter la rencontre, en particulier grâce aux contres. »

    Des footix ignorants, sans doute.

  16. @Lou

    Visiblement tu vis dans un monde parallèle où le 4-2-3-1 est une source de jouissance.

    C’est juste grotesque, il faut que tu regardes plus de foot. Lorsque tu dis que ManU joue en 4-4-2, cela illustre parfaitement ton ignorance. Demande toi quel poste occupe Scholes et tu te rendras compte que ManU joue avec cette formation. Pareil pour Arsenal, Fabregas évolue dans un 4-3-3 et si tu n’es pas d’accord avec cela, il faut que tu commences à regarder d’autres matchs que ceux diffusé sur TF1.

    Après avoir mis en évidence ton manque de culture quant aux identités de jeu de quelques clubs comme ManU ou Arsenal, je vais maintenant te proposer un peu de science pour éclairer ta perception du monde réel.

    Pour décrire un phénomène, différentes approches existes, parmi elles, la systémique se propose d’étudier le comportement global d’un système comme étant émergent par rapport aux interactions de ses acteurs constitutifs. As-tu compris??

    Pour comprendre le résultat d’une animation offensive, il faut tenir compte des compétences des joueurs et de leur interactions.

    Un schéma de jeu correspond alors une disposition dans l’espace qui a elle seule ne déterminera aucun résultat. Un schéma de jeu apparaît comme un moyen de guider les acteurs mais leur interactions ne sont toujours pas défini.

    Alors tu as compris le foot?? Ce sont les joueurs qui interagissent par un jeu de passes, de dribbles, de centres et qui vont développer un comportement émergent à savoir « produire du jeu ». Ce jeu personne ne peut le prévoir à l’avance, il est émergent, il est plus que la somme de onze joueurs.

    Alors mon gars, lorsque tu me cites un mec qui dit que « c’était mieux avant », tu n’es pas très crédible. A moins que ce mec soit un entraîneur reconnu…

    C’est ok pour toi? Tu me promet de regarder des matchs de foot et d’observer comment les joueurs sont capables de créer un comportement collectif au-dela d’une schéma sur une feuille de match.

    Promet moi de te soigner et de comprendre qu’un schéma de jeu évolue pendant un match.

    Je vais te confier un secret, tu sais les compositions que Christian Jean-Pierre présente en début de match et bien elles évoluent au cours du match. Si si, je te le promet, c’est un secret que je te confie, ne le dis à personne, il se pourrait que cette révélation soit réfuté par des esprits étroits.

  17. « Visiblement tu vis dans un monde parallèle où le 4-2-3-1 est une source de jouissance. »

    Développe, ça m’intéresse, lol.

     » Lorsque tu dis que ManU joue en 4-4-2, cela illustre parfaitement ton ignorance. »

    Lol, Fergusson ce n’est pas, la majorité du temps un 4/4/2??? De temps en temps un 4/2/3/1 comme à Marseille et très rarement un 4/3/3 comme contre Schalke mais l’immense majorité du temps c’est un 4/4/2. Affirmer mordicus tes sottises ne les rends pas vraies pour autant
    Idem pour Arsenal. Mais bref…

     » je vais maintenant te proposer un peu de science pour éclairer ta perception du monde réel. »

    Fais-moi rire.

    « Pour décrire un phénomène, différentes approches existes, parmi elles, la systémique se propose d’étudier le comportement global d’un système comme étant émergent par rapport aux interactions de ses acteurs constitutifs. As-tu compris?? »

    Lol, autrement dit en moins prétentieux il y a le système et les hommes. Le fil à couper le beurre, tu connais?

    « Pour comprendre le résultat d’une animation offensive, il faut tenir compte des compétences des joueurs et de leur interactions. »

    Ah, ben c’est sûr. Pour déborder on va plutôt choisir un ailier qu’un arrière central. Ou comment réinventer l’eau tiède.

    « Un schéma de jeu correspond alors une disposition dans l’espace qui a elle seule ne déterminera aucun résultat. »

    A elle seule? Où ai-je dis ça??? Lis avant d’avancer n’importe quoi.
    Et puis ça a dépend de ce que tu appelles un résultat. En terme de score au tableau d’affichage je n’ai jamais avancé cela.
    En revanche, en terme de manoeuvre (la tactique) d’animation c’est fondamental. Démontre-moi que l’animation est la même entre un 4/4/2, un 4/2/3/1 ou un 4/3/3 et on en reparle. Avec quasiment les mêmes joueurs et le même principe de redoublement de passes Barcelone ne joue pas de la même manière que l’Equipe d’Espagne.
    Jouer le béton en 4/3/3 ce n’est pas la même chose en terme de manoeuvre et d’animation que jouer le béton en 4/4/2. Dire encore le contraire est une stupidité sans nom.
    « Alors tu as compris le foot?? »

    Toi pas vraiment avec ce genre de discours verbeux.

    « Ce sont les joueurs qui interagissent par un jeu de passes, de dribbles, de centres et qui vont développer un comportement émergent à savoir « produire du jeu ».

    Donc, d’après toi, qu’importe le fait que les joueurs soient placés en vrac sur le terrain, l’important c’est qu’ils « interagissent » entre eux. Baleize comme démonstration.

