Notre footballologue analyse France-Luxembourg

Notre footballologue a aussi M6.

Luxembourg X France, 25/03/2011

Spectral, Ribéry nous toise et le spectateur constate avec effroi le retour des « salopards »… la France doit passer pommade sur la « cicatrice de Knyssa » et constater la déréliction de son système éducatif. Du reste, Blanc rescapé souligne ce qu’il doit à l’éducation d’un père ouvrier staliniste pendant que les tricolores rendent hommage à la loi Haby dite du « collège unique » avec une faute qui n’en est pas une… commun symbole.


Dans un 4231 à trois étages, Blanc gagne 10 mètres en plaçant Gourcuff dans le rond central. Si M’vila n’est pas dépaysé par la copie du système rennais, Nasri est contraint de jouer 9 ½ tandis que Gourcuff mène le jeu. Dans le couloir gauche, Evra tire des longueurs tandis que Malouda oscille entre Gourcuff et Benzema. A droite, Ribéry doublonne avec Sagna pour ce qui est le couloir fort du dispositif. Gourcuff se place derrière pour titiller Ribéry, Nasri capitaine filme au portable, Benzema vient voir, les 31 ans de Malouda gardent leurs distance.

Les clochers du Saint Empire Germanique résonnent à la lecture de la composition d’équipe et observer ces blancs tout en blanc s’accrocher à leur virginité impose la référence au père Jean de l’abbaye de Deschamps. Aussi opaque que Clearstream, la lessiveuse nationale offre un profil Taenia variété AJA, c’est tout serré recroquevillé dans l’axe, pas plus accueillant sur les flancs mais sans Pedretti ni Jelen, les crocs sont limés et Papy Roland voit bien ça avaler la trompette en seconde.

Les milieux centre gauche et droit du duché mettent trop de temps à soutenir leur sentinelle ce qui ouvre de l’espace dans les zones de Ribéry ou Malouda, mais aucun ne se montre digne de la « double accélération » de Jean-Marc Ferreri et le but français intervient sur coup franc délivré par Nasri sur la tête de Mexès : 0-1, 27ème. Tant qu’à réintégrer les salopards, autant les envoyer au front et Blanc reconstitue les compères sur le côté gauche, Malouda glissant à droite. La seconde mi temps permet alors de tourner la page sans même avoir ouvert un livre, Ribéry offrant indirectement le second but à Gourcuff : 0-2, 71ème.


Analyse FootMercato

Utilisé comme sentinelle, il ne manque à M’vila qu’un jumeau pour former une charnière centrale capable d’influer dans la construction. Outre le fait de passer de deux joueurs sédentaires à un seul (la sentinelle), une telle charnière permettrait à M’vila d’impulser le jeu tout en partant de plus bas pour placer quelques percées, à l’image de Piqué l’antonyme. Avec leur maillot taillé pour la gonfle jamais qu’à un cordon de celui de 58, l’équipe de France renouerait avec le football total de Kovacs…à charge pour les labos de la DTN de produire des gabarits capables de combiner dans les espaces réduits. Bref, la relance appartient à Rami-Mexès, le De Gaule de la VIème se nomme Montebourg et la France est le petit hargneux de l’OTAN…

3 thoughts on “Notre footballologue analyse France-Luxembourg

  1. J’en ai marre d’être d’accord avec toi, je reviendrais copieusement t’insulter sur ta prochaine paillade académie, comme un vulgaire ch’ti pédophile consanguin.

  2. Merde c’est pas le bon Loulou, fais chier lui de piquer le pseudo des autres.
    Tarlouze.

    J’irais quand même insulter le pailladin (le vrai, avec le gravatar qui va avec, bordel de moi.)

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.