     » Ce jeu personne ne peut le prévoir à l’avance, il est émergent, il est plus que la somme de onze joueurs. »

    Comme Barcelone dont le jeu est fondamentalement le même depuis des lustres, les équipes de Goethals qui s’animaient toutes de la même manière quelque soit les effectifs qu’il avait, Tele Santana, Lucien Leduc etc, etc? Il faut arrêter la socio de bazar.
    Tu confonds la tactique et la créativité individuelles de joueurs.
    Franchement, avec ce genre de raisonnement débile on se demande a quoi ça sert de payer des entraîneurs aussi cher si leur rôle se limite à attendre « l’émergence d’un comportement » de ses joueurs.
    Ri-di-cule.

    « Alors mon gars, lorsque tu me cites un mec qui dit que « c’était mieux avant »

    ?????? De qui parle-tu? Andy Roxburgh? Le blog de Latta?

    « Promet moi de te soigner et de comprendre qu’un schéma de jeu évolue pendant un match. »

    Lol, tout ce galimatias pseudo intello pour en arriver là.
    Que les joueurs se déplacent sur un terrain, qu’il y ait des permutations (entre ailiers par ex) c’est une chose, il ne faut pas avoir inventer le fil à couper le beurre pour le remarquer. Mais ils le font dans un schéma défini à l’avance, schéma qu’on retrouve a chaque replis défensifs collectif de l’équipe et qui est la base du redéploiement de celle-ci pour ses phases offensives. Les joueurs, contrairement à ce que tu crois, suivent les directives souvent très strictes de leurs entraîneurs et se replacent là où on les a placés. Dire le contraire est d’une bêtise sans nom.

    Et, puisqu’on en est aux insultes, je pense vraiment que tu devrais plus t’intéresser à la psychanalyse qu’à autre chose. Cette façon arrogante et insultante, très « blaireau » d’écrire aux autres alors que, manifestement, tu patauges complètement dans ta compréhension du sujet ça relève plutôt de problèmes psychologiques personnels.

    Mon conseil à moi; lis, renseigne-toi, cultive-toi, sur ce sujet parce que tu parts de très très loin et tu ne fais, justement, que répéter les stupidités qu’un Christian Jean Pierre raconte à la télé (genre, c’est l’animation qui compte) le tout dans un vocabulaire qui te dépasse.

    Tu devrais commencer par lire le Miroir du Football de François Thébaud que j’ai côtoyé (sûrement un footix lui aussi mais essaye quand même) que l’on peut sans doute trouver à la BNF. Tu verras, après avoir lu ça, tu riras de tes propres imbéciles certitudes actuelles.

  18. Omario a raison, mais Lou n’a pas tort.

    De toute façon, j’ai une bien plus grosse bite que vous et j’ai déjà fait jouir une femme plus de quatre secondes, pas comme les gros membres qui n’ont jamais rien fait jouir d’autres qu’eux mêmes.

    Bandes de tarlouzes.

  19. Tu es vraiment bête mon gars, je viens de t’expliquer que le foot c’est dynamique et ce n’est pas une combinaison de chiffre sur une feuille de match qui détermine la manière de jouer.

    Je comprend par ton post que tu commences à t’intéresser au foot alors je vais te proposer un lien pour ta culture footballistique.

    Compo de ManU en finale de la LdC :
    http://fr.wikipedia.org/wiki/Ligue_des_champions_de_l'UEFA_2008-2009

    Fergie alterne le deux schémas, 4-4-2 et 4-3-3, il est l’un des rates entraîneur à réussir à jongler ainsi.

    Pour Arsenal, tu te mets le doigt dans l’oeil mon couillon. Wenger à joué avec Wilshere-Ramsey-Song, soit 3 milieux alors si ton esprit à décider de les disposer dans l’espace d’une manière spécifique, c’est ton droit le plus intime.

    J’observe également ton manque d’argument et il est facile d’en déduire que es ce que j’appelle une graine de footix.

    Tu dois être l’un de ces types de Hristo avait décrit dans son académie. Tu es certainement un type quelconque qui ne connait rien au foot mais qui visiblement a suivit la CdM. Pendant ce stage de foot, tu as entendu parler de formation et du fait quelle pouvait faire « gagner » une équipe.

    Mais tu dois maintenant t’intéresser à la deuxième étape : deux équipes qui ont la même formation, joue t-elle de la même manière pendant 90 min ? Qu’est ce qui les différencie?

    Les joueurs qui composent l’équipe ? Les consignes de jeu ?

    J’attend tes réponses, il faut que je t’enseigne quelques notions de foot pour que tu puisses toi aussi prendre la parole lorsque ça cause football.

    Je te donne un indice pour préparer tes réponses : essaye de comparer l’Inter au Milan.

  20. T’as raison, Oxianor, ça tourne à la confrontation d’ego et je perds mon temps avec ce type d’individu qui ne sait pas de quoi il parle et dont la seule argumentation c’est d’affirmer qu’il a raison.
    Le 4/3/3 de MU et Arsenal on ne me l’avait jamais faite celle-là.
    Enfin… ça m’aura distrait et fais rire.

  21. Allez petit homme, je te propose quelques liens pour te montrer comment ManU sait alterner entre un 4-4-2 et un 4-3-3

    Victoire contre Chelsea :
    http://sport.francetv.fr/resultats/football/cache/page/rencontre_compositions.php?txt_competition=premier-league&ref_match=129582&txt_match=chelsea-manchester-u

    Si c’est la première fois que tu entends parler d’un 4-3-3 c’est que tu ne dois pas écouter les bonnes personnes. Ici on parle de foot, pas de curling.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.